dimanche 4 novembre 2018

ISIS peut-il encore survivre sans territoire pour le nourrir?


Il a récemment été signalé que le soi-disant État islamique en Irak et en Syrie (ISIS) ne disposait d'aucun gain territorial en Irak ni en Syrie. Cependant, ce serait un euphémisme majeur si l'on décidait d'argumenter que ce groupe terroriste n'est plus une menace.
Selon les données présentées par le célèbre groupe de réflexion américain RAND, sur une période d'un peu plus d'une décennie, de 2004 à 2016, l'UE a perdu plus de 180 milliards d'euros de pertes de revenus et de dépenses liées au terrorisme.
La Grande-Bretagne et la France ont subi les pertes les plus importantes avec 43,7 milliards d'euros et 43 milliards d'euros respectivement, suivis par l'Espagne (40,8 milliards d'euros) et l'Allemagne (19,2 milliards d'euros). Selon les informations publiées par la police britannique antiterroriste, 441 personnes seulement ont été accusées de terrorisme l'année dernière dans l'ensemble du pays. Au total, depuis les attentats sous faux drapeau du 11 septembre, cette instance gouvernementale a arrêté 4.182 terroristes présumés.  Voir : CONFIRMATION. Le 11 septembre était une opération israélienne .
Dans son récent entretien avec Focus, le président de l'office fédéral allemand pour la protection de la constitution, Hans-Georg Maaßen a souligné le fait que la menace que représente encore le groupe État islamique ne doit en aucun cas être sous-estimée. Après avoir essuyé de nombreuses défaites militaires, a-t-il déclaré, il serait logique de supposer que ce groupe terroriste va concentrer ses efforts sur le lancement d'attaques en dehors du Moyen-Orient, en particulier en Europe, car il doit démontrer qu'il n'a t été assommé complètement.
Cette opinion est confirmée par les données publiées par Europol, selon lesquelles le nombre d'attaques terroristes perpétrées par des islamistes radicaux en Europe est en augmentation constante et a plus que doublé au cours de l'année dernière. Dans le même temps, ces attaques terroristes deviennent de plus en plus cruelles, entraînant de plus en plus de victimes civiles. Au total, 975 personnes soupçonnées de terrorisme ont été arrêtées dans l'Union européenne l'année dernière.
Une récente étude d'opinion publiée par la société de recherche YouGov montre que l'immigration et le terrorisme sont les deux sujets les plus importants pour les résidents de 9 des 11 pays européens retenus pour l'étude. Il n’est pas surprenant que l’immigration reste une préoccupation majeure parmi les Européens, les données démographiques devenant trop inconfortables pour les résidents locaux. Par exemple, seulement 1 habitant d'Amsterdam âgé de moins de 15 ans sur 3 est d'origine néerlandaise. Cela peut s'expliquer par le fait que les étrangers ont tendance à avoir plus d'enfants, ils leur donnent naissance plus tôt (les parents étrangers sont plus jeunes), ce qui en fait une majorité écrasante parmi la population plus jeune. Même si l’immigration était stoppée aujourd’hui, les communautés musulmanes continueraient de croître plus vite que les populations autochtones.
Selon le centre de recherche PEW, le nombre de musulmans habitant en Europe occidentale devrait doubler d'ici 2050. En France, selon la même source, ce nombre passera de 9% de la population totale à 17,4%. Cela signifie que l'état d'urgence régulièrement annoncé par Paris deviendra permanent. Selon les données présentées dans le rapport annuel d’Europol pour l’année dernière, au moins 400 islamistes sont arrêtés chaque année en France.
Au cours de la dernière décennie, les agences de sécurité occidentales ont réussi à empêcher plus de 9.000 attentats terroristes à travers l’UE. Selon les services de renseignement allemands, ces dernières années, plus de 9.000 complots terroristes contre des pays européens ont été découverts et démantelés.
C’est curieux que l’étude présentée par le Centre Soufan nous apprenne que sur 5.778 personnes qui ont quitté l’Europe occidentale à un moment donné pour mener un «jihad» à l’étranger, 1.200 au total sont rentrées chez elles en toute sécurité. La majorité d'entre eux résident actuellement au Royaume-Uni, en France et en Allemagne, et il semble que les Européens aient déjà goûté aux conséquences de ces récents retours de terroristes au pays.
Le Service fédéral suisse de renseignement (FRS) a également préparé un rapport sur le niveau de menace islamiste en Europe suscité par le retour des radicaux des zones de conflit en Syrie, en Irak et dans la région du Sahara et du Sahel. L'année dernière, neuf attaques terroristes ont été commises avec succès en France. L'Espagne et la Belgique sont loin derrière avec deux attaques terroristes chacune. La Suède, la Finlande et l'Allemagne clôturent la liste avec une attaque terroriste par an. Cependant, neuf tentatives d'actes de terrorisme ont cependant échoué, ce qui est en train de devenir un problème pour la Suisse, qui reste un centre financier international qui doit développer de nouvelles approches pour surveiller les transferts bancaires de groupes islamistes radicaux.
Résultat de recherche d'images pour "isis état islamique"Mais il paraît évident que l’Occident n’a pas l’intention d’éradiquer la menace de l’islamisme radical, car cela priverait l’OTAN d’un prétexte pour maintenir sa présence militaire en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Gouvernés de facto par les terroristes islamistes, la Tunisie et la Libye jouent le rôle d’un révolver pointé respectivement sur la tempe de l’Algérie et de l’Égypte. L’Irak et TOUS les pays arabes du Moyen-Orient sont sous la férule de l’Occident. Le Maroc aussi. Il n’y a plus que la Syrie qui résiste, aidée en cela par la Russie et l’Iran.
C’est pourquoi des organisations terroristes telles qu’ISIS continuent de recevoir des fonds et des armes, non seulement d’ONG occidentales et de certains services de renseignement occidentaux, mais aussi des pays arabes pétroliers. L’armée arabe syrienne a notamment confirmé ce fait en découvrant des stocks d’armes et de munitions américaines et israéliennes dans le gouvernorat de Quneitra après avoir contraint les soi-disant casques blancs à abandonner ces armes et ces munitions.
Récemment, ces livraisons d'armes illégales aux forces antigouvernementales en Syrie ont été reprises par la CIA. Pour être plus précis, selon certaines informations, une société danoise, H. Folmer & Co., aurait repris la livraison à l’Arabie saoudite d’armes produites en Bulgarie, où elles étaient transférées « en contrebande légale » à des terroristes islamistes en Syrie, ceci a été confirmé par le site MarineTraffic.
Les autorités ukrainiennes ont également relancé les opérations de contrebande en se faisant passer pour une entreprise américaine appelée Alaska Reefer Managment, enregistrée à Seattle. Plusieurs journalistes d'investigation indépendants ont récemment annoncé que les conteneurs de produits alimentaires expédiés par cette société en Syrie, en Irak et au Liban depuis le port ukrainien de Nikolaev ne contenaient pas de saucisses de porc (que les musulmans ne mangent pas, en général) ni de cuisses de poulet, comme indiqué, mais étaient remplis à ras bord de missiles.
De plus, les activistes des médias européens ont découvert plus de 180 organisations islamistes en Europe agissant sous le prétexte d'associations non gouvernementales de défense des droits de l'homme. Elles défendent l'idée d'établir un «califat» mondial et de combattre les opposants à l'islamisation de l’Europe. TOUT le monde sait que leur Centre Mondial est à Londres, et qu’il est dirigé par le MI-6. 
 Le plus ironique est qu'ils financent leurs activités avec de l'argent provenant des contribuables européens. 
Si les gouvernements européens laissent faire, c’est bien parce que, au final, TOUTES ces organisations islamistes travaillent pour le bénéfice de l’Empire. Leur logomachie (califat, état islamique, fatwas, etc.) ne sert qu’à laver les cerveaux des "musulmans" débiles afin de les embaucher comme chair à canon, pour les attentats sous faux drapeau en Occident, et pour détruire les états-nations arabes.  
On trouve le plus grand nombre de mouvements islamistes au Royaume-Uni - 84. Viennent ensuite l'Allemagne, l'Autriche, la Suisse, la Belgique et la France. Le salafisme, l'une des tendances fondamentalistes de l'islam, devient de plus en plus courant en Suède.
Selon les activistes de Islamic Map, la majeure partie des organisations islamistes ont été créées et sont désormais contrôlées par un groupe d’origine égyptienne, les Frères musulmans, aux côtés du mouvement islamiste palestinien Hamas et de la Direction des affaires religieuses de Turquie. Une organisation publique associée aux Frères musulmans a reçu plus de 6 millions d'euros au cours des six dernières années, qui ont été utilisés pour parrainer la lutte contre ses adversaires.
En ce qui concerne le rôle que continuent de jouer les pays occidentaux dans le parrainage du terrorisme, il est impossible d’ignorer le récent scandale aux Pays-Bas déclenché par une enquête journalistique révélant que les autorités locales apportaient une assistance aux groupes terroristes opérant en Syrie. Selon des informations parues dans les médias, le montant total de la soi-disant "assistance non meurtrière" fournie aux terroristes par les autorités locales représentait 25 millions d'euros en uniformes, téléphones par satellite et camionnettes. Une enquête est en cours, mais même à présent, il est clair que le soutien des forces antigouvernementales en Syrie a été fourni au mépris total du droit international.
Ainsi, tant que les élites politiques européennes et américaines cesseront de nourrir le monstre qui a coûté la vie à des milliers de personnes, il n’est pas possible de mettre fin à l’État islamique même s’il ne détient plus un territoire important.
Par Grete Mautner
chercheuse indépendante et journaliste allemande, «New Eastern Outlook».

La traduction et les annotations dans cette couleur sont d’Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.