dimanche 13 mai 2018

Sous la pression du lobby judéo-russe, Poutine renonce à livrer les S-300 à la Syrie


La Russie a fait une volte-face humiliante en signalant qu'elle ne fournirait pas à la Syrie les missiles sol-air avancés S-300, malgré l'escalade majeure de la semaine entre la Syrie et Israël, qui a impliqué de nombreuses fusées surface-surface. tirées par les deux parties, principalement à travers la frontière du Golan, et quelque 28 avions israéliens tirant environ 60 missiles air-sol sur la Syrie pendant l'échange. La Russie a réagi en spectateur pendant que son allié et "protégé" syrien subit l’agression juive suivie de destructions et de morts.
C'est la première fois que Poutine fait une volte-face aussi soudaine.
Est-ce le début d'un retrait d'engagement russe en Syrie? Ou est-ce la réalisation que la Syrie peut se débrouiller seule (avec ses vieux missiles datant de plusieurs décennies) après avoir créé de nouvelles règles d'engagement avec Israël? Où est-ce simplement le fait que Poutine, comme Trump, est soumis aux diktats juifs imposés par leurs gendres ultrasionistes ?
La Russie indique maintenant que la Syrie dispose de "tout ce dont elle a besoin" pour repousser l'agression israélienne.
Pour le Jérusalem Post: "Israël craint que le S-300 ne nuise à sa capacité d'attaquer des sites militaires en Syrie qui sont dangereux pour l'Etat juif et permettrait donc à l'Iran de renforcer sa présence militaire dans ce pays".
Reuters rapporte que le conseiller  personnel de Poutine a indiqué le changement de calcul:
Les commentaires de Vladimir Kozhin, un assistant du président Vladimir Poutine qui supervise l'assistance militaire russe à d'autres pays, font suite à une visite à Moscou du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou cette semaine, qui a fait pression sur Poutine pour ne pas fournir les missiles S-300.
"Pour l'instant, nous ne parlons pas de livraisons de nouveaux systèmes modernes de défense aérienne", a déclaré M. Kozhin à Izvestia, lorsqu’il a été interrogé sur la possibilité d'approvisionner la Syrie en S-300.

L'armée syrienne a déjà "tout ce dont elle a besoin", a ajouté Kozhin. Autrement dit, la Russie ne fournira pas à son soi-disant allié, la Syrie, les missiles permettant la protection efficace de son espace aérien contre les attaques israéliennes. Israël est donc libre d’asséner autant de coups que nécessaire pour annihiler les forces syriennes, et accessoirement, iraniennes. Apparemment, les USA protègent infiniment mieux leurs alliés que les Russes.
Pourtant, le mois dernier, les responsables du ministère russe de la Défense ont attiré l'attention du monde entier en annonçant que la Russie "prévoit de fournir de nouveaux systèmes de défense aérienne à la Syrie dans un proche avenir" après une série de frappes israéliennes en Syrie visant, d’après Israël, les troupes et biens iraniens en Syrie. La livraison probable des S-300 a été une constante depuis que le président Trump a ordonné une attaque massive de missile tomahawk contre Damas et d'autres endroits le 13 avril, ostensiblement en représailles aux fausses allégations des terroristes islamistes (Jaish al-Islam lié à Al-Qaïda) d'une attaque chimique contre des civils par l'armée syrienne.
Il faut aussi rappeler que les échanges de tirs de cette semaine ont commencé alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a conclu la visite de 10 heures avec le président russe Vladimir Poutine à Moscou et moins d'un jour après que Trump soit sorti de l'accord nucléaire iranien. Netanyahu a déclaré aux journalistes immédiatement après la courte réunion qu'il s'attendait à ce que la Russie n’agisse pas contre les forces israéliennes alors qu'elles continuent d'escalader les attaques contre la Syrie, soi-disant en appliquant leur "ligne rouge iranienne".

Alors qu'il est possible que Poutine ait personnellement donné le feu vert à Netanyahou pour agir (ou du moins discuté des limitations et des conditions comprises), il est certain que la Syrie a donné une réponse significative sous la forme de 20 à 50 missiles lancés en retour aux nouvelles règles d'engagement imposées par le feu.
Bien que les rapports internationaux aient constamment mis en évidence des frappes du côté israélien, Israël a apparemment fait preuve d'une extrême prudence en empêchant des photographies ou des vidéos de tout dommage potentiel du côté israélien de voir le jour. Selon le professeur d'histoire du Moyen-Orient, Asad AbuKhalil, "la censure israélienne n'a toujours pas permis de faire des reportages sur les victimes ou les dégâts".
Les systèmes de défense antimissile actuelle de la Syrie semblent avoir bien fonctionné. L'agence de presse arabe syrienne (SANA) a rapporté, en citant une source militaire, que les défenses aériennes de l'armée avaient "abattu des dizaines de missiles israéliens, empêchant la plupart d'entre eux d'atteindre leurs cibles", mais certaines roquettes ont réussi à atteindre les radars, un dépôt de munitions. Mais au-delà de cela, les multiples vidéos censées montrer des interceptions directes par les défenses syriennes constituent un argument convaincant.
Se pourrait-il que Moscou comprenne que l'actuel système S-200 fourni par la Syrie (entre autres systèmes intégrés) se porte bien contre les incursions israéliennes et ne voit pas la nécessité d'aggraver davantage les tensions avec Tel-Aviv? Israël a depuis longtemps promis d'attaquer les livraisons de S-300 ou les sites d'installation avant même qu'ils ne soient mis en ligne.
Il y a une autre possibilité que Moscou ait décidé d'aller de l'avant avec les S-300 pour la Syrie tout en se distançant publiquement. Former les Syriens sur le nouveau système prendrait au moins un mois, selon les déclarations militaires russes passées, et impliquerait dans un premier temps le personnel russe pour gérer les systèmes, ce qui risquerait d'aggraver l'escalade avec Israël, surtout si Israël menace de frapper les sites de missiles, même s’il y a du personnel russe sur ces sites.
Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déjà prévenu: "Nous n'avons jamais annoncé ces livraisons en tant que telles. Cependant, nous avons dit qu'après les frappes [des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni sur la Syrie], la Russie se réserve le droit de faire tout ce qu'elle jugera nécessaire. "
Les S-300 et S-400 de fabrication russe sont largement reconnus comme étant de loin supérieurs aux vieux  systèmes S-200 actuels de la Syrie. Si les S-300 sont installés - quelque chose qui semble peu probable dans un proche avenir -, la Syrie pourrait très bien devenir intouchable. Mais c'est précisément ce sur quoi Israël s'inquiète, comme l'a récemment noté Haaretz: "Avec le S-300 de Poutine, l'armée d'Assad pourrait même" bloquer "les avions de l'armée de l'air qui décollent d'Israël." Et comme l'a dit un analyste de la défense israélienne, "Israël devrait être inquiet".
Pour l'instant, cependant, il se pourrait que le lobbying juif de Russie et de Netanyahou ait fonctionné. Ou peut-être Israël s'inquiète-t-il déjà que la Syrie est déjà capable de se défendre avec ses systèmes actuels vieux de 30 ans.

VOIR AUSSI :
 Hannibal GENSERIC


5 commentaires:

  1. Dans les minutes suivant la frappe israélienne contre Quneitra, une première salve de 53 missiles s'est abattue sur le nord du Golan occupé : les sites les plus sensibles de Tsahal et de son appareil de renseignement ont été visés. Certaines sources évoquent un bilan préliminaire de plus de 50 morts et blessés. Ce premier coup, d'une violence inouïe a suffi pour prolonger le QG de l'état-major israélien dans l'effroi : sept chasseurs bombardiers israéliens ont alors décollé pour frapper Damas et Quneitra puis encore Damas, Quneitra et Homs. Mais les frappes n'ont pu venir au bout de la riposte anti-israélienne : les unités de l'armée syrienne ont alors tiré 12 missiles tactiques cette fois contre Jabal al-Cheikh, là où se situent des sites ultrasensibles. Cette deuxième vague de tirs de missiles a poussé l'armée de l'air israélienne à s'activer plus et a impliqué 28 avions de combat.

    RépondreSupprimer
  2. Il n'y a pas longtemps, on nous faisait presque passer Poutine pour un sauveur de l'humanité de l'impérialisme et du sionisme.
    Que s'est-il donc passé en un laps de temps très court pour relever un changement radical dans la politique érrangère russe?
    L'histoire du gendre et du lobby sionistes ne tiennent pas la route, à mon sens.

    RépondreSupprimer
  3. Les USA, après avoir reconnu Jérusalem comme capitale de l'État hébreux, puis décidé de se retirer de l'accord avec l'Iran, ont perdu toute possibilité de jouer les arbitres au Proche Orient. C'est probablement consciemment que Trump a ainsi cédé aux pressions. Il peut ainsi commencer son désengagement du Proche orient tout en attribuant cette responsabilité aux amis d'Israël au sein de son administration.
    L'occasion est donc excellente pour Poutine de prendre le relai et de se positionner comme l'arbitre du conflit.
    La suspension de la livraison des S300 symbolise une prise de distance avec la Syrie et le positionne infiniment mieux pour agir désormais en arbitre crédible.

    RépondreSupprimer
  4. Ce qui expliquerait aussi que les russes aient livré des S300 à l'Iran et pas à la Syrie. Reste à savoir ce qu'a obtenu la Russie en échange ?

    RépondreSupprimer
  5. La Russie a livrée des s300 à l iran car elle avait passé un contrat d achat pour cela. La Syrie non
    De plus les officiels russes n ont jamais dit qu'ils livreraient des s300 à la Syrie. Ils ont déjà modernisé les s200 ( les f16 israéliens en ont fait l'expérience ) les buck et livre des pantshir s1. Les résultats de la dca syrienne sont très bon depuis 2ans sur le nombre des missiles abattus et même un avion israélien ( 1er depuis 30ans ) donc arrêté de cracher sur la Russie. Je ne parle pas du nombre de munitions et de tanks (meme du t90) et vhls blindé qu elle a donné pour reequiper l AAS. Elle a fait plus que n'importe qui pour l'armée syrienne a part l iran.

    RépondreSupprimer