lundi 4 décembre 2017

Yémen - Moon of Alabama: Les Saoudiens jettent l'éponge



La guerre contre le Yémen a finalement pris un tournant vers une fin. L'ancien président Saleh est de retour à sa tête. Ils ont accepté leur défaite. Les Houthis seront chassés de la capitale Sanaa et retourneront dans leurs régions septentrionales. Le Yémen est dévasté et devra se reconstruire. Tous ceux qui ont participé à cette guerre ont perdu. Le seul gagnant est la Russie.

Récapitulons :
Au cours du "printemps arabe " les États-Unis ont induit une révolution yéménite, le président Saleh a été expulsé après avoir gouverné le pays pendant 34 ans. En 2012, l'ancien vice-président Hadi a été "élu" en tant que nouveau président sur un bulletin de vote à choix unique. Avec l'appui des États-Unis, le système a prévalu.
Comme je l'ai noté à ce moment-là :
    Les États-Unis ont raté l'occasion d'utiliser le mouvement contre Saleh pour assurer une véritable transition au Yémen. Ça va leur coûter cher.
Hadi était une marionnette saoudienne incapable de gouverner le pays. Il a tenté de former un gouvernement d'unité dans le cadre de la Conférence nationale sur le dialogue parrainée par le Conseil de coopération du Golfe. Mais deux grandes circonscriptions ont été laissées de côté : les Houthis zaïdites du nord du Yémen, qui luttaient depuis des années contre l'endoctrinement des Saoudiens au Yémen, et les partisans du Président Ali Abdullah Saleh évincé. Les Houthis et Saleh se sont battus pendant plus d'une décennie. Maintenant, ils avaient un ennemi commun et unissaient leurs efforts.
 Résultat de recherche d'images pour "yemen"
En 2015, les troupes militaires houthi et yéménites fidèles à Saleh ont pris le contrôle de la capitale Sanaa. Hadi a démissionné (deux fois), s'est enfui à Aden dans le sud, et plus tard, à Riyad en Arabie Saoudite. Les Saoudiens craignaient de perdre leur influence sur leur voisin pauvre mais sûr.
Ils ont faussement allégué que les Houthis étaient appuyés par leur ennemi juré, l'Iran. Ils ont déclaré la guerre au pays et ont essayé de l'envahir. Les États-Unis et le Royaume-Uni (et la France et Israël, NdT) ont soutenu et soutiennent toujours la guerre saoudienne avec des services de renseignement, des vols de ravitaillement pour les bombardiers saoudiens et des fournitures d'armes massives.
Les Saoudiens envoyèrent leurs troupes pour envahir le pays, leurs voisins les Émirats Arabes Unis envoyèrent leurs forces et d'autres mercenaires furent embauchés au Soudan, en Amérique du Sud et partout où on en trouvait. Tout ça en vain. Alors que les Saoudiens larguaient plus de 100 bombes par jour sur le Yémen, leurs forces étaient vaincues chaque fois qu'elles tentaient d'entrer dans le cœur montagneux du pays. Les Houthi ont contre-attaqué en Arabie Saoudite. Ils n'avaient pas de chaussures mais un courage incroyable. Ils ont détruit des centaines de postes-frontières et de points de contrôle militaires saoudiens.
Les Saoudiens ont essayé de priver les Houthis d'armes, de nourriture et d'autres fournitures. Ils ont bloqué le pays et bombardé les dépôts d'armes, les usines et toutes les infrastructures. Ils ont complètement détruit les villes des Houthi dans le nord et ont essayé d'assassiner les chefs de la rébellion. Des dizaines de milliers de Yéménites sont morts dans des attaques souvent aveugles. Mais les Houthi ont tenu bon. Pendant des décennies, le Yémen a été rempli d'armes. Au cours de ses décennies de règne, l'ancien président Saleh avait caché des dizaines de milliers de tonnes de munitions et d'équipement. Des approvisionnements supplémentaires ont été capturés ou achetés aux mercenaires saoudiens.
Les anciennes unités de l'armée yéménite fidèles à Saleh, ainsi que Saleh lui-même, sont restées à l'arrière-plan. Leur contribution la plus visible à la guerre a été le lancement de missiles balistiques à courte portée (SRBM) contre les villes et les positions militaires saoudiennes. Ces armes avaient été achetées plus tôt et ont été modifiées pour avoir une portée étendue (voir l'excursion ci-dessous).
Les Saoudiens étaient coincés dans une impasse qui leur coûtait plus de 800 millions de dollars par mois. Al-Qaïda et l'État islamique (EI) étaient florissants dans le sud que les Saoudiens et leurs alliés contrôlaient théoriquement. Les supplétifs saoudiens se disputaient avec les troupes des Émirats Arabes Unis. Des missiles tombaient sur des villes saoudiennes. Bien que peu de missiles aient touché leurs cibles, chacun d'eux a démontré l'impuissance des dirigeants saoudiens.
Les Saoudiens ont finalement envoyé des négociateurs de paix à l'ancien président Saleh. Les Russes, qui avaient gardé leur ambassade à Sanaa ouverte pendant toute la guerre, servaient d'intermédiaires. A la mi-octobre, les premiers résultats des efforts diplomatiques ont été visibles :
Une équipe médicale russe s'est rendue à Sanaa le 11 octobre avec l'approbation des Saoudiens, qui contrôlent l'espace aérien yéménite. Les chirurgiens russes ont ensuite pratiqué une opération de sauvetage sur Saleh, 75 ans. Certains rapports indiquent que l'opération a eu lieu à l'ambassade de Russie dans la capitale. Le problème de santé exact de Saleh n'est pas clair, mais il est apparemment dû aux brûlures graves et autres blessures qu'il a subies lors d'une tentative d'assassinat en 2011.
...Il est fort probable que les Saoudiens espèrent briser l'alliance rebelle entre Saleh et les Houthis, qui s'est effilochée cette année.
...
Le roi Salman bin Abdul-Aziz Al Saud et son fils, le prince héritier Mohammed bin Salman, ont tous deux beaucoup investi dans cette guerre. Ils s'y sont précipités il y a deux ans et demi.
...
Salman était à Moscou plus tôt ce mois-ci pour une visite d'État sans précédent en Russie. ... Il est raisonnable de supposer que le roi et Poutine ont discuté de l'imbroglio yéménite. La Russie a ouvertement critiqué l'approche de l'ONU à l'égard du conflit,  que Moscou considère à juste titre comme trop favorable à l'argument saoudien et insuffisamment impartial.
Pendant que Saleh était malade, les Houthis devinrent arrogants. Ils arrêtèrent et tuèrent des adeptes de Saleh à Sanaa, occupèrent les bases de ses troupes et firent une descente dans les maisons de ses officiers. Ils ont peut-être eu vent des négociations en cours entre Saleh et les Saoudiens. Au cours des derniers mois, leur comportement envers leurs compatriotes de Sanaa est devenu insupportable.
Pendant ce temps, les négociations entre Saleh et les Saoudiens se poursuivaient dans les coulisses et sur le champ de bataille. Le 4 novembre, les troupes yéménites ont lancé un missile contre l'aéroport de Riyad, la capitale saoudienne. Les États-Unis ont fourni des systèmes de défense antimissile qui a détruit le missile avant qu'il ne frappe, mais des dommages publics ont été faits. Une frappe importante sur l'aéroport le fermerait probablement à la circulation civile. Les conséquences économiques et politiques pour les tyrans saoudiens seraient énormes.
Les Saoudiens ont réagi par un blocus total du Yémen. Ni nourriture ni médicaments ne passaient. Cela a entraîné une famine, des centaines de morts par jour et finalement un tollé public de la part de l'ONU, par ailleurs servile. Même les centaines de millions dépensés par les Saoudiens pour manipuler les médias mondiaux n'ont pas pu empêcher cette réaction.
Un autre missile a été tiré jeudi pour augmenter la pression. Il vise la ville saoudienne du sud de Khamis Mushait. Les Saoudiens se sont finalement repliés. Ils ont accepté les conditions de Saleh.
Nous ne savons pas encore quelles sont ces conditions, mais Saleh a annoncé publiquement qu'un accord avait été conclu et s'est immédiatement mis au travail. Sa première cible fut les Houthi, qui ne sont plus ses alliés :
ADEN (Reuters) - L'ancien président yéménite Ali Abdullah Saleh a déclaré samedi qu'il était prêt pour une "nouvelle page" dans les relations avec la coalition dirigée par les Saoudiens au Yémen si elle arrêtait les attaques contre son pays.
L'appel a été lancé alors que ses partisans se battaient contre les combattants Houthi pour une quatrième journée dans la capitale Sanaa, alors que les deux camps échangeaient leurs récriminations contre une division croissante entre alliés qui pourrait affecter le cours de la guerre civile....
"J'appelle les frères des états voisins et l'alliance à mettre fin à leur agression, lever le siège, ouvrir les aéroports et permettre l'aide alimentaire et la sauvegarde des blessés et nous tournerons une nouvelle page en vertu de notre voisinage", a déclaré Saleh dans un discours télévisé.
Les Saoudiens ont également annoncé publiquement leur accord :
    La coalition arabe a fait une déclaration samedi au milieu des affrontements acharnés qui se poursuivent à Sanaa.....    ...
    La coalition a également déclaré qu'elle reconnaissait les nobles membres du Congrès général du peuple yéménite (GPC), les dirigeants du GPC et le peuple yéménite qui ont été contraints de rester sous le contrôle houthi-iranien. De plus, la coalition reconnaît que ces nobles personnes ont subi de nombreuses menaces de meurtre, tortures, bombardements et saisies de biens publics et privés.
Le Congrès général du peuple yéménite (GPC) est le parti de Saleh. Il est toujours le président du GPC. Saleh est maintenant de nouveau le souverain du Yémen accepté par les Saoudiens. Le président "légitime" Hadi sera enterré à Riyad.
Saleh appela tous ses partisans à chasser les Houthi de leurs positions. Son neveu et son successeur potentiel, le colonel Tariq Mohammed Abdullah Saleh, dirigera un nouveau conseil militaire et dirigera ce côté des affaires. Les affiches de Houthi à Sanaa ont été détruites. Il y a des combats acharnés en cours dans la ville. Sanaa est le territoire de Saleh. Ses troupes sont prêtes et il est susceptible de gagner le combat.
Il est maintenant laissé à Saleh, à sa famille et à ses partisans de nettoyer le désordre total causé par la " révolution " provoquée par les États-Unis et la guerre saoudienne contre le Yémen. Les Saoudiens devront payer des milliards en réparations. La famille de Saleh en pillera une grande partie. Malgré l'argent, Saleh n'est, comme toujours, pas une marionnette, mais le serpent qui mord tous ceux qui lui barrent la route. C'est comme ça et c'est pourquoi il a pu régner si longtemps.
Les Houthis, qui combattirent courageusement contre les Saoudiens, devinrent trop sûrs d'eux-mêmes et trop odieux envers leur propre peuple pour pouvoir régner. Ils seront chassés de Sanaa et repoussés dans leurs terres dévastées du nord.
Tout le monde au Yémen a perdu dans cette guerre. Beaucoup, beaucoup sont morts sans raison valable. Il faudra des décennies pour reconstruire tout ce qui a été détruit. Les Saoudiens et les États-Unis derrière eux ont perdu la face et se tiennent debout dans tout le monde arabe. Ils ont essayé de baiser le Yémen, mais le Yémen les a baisés.
Les seuls vrais gagnants de la guerre sont les Russes. Ils ont une fois de plus démontré qu'ils sont capables de créer la paix là où les États-Unis ne sèment que la guerre et le chaos.
----
Excursion:
Les Saoudiens prétendent depuis le début que les Houthi sont une force supplétive iranienne. Ce n'est pas vrai. Les Houthi ne sont pas chiites et ne suivent pas les doctrines de l'État iranien. Ils n'obéissent pas aux ordres. Le soutien militaire qu'ils reçoivent de l'Iran est minime. Les Saoudiens allèguent en particulier que les missiles tirés sous le label Houthi par les troupes de l'ex-Yémen sous le commandement de Saleh sont d'origine iranienne. Mais c'est peu probable. Le Yémen est sous blocus saoudien depuis plus de deux ans et les missiles balistiques ne peuvent pas être introduits clandestinement sous le manteau. Hier, Reuters a publié un court article à l'appui des allégations saoudiennes. Mais une lecture plus attentive montre qu'ils ont tout faux.

Moon of Alabama
Traduction SLT
------------------------------------------------------------------------- 

L'ex-président Saleh a été tué Video



Dans un communiqué publié ce lundi, le ministère yéménite de l'Intérieur confirme la mort de l'ancien président Ali Abdallah Saleh.
Le communiqué affirme : " Le complot, fomenté par Saleh,de concert avec les forces d'agression saoudiennes aura été de loin la pire trahison commise contre le peuple pour mettre au pas sa résistance ". 
Le texte affirme que la crise "qu'avaient déclenchée les traîtres mercenaires, a pris fin après la mort de leur chef de file" et que la capitale est désormais sous contrôle.  
Le coup de force de Saleh a commencé vendredi quand ses partisans s'en sont pris aux forces d'Ansarallah et ont tenté de reprendre la capitale yéménite et en expulser les forces d'Ansarallah. Le complot qui visait surtout à changer la donne sur le terrain des combats où l'armée yéménite et Ansarallah ont le dessus a été déjoué, l'ancien président ayant été délaissé par bon nombre de ses partisans. 
Le Congrès général du peuple a même désavoué le coup d'État que Saleh a déclenché dans l'espoir de ramener au pouvoir son fils. L'ancien président a été abattu alors qu'il tentait de se rendre à Maarib. 
Le porte-parole de l'armée yéménite, en grande partie fidèle à Saleh, a affirmé de son côté que la priorité pour les forces yéménites restait la défense du territoire national face à l'agresseur saoudien et ses alliés. Dimanche, les forces yéménites ont tiré un missile de croisière contre la centrale nucléaire de Barakah, à 35 kilomètres d'Abou Dhabi. 
Ansarallah tire des missiles en direction des bases saoudiennes à Jizan.
Ansarallah tire des missiles en direction des bases saoudiennes à Jizan.
Les forces armées et Ansarallah  ont infligé un cuisant échec aux mercenaires de la coalition saoudienne ce dimanche 3 décembre.
La vaste attaque menée par des mercenaires à la solde de Riyad contre le mont Gheis à Jizan a été repoussée par les forces de l’armée et les Comités populaires (Ansarallah) du Yémen. Nombre de mercenaires ont été tués ou blessés et certains autres capturés. De même, des mercenaires qui entendaient se rapprocher de la base al-Shorfa à Najran ont été repoussés par les forces yéménites, et les militaires saoudiens ont subi de lourds dégâts.

Contrairement aux prévisions de l'article ci-dessus de Moon of Alabama,  Les Houthis semblent gagner la guerre.
Hannibal GENSEREIC
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire