samedi 2 décembre 2017

John Kerry: Israël et l'Arabie Saoudite veulent "désespérément" la troisième guerre mondiale avec l'Iran



L'ancien secrétaire d'État John Kerry a déclaré que l'Arabie saoudite et Israël veulent "désespérément" convaincre les États-Unis de mener une guerre totale contre l'Iran.

Lors d'un débat lors d'un forum sur la réduction des armements nucléaires mardi à Washington, Kerry a déclaré que les dirigeants israéliens, égyptiens et saoudiens ont agressivement poussé les États-Unis à attaquer l'Iran et potentiellement tuer des centaines de milliers de civils innocents.
Résultat de recherche d'images pour "israël Arabie"Zerohedge.com rapporte: Kerry a décrit la période précédant l'accord comme impliquant un lobbying intense et agressif par les trois pays  pour l'escalade militaire, dont les dirigeants ont tenté d'intervenir personnellement. "Chacun d'eux m'a dit: Vous devez bombarder l'Iran, c'est la seule langue qu'ils vont comprendre", a raconté Kerry lors du forum de mardi.
Il a ensuite expliqué: «Je me souviens de cette conversation avec le président Moubarak. Je l'ai regardé et j'ai dit: C'est facile à dire. Nous allons les bombarder et je parie que vous serez le premier gars le lendemain à nous critiquer pour le faire. Et il a répondu : "Bien sûr, ha-ha-ha-ha!"
Kerry a également identifié Benjamin Netanyahu comme jouant clairement un rôle de premier plan dans la recherche d'une action militaire directe contre l'Iran, déclarant: "C'était un piège à bien des égards. Mais plus important encore, le Premier ministre Netanyahu agissait férocement pour agir militairement contre l’Iran. "
Bien que l'on ne sache pas exactement quand ces échanges ont eu lieu, Kerry a présidé le Comité des relations étrangères du Sénat des États-Unis de 2006 à 2013 avant son mandat de secrétaire d'État sous la direction d'Obama. C'était également la même période d'invasion post-Irak que le changement de régime en Syrie était ouvertement discuté. La Syrie a longtemps été considérée comme l'alliée la plus proche de l'Iran et comme constituant un pont géographique potentiel reliant les alliés chiites de l'Iran et de l'Irak au Hezbollah au Liban. Israël a récemment intensifié sa rhétorique contre l'Iran, affirmant que la République islamique chiite établit une présence militaire permanente dans la Syrie ravagée par la guerre pour soutenir le gouvernement Assad et le Hezbollah - un scénario intolérable que Netanyahu a qualifié de "ligne rouge".
Comme récemment encore confirmé lors d'une session d'urgence de la Ligue Arabe tenue au Caire il y a deux semaines, l'Iran est actuellement visé par Israël et l'Arabie Saoudite pour à peu près toutes les tensions qui ont récemment explosé dans un Moyen-Orient de plus en plus volatile. Au Yémen, les attaques de missiles Houthi contre Riyad, les querelles intestines entre le Conseil de coopération du Golfe (CCG), la «prise de contrôle» du Hezbollah au Liban, ainsi que la guerre s en Syrie. Cependant, comme l'a toujours dit Kerry l'année dernière, «l'Iran mérite les avantages de l'accord qu'il a conclu».
Benjamin Netanyahou
Et à tout le moins, la révélation par Kerry de l'activisme constant d'Israël et de l'Arabie saoudite confirme que ces deux alliés de plus en plus étroitement liés (comme le confirme leur relation de partage du renseignement récemment révélée) ne sont pas "victimes" de l'agression iranienne. Ce sont ces deux pays voyous qui sont les agresseurs en Syrie, au Yémen, au Liban et ailleurs. En réalité, ces agresseurs  font un lobbying intense (hier auprès d’Obama, et aujourd’hui auprès de Trump) pour une «frappe préventive» de « style Bush » sur Téhéran.
Lors du forum sur la réduction des armes nucléaires mardi, Kerry a averti que sans l'accord (signé avec l’Iran), l'Arabie saoudite, la Turquie et l'Égypte seraient actuellement enfermées dans une course aux armements nucléaires, et la région serait beaucoup plus proche d'une guerre majeure. Mais de plus en plus, les guerres indirectes actuelles de la région menacent de déboucher sur des guerres ouvertes au moment où Daech/ISIS est vaincu et où le projet de changement de régime en Syrie a échoué.
VOIR AUSSI :

 Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire