samedi 12 mai 2018

Syrie. La confrontation directe

Après l’échec total des tentatives de changement de régime en Syrie au moyen de forces terroristes auxiliaires se réclamant en apparence de l’islamisme radical et relevant des services spéciaux de l’OTAN, des riches pétromonarchies arabes et d’Israël, les principaux commanditaires du terrorisme en Syrie passent directement à l’action mais se heurtent à une résistance de l’axe Damas-Téhéran avec l’appui actif et prépondérant du Hezbollah libanais.

Cette évolution du conflit au Levant n’était pas seulement prévisible mais fort attendue. Elle confirme une fois pour toutes qu’Israël est le principal commanditaire du pseudo « printemps Arabe » afin d’assurer son hégémonie en affaiblissant son environnement proche et éloigné et que les Israéliens sont de facto les principaux belligérants dans la guerre en Syrie, un conflit que la propagande arabe et atlantiste pro-sioniste a tenté mordicus de présenter comme une guerre civile mettant aux prises un pouvoir dictatorial panarabe et une opposition aux aspirations démocratiques libérales.
La réalité des faits et du terrain ont fait voler cette fiction-mensonge en éclats.
Contrairement à la présence militaire russe et iranienne en Syrie, légalement sollicité par le gouvernement syrien, la présence de forces US, britanniques, françaises, émiratis et turques (la liste n’est pas exhaustive) est totalement illégale et relève de la volonté à pallier à l’effondrement des organisations terroristes en créant de nouvelles entités armées dans la direction opposée de celle avec Israël. Cette mesure de diversion a échoué puisque Damas a abandonné le Nord-Est de la Syrie et verrouillé les accès de la province de facto autonome d’Idlib dans le Nord-ouest pour se consacrer à la marche méridionale s’étendant du sud de Damas à Deraa et au Golan, un plateau stratégique partiellement occupé par Tel-Aviv et qui demeure au coeur des revendications syriennes.
L’Arabie Saoudite, le Bahreïn, les Emirats Arabes Unis  et  le Qatar applaudissent des deux mains toute attaque israélienne contre l’axe de la résistance mais ce dernier est loin d’avoir dit son dernier mot.
Après les missiles de croisière Tomahawk, Scalp (Storm Shadow), Delilah, les forces sionistes utilisent des missiles balistiques tactiques de théâtre de type Pershing et des missiles Air-Sol d’un type nouveau et finalement la confrontation directe.
Le concept de terrorisme islamiste que l’on peut à juste titre qualifier de Salapiste (j’emprunte ce terme à l’un des contributeurs du forum) est bel et bien mort après près de quatre décennies de mensonges et de fiction. [1]
Nous voici revenus aux fondamentaux comme en 1941-1945.

[1] Le terrorisme islamiste est loin d'être mort. Effectivement balayé en SYRAK, il est au pouvoir en Tunisie (TUNISTAN) en Libye, et ailleurs, ce qui lui permet d'avoir des bases solides d'attaques contre les pays non soumis à la "Communauté Internationale" alias l'Axe du Mal : USA/OTAN/Israël.
Aux dernières élections municipales, grâce aux méthodes habituelles des islamistes (corruption, achat des votants devant les bureaux de vote, promesses fallacieuses du paradis d'Allah, mosquées centres de propagande et de recrutement terroriste, etc..), les islamistes ont remporté les élections municipales. Avec un record d'abstention quasi mondial, les pauvres Tunisiens ne savent plus à quel Sidi (Saint) se vouer. Naturellement, cette abstention record profite aux voleurs menteurs islamistes , malgré tous leurs méfaits. 
C'est le même phénomène qu'on observe vis à vis des "gardiens des lieux saints" que sont la bande judéo-wahhabite qu'on appelle Saoudiens. Malgré le fait qu'ils fournissent chaque année des centaines de milliards de dollars aux juifs américains et israéliens, alors que plus de 80% des musulmans  crèvent la dalle sous le seuil de pauvreté, des millions de musulmans se battent comme des chiffonniers pour leur verser leurs pauvres économies en allant à La Mecque tout au long de l'année.
Ces Musulmans sont soit masochistes soit inconscients, soit les deux. 
Marx ne s'est pas trompé : la religion  est bien l'opium du peuple.

D'ailleurs, j'ai toujours trouvé curieux que l'Islam a aboli TOUTES les croyances païennes et tous les rites qui existaient à la Mecque avant l'Islam,  SAUF le pèlerinage.

Ce pèlerinage, avant l'Islam,  comprenait des rites similaires au hajj, dont le fait de tourner autour de la Kaâba, un culte répandu au Proche-Orient depuis l’Antiquité. Les pèlerins pré-musulmans revêtaient également des vêtements rituels et se rasaient le crâne en signe de sacralisation. Sur le plateau de Arafat, ces pèlerins honoraient également des divinités, par le biais de prières ou de sacrifices d’animaux, afin que celles-ci exaucent leurs souhaits ou leur donnent un signe divinatoire. Autant de rites que le Prophète Mohammed a conservé et restauré tout en les islamisant. "Jusqu’à la découverte du pétrole, le hajj était la première ressource de l’Arabie ", rappelle l’historien Luc Chantre, spécialiste du pèlerinage à l’époque coloniale.
"Même avant l’avènement de l’islam, la Mecque était une place marchande. C’était un lieu d’échange international où le religieux et le commerce ont toujours été liés".
En 2017, le pèlerinage a rapporté 20 milliards $ dans les poches saoudiennes. Si nous prenons cette somme comme moyenne annuelle depuis l'avènement de l'Islam, nous trouvons que le pèlerinage a rapporté, aux descendants koraïchites de Mahomet, l'équivalent de 28.000 milliards de $ (1400 ans x 20) ! AUCUN HOMME n'a fait mieux que le Prophète Mahomet !
Ce faisant, Mahomet a assuré des revenus colossaux et pour l'éternité, à sa tribu et à ses descendants.

VOIR AUSSI :


   Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

  1. karl marx n"est pas mort on dirait...
    l'homme marx est bel et bien mort, mais marx l'idée demeure

    RépondreSupprimer