lundi 14 mai 2018

SYRIE. Israël a détruit les systèmes Pantsir et S-200. La Russie refuse de livrer des S-300


Réaction russe: "Pas de transfert de S-300, la Syrie a tout ce dont elle a besoin".
L'explication de la Russie pour affirmer pourquoi les S-300 ne vont pas être livrés à la  Syrie est bizarre et manifestement fausse.
Plutôt que d'admettre qu'elle a ses propres raisons de ne pas vouloir renforcer les défenses aériennes syriennes, la Russie vante l'efficacité de ces dernières et prétend qu'elles sont parfaitement adéquates, alors qu'en 7 ans, elles n'ont pas été en mesure de dissuader Israël de commettre des attaques quasi hebdomadaires.

Le 10 mai, les frappes israéliennes sur les positions de l'armée syrienne à travers le sud de la Syrie. Israël a tiré au moins 60 missiles de croisière. Les Russes disent que les défenses aériennes syriennes ont détruit près de la moitié de celles-ci avant l'impact. Ce serait une performance incroyable.
Cependant, il y a un autre côté de l'histoire. Israël a diffusé des images de l'un des missiles alors qu'il frappe une unité de défense aérienne à courte portée, un Pantsir-S1 de fabrication russe. Cela est très embarrassant pour les Russes et les Syriens, car Pantsir, avec ses canons à tir rapide et ses missiles, a été conçu pour défendre des positions clés contre ce genre de menaces - mais il ne pouvait pas se défendre lui-même. Il est vrai que l'unité Pantsir n'était pas camouflée ou enterrée. Elle était assise à l'air libre sur le tarmac de la base aérienne. C'est extrêmement imprudent et amateur. Très probablement, l'unité n'était même pas allumée, ou attendait une recharge de munitions (pourquoi sortir à l'air libre?).
Cependant, le Pantsir n'était pas le seul à être détruit. Les Israéliens ont également détruit un certain nombre de radars de S-200. Le système S-200 est livré avec un missile plus lourd pour la défense aérienne à longue distance. Il est positivement ancien étant entré en service dans les années 1960 et n'est plus utilisé par la Russie. Pourtant, c'est le meilleur dont dispose la Syrie !
Dans le même temps, la Russie a déclaré que le transfert des nouveaux systèmes S-300 à la Syrie n'est pas dans les cartons pour le moment. Le responsable russe en charge de l'assistance militaire aux autres pays a déclaré que "la Syrie a tout ce dont elle a besoin". Cela me semble une chose très étrange à dire à un moment où ses S-200 sont réduits en tas de ferrailles.
Les médias israéliens lient la déclaration russe au lobbying de Netanyahu [1] contre le transfert des S-300 lors de sa visite à Moscou le 9 mai, mais la Russie affirme que les deux ne sont pas liés. Je suis réellement disposé à croire cette dernière, mais pas l'explication du Kremlin.
Il y a des raisons valables pour lesquelles la Russie hésiterait à donner à la Syrie le S-300. Premièrement, il y a des problèmes politiques et optiques. Les Israéliens tirent maintenant leurs missiles de l'espace aérien israélien (palestinien) et libanais. Se défendre contre eux entraînerait la chute des avions israéliens sur Israël. Maintenant, si cela est accompli par l'aide militaire russe (la Syrie ne peut raisonnablement pas payer pour les S-300), vous commencez à voir ce que je veux dire ... Si, à cause de Poutine,  les avions israéliens commencent à tomber du ciel en Israël, les juifs américains peuvent enflammer la russophobie dans la célèbre Amérique pro-israélienne d'autant plus facilement.
Aussi, il est tout à fait possible que la Russie n'ait pas envie de payer la note. L'armée de l'air israélienne est grande et techniquement sophistiquée. Il n'y a aucune garantie qu'elle peut être découragée e par juste une batterie ou deux de S-300. Très probablement, il faudrait une accumulation beaucoup plus importante des défenses aériennes syriennes, une accumulation que la Russie ne veut peut-être pas financer. Surtout à un moment où elle réduit même ses propres dépenses de défense.
Dans les années 1970, Israël et l'Égypte ont mené une guerre d'usure aérienne. Les défenses aériennes de l'Égypte entraînées par les Soviétiques et fournies par les Soviétiques ont infligé des pertes inacceptables à l'armée de l'air israélienne, mais Moscou a fini par payer la note. Poutine, qui commande un pays plus petit que Brejnev et un pays beaucoup moins ambitieux, n'a probablement pas trop envie de marcher sur le chemin des Soviets.
C'est tout à fait compréhensible et probablement sage, mais dire que la Syrie a toutes les défenses aériennes dont elle a besoin maintenant - quand Israël l'a frappée avec une quasi-impunité maintenant pendant presque sept ans, est manifestement faux et très bizarre à dire.
La véritable explication est que la Russie n'est pas disposée à assumer les risques et les fardeaux de l'armée syrienne pour vérifier l’efficacité supposée des S-300 si les Israéliens décident d'être vraiment têtus dans leurs attaques.
Cela provoquerait les élites pro-israéliennes de Washington et coûterait à la Russie financièrement et politiquement, pour peu de profit, car Netanyahu rassure Poutine qu'Israël ne cherche pas à modifier l'issue de la guerre civile syrienne, mais ne fait que repousser l'influence iranienne en Syrie.
Donc Moscou rassure Israël qu'il ne réagira pas à ses frappes. La colère russe ne s'élève que lorsqu’Israël agit de manière à déclencher une guerre entre les États-Unis et Assad, comme ce fut le cas le mois dernier. Cela a donné lieu à la menace russe, ils peuvent fournir à la Syrie de meilleures défenses aériennes, mais la menace russe semble maintenant sonner dans le vide.
VIDÉO : Les Pantsir détruits - 2 soldats de la défense aérienne ont été tués dans l'attaque.
ć
Marko est un rédacteur en chef adjoint de Russia Insider
depuis novembre 2014 et la principale force dans la création de ce site.

Titre original Israel Took out a Syrian Pantsir Air Defense Unit, S-200 Radars. Russia: ‘No S-300 Transfer, Syria Has All It Needs’

NOTES
[1] Sous la pression du lobby judéo-russe, Poutine renonce à livrer les S-300 à la Syrie 
----------------------------------------------------------------------
VOIR AUSSI :
    Annonce importante : (8 mars 2018) 
    Depuis son apparition, cet article a provoqué un tollé. Il a été réédité des dizaines de fois en anglais et en russe, a reçu plus de 350/000 vues, et plusieurs articles ont été écrits à ce sujet, à la fois critiquant et soutenant, dans une mesure à peu près égale. Il continue à être lu activement. Les presque 2000 commentaires ci-dessous sont extraordinaires dans leur longueur, et courent à des centaines de pages de texte, 20 ou 30 fois la longueur de l’article lui-même.  Ils sont 90% favorables.
    Depuis l’annonce de cette politique éditoriale, nous avons publié une quarantaine d’articles sous notre nouvelle rubrique: « La question juive », qui a de nouveau généré des centaines de milliers de vues et des milliers de commentaires. Nous avons un important arriéré d’articles que nous publierons au cours des prochains mois – il y a un énorme stock de matériel de qualité supérieure, plus que ce que nous pouvons publier.
    J’ai été inondé de lettres d’encouragement et de soutien, de dons et de nombreuses soumissions. Merci à tous! Je suis content que tant de gens soient d’accord avec ma décision.
    Si vous n’êtes pas intimidé par l’intimidation, et d’accord avec moi qu’il est temps de parler de cette question cruciale, alors s’il vous plaît inscrivez-vous!
    Charles Bausman
    Russia Insider
     

    2 commentaires:

    1. Ce qui me fait jaser le plus ,c'est le fait que l'ordre de detruire le Pantzir est parti de Moscou,ce soir là et les russes ont laissé faire...toute une symbolique que je ne comprend pas ou simplement un message des dirigeants russes

      RépondreSupprimer
    2. Je pense que poutine piétine en ce moment

      RépondreSupprimer