vendredi 18 mai 2018

La famille de Trump applaudit le massacre sioniste des Palestiniens de Gaza


Lors d’une manifestation de colons dans la capitale de la Palestine, Jared Kushner, le gendre de Trump, a mentionné le massacre de Gaza d’aujourd’hui, au cours duquel des soldats israéliens ont tué au moins 52 Palestiniens non armés et en ont mutilé 1 200. Il les a accusés d’être coupables de ce qui leur arrive parce qu’ils protestent contre le vol et l’occupation sioniste de leurs terres :

« Comme nous l’avons vu lors des manifestations du mois dernier et même aujourd’hui, ceux qui provoquent la violence font partie du problème et non de la solution. »

La Maison-Blanche a supprimé cette phrase de sa transcription officielle. Dans son point de presse quotidien, la Maison-Blanche a dit que le massacre commis par l’armée sioniste était une « opération de propagande » du Hamas et des Palestiniens.
En réponse au massacre d’aujourd’hui, l’Afrique du Sud a rappelé son ambassadeur d’Israël. C’est jusqu’à présent le seul pays qui l’a fait. L’Afrique du Sud sait ce que c’est que l’apartheid et la violence coloniale. Elle ne les accepte pas.
Par Moon of Alabama – Le 14 mai 2018
------------------------------------
Trump, alias Cretinho, (comme l’appellent les Sud Américains), respecte ainsi l'une de ses promesses de campagne (pas la meilleure) et vise la réélection en s'assurant le soutien de dizaines de millions d'évangélistes américains. Soit dit en passant, la traditionnelle alliance entre protestants anglo-saxons et juifs, que l'on retrouve des États-Unis actuels à l'Angleterre victorienne en passant par l'Afrique du Sud de l'apartheid, pourrait faire l'objet d'une étude historique enrichissante.
Chose intéressante, l'Afrique du Sud justement, membre des BRICS, rappelle son ambassadeur en Israël. Quant à Erdogan, il y ajoute (temporairement) son représentant aux États-Unis. Le torchon brûle de nouveau entre Ankara et Tel-Aviv :
Cette fois, après la répression des manifestations à Gaza qui ont fait près de 60 morts, Ankara a signifié à l’ambassadeur israélien qu’il n’était plus le bienvenu en Turquie et accuse Israël de perpétrer un génocide dans l'enclave palestinienne. Le consul israélien à Istanbul a lui aussi été déclaré persona non grata.

Israël a, de son côté, convoqué le consul turc à Jérusalem et l’a prié de retourner dans son pays pour un certain temps. « Nous n’avons pas de leçon de morale à recevoir d’Erdogan qui a les mains trempées de sang », affirme Benyamin Netanyahu.
Mais ce n'est pas la première fois que la toupie sultanesque soutient avec des trémolos dans la voix la cause palestinienne avant de se rabibocher avec Israël..
Source : Observatus geopoliticus 

Amira Hass dénonce la propagande mensongère de son pays

La journaliste israélienne Amira hass, denonce dans Haaretz le "mépris" des Israéliens qui affirment que c’est le Hamas qui envoie les Gazaouis se faire tuer, "comme si le blocus qui leur est imposé par Israel ne les condamnait pas à une mort lente."
"Nous mourons de toutes façons, alors autant le faire devant des caméras", m’ont dit mes amis de Gaza, en ajoutant "Votre mépris vous empêche de comprendre que personne à Gaza ne manifeste au nom de qui que ce soit.
Soulignant amèrement qu’Israel interdit aux journalistes israéliens de se rendre dans la bande de Gaza, Amira Hass, en conclut qu’il est facile ensuite pour les dirigeants israéliens de raconter n’importe quoi. "Mais je demande à ces mêmes dirigeants, s’ils sont si sûrs que c’est le Hamas qui mène la danse et que les Gazaouis ne font que lui obéir, pourquoi obéissent-ils eux aussi au Hamas, en répondant par la violence à la non-violence, donnant ainsi d’israel l’image que le Hamas voulait, selon eux, montrer ?"
"Il y a une barrière intérieure, ainsi qu’une barrière de sécurité, de même qu’un fossé creusé par Israel pour la construction d’une nouvelle barrière souterraine. Et puis il y a une route de sécurité et plus loin une deuxième. Et après, il y a les champs. Et tout autour des postes de surveillance, des ballons d’observations et des drones. Et vous n’avez rien trouvé de mieux à faire que de prouver la capacité d’Israel à tuer et à mutiler".
"D’une colline voisine située à Nir Am, j’ai pu observer avec mes jumelles cette grande prison où j’ai vécu plusieurs années, et dont je ne peux plus m’approcher parce que l’emprisonnement est devenu total. je ne peux voir mes amis qui sont à moins de 2km de là. L’un d’eux m’a dit en riant sur WhatsApp qu’il allait venir me faire un coucou avec un grand drapeau palestinien."
Mais plus sérieusement mes amis me font part de leur indignation face au fait qu’on leur vole non seulement leur liberté de mouvement et leur droit à une vie digne, mais aussi la possibilité d’exprimer leur profonde frustration et désespoir, en les présentant comme des pantins uniquement capables d’obéir à des ordres donnés d’enhaut".
“Les Israéliens nous ont toujours méprisés. Pour eux ’un bon arabe est un arabe mort ou un collaborateur’, comme Ils disent. Nous sommes allés manifester sans plan pour déranger les célébration du transfert de l’ambassade étatsunienne à Jérusalem, une ville qui nous est chère, et parce que nous ne voulons pas mourir en silence. Nous en avons assez de mourir tranquillement dans nos maisons".
“Et je peux vous dire que si le Hamas avait supervisé ces manifestations à Gaza, elles auraient été moins chaotiques. Il y aurait eu de la discipline. L’état de confusion qui règne dans les Marches du Retour sont bien la preuve que ce n’est pas le Hamas qui les organise, me^me si des membres du Hamas y participent également, et y jouent le plus souvent un rôle modérateur".
"Ce sont des jeunes qui ont lancé cette idée et le Hamas, n’a pu que s’y rallier". Et sur les près de 120 Palestiniens qui ont été tués durant ces marches, le Hamas ne revendique qu’une quarantaine ayant des liens plus ou moins proches avec le Hamas.
"Mais, c’est toujours la même rengaine israélienne, y compris lors de chacun des bombardements, conclut Amira Hass.

Source : extraits de "Conversations avec des Gazaouis" dans https://www.haaretz.com


VOIR AUSSI :




3 commentaires:

  1. "L’Afrique du Sud sait ce que c’est que l’apartheid"
    Elle le sait si bien qu'elle a commencé à la remettre en pratique, à l'envers.

    RépondreSupprimer
  2. L ecrivain de la cause du peuple est tres bizarre lorsque poutine fait des choses incorrectes meme si je l apprécie jamais il nest critiquées comme lorsqu il ferme mes yeux lorsque nes israéliens ont attaqué la syrie et des que erdogan fait une chose de bien toujours critiquées ims n y aurai pas du favoritismes

    RépondreSupprimer