jeudi 10 mai 2018

Trump veut déclarer la guerre à l'Iran




Contre tout bon sens, considérations morales et droit international, le président américain Donald Trump a décidé de placer les États-Unis en dehors de la soi-disant communauté internationale et de s'isoler, pas l'Iran.

Il a retiré les États-Unis de l'un des plus importants accords négociés en faveur de la paix jamais signés: celui qui empêche l'Iran (s'il a jamais voulu) d'acquérir des armes nucléaires: le plan d'action global conjoint, JCPOA, de juillet 2015 - tout sur cet accord et son texte ici).

Il convient de noter que l'accord sur le nucléaire est incorporé dans le droit international par la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies, même si les États-Unis ont déjà déclaré - en tant qu’État d'exception - qu'il ne considérait pas l'accord comme contraignant.
À l'exception de l'Allemagne, l'accord a été négocié - cyniquement, bien sûr - par des pays qui ont eux-mêmes des milliers d'armes nucléaires.
Il n'a jamais mentionné le seul État de la région qui les possède, contre le droit international et les résolutions de l'ONU et, qui, en outre, n'a pas signé le Traité de non-prolifération (TNP). Cet État, c'est Israël dont les politiciens occidentaux et leurs médias menteurs omettent de parler de ses armes nucléaires de manière aussi systématique et uniforme que si elle était orchestrée par une main invisible d'en haut.[1]
En 2014-2015, beaucoup d'entre nous ont déclaré que l'alternative à un accord négocié serait la guerre. Je suis toujours convaincu que l'annonce du président Trump équivaut à une déclaration de guerre contre l'Iran. 
Une série de développements depuis lors au Moyen-Orient pointe dangereusement dans ce sens.
Le discours de Trump fut extrêmement belliqueux et une longue violation systématique de l'article 2.4 de la Charte des Nations Unies: «Tous les membres s'abstiennent de recourir à la menace ou à l'emploi de la force contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique d'un État. toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies. " Trump se comporte comme un cow-boy hors-la-loi, un desperado. 
Sans aucun doute, la décision elle-même, la manière dont elle a été annoncée ainsi que les menaces liées à l'avenir n'étaient qu'une série de violations indiscutables de la Charte des Nations Unies. À toutes fins pratiques, il semble également oublier que l'Iran a le droit de se défendre conformément à l'article 51 de la Charte des Nations Unies.
Qui a et qui n'a pas honoré le JCPOA?
Ce sont les États-Unis qui n'ont jamais honoré leurs engagements du JCPOA: les anciennes sanctions ne sont pas complètement levées, de nouvelles sanctions sont installées et le Trésor américain contrôle tous les échanges de devises via le dollar dans le but de punir les entreprises et les banques qui commercent et investissent en Iran.
Vers la fin, Trump a déclaré son admiration pour le peuple iranien : des larmes de crocodile.
Mais depuis 1979, son pays a fait tout ce qui était en son pouvoir pour causer des problèmes, notamment économiques, au peuple iranien. Il semble maintenant avoir une joie perverse et sadique en annonçant de nouvelles sanctions et, à la fin de la longue route, de  tuer des gens: Rappelons-nous les 13 années de sanctions contre l'Irak qui ont tué plus d'Irakiens innocents que l'invasion et l'occupation militaires. Les sanctions de Trump sont ouvertes à l’infini.
Contrairement aux USA, selon l'Agence internationale de l'énergie atomique à Vienne et tous les autres experts, l'Iran a rempli son côté de l'accord dans les moindres détails.
CNN déclare : "Note: Le directeur du renseignement national, le secrétaire d'État et le secrétaire à la Défense ont tous dit au cours des deux derniers mois qu'ils (Les Iraniens) se conforment à l'accord.".
La référence faite par Trump au discours du comédien corrompu israélien Netanyahu, il y a quelques jours, montre à quel point l'administration de son gouvernement a été démentie par une série d'experts indépendants, dont Gareth Porter ici.
Pas étonnant que l'Occident parle de se battre contre les fausses nouvelles parce que d’autres en utilisent. Pas étonnant qu'il blâme les autres pour les violations du droit international. C'est ce qu'on appelle la projection psycho-politique de ses propres côtés sombres. Et les armes nucléaires, les menaces et les mensonges appartiennent aux côtés sombres de l’Occident.
Pourquoi l'Iran n'est pas une menace
Malheureusement pour les milieux de la politique étrangère militariste américaine, l'Iran n'est pas une menace pour les États-Unis ou leurs alliés.
Pendant plus de 250 ans, l'Iran n'a envahi personne : ce n'est pas exactement un record que l'Occident et Israël peuvent égaler. L'Iran est en Syrie pour combattre le terrorisme que les États-Unis prétendent combattre depuis le 11 septembre 2001 (avec le résultat merveilleux que 17 ans plus tard, 80 fois plus de personnes dans le monde sont tuées dans des actions de terreur politique qu'à l'époque). Sans compter que l’Occident chouchoute, arme, finance, soigne et maintient  ses terroristes islamistes « modérés » (ceux qui ne tuent que les « méchants », c'est-à-dire ceux qui s’opposent au diktat occidental, comme les Syriens ou les Irakiens).
L'Iran est en Syrie sur l'invitation du gouvernement légitime de la Syrie et, par conséquent, en conformité avec le droit international. Ainsi, en est-il aussi de la Russie. Alors que tous les autres États ou groupes (alliés ou amis de l'OTAN, comme la Turquie, l’Arabie Saoudite et Israël) sont impliqués par une violation flagrante du droit international, y compris la Charte des Nations Unies.
L'Iran est-il une grande puissance militaire?
Pour en juger, voyons ce que disent les chiffres récemment publiés par le SIPRI, l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm.
Les dépenses militaires de l'Iran (plus de 80 millions de personnes et un immense territoire) s'élèvent à 15 milliards de dollars. En cas d'attaque contre l'Iran, il pourrait  être soutenu par la Russie ou la Chine, mais cela est peu probable.
Qui va commencer par l'attaquer?
Si c’est Israël, il ne le ferait pas sans un feu vert préalable de la part des États - Unis et de son engagement à aider. L'Arabie Saoudite est maintenant la troisième plus grande puissance militaire en termes de dépenses militaires, c'est-à-dire plus grande que la Russie.
Les dépenses militaires d'Israël s'élèvent à 16 milliards de dollars, soit plus que l'Iran avec une population d'environ 1/10 de l'Iran. Et, rappelez-vous, Israël a des armes nucléaires.
L'Arabie saoudite s'est dressée contre l'Iran depuis longtemps et a construit une coalition. Les dépenses militaires saoudiennes s'élèvent à 69 milliards de dollars, Oman $ 9 milliards et  Bahreïn 1 milliard de dollars. Ainsi,  nous arrivons à l'Iran 15 milliards de dollars contre 16 + 69 + 9 + 1 = 95 ou un ratio régional de 15/95.
Les dépenses militaires des États-Unis s'élèvent à 610 milliards de dollars américains, la France à 69 milliards de dollars américains et le Royaume-Uni à 47 milliards de dollars américains.
Alors, l'Iran est-il une menace? L'Iran est-il susceptible de déclencher une guerre?
Peu importe ce que vous pourriez penser de l'Iran, ce n'est pas une menace. Il sait très bien qu'il a en face de lui 4 États dotés d'armes nucléaires,  et un groupe d'adversaires et de dirigeants haïssant l'Iran. Leurs dépenses militaires combinées sont globalement, selon les derniers chiffres, de 820 milliards de dollars et beaucoup plus sophistiquées techniquement. Et il sait que, même si ses propres dépenses militaires s'élèvent à 16 milliards de dollars, donc la coalition internationale qui pourrait être impliquée dans une guerre en Iran et dans ses environs est 55 fois plus importante en termes de budget militaire.
Alors oublions ça. C'est une absurdité exemplaire de la politique étrangère occidentale.
Les Iraniens ne sont ni malades mentaux ni suicidaires. En outre, contrairement à la quasi-totalité de ses ennemis militaires potentiels, l’Iran est défensif dans sa posture militaire et sa politique étrangère. L'Iran a gagné en force dans la région, principalement parce que les pays occidentaux / l'OTAN vont de fiasco militaire en fiasco, plus dévastateurs et prévisibles les uns que les autres.

Hannibal GENSERIC

5 commentaires:

  1. Seuls les AVEUGLES les SOURDS et les MUETS ne peuvent comprendre. AVEUGLES , SOURDS et MUETS ils semblent ne pas vouloir faire marche-arrière .C'est prédit !!!!

    RépondreSupprimer
  2. Une guerre n'est pas mathématique,lexemple de l'Irak,donc l'Iran serait beaucoup plus compliqué

    RépondreSupprimer
  3. En faiot c'est légal du point de vue du Droit International de se retirer d'un Traité... par exemple de le Brexit est légal.

    Ensuite ce n'est une surprise que pour ceux qui n'écoutent pas ce que Trump déclarait dès sa campagne concernant, l'Iran et suivez bien la Chine : ce gars là, à la différence de la plupart des politiciens "pros" dit ce qu'il fait et fait ce qu'il dit... il a été élu pour ça ... ça s'appelle la Démocratie... du moins en surface.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bizar que le kwak kwak US décide tout seul et ne consulte pas les autres membres de l'alliance ?

      Supprimer
  4. Pas de coincidence just préplanifié, US + ISraeHELL , criminal brothers in arms !

    RépondreSupprimer