mercredi 23 mai 2018

USA. Une plongée dans le marécage de Trump


Il y a un an, Trump a prêté allégeance au globe Wahhabite. Le globe qui les gouverne tous : Cette prestation de serment à l'étoile de la mort wahhabite faisait partie de l'ouverture du potemkiniesque "Global Center for Combating Extremist Ideology" à Riyad.  Les Saoudiens ont arrangé tout ce cinéma pour flatter Trump en combattant l'Iran pour eux. Ils espèrent avoir acheté l'obéissance de Washington.
http://www.moonofalabama.org/images5/theorbrulesthemall.jpg

L'effort saoudien de "lutte contre le terrorisme" visait ses rivaux locaux, le Qatar et l'Iran. Trump a fortement soutenu la campagne anti-Qatar saoudienne jusqu'à ce que le Pentagone lui dise finalement que le Qatar abrite la plus grande base aérienne étatsunienne au Moyen-Orient, qui ne peut pas être déplacée à tout moment.
Maintenant, une histoire intéressante émanant de l'Associated Press donne un arrière-plan à la déférence de Trump à Riyad. C'est le résultat de nombreux pots-de-vin et de nombreuses affaires louches. La manière dont Trump ou sa famille a profité de ces derniers n'est pas encore connue.
    Après une année passée à séduire avec soin deux princes de la péninsule arabique, Elliott Broidy, l'un des meilleurs collecteurs de fonds du président Donald Trump, pensait qu'il était enfin sur le point d'obtenir plus d'un milliard de dollars en affaires.
    Il s'était entiché de princes héritiers d'Arabie saoudite et des Émirats Arabes Unis, qui cherchaient à modifier la politique étrangère des États-Unis et à punir le Qatar, un archi rival dans le Golfe qu'ils nommaient "le serpent".
    ...
    Broidy et son partenaire d'affaires, l'étatsunien libanais George Nader, se sont présentés aux princes héritiers comme une courroie de transmission à la Maison Blanche, transmettant les louanges des princes - et les messages - directement aux oreilles du président.
    ...
    En échange de la promotion de politiques anti-Qatar aux plus hauts niveaux du gouvernement étatsunien, Broidy et Nader s'attendaient à d'énormes contrats de consultation avec l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, selon une enquête de l'Associated Press basée sur des interviews avec plus d'une vingtaine de personnes et des centaines de pages de courriels divulgués entre les deux hommes. Les courriels examinés par l'AP comprenaient des résumés de travail, des documents contractuels et des propositions.
Depuis que les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite ont ouvert une querelle contre le Qatar, ils ont cherché à obtenir le soutien des États-Unis pour leur position. La campagne anti-Qatar est liée à la campagne anti-iranienne et toutes deux bénéficient d'un fort soutien israélien. En réponse aux efforts saoudiens, le Qatar a engagé une société pour pirater les courriels de l'ambassadeur des Émirats arabes unis à Washington DC et d'autres personnes impliquées dans l'effort de lobbying saoudien. Les deux parties ont dépensé des sommes énormes pour des pots-de-vin, déguisés en dons de campagne des États-Unis au Congrès et à la Maison-Blanche, afin d'influencer la législation et le comportement des États-Unis :
    Des résumés écrits par Broidy de deux réunions qu'il a eues avec Trump - dont l'une n'a pas été divulguée auparavant - rapportent qu'il passait des messages au président de la part des deux princes et qu'il a déclaré à Trump qu'il cherchait à faire affaire avec eux.
    En décembre de l'année dernière, les partenaires ont connu une vague de succès dans leur campagne pour créer une propagande anti-Qatar à Washington.
    L'Arabie Saoudite a trouvé alors une nouvelle ascendance après l'élection de Trump. Selon les e-mails, Broidy a cherché à en revendiquer le crédit, et était désireux de recueillir le premier versement de 36 millions de dollars pour un contrat de collecte de renseignements avec les Émirats arabes unis.
    Tout aurait pu se dérouler sans heurts, sauf qu'il y avait un facteur à prendre en compte : la nomination de Robert Mueller comme conseiller spécial chargé d'examiner les allégations d'ingérence russe dans les élections de 2016.
Il n'y a pas eu d'"ingérence russe" dans les élections étatsuniennes. Tout ce que Mueller a trouvé au cours d'une année d'enquêtes, c'est une petite erreur du comportement de la part des conseillers de Trump et d'une société russe de marketing sur Internet qui a essayé de vendre des publicités sur ses sites Web.
La véritable collusion s'est produite entre la famille Trump et Israël, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.
D'énormes sommes provenant des intérêts sionistes et des dictatures pétrolières se sont envolées vers les fonds de campagne et les poches correspondantes. L'un de leurs principaux objectifs était et est d'inciter à la guerre contre l'Iran. Ceux qui ont accès à Trump et de l'influence sur lui, comme Broidy et Nader, ont été largement récompensés.
Le marais que Trump a dit qu'il allait drainer, l'a avalé en entier.
Les protagonistes de l'histoire de l'AP sont Erik Prince, l'entrepreneur militaire privé de Blackwater et George Nader. George Nader, un pédophile condamné [Voir : Pédophilie chez Trump ?] , connaît Prince depuis des années. Il a négocié des paiements de compensation aux familles des Irakiens que les mercenaires de Blackwater avaient tués. En 2012, George Nader a aidé à négocier un marché d'armes de 4,3 milliards de dollars entre la Russie et l'Irak. Erik Prince poursuit ses activités mercenaires en vendant ses armées privées aux Émirats arabes unis et à quiconque est prêt à payer le juste prix.
Broidy a été impliqué dans l'escroquerie du fonds de développement malais d'1 MDB par l'ancien Premier Ministre de Malaisie. Jusqu'à 4,5 milliards de dollars auraient disparu. Pendant que Broidy présentait les plans saoudiens à Trump, il a également passé un gros contrat avec le Pentagone.
La question qui ne trouve pas de réponse dans la longue histoire de l'AP est de savoir comment Trump ou sa famille a profité des largesses saoudiennes. L'un des avantages était probablement son gendre Jared Kushner, qui avait besoin d'une grosse somme d'argent pour garder son investissement dans un gratte-ciel new-yorkais en faillite. Au début de 2017, Kushner a rencontré George Nader à New York. En privé, Nader a qualifié Kushner de "prince clown" :
    Broidy rencontra Trump une fois de plus le 2 décembre et rapporta à Nader qu'il avait déclaré à Trump que les princes héritiers étaient "très favorablement impressionnés par son leadership". Il a offert l'aide des princes héritiers dans le plan de paix au Moyen-Orient en cours d'élaboration par Jared Kushner. Il n'a pas dit à Trump que son partenaire avait un mépris total pour le plan - et pour le gendre du président.
    "Mon frère, tu devrais entendre en privé ce que les directeurs pensent des efforts du prince clown et de son plan !" a écrit Nader. "Personne ne ferait affaire avec lui s'il n'y avait pas sa femme."
    Quelques jours après la rencontre de Broidy avec Trump, les Émirats arabes unis ont accordé à Broidy le contrat de renseignement que les partenaires recherchaient depuis cinq ans, jusqu'à 600 millions de dollars, selon un courriel qui a fait l'objet d'une fuite.
Au début de 2017, la famille de Kushner [Voir : RAPPORT EXPLOSIF: la famille du Crime Kushner contrôle maintenant la Maison Blanche]  a essayé d'obtenir de l'argent qatari pour l'actif en difficulté de la famille au 666 de la 5ème Avenue. Les Qataris ont refusé. Quelques semaines plus tard, Jared Kushner a soutenu le blocus saoudien contre le "bailleur de fonds du terrorisme" à savoir le Qatar.
En mars 2018, le Qatar était enfin prêt à payer pour sauver les biens immobiliers de Kushner. Miracle : Peu de temps après, Trump a fait du Qatar un allié dans la lutte contre le terrorisme.
Cette séquence d'événements est bien sûr une pure coïncidence. Trump et sa famille ne peuvent pas être soudoyés. Ils flottent au-dessus du marais. (Je plaisante.)
Dans les informations connexes, le Psy-Group, une société israélienne qui a influencé les médias sociaux pour la campagne Trump, a été fermé :
    Selon le rapport du New York Times, le fils de M. Trump, Donald Trump Jr. a rencontré M. Zamel des mois avant les élections. A l'époque, Psy-Group était en train de développer une proposition pour une "campagne de manipulation en ligne secrète de plusieurs millions de dollars" pour aider M. Trump à gagner les élections, a rapporté le New York Times, citant quatre personnes familières du sujet.
    La campagne aurait été annulée après que le Psy-Group ait appris que sa participation aux élections serait illégale. Le New York Times a rapporté que M. Zamel a encore reçu un paiement estimé à environ 2 millions de dollars d'un associé de Trump.
Payé par qui ? Et pour quoi ?
Un an après le lancement de l'enquête Mueller sur l'influence étrangère indue dans les campagnes et la politique aux États-Unis, il se penche enfin sur les véritables coupables. Personne n'a plus d'influence sur les élections et les politiques étatsuniennes que le lobby israélien et les monarchies du Golfe. C'est à ce moment-là que l'enquête Mueller sera probablement interrompue. Il y a trop de gens qui profitent du marais et de l'argent sale qui circule. Aucun des deux partis au Congrès n'a intérêt à faire connaître leurs relations avec l'argent de la campagne du lobby pro-israélien et les pots-de-vin des monarchies du Golfe.
Avec le départ de Mueller, les affaires pourront reprendre sans encombre. Le marais va s'agrandir.
Source : A Dive Into Washington's Swamp
http://www.moonofalabama.org/


Traduction SLT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire