samedi 17 novembre 2018

Moyen-Orient: Qui combat réellement le terrorisme?


Les organisations terroristes telles que l'État islamique (ISIS) et Al-Qaïda ont subi une défaite catastrophique au Moyen-Orient, provoquée par le soutien actif de la Russie. Toutefois, il apparaît que non seulement la menace terroriste n’a pas été complètement éliminée, mais qu’elle s’est transformée en une nouvelle forme, sans précédent et dangereuse. Alexander Bortnikov, directeur du FSB, a expliqué que l'unification de l’État islamique et d'Al-Qaïda est considérée par Moscou comme une possibilité assez sérieuse, comportant de nombreuses conséquences négatives. Selon Bortnikov, un certain nombre d'indicateurs indiquent leur possible unification.

Et ceci est une déclaration sérieuse faite, par ailleurs, par un professionnel expérimenté et expert en terrorisme. En fait, jusqu'à récemment, les médias mondiaux, en particulier occidentaux, écrivaient pour des raisons inconnues au sujet de désaccords et même de conflits entre les deux organisations terroristes. Mais là encore, ce comportement est compréhensible, car l’Occident, en particulier les États-Unis, a été à la base de ces organisations terroristes en leur fournissant de l’argent et des armes.
MERU3434534222
Il est bien connu qu'Al-Qaïda a été créée pour combattre les troupes soviétiques qui sont entrées en Afghanistan. Oussama ben Laden, d’Arabie saoudite, a été agent et mercenaire par la CIA. Il dirigeait cette organisation sans foi ni loi, mais s'est tout à coup complètement brouillé avec ses amis américains. Mais l'Arabie Saoudite a ensuite prouvé son utilité en devenant le bouc émissaire de l'événement tragique survenu aux États-Unis le 11 septembre 2001. La société américaine ne sait toujours pas, officiellement, qui est à l'origine de l'attaque [1]. En tout cas, dans ce cas particulier, une phrase latine bien connue semble bien dire: «Cui prodest? Cui bono? À qui profite le crime? ». Ces attaques infâmes, manifestement sous fausse bannière,  ont été immédiatement suivies d'affirmations fortes des États-Unis selon lesquelles ils avaient le droit légitime de faire la guerre n'importe où, n'importe quand et contre n’importe qui. Et puis les flammes de la guerre ont envahi le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord; les systèmes américains de défense antimissile balistique, contre des ennemis inconnus, étaient stationnés partout et les États-Unis ont installé des bases militaires dans 140 pays.
La création de l'Etat islamique a également été initiée par des Américains, et uniquement par des Américains, après leur invasion totalement non provoquée et criminelle de l'Irak. En conséquence, les structures de l’État irakien ont été démantelées, les secteurs manufacturier et agricole détruits et les infrastructures détruites, sans compter les centaines de milliers de morts et d’estropiés. Les commandants militaires américains avaient soudoyés des officiers irakiens pour trahir Saddam Hussein et capituler sans se battre. Ces "naïfs" irakiens avaient confiance en leurs alliés américains, alors que ceux-ci  les avaient trahis plus d'une fois, et avaient suivi le plan en espérant recevoir trente pièces d'argent pour avoir trahi leur pays. Mais, comme le dit la Bible, les traîtres ne sont généralement pas payés. Par la suite, ces officiers irakiens aigris d’avoir été « baisés » par les Américains, ont créé l'organisation armée État islamique d'Irak, qui s'est ensuite alliée à d’autres traîtres islamistes syriens partageant les mêmes idées pour former l'Etat islamique, ou Daech, ou ISIS.
Cependant, Washington, le Pentagone et la CIA ont rapidement trouvé un terrain d’entente avec cette nouvelle organisation terroriste et les chefs du califat [2]. Ils ont commencé à lui fournir des fonds illimités (sans aucun doute avec la participation active des monarchies du golfe Persique) et des armes les plus récentes, tout en mettant en œuvre leurs propres plans, qui prévoyaient notamment de retirer illégalement le pouvoir au président syrien Bashar al-Assad (comme ils l’ont fait avec Ben Ali en Tunisie, Moubarak en Égypte et Kadhafi en Libye). Sans la guerre décisive et de principe menée par la Russie contre le terrorisme, Washington et ses complices des organisations terroristes auraient réussi à noyer le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord dans le sang.
L’Occident accuse la Russie et le reste du monde de tous les péchés capitaux, mais, en règle générale, ne présente aucune preuve à l’appui de ses accusations, car la vérité conventionnelle et la vie réelle ne s’inscrivent pas dans leur cadre de mensonges et de tromperie. Il existe plus d'une preuve suffisante indiquant une alliance entre les États-Unis (et leur caniches français et anglais) et les terroristes et le soutien des États-Unis aux voyous et aux insurgés. Voici la preuve la plus récente venant de Syrie. Les forces armées syriennes et le Conseil national de la paix continuent de collecter des armes, des munitions et des médicaments, laissés par les terroristes à Jubata al-Khashab et à Beit Jinn (près du gouvernorat de Quneitra). Les trophées comprennent non seulement des armes et des munitions américaines, telles que des mitraillettes, des fusils de tireur d'élite, des missiles antichars TOW, mais également du matériel médical. Par exemple, une ambulance fabriquée aux États-Unis, des réservoirs à oxygène et du matériel ECG-EKG ont été découverts. Il est clair que les États-Unis ne peuvent renoncer à la moindre opportunité de gagner de l'argent en vendant des armes modernes, généreusement payées par les États arabes du golfe Persique, à des terroristes et des voyous. Et pour reformuler le proverbe russe, "pour certains la guerre est une souffrance, pour les Américains, c'est une occasion de récolter ses fruits".
Dans tous les coins et recoins, les médias occidentaux félicitent les États-Unis pour leurs efforts, décrits avec affection comme une bataille inlassable contre l'hydre du terrorisme. Mais nous avons déjà déterminé qui a élevé ce monstre et lui a fourni des armes. Cela soulève la question "Comment se fait-il qu'ils se battent de manière aussi désintéressée?". Selon une étude publiée par le Watson Institute of Public Affairs, près d'un demi-million de personnes sont mortes en Irak, en Afghanistan et au Pakistan à la suite de la soi-disant guerre contre le terrorisme déclarée par les États-Unis, qui a débuté après les attaques sous faux drapeau du 11 septembre 2001. Le rapport indique qu'environ 7 000 soldats américains sont morts en Irak et en Afghanistan. Incidemment, il n’existe toujours pas de réponse claire et définitive quant aux auteurs de ces actes criminels.
Dans l'étude, le nombre de victimes répertoriées est d'environ un demi-million, mais les experts affirment que le nombre réel de victimes est beaucoup plus élevé. Par exemple, au cours des deux dernières années, au cours desquelles le rapport précédent a été publié, le nombre de victimes n’a pas été inférieur à 110.000. Bien que la société américaine, les médias et les législateurs aient souvent tendance à oublier la guerre contre le terrorisme, le nombre croissant de morts montre que la guerre ne s’apaise pas, mais continue de s’intensifier.
L'auteur de cette étude, Neta Crawford, a déclaré que bon nombre de ceux que les États-Unis et les forces locales considéraient comme des terroristes étaient, plus  probablement, des civils. Nous ne connaîtrons probablement jamais le nombre réel de victimes. L'estimation n'inclut pas non plus les personnes qui sont décédées indirectement des suites de la guerre, des infrastructures détruites, de la dégradation de la situation économique et des personnes qui ont abandonné leur domicile.
En analysant la déclaration faite par Alexander Bortnikov, nous pouvons affirmer en toute confiance que les récents événements survenus au Moyen-Orient peuvent être interprétés à juste titre que comme des signes évidents de relations plus étroites entre ISIS et Al-Qaïda. L’Etat islamique, qui a été considérablement affaibli en Syrie et en Irak et a perdu beaucoup de terrain en Afrique du Nord, a récemment adouci son discours vis à vis d’Al-Qaïda. Et, apparemment, les dirigeants des deux organisations terroristes pourraient, à un moment donné et dans certaines conditions, unifier, du moins en partie, leurs forces ou organiser des opérations conjointes.
Cette prévision est également corroborée par le fait qu’Ayman al-Zawahiri, dirigeant de l’organisation terroriste interdite en Russie, exprime une position quelque peu modérée par rapport à celle adoptée par Oussama ben Laden. Les déclarations d’Al-Zawahiri encouragent la convergence de divers mouvements djihadistes du monde entier dans l’intérêt de la lutte pour l’établissement de la charia. Ces mots, par exemple, pourraient être interprétés comme une extension d'une amitié avec ISIS et d'autres groupes terroristes dont les Frères Musulmans. En dépit des conflits armés entre les groupes Al-Qaïda et ISIS, de nombreux terroristes, guidés par leurs intérêts personnels, les changements sur les champs de bataille et bien d'autres raisons, passent d'une organisation terroriste à une autre. Incidemment, des organisations terroristes sont en train de se fondre dans l’infosphère, où elles cherchent activement de nouvelles recrues et répandent l’idéologie du fondamentalisme islamique.
Par conséquent, l’apparition d’un nouveau monstre terroriste, qui commencera à fonctionner dans des régions telles que l’Afghanistan, l’Asie centrale et l’Indonésie, constitue une possibilité évidente dans un proche avenir. Le ministre indonésien de la Défense, Ryamizard Ryacudu, a souligné que les terroristes étaient des ennemis de l’islam et que leurs actions ne reflétaient pas les enseignements traditionnels, rapporte Antaranews. «Le terrorisme n'est pas l'islam, l'islam est différent. Les terroristes nuisent à l'islam », a déclaré le ministre de la Défense.
Viktor Mikhin
Traduction Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.