dimanche 6 mai 2018

Les rebelles yéménites commencent à attaquer l'infrastructure pétrolière saoudienne


La Résistance Houthi au Yémen,  connue sous le nom d'Ansurallah, ont promis d'intensifier les attaques à la roquette sur l'infrastructure pétrolière de l'Arabie saoudite, avertissant qu'ils fabriquent maintenant leurs propres missiles balistiques pour atteindre leurs objectifs, rapporte le Financial Times.

Cette menace survient à un moment où les attaques des Houthis contre l'Arabie saoudite ont commencé à augmenter. Samedi dernier, le système de défense aérienne de l'Arabie saoudite a intercepté quatre missiles balistiques au-dessus de la région sud-ouest de Jizan. Les débris de ces missiles auraient tué une personne. Une semaine auparavant, deux autres missiles avaient été lancés sur les installations de la Saudi Arabian Oil Company (Aramco) dans la mer Rouge.
Début avril, l'IHS Jane's Terrorism and Insurgency Center, basé à Londres, a noté que les Houthis ont mené trois attaques à la roquette sur les installations d'Aramco en dix jours, y compris une attaque sur un pétrolier saoudien, qui a subi quelques dommages et a conduit à l'intervention d'un navire de la coalition navale, qui à son tour a repoussé l'attaque.
Les Houthis ont également dévoilé leur nouveau système d'armes sol-sol Badr-1 (un système de roquettes d'artillerie lourde) environ une semaine auparavant, que les Résistants yéménites ont  utilisé pour attaquer les installations d'Aramco.
Mohammed al-Boukhaiti, membre du conseil politique des Houthis, a également déclaré au Financial Times que ces attaques n'étaient "que le début de la réponse" à la mort du dirigeant de Houthi,  Saleh al-Samad, tué par des frappes aériennes saoudiennes en avril.
"Les Yéménites n'oublieront pas facilement la mort de Samad et ils feront de leur mieux pour le venger", a déclaré M. Boukhaiti.
Boukhaiti a également rejeté les allégations selon lesquelles l'Iran aurait fourni des missiles sophistiqués aux Houthis, affirmant au contraire que les rebelles ont développé et fabriqué leurs propres roquettes et drones.
"Les Yéménites ont ajouté de nouveaux systèmes de fabrication de missiles, de sorte que de plus en plus de missiles ciblent l'Arabie saoudite dans le cadre d'une escalade", a ajouté M. Boukhaiti.
L'affirmation selon laquelle l'Iran est responsable de l'approvisionnement en armes des Houthis est une affirmation qui continue dans le discours dominant n'est pas étayée par des preuves tangibles et crédibles.
Malgré cela, ces récents développements font craindre que la guerre au Yémen ne devienne encore plus incontrôlable qu'elle ne l'a été au cours des trois dernières années. Comme l'admet même le Financial Times, jusqu'à présent, l'Arabie saoudite "a lutté pour faire des progrès décents contre les rebelles".  Ces "progrès décents" ont surtout consisté à détruire le Yémen et à affamer sa population, avec l'aide de l'Occident et d'Israël.
Il convient également de noter qu'en ces derniers temps, la confiance des Houthis ne fait que se renforcer, et que ces attaques récentes visant des infrastructures saoudiennes vitales ne peuvent qu'améliorer leur position dans le conflit.
Selon Graham Griffiths, un consultant du Control Risks Group, ces attaques dirigées par les Houthis ont soulevé des inquiétudes quant à la sécurité des employés et des biens, même si les Houthis ne peuvent pas effectuer de dommages significatifs à la coalition dirigée par l'Arabie Saoudite.
"Cette perception du risque est susceptible d'augmenter considérablement si une seule frappe touche une cible sensible", a déclaré Griffiths, selon le Financial Times. "Le rythme soutenu des attaques permet aux Houthis de démontrer qu'en dépit de trois années de guerre, ils peuvent encore riposter contre un ennemi beaucoup plus puissant".
Le plus important - et largement absent de toute analyse sérieuse de ce conflit - est la déclaration de M. Boukhaiti au Financial Times selon laquelle les Houthis continueront ces attaques contre l'Arabie Saoudite jusqu'à ce que Riyad "arrête complètement son agression".
En ce qui concerne le droit international, le Yémen a le droit de se défendre contre une agression étrangère, y compris en frappant directement l'Arabie saoudite, qui est de l'avis général le principal instigateur de ce conflit.
On pourrait être porté à croire qu'une solution simple et valable serait que la coalition dirigée par l'Arabie saoudite se retire de sa guerre agressive et criminelle au Yémen et permette aux Yéménites de mener leurs propres affaires.
Darius Shahtahmasebi 5 Mai 2018,
The Antimedia

4 commentaires:

  1. Qui sème le vent, récolte la tempête .

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi le Yemen ne convoque t il pas le conseil de-securite de l'onu?
    Je croyais que justement c'est a ca que sert l'onu?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.brujitafr.fr/2018/03/l-enigmatique-oeuvre-satanique-a-l-onu.htm
      l'ONU est une instance satanique.

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer