vendredi 25 mai 2018

USA. Adelson a acheté la politique étrangère de Trump et des Républicains pour 90 millions de dollars


Voici encore un exemple de la corruption incontrôlable dans la politique américaine, avec des oligarques achetant simplement des politiciens, jusqu'au président, pour mener des guerres contre les Palestiniens et les Iraniens. Voici comment fonctionne ce pays qui, à coup de Tomahawks et de millions de morts, veut imposer au monde son système politique corrompu jusqu’à la moelle. Ce n’est évidemment pas la Russie qui a corrompu les élections de 2016, c’est Israël et la maffia judéo-américaine. En voici un exemple édifiant.
En effet, le président Donald Trump vient de remplir deux promesses faites à ses donateurs sionistes de renverser la politique étrangère de l'administration Obama... : retrait de l'accord sur les armes nucléaires avec l' Iran...et le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem.
...Ces deux décisions ont été exactement ce que deux des plus gros donateurs juifs de Trump, Sheldon Adelson et Bernard Marcus,  ont payé lorsqu'ils ont jeté leur poids financier derrière Trump. Marcus et Adelson, qui sont également membres du conseil d'administration de la Likudist Republican Jewish Coalition, ont déjà obtenu un substantiel retour sur investissement : mise sous tutelle israélienne de la politique étrangère  des États-Unis au Moyen-Orient...
On en arrive presque à plaindre le peuple américain colonisé.
Hannibal GENSÉRIC


iran-nuclear-negotiations-sheldon-adelson-hawks-neocons-iraq-war
Les activités du lobby israélien sont directement liées aux affaires russes car, malgré les relations diplomatiques entre les deux pays, Israël et la Russie soutiennent des côtés opposés dans le conflit syrien brutal, et une grande partie de l'hystérie anti-russe fabriquée aux États-Unis, y compris le canular du RussiaGate, provient de groupes de pression politiques juifs, de médias appartenant à des juifs et dotés de personnel juif, et de politiciens juifs ou recevant un financement important du lobby israélien (John McCain, Lindsey Graham, James Clapper, John Brennan, etc. .). Voir Il est temps de laisser tomber le tabou juif et Israël Shamir : Appelons les juifs "juifs", et n'utilisons pas les euphémismes idiots comme les «globalistes» , pour plus de détails.
Sheldon Adelson - qui dit que son seul but dans la vie c’est Israël - a fait don de 30 millions de dollars au PAC Républicain (Political action committee). C'est peut-être le plus important don de campagne de l'histoire des États-Unis. Adelson a acheté Trump pour déplacer l'ambassade des États-Unis à Jérusalem et mettre fin aux accords nucléaires iraniens. Les personnes achetées par Adelson incluent Nikki Haley, Mike Pompeo, et John Bolton, un ami intime d'Adelson. Il a contribué à la destitution de Rex Tillerson et de H.R. McMaster, en raison de leur soutien à l'accord nucléaire avec l'Iran.
Avec l'approche des élections de 2018 de mi-mandat, les Républicains - désireux de garder leur contrôle sur les deux chambres du Congrès - ont cherché des dons lucratifs qui donneraient un avantage aux candidats républicains à la veille du mois de novembre.
Jeudi, ces efforts ont été récompensés par le fait que le principal comité d'action politique du Congrès (PAC), le Congressional Leadership Fund, a obtenu un don massif de 30 millions de dollars du magnat des casinos de Las Vegas, Sheldon Adelson. Le don massif d'Adelson représentera un peu plus de 41% de tous les dons faits au groupe depuis janvier 2017.
Selon Politico, l'entente a été négociée en partie par le représentant Paul Ryan (R-WI) même si, en tant qu'élu fédéral, il n'est pas autorisé à solliciter de tels dons à huit chiffres auprès de donateurs privés. Afin de contourner ce désagrément, Ryan quitta brièvement la pièce tandis que Norm Coleman de la Republican Jewish Coalition, qui était également présente à la réunion, demanda des fonds à Adelson pendant l'absence opportune de Ryan, et obtint ainsi la contribution de plusieurs millions de dollars.
La volonté d'Adelson d'aider le GOP à rester au pouvoir en novembre n'est pas surprenante. Le méga-donateur républicain a largement contribué à la campagne Trump et aux Républicains en 2016, en faisant don de 35 millions de dollars au premier et 55 millions de dollars aux deux plus grands PAC républicains, le Congressional Leadership Fund et le Senate Leadership Fund, durant ce cycle électoral.
Déplacez l’Ambassade  ...
Après avoir investi si fortement dans le GOP en 2016, la décision d'Adelson de redonner des dizaines de millions de dollars aux efforts républicains pour rester au pouvoir est une conséquence directe du succès d'Adelson dans la politique américaine depuis que Trump et le GOP ont remporté la victoire dans le dernier cycle électoral.
Dans ses apparitions médiatiques et ses interviews passées avec des journalistes, Adelson a toujours clairement fait savoir qu'il était un «électeur à un seul objectif» et que sa principale préoccupation était toujours Israël. La conviction d'Adelson que Trump serait "bon pour Israël" a été le principal moteur de sa décision de dépenser plus de 90 millions de dollars pour aider Trump et d'autres républicains à gagner aux dernières élections.
Alors que les promesses électorales de Trump - en particulier celles de nature populiste et anti-guerre - ont sonné creux, le président a scrupuleusement rempli ses promesses électorales qui étaient de première importance pour Adelson. Ces promesses ont été le déplacement de l'ambassade américaine en Israël de Tel Aviv à Jérusalem, qu'Adelson a agressivement promu et aidé même à financer, et en retirant les États-Unis du Plan d'Action Complet Conjoint (JCPOA), mieux connu sous le nom d'accord nucléaire iranien .
Adelson a donné 250.000 $ à A Great Day SC de Nikky Haley trois semaines avant les primaires de juin.
Adelson a également réussi à installer des faucons de guerre anti iraniens et des fidèles pro-israéliens aux plus hauts postes du gouvernement. Parmi les personnalités achetées par Adelson; il y a Nikki Haley, récipiendaire depuis longtemps des fonds de la campagne d'Adelson (et qui est maintenant ambassadrice des États-Unis auprès de l'ONU), Mike Pompeo, ancien directeur de la CIA qui a plaidé pour bombarder l'Iran et qui sert maintenant de secrétaire d'État; et John Bolton, un proche confident d'Adelson qui est maintenant conseiller de sécurité nationale. Adelson a également contribué à l'élimination des prédécesseurs de Pompeo et Bolton, Rex Tillerson et H.R. McMaster, de leurs postes respectifs, en raison de leur soutien au JCPOA.
Lobelog rapporte: "À la veille du discours belliqueux de Trump à l'ONU, Bolton était de nouveau en contact direct avec le président. Comment s'est passé ce virage? La reconnexion aurait été organisée par nul autre que Sheldon Adelson, le plus grand donateur de la campagne de Trump. Politico a rapporté que la ligne la plus menaçante dans le discours de Trump à l'ONU - qu'il annulerait la participation de Washington à l'accord nucléaire iranien si le Congrès et les alliés américains ne se pliaient pas à ses efforts pour le renégocier efficacement - venait directement de Bolton et n’étaient pas dans les notes initiales préparées par le staff de Trump. Cette ligne a été ajoutée au discours de Trump après qu’il s’est entretenu avec Bolton au téléphone, malgré le décret récent de Kelly [limitant l'accès de Bolton à Trump]. Bolton a atteint le président par téléphone jeudi après-midi à partir de Las Vegas, où Bolton rendait visite au méga donateur  républicain Sheldon Adelson. Bolton a exhorté Trump à inclure une ligne dans ses remarques en notant qu'il se réservait le droit de mettre fin à l'accord entièrement, selon deux sources familières avec la conversation. "
Quoi qu'il en soit, la présidence de Trump a montré que, même si Trump a laissé les promesses qu'il a faites à sa base en grande partie insatisfaites, il tient par contre les promesses faites à son plus grand donateur. Pour Trump, l’argent compte plus que tout le reste. Le nouveau don d'Adelson au Congressional Leadership Fund montre qu'il a été extrêmement satisfait de la performance de Trump et du Parti républicain.
Anti-Iran
Le  pro-israélien Adam Milstein (à l'extrême droite)
avec Sheldon et Miriam Adelson (un citoyen israélien)
et l'épouse de Milstein, Gila
.
Bien qu'Adelson ait utilisé ses dons avec succès pour obtenir des décisions politiques qu'il a longtemps souhaitées, son travail n'est toujours pas terminé. Adelson, comme beaucoup de fonctionnaires qu'il a mis au pouvoir, paie et milite pour une guerre entre les États-Unis et Israël contre l'Iran. Avec les États-Unis hors de JCPOA et ayant maintenant mis en place des outils pour promouvoir « le changement de régime » en Iran, la base est rapidement mise en place pour une confrontation militaire avec l'Iran. Israël, dont le leadership est également financé par Adelson, est également occupé à préparer un conflit majeur avec l'Iran.
Les perspectives d'Adelson sur la politique étrangère des États-Unis, en particulier envers l'Iran, sont alarmantes, étant donné que son influence sur la politique américaine va s'accroître à la suite de son dernier don au parti républicain. Par exemple, en 2015, Adelson a plaidé pour une attaque nucléaire américaine contre l'Iran sans même avoir besoin d’invoquer une provocation, de sorte que les États-Unis «imposent à l'Iran sa position de force» pendant les négociations qui ont finalement mené au JCPOA.
Selon le plan d’Adelson, les États-Unis lâcheraient une bombe nucléaire au milieu du désert iranien et menaceraient ensuite que "la prochaine soit au centre de Téhéran" pour montrer comment  "nous voulons faire des affaires". Téhéran, la capitale iranienne, abrite près de 9 millions de personnes, avec 15 millions de plus dans sa banlieue. Si Téhéran devait être attaqué avec des armes nucléaires, on estime que 7 millions mourraient en quelques secondes. Selon Adelson, toute forme d'engagement diplomatique avec l'Iran est «la pire tactique de négociation que je puisse imaginer».
Adelson finance également FDD et United Against Nuclear Iran
Adelson a également donné des millions de dollars à la Fondation pour la défense des démocraties  Foundation for Defense of Democracies, un groupe de réflexion pro-guerre dont les «experts» sur l'Iran ont poussé à des frappes militaires préventives ciblant le pays ainsi que des blocus alimentaires et médicaux imposés aux civils iraniens. Il a également contribué près d'un tiers de tous les dons au groupe anti-Iran, United Against Nuclear Iran.
Avec une injection de 30 millions de dollars au cours d'une élection intermédiaire difficile et critique, le parti républicain - avec Trump toujours à la barre - montrera probablement sa gratitude envers son bienfaiteur le plus généreux en continuant à tenir compte de son appel, notamment en poussant les États-Unis à soutenir une confrontation militaire majeure avec l'Iran.
Traduction : H. Genseric
--------------------------------------------------------

Helen Thomas : les Juifs contrôlent les États-Unis

La journaliste américaine, Helen Thomas a révélé, déjà le 19/3/2011, l'existence d'une conspiration secrète juive mise en œuvre aux États-Unis, en disant : "Ce n'est pas un secret, cela est connu de tous".  
Depuis cette date, et avec l'élection de Trump, les choses ont empiré. 
"Les Juifs contrôlent la Maison blanche, le Congrès et les marchés financiers, et tout le monde dans l'administration américaine est sous l'influence du Lobby juif", a-t-elle ajouté.
Dans un rapport publié samedi par le journal sioniste Jérusalem post, Thomas a déclaré que tout le monde à la Maison blanche et le Congrès sont dans la poche des lobbyistes en faveur de l'entité sioniste qui sont financés par les riches oligarques juifs.
Elle a souligné que ce qui se passe en Palestine est "injuste", ajoutant : "Je veux que les gens comprennent pourquoi les Palestiniens sont en colère ? Ils sont piégés et vivent dans une prison à ciel ouvert. Je dis aux Israéliens qu'ils doivent quitter les maisons des gens. Il est inacceptable que les soldats frappent à la porte à 3h00 du matin en disant: "C'est ma maison" et expulsent les habitants de leurs maisons où ils ont vécu pendant des centaines d'années".
Notons que Thomas a démissionné de son poste en juillet de l'année dernière après avoir invité les Juifs à quitter la Palestine et à retourner d'où ils viennent, affirmant dans une interview que les Juifs doivent aller en enfer, à l'extérieur de la Palestine.
Helen Thomas, 89 ans, s'est trouvée contrainte d'annoncer sa retraite immédiatement, alors qu'elle est le doyen des journalistes à la Maison blanche et l'une des plus anciennes employées du siège de la présidence des États-Unis.
Elle a commencé à travailler à la Maison blanche durant le mandat de l'ancien président américain, John F. Kennedy, pendant les années soixante, et est l'un des chroniqueurs du réseau "Hurst grands médias américains".
Le journal sioniste Jerusalem Post a déclaré que la journaliste Thomas n'a montré aucun regret pour ses propos contre les Juifs, elle a insisté sur sa conviction que les Israéliens ont le droit d'exister, mais dans les pays où ils sont nés.
Elle a souligné que le peuple américain ne sait pas que les lobbys sionistes aux États-Unis mènent des actes d’intimidation en créant la conviction que chaque juif est toujours victime de persécution, alors qu’eux-mêmes persécutent les Palestiniens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire