lundi 11 décembre 2017

Trump refuse de soutenir la CIA en Libye



Donald Trump a refusé de soutenir un nouveau "plan directeur" de la CIA pour semer le chaos et la destruction en Libye. Trump a aussi refusé de protéger la personne et le gouvernement du Premier ministre Fayez al-Sarraj,  alors que, pendant ce temps-là, les forces spéciales de la Garde russe et les troupes de la police armée chinoise sont sur le point d'achever leur entraînement de formation dans le désert de Gobi. Ces forces seront ensuite déployées en Libye afin de reprendre ce pays des mains des terroristes islamistes, dont ceux de l'État islamique (ISIS / Daesh), qui, transférés par la CIA à partir de Syrie et d’Irak, ont inondé non seulement la Libye, mais toute l’Afrique du Nord, y compris l’Égypte.


Ainsi, au même moment, l'état-major général russe a pu déclarer que la Syrie était désormais libérée de toutes les forces terroristes de l'EI, les États-Unis ont annoncé qu'ils avaient quadruplé leurs forces militaires à 2.000, et qu'ils revendiquaient l'objectif de «stabiliser les zones libérées», alors qu’ils n’ont aucun droit de le faire car, par leur présence, ils violent le droit international.

Selon www.whatdoesitmean.com/index2449.htm, loin de vouloir stabiliser la Syrie, les États-Unis ont inondé ce pays par leurs forces militaires dirigées par la CIA afin d’aider et protéger le retrait massif des combattants terroristes de l'EI en les transférant, à travers l’Égypte, vers l'Afrique du Nord. Mais le porte-parole du Pentagone, Mark Mitchell, a tout simplement menti au Congrès américain en affirmant que «parmi les zones que nous avons étudiées, la plus inquiétante et qui offre le plus de potentiel pour l'ISIS, c’est le Yémen ».
Cette déclaration est un fantasme incroyable, car le Yémen « utile » est contrôlé par les Houthis, qui ne permettraient jamais aux terroristes islamistes sunnites d'entrer dans leur pays.
Pourquoi le Pentagone a-t-il menti de façon flagrante au Congrès américain à propos de l'acheminement de ces terroristes de l'EI par la CIA, c'est pour cacher au peuple américain pourquoi et comment la Libye a éclaté en morceaux, chaque morceau étant rançonné par une milice islamiste. D’ailleurs, l’agent israélien du Mossad et chef de l'État islamique Abu Bakr al-Baghdadi (de son vrai nom Shimon Elliot [1]), a appelé, la semaine dernière, ses terroristes islamistes à se rassembler dans le sud de la Libye et à se préparer à attaquer les pays d'Afrique du Nord pour compenser leurs pertes territoriales au Levant (Syrie / Irak).
Voulez-vous l'entendre par vous-même? Cliquez ICI.
Pour comprendre pourquoi la CIA se prépare à lancer ses terroristes de l'EI contre la Libye, il faut rappeler qu'en 2001, son ancien dirigeant Mouammar Kadhafi avait prévu de cesser de vendre du pétrole libyen en dollars US, exigeant le paiement en dinars adossés à l’or, ce qui, par effet boule de neige aurait précipité la mort du pétrodollar. Voici une  vidéo  qui évoque le projet entrepris à l’époque par Mouammar Kadhafi de création d’une monnaie panafricaine basée sur l’or que possédait alors la Libye, et nous explique que c’est sans doute l’une des principales raisons qui a poussé l’OTAN (France et USA en tête) à intervenir militairement et à renverser le dirigeant libyen. 
Naturellement, il y a aussi les millions de dollars payés par Kadhafi pour aider son « ami » Sarkozy à remporter les élections présidentielles, mais Sarkozy a préféré zigouiller son ami afin d’effacer sa dette. 
Dans  Voici pourquoi et comment Sarkozy a assassiné Kadhafi , nous avions écrit : Cinquante millions d’euros déboursés par Mouammar Kadhafi pour sa course à l’Élysée, et l’exécution suspecte du colonel, sont autant de cadavres dans le placard de l’ex-président français Nicolas Sarkozy. Ce n’est pas un hasard si l’assaut de l’OTAN contre la Libye a débuté le 19 mars 2011 par un bombardement des chasseurs français sur les forces de Kadhafi, lesquelles étaient sur le point de terrasser les rebelles à Benghazi.
Ce qui a amené la  secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton,  a approuver les bombardements de la Libye par la France, mais son véritable objectif a été caché au peuple américain, mais que l’on connaît à partir des emails secrets de la Clinton, comme Vice News le les rapporte :
Alors que le président français de l'époque, Nicolas Sarkozy, déclarait publiquement qu'il souhaitait libérer le peuple libyen de la tyrannie, le mémo de Blumenthal à la secrétaire Clinton soutient qu'il était animé par un cocktail de motivations moins élevées, y compris un désir de pétrole libyen et une peur que Kadhafi n'utilise son or pour porter atteinte à la primauté de la France dans la région.
Pour en savoir plus, cliquez  ICI.
En rejoignant le complot français pour détruire la Libye avant que Mouammar Kadhafi ne puisse établir son "dinar" d'or, Hillary Clinton a enrôlé la CIA pour l'aider dans ce plan vil pour détruire une nation qui ne représentait aucune menace pour les États-Unis. Ces derniers ont sorti, en 2011, de nulle part l'ancien général américano-libyen Khalifa Haftar (qui est aussi un citoyen américain, avec «beaucoup d'argent dans ses poches», et ont procédé à la destruction de tout le pays.
Alors que le général Khalifa Haftar croyait que les États-Unis le soutiendraient dans la reconstruction de la Libye après la destitution de Mouammar Kadhafi, il est devenu enragé quand Hillary Clinton a commencé à expédier secrètement des armes et des munitions libyennes à Benghazi aux terroristes de l'EI en Syrie. Il s’est alors tourné vers la Russie pour soutenir sa nation déchirée par la guerre. Celle-ci  fournit maintenant au général Haftar un soutien politique et une assistance militaire permettant aux forces de l'armée nationale libyenne (LNA) de garder le contrôle de la partie orientale de la Libye.
S'opposant au général Khalifa Haftar dans la reconstruction de la Libye, la marionnette du régime Obama-Clinton et le soi-disant premier ministre, Fayez al-Sarraj, qui, contre la volonté du peuple libyen, a été installé dans sa position par l'ONU, en 2015 - mais qui ne préside à rien et a permis à la CIA d'inonder la Libye avec des terroristes de l'État islamique.
Contrairement à la Syrie et à l'Irak, où ni la Russie ni la Chine n’avaient compris dès le début que ce sont les États-Unis qui ont créé et financé les terroristes islamistes les plus barbares que le monde ait jamais vus, il y a à parier que cette fois-ci ne sera pas la même.
 Maintenant, tout le monde sait que la CIA utilise ses terroristes islamistes un peu partout, y compris en Libye, c'est pourquoi le porte-avions « amiral Kuznetsov » stationne près de la côte libyenne depuis janvier dernier,  et quand la guerre éclatera, il sera utilisé pour défendre la ville côtière de Tobrouk, dans l'est de la Libye. Dans cette ville, les Chinois sont en train de construire le plus grand port en eau profonde du pays, un aéroport, un chemin de fer longeant la frontière égyptienne vers le Soudan, 10.000 maisons, un hôpital de 300 lits et une université.
Alors que les forces navales et militaires russes protégeront la côte orientale de la Libye, la Chine prépare également sa base militaire massive à Djibouti (dans la Corne de l'Afrique) et servira de tremplin principal à la police armée des forces d’élite chinoises. Les forces spéciales de la Garde russe et les troupes de la police armée chinoise s'entraînent pour combattre les terroristes de daéchiens de la CIA. Cet entraînement antiterroriste dans le désert de Gobi (qui simule les conditions climatiques en Libye) est maintenant entré dans sa phase active.
Des troupes russes et chinoises s'entraînent dans le désert de  Gobi (7 décembre 2017)
pour combattre les terroristes de l'EI menés par la CIA en Libye
Alors que le président Trump refuse maintenant de protéger le gouvernement d’imposteurs mis en place en Libye par Obama-Clinton-CIA ou son premier ministre, le «Deep State» américain est entré dans   une folle démence, comme en témoignent les médias de propagande américaine qui prétendent que Trump souffre d'une diminution de ses capacités mentales parce qu'il a bu une gorgée d'eau pendant un discours qu'il prononçait, et l'ancien président Barack Obama comparant maintenant Trump à Adolf Hitler et son affirmation que l'Amérique aujourd'hui, c'est comme l'Allemagne nazie des années 1930. Cependant, si  Trump n’a créé ni camps de concentration ni de chambres à gaz pour les juifs, il cautionne la mise dans des ghettos insalubres les « juifs des juifs » que sont les Palestiniens. En décrétant que Jérusalem est la nouvelle capitale d’Israël, Trump prend le parti des nazis juifs. Obama a donc, pour cette fois, raison.

NOTES
[1] Le vrai nom de Abou Bakr Al-Baghdadi est « Simon (Shimon) Elliott », de père et mère juifs. Le prétendu « Eliott » a été recruté par le Mossad israélien pour une année au cours de laquelle il a été formé à l’espionnage et sur le terrain pour conduire une stratégie destructrice des sociétés arabes et islamiques. Son faux nom : Ibrahim ibn Awad ibn Ibrahim Al Badri Arradoui Al Hoseini.
Ces informations ont été attribuées à Edward Snowden et publiées par les journaux et autres sites Web : le chef de l’ « État islamique », Abou Bakr Al-Baghdadi, a coopéré avec les services secrets américains, britanniques et israéliens afin de créer une organisation terroriste capable d’attirer des extrémistes du monde entier en un seul endroit. (Source : Radio-ajyal.com) et une autre source, le site Egy-press, corrobore ces propos.
Le plan est de rentrer dans le cœur militaire et civil des pays qui sont déclarés comme une menace pour Israël afin de les détruire pour faciliter, par la suite, la prise de pouvoir de l’État sioniste sur toute la zone du Moyen-Orient afin d’établir le Grand Israël. Une source des médias iraniens a été en mesure de détecter et de prouver l’identité du chef de l’État islamique (Daesh). Voir : Le "Calife" Baghdadi est un juif israélien, agent du Mossad

Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire