jeudi 24 mai 2018

Les malheurs de l'empire (I)


Paniqués, on le serait à moins à Washington. Pour l'empire, c'est 2016 qui recommence...
L'Eurasie se rapproche inexorablement, encouragée en ce sens par les gesticulations américaines. Un accord préliminaire en vue de la création d'une zone de libre échange a été paraphé entre l'Union Économique Eurasienne (UEE) et l'Iran, ce qui permettra d'adoucir les éventuelles sanctions US. Inutile de dire que les échanges ne se feront pas en dollars mais en roubles.

Chose intéressante, la signature a eu lieu quelques jours après la décision unilatérale de Donaldinho sur le nucléaire iranien. On a là un énième exemple du savoir-faire de Vladimirovitch : sans bruit, sans vagues, prendre une décision susceptible d'aider considérablement un allié tout en déminant les effets de l'agitation impériale.
De leur côté, après deux ans de négociations, les Chinois ont signé avec cette même UEE un accord économique et commercial qui devrait entrer en vigueur dès l'année prochaine. A mettre en relation avec les Nouvelles routes de la Soie qui gagnent déjà quotidiennement en importance bien que le pharaonique projet ait à peine débuté. Le commerce entre les pays concernés - Chine, Russie, Inde, Asie centrale - a considérablement augmenté, pas toujours dans le sens que l'on croit d'ailleurs. Ainsi, les importations du dragon ont bondi de 20% (666 Mds d'équivalents dollars) tandis que ses exportations ont crû de 8,5% (774 Mds). Nous étions plutôt habitués à l'inverse...
Après une avantageuse visite en Chine fin avril, où les différends frontaliers près du Bhoutan n'ont pas été publiquement abordés, le premier ministre indien Modi a fait un petit tour à Sochi pour rencontrer Poutine afin de "renforcer la relation stratégique spéciale" entre Moscou et New Delhi. Entre autres sujets abordés, la coopération militaire (S-400, Sukhois...)
Tout ce joli monde se retrouvera à Qingdao le mois prochain pour, non pas boire la délicieuse bière locale, mais inaugurer le nouveau format de l'Organisation de Coopération de Shanghai, la structure qui monte, qui monte... L'Inde et le Pakistan en faisant désormais pleinement partie, l'OCS regroupe la moitié de la population mondiale - dont les deux pays les plus peuplés de la planète -, s'étend sur près de 40 millions de km², compte quatre puissances nucléaires et bénéficie des ressources énergétiques fabuleuses de la Russie et de l’Asie centrale.
L'hôte a déjà dévoilé l'un des thèmes majeurs, avançant le concept d'une "sécurité commune, globale, coopérative et durable", et la promotion d'un "modèle de gestion de la sécurité résolvant à la fois les symptômes et les causes principales afin de porter la coopération de l'OCS sur la sécurité à un nouveau niveau". Si l'empire maritime américain ne peut plus mettre le continent-monde à feu et à sang afin de le maintenir divisée, où va-t-on ma bonne dame... L'intégration eurasiatique semble inarrêtable, ce qui ne surprendra pas le fidèle lecteur de nos Chroniques (entre autres ici, ici, ici ou encore ici).
Cela sans compter la bourde stratégique impériale de se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien. Si la décision a sa logique interne - plaire aux derniers clients de l'hégémon déclinant : Arabie saoudite et Israël -, elle risque fort de se révéler à terme catastrophique pour Washington.
L'objectif réel de Barack à frites en signant l'accord de 2015 n'avait rien de pacifique ou de noble ; il s'agissait de rendre les dirigeants iraniens plus malléables aux concessions (quitter la Syrie ou cesser le soutien au Hezbollah par exemple), et surtout d'éloigner l'Iran du couple sino-russe. La décision donaldienne et les sanctions qui en découlent vont au contraire pousser Téhéran dans les bras de l'Eurasie. L'alliance naturelle Russie-Chine-Iran en sortira renforcée et Spykman doit se retourner dans sa tombe...
Moscou et Téhéran, qui ne commercent plus en dollars, continueront leurs échanges comme si de rien n'était. Et l'accord voulu par Poutine entre l'UEE et l'Iran, que nous avons évoqué plus haut, le démontre.
Pour bien signifier que les relations commerciales sino-iraniennes continueront elles aussi contre vents et marées, Pékin vient d'ouvrir une ligne ferroviaire de fret de 8.000 km reliant les deux pays et le mastodonte énergétique chinois CNPC est d'ors et déjà prêt à remplacer Total sur le gisement gazier South Pars. A ce titre, la réaction nounouille de Micron n'est guère surprenante vu le parcours du personnage :
« Les conséquences indirectes de la décision américaine vont favoriser les positions russes et chinoises dans la région et avantager leurs entreprises. Mais nous n'allons pas déclencher une guerre commerciale avec les États-Unis sur l'Iran ou contre-sanctionner des entreprises américaines ».
Trop émoustillé par ses caresses au Donald lors de son séjour à la Maison Blanche ? La soumission de l'occupant de l'Elysée contraste en tout cas avec la combativité allemande, déjà visible à propos du Nord Stream II. L'eurocratie va-t-elle franchir le Rubicon et abandonner le dollar dans ses transactions pétrolières avec l'Iran ? Connaissant la clique impuissante de Bruxelles, rien n'est moins sûr...
Mais cette affaire a au moins le mérite de renforcer encore un peu plus la méfiance vis-à-vis du billet vert et de compromettre le pétrodollar sur lequel l'empire base une grande partie de sa puissance. Les Chinois n'en demandaient pas tant, eux qui préparaient depuis longtemps et ont lancé fin mars en fanfare leurs contrats à terme sur le pétrole libellés en yuan :
Les dernières péripéties ne pourront qu'augmenter l'attrait du pétroyuan, que Pékin encourage vivement. Même si la route est encore relativement longue avant de le voir surpasser le pétrodollar, c'est une menace mortelle pour l'empire.
D'autant plus que, événement crucial totalement passé sous silence, le paiement des intérêts de la dette américaine va pour la première fois de l'histoire dépasser le budget militaire. Or, c'est grâce à l'utilisation planétaire du dollar, notamment le pétrodollar, que les Etats-Unis ont financé leur dette depuis 1944 comme nous le rappelions il y a trois ans :
Alors que la poussière du débarquement de Normandie venait à peine de retomber et que la guerre contre l’Allemagne était loin d’être terminée, les Etats-Unis réunirent une quarantaine de pays à Bretton Woods pour préparer leur domination future. Contrairement à la Première guerre, leur intervention dans le second conflit mondial n’avait rien de débonnaire. C’était décidé, ils allaient s’intéresser aux affaires du monde. Et pour ce pays pétri d’idéologie messianique, convaincu d’être "la nation indispensable", s’intéresser au monde équivalait à le dominer.
Ce 22 juillet 1944, les délégués signèrent ni plus ni moins la domination universelle du dollar pour les décennies à venir, organisant le système monétaire international autour du billet vert. Parmi les nouveautés, un FMI et une Banque mondiale prêtant tous les deux uniquement en dollars, obligeant ainsi les pays demandeurs à acheter de la monnaie américaine, donc indirectement à financer les Etats-Unis. Le dollar était la pierre angulaire de tout le système, intermédiaire unique et indispensable pour demander un prêt, acheter de l’or et bientôt acheter du pétrole (pétrodollar en 1973). De Gaulle s’élevait déjà contre cette capacité inouïe de l’Amérique à "s’endetter gratuitement", donc à faire financer sa domination sur les autres par les autres. Giscard, qui n’avait pourtant rien d’un marxiste anti-impérialiste, parlait de "privilège exorbitant". Nixon répondait : "notre monnaie, votre problème".
On ne peut certes pas résumer les causes de la domination états-unienne de l’après-guerre au seul statut de sa monnaie, mais celui-ci a joué un rôle crucial. C’est ce que Washington est en train de perdre…
Pour beaucoup, la chute du dollar est désormais inévitable, entraînant avec lui l'empire. Seule la date pose question et les Chinois pourraient avoir leur mot à dire en accélérant le processus. Qu'ils convainquent, comme ils essaient de le faire depuis des mois, les Saoudiens de "switcher" le pétrodollar contre le pétroyuan, ce que nous envisagions en 2015, et l'édifice impérial s'écroule.
En passant, posons une question audacieuse qui, précisons-le tout de suite, ne s'appuie sur rien d'autre qu'une vague intuition personnelle : y a-t-il un éventuel rapport avec la soudaine disparition du liderissimo de Riyad, le prince héritier MBS, aux abonnés absents depuis plusieurs semaines ? Fin de notre petite parenthèse/hypothèse.
Le grand mouvement de dédollarisation qui commence à toucher la planète est à mettre en parallèle avec le pari de l'or fait par - qui d'autre ? - l'infernal duo sino-russe qui accumule le métal précieux depuis des années. Objectif : créer un système financier solide basé sur l'or et détruire ainsi la domination du dollar et autres monnaies papier des pays occidentaux endettés jusqu'au cou.
Déjà, Pékin et Moscou s'entendent comme larrons en foire :
De fait, le mariage aurifère est assez poussé. La Chine paye en yuans le pétrole russe qu'elle importe. Avec ces yuans, Moscou se précipite... à Shanghai pour acheter de l'or ! Circuit autarcique dont le dollar est totalement absent.
Assistera-t-on bientôt à un échange direct pétrole contre or ? Nous y allons tout droit. Ce système parallèle s'étendra-t-il ? C'est ce qui se prépare doucement mais sûrement au sein des BRICS, de l'OCS, des banques chinoises, chez certains alliés (Venezuela etc.) Et ce n'est certes pas la frénésie américaine de sanctionner tout ce qui bouge, notamment l'Iran, qui arrangera la confiance dans le système financier impérial, bien au contraire. 
La Turquie a d'ailleurs annoncé en avril le rapatriement de ses réserves d'or aux Etats-Unis, lors d'un discours assez dur d'Erdogan. Le sultan a vertement critiqué l'oppression du billet vert et souhaité que les emprunts soient basés sur l'or. Il y a quelques jours, il a remis une couche contre l'empire en soutenant ouvertement Maduro, la bête noire de Washington au Venezuela. Il paraît que la Turquie est membre de l'OTAN...
24 Mai 2018 , Rédigé par Observatus geopoliticus 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire