mardi 6 novembre 2018

Le père de l'Internet lance ‘Magna Carta pour le Web’ pour le sauver des abus de Facebook


Sir Tim Berners-Lee, qui a inventé le World Wide Web en 1989, veut sauver Internet de lui-même et recrute des entreprises, des gouvernements et des citoyens pour rejoindre sa cause.

Il se dit "de plus en plus inquiet" à propos des tendances en ligne, telles que le manque de confidentialité, la propagation de la désinformation et le manque de transparence de la publicité politique en ligne. Il a donc lancé une "Magna Carta pour le Web" (Grande Charte). Le «contrat» demande aux entreprises et aux gouvernements de garder le Web libre et de respecter la vie privée des personnes.

Le créateur du Web a également averti que les géants de la technologie devaient changer leur façon de sauver le monde en ligne des forces dangereuses qu’ils avaient déclenchées, et il a suggéré de les disloquer car leur puissante main mise sur le Web menace nos libertés à tous..
MSN a rapporté que l’homme de 63 ans s'exprimait lors du Web Summit de Lisbonne pour lancer un nouveau «contrat pour le Web» qui demande aux sociétés Internet de respecter un ensemble de principes tels que la protection de la vie privée et la transparence de leurs algorithmes.
Facebook et Google ont souscrit au contrat, qui fera l’objet d’un accord détaillé l’année prochaine, bien que les deux sociétés aient été citées par Tim Berners-Lee comme exemples de la manière dont «le Web que nous connaissons et aimons» est menacé.
Sir Tim a déclaré: «Au cours des 15 premières années, la plupart des gens s'attendaient à ce que le Web fasse de grandes choses. Ils pensaient qu’il y aurait du bon et du mauvais, que c’est l’humanité, mais si vous connectez l’humanité à la technologie, il se passe de grandes choses….
"Qu'est-ce qui pourrait mal se passer? Eh bien, toutes sortes de choses ont mal tourné depuis. Nous avons de fausses nouvelles, nous avons des problèmes de confidentialité, nous avons des problèmes d'abus de vol données personnelles, des personnes sont profilées de manière à pouvoir être manipulées par des publicités intelligentes. "
Sir Tim, qui a développé le Web comme un «projet parallèle» alors qu'il travaillait dans le laboratoire de recherche du Cern en Suisse dans les années 80, a de plus en plus parlé de ce qu'il considère être une perversion de sa vision originale.
Il a récemment averti que des géants de la technologie, tels qu'Amazon, Facebook et Google, devraient être disloquées pour les empêcher de gagner trop de puissance, et a lancé un projet de décentralisation du stockage de données.
«Je suis déçu de l'état actuel du Web. Nous avons perdu le sentiment d'autonomisation individuelle et, dans une certaine mesure, l'optimisme s'est également dissipé », a-t-il déclaré à Reuters.
Le nouveau contrat a été mis au point par la World Wide Web Foundation, créée par Sir Tim, afin de marquer le moment imminent où la moitié de la population mondiale sera connectée en ligne. Richard Branson, Gordon Brown, le gouvernement français et la société de cybersécurité Cloudflare ont soutenu l’idée de Sir Tim.
Un objectif clé est d'étendre l'Internet bon marché au tiers monde, où les utilisateurs paient jusqu'à neuf fois plus cher pour un seul gigaoctet de données, par rapport à leurs revenus, qu'en Amérique du Nord ou en Europe.
Aux côtés de Sir Tim sur scène, Jacqueline Fuller, responsable de la philanthropie chez Google, a déclaré: "Nous pensons que le meilleur moyen de relever ces défis est de se rassembler et de travailler en collaboration ... nous sommes très favorables au nouveau contrat."
Mais certains de ses principes peuvent être difficiles à honorer pour les entreprises de technologie. Par exemple, la Fondation a critiqué les entreprises qui exploitent les données des personnes à leur insu et sans leur consentement, citant des allégations selon lesquelles Google aurait enregistré les données de localisation des utilisateurs d’Android, même après avoir désactivé l'historique de localisation.
Dans sa section sur l'intimidation et les abus en ligne, il est fait mention du rôle néfaste de Facebook dans la propagation de la violence en Birmanie et en Inde. Il demande également aux entreprises de "veiller à ce que les gouvernements respectent les droits des personnes en ligne", même si Google s'est heurté à une révolte interne face à son projet de construire un moteur de recherche censuré pour les utilisateurs chinois.
Il demande également aux signataires de défendre la neutralité du réseau, l’idée de traiter de manière égale tout le trafic Internet, dans le monde entier. Tant Google que Facebook ont défendu la neutralité de l’Internet aux États-Unis, mais le service Internet «gratuit de base» de Facebook pour le tiers monde a été interdit en Inde car il permet aux utilisateurs d’accéder uniquement à des produits approuvés.
Néanmoins, M. Berners-Lee s’est dit optimiste quant à l’avenir de l’internet. “Le modèle de financement fondé sur la publicité n’a pas à fonctionner de la même façon. Il n’est pas nécessaire de créer des appâts. Il n’est pas nécessaire que vous obteniez seulement un travail de programmation pour distraire vos utilisateurs de leurs désirs,” dit-il.
“Ces gens vont prendre du recul et ils vont mettre de côté tous les mythes qu’ils considèrent actuellement comme faisant simplement partie de la façon dont les choses fonctionnent… des gens comme vous, qui construisent en fait le web, prenant les choses en main.”

Source: Father Of The Internet Launches ‘Magna Carta For The Web’ To Save It From Abuse

 Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.