vendredi 15 décembre 2017

La Mafia judéo-russe : du Goulag à Brooklyn à la domination mondiale

Alors que le FBI et les principaux médias sont obsédés par la Mafia sicilienne (la Cosa Nostra), une force beaucoup plus puissante et sinistre existe depuis plus de deux décennies: la mafia juive de Russie "Kasher Nostra". Pourtant, il n'y a même pas un seul bureau au sein du FBI pour s'occuper de leurs crimes, qui éclipsent, et de loin, ceux des gangsters italiens en portée, en violence et en profondeur.

1133

Avant-Propos
Lorsqu'on évoque la mafia, c'est à l'univers de la Sicile que l'on pense en premier lieu. Tout le monde a entendu parler de la mafia sicilienne : c'est la plus médiatisée, celle que l'on voit le plus au cinéma. Au début des années quatre-vingt-dix, après l'effondrement de l'Union soviétique, on nous parlait aussi régulièrement de la mafia russe, de la mafia tchétchène et de la mafia albanaise. La mafia juive, elle, n'existe pas : les médias occidentaux n'en parlent pas. À la radio, à la télévision et dans la grande presse, le silence est total sur cette question. C'est un sujet tabou. À Hollywood, pareillement, la judéité des criminels et des trafiquants n'apparaît presque jamais, non seulement dans les films, mais aussi dans la réalité des innombrables cinéastes pédophiles juifs [1] ; et il n'est guère difficile de comprendre pourquoi. La mafia juive est pourtant sans aucun doute la mafia la plus puissante du monde. La plus dangereuse aussi. Quelques journalistes trop curieux ont déjà été assassinés. Hannibal GENSERIC
-------------------------------------------------------
Le 28 avril 2002, un hélicoptère militaire s'est écrasé dans la partie sud de la région de Krasnoïarsk, en Sibérie. À bord se trouvait un grand dignitaire russe, le général Alexander Lebed, gouverneur de la région. Lebed a été déclaré mort sur les lieux.
Presque immédiatement, la presse internationale a accusé un "lourd brouillard" pour l'incident. Cependant, à l'époque, tous les membres de l'armée russe étaient convaincus que la mort de Lebed n'était pas un hasard, mais plutôt un autre coup porté par la mafia juive internationale, une organisation qui contrôlait depuis longtemps la majeure partie de l'économie russe.
Lebed, probablement l'homme le plus populaire en Russie à l'époque, allait construire un empire socialiste national - peut-être avec l'aide chinoise basée sur la richesse pétrolière et minérale massive de la région. S'il avait réussi, l'histoire du monde aurait pu changer, et le 21ème siècle serait très différent.
Avant cela, des dizaines d'antisionistes en Russie avaient été assassinés par des voitures piégées ou d'autres dispositifs, alors qu'aucun de ces cas n'avait jamais été résolu. Seule une poignée a même été étudiée.
1932819.0
Les histoires d'enquête de Robert I. Friedman (1951-2002) sont apparues au début des années 1980. Apparemment, il est mort d'une maladie du sang tropical. Mais beaucoup avaient leurs doutes et croyaient qu'il était empoisonné. L'audacieux journaliste juif a fait les manchettes en exposant des politiciens, des banquiers et des gangsters qui s'en prenaient aux impuissants. L'ADL l'a calomnié, des menaces de mort ont été proférées et il a été sévèrement battu par des voyous de Cisjordanie. Friedman a averti le FBI de la menace que représentaient les premiers attentats du World Trade Center et a livré des rapports essentiels sur les longs bras de la mafia juif russe, qui a offert 100.000 dollars pour le faire tuer.
Le fait même que la mafia juive (souvent nommée mafia "russe") était capable de couvrir complètement ses traces, étant complètement exclue de tous les reportages entourant l'incident, alors que les gens ordinaires (en Russie) étaient totalement convaincus de leur complicité , prouve l'immense force de ce mouvement plutôt nouveau du crime organisé.
La mafia juive n'a rien à voir avec ses prédécesseurs irlandais ou italiens dans ses opérations américaines ou européennes. Ils sont plus riches, plus internationaux et beaucoup plus violents et impitoyables. Ils tuent des enfants. Ils tuent des policiers et leurs familles. Ils tuent qui ils veulent. Il n'y a rien eu de tel auparavant dans l'histoire du globe. Et ils commencent juste.
Le plus grand révélateur du secret entourant la mafia juive fut un journaliste du nom de Robert I. Friedman, qui mourut jeune d'une «maladie tropicale». Il a interviewé les principaux personnages de ce sous-sol et a découvert leurs cachettes et plans. Après la publication de son livre sur le sujet, les principaux chefs mafieux ont mis une prime sur la tête.
Le mafia «russe» sait qu'elle peut tuer en toute impunité et, compte tenu de leurs relations chaleureuses avec les agences de renseignement européennes et américaines, leur immunité contre de véritables poursuites ne fera que s'accentuer. Le travail de Friedman est à couper le souffle, et cet essai le citera abondamment, en particulier son livre Red Mafiya: Comment la foule russe a envahi l'Amérique.
Friedman n'a pas peur d'affirmer l'évidence, à savoir que toute la mafia «russe» est juive, sans exception, et qu'elle a utilisé l’expression « mafia russe »  comme cache sexe pour détourner la critique et faire d’une pierre deux coups : épargner les juifs et diaboliser les Russes.
Ce bouclier, ce cache sexe, leur a permis de grandir et de prospérer. De plus, Friedman n'a pas non plus peur d'admettre que les organisations juives à travers le monde, dirigées par l'Anti-Defamation League, ou ADL,  sont les bénéficiaires des largesses provenant du crime organisé, et que les organisations en question en sont conscientes. En d'autres termes, le crime organisé juif est considéré comme une partie acceptable de la vie juive, et les organisations juives ont fait pression sur les forces de l'ordre pour qu'elles cessent leurs enquêtes sur ce phénomène, presque toujours avec succès.
La confirmation du sioniste Michael Chertoff, au poste de chef de la sécurité intérieure, garantit que le crime organisé juif en Amérique ne sera pas à la merci des nombreuses poursuites qui ont visé la Mafia italienne et les autres mafias. Les racines du crime organisé juif en Russie, dit-on, remontent aux  temps tsaristes. Les syndicats du crime juif organisé auraient aidé les gangs de Lénine dans les vols de banque et dans la création de chaos général. Pendant la révolution, il était difficile, parfois impossible, de distinguer les idéologues bolcheviques des syndicats du crime organisé juif. Ils ont agi de manière presque identique. Cependant, dans les temps modernes, ils semblent avoir leurs racines dans les derniers jours de l'URSS sous Leonid Brejnev.
General Alexander Lebed, a real Russian hero and patriot. He first rose to prominence during the 1991 coup attempt when he refused orders to storm the White House and capture Yeltsin.
Le général Alexander Lebed,
un vrai héros russe et patriote.
Il a d'abord pris de l'importance
lors de la tentative de coup
d'Etat de 1991 quand il a
refusé de donner l'ordre de
prendre d'assaut le Kremlin
et de capturer Eltsine
À la fin des années 1970, l'économie russe était dirigée par le marché noir et les premiers stades du mafia juive étaient impliqués dans ce marché noir. En fait, l'économie socialiste russe se serait effondrée beaucoup plus tôt si elle n'avait pas été soutenue par la vaste économie noire. Bientôt, les dirigeants du marché noir sont devenus si puissants qu'ils ont pu former leurs propres «tribunaux populaires», qui ont dispensé la «justice» complètement à l'écart de l'État soviétique et l'ont éloigné de son contrôle.
Beaucoup de ces marchands noirs avaient récemment été libérés du système de goulags des camps de prisonniers à une époque antérieure pour leurs activités au marché noir, et la dureté nécessaire pour survivre à ces cachots servait très bien cette nouvelle élite criminelle (Friedman, 9). Le marché noir a servi de soupape de sécurité pour l'État soviétique pendant des décennies, ce qui a donné lieu à des spéculations sur toutes les estimations de la vigueur de l'économie soviétique. Le marché noir fournissait de nombreux biens et services que le système soviétique ne pouvait fournir. Dans le goulag, ils avaient formé des confréries, un peu comme les Noirs et les Hispaniques font aujourd'hui en prison en Amérique, et comme font les « barbus islamistes » dans les prisons européennes et arabes.
Ils ont formé des bandes juives qui, à leur libération, ont servi à créer des liens profonds qui existent aujourd'hui, maintenant une organisation hautement secrète presque impossible à traiter ou à pénétrer.
Le fameux projet de loi du sénateur Henry "Scoop" Jackson, la loi Jackson-Vanick, liait les privilèges commerciaux soviétiques au traitement des Juifs soviétiques. C'était un projet de loi fortement soutenu par les organisations juives américaines. Et tandis que les non-Juifs ne pouvaient pas émigrer de Russie, les Juifs pouvaient le faire comme ils voulaient, même s’ils étaient des truands multi récidivistes. Rapidement, le KGB a saisi cette opportunité pour exporter ses criminels endurcis aux États-Unis, dont beaucoup étaient juifs (et ceux qui ne l’étaient pas, prétendaient l’être, avec la bénédiction soviétique), tandis que les conservateurs américains applaudissaient, croyant, naïvement comme d'habitude, avoir marqué une victoire majeure contre l'URSS. Une grande partie de la pénétration des juifs aux Etats-Unis a été le résultat de ces «remontées mécaniques» soviétiques, partiellement financées par des groupes tels que l'ADL ou la Hebrew Aid Society.
Étant donné la nature substantielle du marché noir et du sous-sol criminel soviétique, et son caractère exclusivement juif, il est difficile de croire que les groupes juifs qui finançaient l'immigration des Juifs russes en Amérique ignoraient les liens criminels de beaucoup de nouveaux arrivants. . Quoi qu'il en soit, une grande partie de l'argent destiné à l'immigration en Israël a été empochée par la mafia et réorientée vers les Juifs qui s'installaient à New York - la Nouvelle Terre Promise. Marat Balagula était l'un d'entre eux. Grand criminel juif, il a acheté un restaurant à Brighton Beach, Brooklyn, l'a baptisé Odessa (une grande ville portuaire d'Ukraine) et l'a rapidement converti en une base centrale de recrutement pour les gangsters.
Il était également étroitement lié aux agences sionistes de la région, y compris au groupe de femmes Hadassah, qui utilisait l'établissement pour des réunions et des collectes de fonds (Friedman, 17). Ce restaurant devint aussi le siège du véritable pouvoir politique à Brooklyn, car dans la partie supérieure de l'établissement, Balagula et d'autres truands juifs convoquaient les «Tribunaux populaires», et leur parole était (et l’est encore de nos jours) la loi.

Les tribunaux ordinaires de la région ne pouvaient espérer rivaliser avec les gangsters, bien protégés par de puissants groupes juifs dans la ville et le gouvernement municipal lui-même.

Ces tribunaux, contrôlés par la mafia juive, étaient plus puissants et agissaient plus rapidement que les tribunaux municipaux ordinaires de New York. Balagula avait créé un état dans l’état. Les gangs italiens de New York ne savaient pas ce qui les frappait. Les exécutions publiques et les tortures étaient courantes à Brooklyn et en plein jour. Souvent, les meurtres publics se produisent pour les plus petites infractions, ou pour prouver sa dureté. Alors que les Italiens étaient très prudents et circonspects, la mafia juive était flamboyante et gratuitement violente. Yuri Brokhin (un autre mafieux juif qui s'était déjà fait un nom en Amérique) et Balagula cherchaient toujours à voler des diamants dans les bijouteries et à les remplacer par des faux bon marché.
Lors d'un incident, raconté par Friedman, la paire ci-dessus a monté une telle escroquerie à Chicago, et a été capturé à l'aéroport avec 175.000 $. En fin de compte, le duo a été vu par un agent de sécurité juif de l'aéroport O'Hare de Chicago portant leur faux costume hassidique à la veille de Yom Kippour, alors qu'il est strictement interdit aux Juifs de voyager. Cette négligence les a attrapés.
Le duo a été reconnu coupable, mais comme preuve de la puissance du mafia juive, aucun n’a été incarcéré en prison, malgré ce grand larcin, entre autres crimes. Bien sûr, Friedman ne spécule pas sur la raison pour laquelle ce crime est demeuré impuni, alors qu’un tel crime est passible de plus de 20 ans. Brokhin et Balagula étaient tous les deux des criminels en URSS et ont pu transférer leurs richesses vers l'Amérique via des organisations sionistes et «charitables» juives.
Le rabbin Ronald Greenwald est un lien important entre le pouvoir politique américain et la mafia juive.
Il a sciemment fait des affaires avec des escrocs et des grandes figures de la mafia juive, et il a utilisé ses liens politiques importants pour les protéger. Greenwald était un acteur important dans le CREEP, la campagne de réélection de Richard Nixon en 1972. Greenwald fut largement utilisé par Nixon et d'autres républicains pour obtenir le vote juif, qu'il a fait doubler pour Nixon lors de cette élection (Friedman, 31) dans l'état de New York.
Bientôt, le rabbin reçut un poste de «conseiller» de Nixon sur les «programmes de pauvreté juifs», un poste qui a certainement fait rire à l'époque, mais il était clair que Nixon devait récompenser Greenwald, et le rabbin utilisa rapidement son nouveaux pouvoirs. Il a utilisé son pouvoir pour protéger les programmes de Medicaid et d'autres crimes qui n'ont jamais été étudiés par les autorités. Son poste de chef de l'initiative "pauvreté juive" lui a permis de protéger les personnes impliquées dans des escroqueries financières, ainsi que toutes les enquêtes du FBI sur ses amis. Une partie de l'essor des groupes mafieux juifs était dû à la protection que leur offraient les liens politiques de Greenwald.
Greenwald a également joué un rôle dans la protection de Marc Rich, un investisseur juif milliardaire très lié à la mafia juive. Rich, un acteur majeur de l'administration Clinton, a escroqué des milliards de Dollars à des investisseurs. Rien n'a encore été fait, bien qu'un traitement médiatique négatif contre Rich ait été autorisé en grande partie parce qu'il avait fait des affaires avec l'Iran, et était donc considéré comme un traître par ses concitoyens juifs. Finalement, Clinton a gracié Rich [voir : Secret 11/9 : Trump échappe à un piège tendu dans la Maison Blanche ] dans un cas très médiatisé, et Rich est maintenant libre. Les investisseurs juifs ont repris la quasi-totalité de Las Vegas, avec la protection politique et le patronage de Greenwald.
Il y a quelques années, un film a été publié appelé Casino, avec Robert DeNiro et Joe Pesci. En ce qui concerne la prise de contrôle de Las Vegas, le film décrit M. Rothstein (joué par le Juif DeNiro) comme un entrepreneur suave et prospère, et Pesci comme le gros malin italien typique, impétueux et insolent. Bien sûr, le but du film était d'absoudre le crime organisé juif et de transférer toute responsabilité aux truands italiens. C’est le contraire qui était vrai.
Balagula, avant de prendre le contrôle des intérêts juifs mafieux aux États-Unis, a agi en tant que caïd pour le KGB. Selon ses propres mots, Balagula a déclaré que le «KGB lui a donné des visas, pas de problèmes» (Friedman, 44) et a contribué à lui envoyer des œuvres d'art et des bijoux volés, qu'il a vendus à des touristes étrangers. Le KGB l'a également mis en place à la tête de la plus grande coopérative alimentaire en Ukraine, poste qu'il a rapidement transformé en une opération majeure du marché noir avec la bénédiction du KGB. Vers la fin de la guerre froide, les membres du KGB considéraient le syndicat du crime juif comme une source de nouveaux emplois possibles pour eux après la destruction de l'ancien système. Donc, non seulement ils ont eu le patronage de l'establishment politique américain sous Greenwald, mais aussi celui de l'appareil de renseignement en décomposition de l'URSS.


Contrebande
Ce qu'il faut garder à l'esprit au sujet de l'opération de contrebande, c'est que ce n'était jamais un petit rien. Ce que fait la pègre juive n'a jamais été petit. Cette opération était de portée multinationale. Ils avaient une flotte de pétroliers, des camions-citernes et des centaines de stations-service et de concessions, tous possédés par des Juifs fidèles à la pègre. Balagula avait créé un empire mafieux massif allant de l'Afrique du Nord à l'Arabie Saoudite, du Venezuela à Brooklyn. Les gangsters juifs ont développé une infrastructure dans le commerce du pétrole qui les rendait invincibles.
L'influence de la mafia est importante dans le prix du pétrole, et sert d'intermédiaire entre le Mossad et les émirats producteurs de pétrole arabes. Personne parmi eux n'a jamais été traduit en justice. Avec tout le pouvoir que la pègre juive a amassé, ils ont un capo di capi (un chef des chefs mafieux)  qui  contrôle vraiment une grande partie du globe.
Il n'y a personne sur terre plus puissant que lui, et, comme d'habitude, il reste inconnu, exclu de toute presse et reportage télévisé sur le sujet. La CIA le considère comme une «grave menace» pour la sécurité mondiale et «l'homme le plus dangereux du monde» (Friedman). Le fait qu'il reste presque inconnu montre le pouvoir des médias contrôlés par les sionistes et leur volonté implacable de réprimer toute enquête sur le crime juif. Il a créé un vaste réseau de communication mondial et emploie des centaines de docteurs en informatique, en physique et en économie pour diriger son énorme empire financier. Il a pénétré toutes les bourses dans le monde et contrôle une grande partie des transactions dans le monde. Il a également été le cerveau du plus grand programme de blanchiment d'argent de l'histoire des États-Unis, «lavant» 7 milliards de dollars par l'intermédiaire de la Bank of New York, une branche importante de la Réserve fédérale et sa banque de choix.
Semion Mogilevich
Semion Mogilevich, chef suprême de la mafia juive,
l'homme le plus intouchable du Monde
Son nom est Semion Mogilevich, né en 1946. Mogilevich, qui a fondé ses premières opérations en Israël, où il réfugiait des réfugiés juifs de Russie, a acquis la citoyenneté hongroise après avoir déclaré que le plus gros problème avec Israël était qu'il y avait «trop de juifs». Cependant, il contrôle à lui seul les maisons closes en Israël, où les filles ukrainiennes et russes sont forcées à l'esclavage sexuel. C'est légal en Israël si les filles sont non-juives. [2]
Le nom de Moguilevich a été omis de tout rapport sur le phénomène en Israël, en Ukraine et  aux États-Unis.
Moguilevich contrôle également le commerce de la vodka en Russie et en Europe centrale. Le plus inquiétant, Moguilevich a acheté l'industrie d'armement de la Hongrie. En d'autres termes, il contrôle l'équipement militaire fabriqué en Hongrie, c’est aussi pour cela que la Hongrie est toujours le plus grand fournisseur d’armes des terroristes islamistes, dont Daech et Al-Qaïda. Il a sa propre armée, de l'artillerie, de l'infanterie mécanisée, des canons antiaériens et des missiles de tous types. L'OTAN a déclaré qu'il était une "menace à la stabilité de l'Europe", bien que son nom reste peu connu. Ce gangster est militairement plus puissant que de nombreux pays européens. Il possède des armes nucléaires des pays de l'ancien Pacte de Varsovie et négocie actuellement avec divers gouvernements et leur fournit la technologie nucléaire.
Il a des agents dans les agences de renseignement de tous les pays européens, ce qui signifie qu'il ne pourra jamais être poursuivi, car il est informé de toute enquête en cours sur ses activités, qui est rapidement annulée. La télévision allemande a rapporté que le service de renseignement allemand, le BND, avait entamé des négociations secrètes avec Moguilevich en vertu desquelles ce dernier fournirait des informations sur ses rivaux en Russie. Il a un arrangement similaire avec le renseignement français. Il a des liens étroits avec le Mossad, qui a détruit son dossier criminel (Friedman, 245-247).
Par conséquent, il est immunisé contre les poursuites et voyage librement. Il contrôle le marché noir de l'Europe centrale vers la Russie. Il est aussi en relation avec Rockefeller, car son principal conseiller en économie, Igor Fisherman, était consultant pour Chase Manhattan Bank. Friedman écrit à propos de la Fed et de ses relations avec Moguilevich: «Bien que la banque n'ait été accusée d'aucun acte répréhensible, certains enquêteurs pensent que le blanchiment d'argent n'aurait pu avoir lieu sans l'achat ou l'implication de hauts dirigeants» (259).
Lorsque le ministère américain de la Justice a entamé une enquête criminelle sur Moguilevich (qui n'est allée nulle part), il a accusé le Ministère d'une "conspiration antisémite".
Le mentor de George W. Bush, Natan Sharansky, a des liens étroits et profonds avec le crime organisé. Le Congrès, le Département d'Etat et la CIA ont tous de longs dossiers sur Sharansky, qui a servi de pont entre le Parti républicain et les voyous juifs de la même manière que le rabbin Greenwald. Sharansky, connaissant son pouvoir, a simplement refusé de rompre ses liens avec le crime organisé, introduisant la mafia juive aux échelons les plus élevés de l'administration Bush. Un schéma se dégage du Parti républicain: les Juifs russes se présentent généralement comme des «anticommunistes».
Leur réputation de "dissidents" les protégeait presque autant que leur religion. Pour cette raison, le père de George W. a également refusé de coopérer avec plusieurs enquêtes sur les activités de la mafia russe en Suisse. La CIA a commenté qu'il n'y avait pas de «grand ganster russe qui ne porte pas de passeport israélien», mais l'Etat israélien refuse de prendre des mesures contre les gangsters. Yitzhak Rabin était la seule exception et a rencontré les patrons du Mossad, du Shin Beth et du FBI israélien afin de combattre le crime organisé juif, croyant que cela pourrait déstabiliser Israël. En quelques jours, il a été assassiné. Son successeur, Shimon Peres, a mis de côté les recommandations formulées sous Rabin, elles dorment à la poussière à ce jour.
CAUSES
Il serait peut-être intéressant de se pencher sur certaines des causes de ce phénomène. Pourquoi les Juifs? Il est vrai que de nombreux groupes culturels se sont lancés dans le crime organisé à base ethnique, mais il semble que seuls les Italiens soient fréquemment mentionnés. Aujourd'hui, les gangs tchétchènes, hispaniques et albanais sont en train de grandir en pouvoir, mais aucun n'a failli être une note de bas de page comme laes clans juifs. Peu de gens dans le FBI, la CIA ou la DEA parlent l'hébreu ou le yiddish. Certains gangsters juifs vont et viennent entre les langues, y compris le russe, afin de se rendre plus indéchiffrables.
Le pouvoir des gangs juifs est brandi plus impitoyablement que n'importe quel autre gang criminel. Les gangsters juifs aiment souffrir de la douleur, ils assassinent des enfants ainsi que des hommes et des femmes non armés.
L'ancien code d'honneur des gangsters irlandais et italiens est inexistant. Ces gangsters à l'ancienne tueraient seulement un autre gangster. Les gangs juifs n'ont aucun respect pour ces règles, et sont donc plus craints. L'arrogance des gangsters juifs et leur grande confiance en soi ont obligé leurs «concurrents» d'adopter une position très prudente envers leurs homologues juifs. L'État d'Israël est un facteur majeur de la montée en puissance et de la puissance des mafieux Juifs. On a vu que les gangsters juifs opérant en France, fuient en Israël avec leur butin, où ils sont tranquilles : la France ne demande rien et Israël les protège.  Les trafiquants de drogue juifs, les revendeurs de pornographie juvénile et les marchands d'esclaves sont libres de poursuites en Israël. Israël ne considère pas qu'il s'agisse de crimes, encore une fois, tant que les victimes ne sont pas juives. La mafia a prouvé son pouvoir dans le meurtre d'Yitzhak Rabin. L'État israélien n'extrade pas ses citoyens dans des pays non juifs et, par conséquent, les meurtriers et les voleurs juifs peuvent très facilement échapper à la punition en fuyant vers Israël. La situation unique de l'ex-URSS et le fait que les juifs prédominaient dans la bureaucratie soviétique constituent un autre maillon de l'ascension de la mafia. Même Poutine n’ose pas s’y attaquer, ni s’opposer à Israël. Les juifs prédominaient sur le marché noir le plus ancien et plus primitif de la Russie, pour profiter de la crise en Russie à partir du milieu des années 1980. Le crime organisé juif, lié à la fois au KGB et au Mossad, avait automatiquement les patins graissés pour rester hors de l'écran radar des agences de renseignement alliées. Le père de George W. a refusé de coopérer avec plusieurs enquêtes sur les activités de la mafia russe en Suisse.
La CIA a déclaré qu'il n'y avait pas de "grand gangster russe qui ne porte pas de passeport israélien".
Le facteur le plus important est probablement le contrôle complet des médias par les familles juives et le pouvoir de l'ADL dans la culture américaine. Le pouvoir des Juifs en Amérique est si grand que toute enquête sérieuse sur le crime juif verra des attaques stridentes de tous les principaux médias d'Amérique. En termes de relations publiques, cela n'en vaut pas la peine. Par conséquent, on verra une émission de télévision comme The Sopranos sur les gangsters italiens, mais on ne verra jamais le même programme mettant en vedette des truands juifs.
Que peut-on faire?
Il y a très peu de choses que l’on peut faire en ce moment. Il y a tout lieu de croire que bientôt, les nationalistes et les révisionnistes seront ciblés par des criminels juifs ayant des liens étroits avec le Mossad. Le sort des mafias juives de l'Ouest est décidé à Moscou, pas à Washington, D.C. ou à New York. Le président russe Vladimir Poutine doit continuer à centraliser le pouvoir dans sa propre personne. Dans sa campagne de lutte contre le crime, Poutine a éliminé  la quasi-totalité des gouverneurs de province car ils faisaient la paix avec les patrons du crime juif. Poutine doit également continuer à réformer les services militaires et de sécurité, les rendant de plus en plus fidèles au nouvel ordre russe. Poutine devrait commencer à attirer l'attention du public sur le pouvoir mondial des patrons de la pègre juive et la connivence des puissances occidentales dans leur ascension et leur prospérité actuelle. Le rouble doit être rendu non convertible (de manière à empêcher sa manipulation par les patrons du crime sur les marchés des devises), et un solide bloc commercial sino-slave doit être solidifié. Le travail de la police en Russie est maintenant une affaire rude. Les policiers mal payés doivent être complétés par des milices locales pour commencer des confrontations directes et militantes contre le crime organisé et la corruption partout où cela peut se produire. Poutine a la popularité et le pouvoir de créer un bloc de sécurité majeur contre le crime juif organisé, ainsi que l'impérialisme capitaliste. Les banques russes doivent être sous le contrôle de l'État, et être purgées de tous les éléments criminels.
En outre, l'église, actuellement la deuxième institution la plus populaire en Russie après Poutine, doit placer son sceau puissant sur le développement d'une Russie sans pègre, et elle doit appeler tous les Russes à se repentir et à commencer à construire un nationalisme. et un système communautaire fort. L'agriculture et la communauté villageoise devraient recevoir un soutien du gouvernement pour repeupler la campagne, rendant la Russie autosuffisante en nourriture. Et, bien sûr, les réserves de pétrole et de gaz naturel extrêmement importantes et stratégiques de la Russie doivent être protégées par les troupes du ministère de l'Intérieur et placées sous contrôle gouvernemental si nécessaire. Les nationalistes et l'église ont une popularité et une influence énormes. Ce capital devrait être dépensé pour développer un système nationaliste dédié à purger la Russie du crime d'inspiration juive, de l'impérialisme, du dépeuplement et du libéralisme. Il se dirige déjà dans cette direction, et la croissance économique russe et une faible inflation et le taux de chômage sont ses fruits.
NOTE de FIN
Cet article est basé principalement sur le livre de Robert I. Friedman, Red Mafiya: Comment la pègre russe a envahi l'Amérique, 288 pages , 1er mai 2000.

D'autres livres d'un intérêt similaire:
  • Russian Mafia in America: Immigration, Culture, and Crime by James O. Finckenauer;
  • Comrade Criminal: Russia’s New Mafiya, by Stephen Handelman;
  • Godfather of the Kremlin: The Decline of Russia in the Age of Gangster Capitalism by Paul Klebnikov;
  • Darkness at Dawn: The Rise of the Russian Criminal State, by David Satter. 

Source : The Judeo-Russian Mafia – From the Gulag to Brooklyn to World Domination

--------------------------------------------------------------------
Crime organisé: la mafia juive en France et le marché des drogues dures
Le 27 novembre 2010, après plusieurs semaines d’enquête, la police judiciaire parisienne a mis la main sur cent-dix kilos de cocaïne en provenance de Colombie (7 millions d’euros à la revente au détail). La drogue était stockée dans un luxueux appartement de Neuilly-sur-Seine en travaux. Sa propriétaire, absente, est une princesse saoudienne, qui a rapidement été mise hors de cause. Outre la drogue, les policiers ont également saisi près de 170 000 euros en liquide lors des différentes perquisitions qui ont eu lieu, ainsi que des vêtements et des objets de luxe.
Deux hommes et deux femmes ont été placés en garde à vue. L’un d’entre eux est de nationalité iranienne ; l’autre est de nationalité vénézuélienne, selon Libération. Le Figaro précise que quatre personnes ont été arrêtées : « un Vénézuélien, un Iranien et deux Français, dont une femme, compagne du chef de réseau, et un homme “bien inséré”, qui réside dans le XVIe arrondissement de Paris. Deux autres Français, mêlés à ce trafic, sont en fuite. »
En juillet 2010, les douaniers de Roissy avaient déjà saisi, dans un bagage non accompagné, 134 kilos de cocaïne dans un avion en provenance de Bogota. En juin, les douanes avaient réalisé la saisie de cocaïne la plus importante de leur histoire en découvrant 1,39 tonne de cocaïne sur un voilier, près des côtes de la Martinique.
Le 14 avril 2010 avait aussi eu lieu une grosse prise de drogue en Espagne : 814 kilos de cocaïne saisis dans un vrai faux camion du Paris-Dakar doté de 32 double-fonds. Le véhicule, couvert d’autocollants et de logos de grandes marques, avait été transformé pour faire croire à sa participation au Rallye Paris-Dakar comme camion ravitailleur, et avait suivi l’ensemble du parcours de la course. Il y avait même, à l’intérieur, des publicités qui étaient distribuées aux foules en liesse à chaque étape. La cocaïne avait été chargée au point de départ du Rallye, près de Buenos-Aires en Argentine, qui accueillait cet hiver le Paris-Dakar, et devait être acheminée à Ibiza, dans les Baléares, via le port de Bilbao.
Curieusement, la presse occidentale ne livre quasiment jamais les noms des trafiquants, sauf exception. Le magazine Times du 18 novembre 2009, par exemple, nous apprenait qu’un rabbin de Manchester, Baruch Chalomish, 54 ans, passait en procès pour trafic de cocaïne. La police avait retrouvé chez lui plus de 100 grammes de coke, une balance pour la peser, des billets roulés pour la sniffer, des cartes bancaires pour la mettre en ligne et 17.000 livres de cash. Le rabbin Chalomish, membre de la communauté juive orthodoxe de Manchester, distribuait aussi la drogue à des jeunes prostituées en échange de “faveurs sexuelles”. A son procès, il apparut avec sa barbe et son chapeau de fourrure. Dans le box des accusés, un interprète lui traduisait en hébreu les propos des magistrats.
La presse israélienne est moins vigilante, semble-t-il. Dans le Haaretz du 15 mai 2009, on apprend qu’un juif hassidique de la communauté de Satmar, en Israël, a été condamné au Japon à huit années de prison pour trafic d’ecstasy. Il était le plus jeune de trois étudiants juifs arrêtés l’année précédente avec 90 000 pilules dans leurs valises. Les deux autres, Yoel Goldstein and Yaakov Yosef Grinwald, attendaient toujours leur procès. Tout trois avaient été arrêtés en avril 2008 à l’aéroport de Tokyo, dans un avion venant d’Amsterdam.
Le 3 juin 2009, selon Haaretz, deux Israéliens avaient été arrêtés par la police anglaise avec pas moins de douze tonnes et demi (12,5 tonnes) de marijuana (environ cinquante millions de dollars). Moshe Kedar, un homme de 81 ans, et son complice Mordechai Hersch, 67 ans, avaient été appréhendés après une filature.
En novembre 2008, un citoyen israélien d’une cinquantaine d’années était arrêté dans un appartement de Lima, au Pérou. Chez lui, les policiers avaient trouvé une demi-tonne de cocaïne. Son activité d’import-export de textile lui servait de couverture.
Le 4 septembre 2008, le tribunal correctionnel de Papeete avait condamné l’israélien Teiva Spector à dix ans d’emprisonnement pour un trafic de stupéfiants entre les Etats-Unis et Tahiti. L’homme avait aussi des passeports français et américain. Parmi les 18 autres prévenus, beaucoup étaient ressortis menottés et avaient été emmenés en prison, des mandats de dépôt ayant été prononcés à leur encontre. Ce réseau de trafiquants de drogues (ice et cocaïne) avait été baptisé par les médiats locaux, “Vahine connexion”, parce que Teiva Spector employait des femmes (“vahine”, en tahitien) pour faire transiter la drogue entre les Etats-Unis et Tahiti. Ces dernières, recrutées par son ex-concubine, condamnée à 8 ans d’emprisonnement, cachaient la drogue enroulée dans du film étirable entre deux culottes pour passer les frontières. Elles transportaient entre 300 et 500g d’ice ou de cocaïne et étaient rémunérées 8000 euros par passage. Ce vaste trafic, à l’échelle de Tahiti, se poursuivit de 2004 à 2006. C’est le contrôle douanier d’une des prévenues à l’aéroport international de Tahiti-Faa’a, en juillet 2006, qui avait fait tomber le réseau.
En février 2008, le rabbin hassidique Simcha Aschlag et son assistant, avaient été arrêtés à l’aéroport de Roissy. Ils transportaient dans leurs valises quelques 20 kilos de drogues. Le rabbin, petit fils de Yehuda Leiv Ha-Levi Ashlag, célèbre commentateur du Zohar, était assigné à résidence à Paris avec son complice. Mais au mois d’octobre, les représentants parisiens des avocats Yitzhak Osbicher et Moti Zivin parvinrent à obtenir du juge français leur libération provisoire afin qu’il puissent se rendre en Israël pour les fêtes, et ce, sans apporter aucune garantie de leur retour en France ! Naturellement, le juge ne les a plus revu.
Nous ne prétendons pas que les malfrats juifs soient les seuls à faire du trafic international de drogue, mais enfin, certains signes permettent de supposer qu’ils sont en situation dominante. Le trafic d’ecstasy, en tout cas, est bel et bien un monopole de la mafia juive. Il suffit de voir les noms et les passeports de tous ceux qui ont été arrêtés, aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, en Belgique, en Hollande, en Afrique du Sud ou en Australie. S’ils s’étaient appelés Martin ou Pont l’Evêque, les coupables auraient eu le droit au journal de vingt heures, avec leurs tronches de blondinets en gros sur l’écran. S’ils s’étaient appelés Mohammed ou N’Goulou, la presse aurait fait encore mieux, avec forces filières d’immigrés. Mais quand les trafiquants internationaux s’appellent Shapiro, Lasry, Goldblum ou Rappaport, tous les journalistes du système la mettent en veilleuse.
Le fait est que les gros trafiquants de drogue internationaux sont des juifs ; les grands proxénètes internationaux sont des juifs ; les grands escrocs internationaux sont des juifs ; les grands négociants de matières premières sont des juifs, etc. Il  a fallu six livres de 400 pages à l’écrivain Hervé  Ryssen  pour tenter de faire le tour de la question. Et encore… Il s’est arrêté à mi-chemin !
SOURCES: HERVÉ RYSSEN
VOIR LES VIDÉOS: