vendredi 18 mai 2018

La Commission européenne annule les sanctions US contre l’Iran

La Commission européenne a adopté ce vendredi 18 mai le premier paquet de mesures visant à protéger les entreprises européennes en Iran contre les sanctions américaines, les annulant légalement sur le territoire de l’UE, est-il indiqué dans la déclaration de la Commission.

Selon l’agence russe Sputnik elle a activé la «loi de blocage», un mécanisme, datant de 1996 et jamais employé, adopté pour contourner l’embargo sur Cuba. Il permet aux entreprises et tribunaux européens de ne pas se soumettre à des réglementations relatives à des sanctions prises par des pays tiers.

commission_europeenne«Les sanctions américains ne seront pas sans effet. Il est donc de notre devoir, à la Commission et au sein de l’Union européenne, de faire ce que nous pouvons pour protéger nos entreprises européennes, en particulier les PME», a déclaré vendredi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.
L’exécutif européen a également lancé la procédure pour permettre à la Banque européenne d’investissement (BEI) de soutenir les investissements européens en Iran, en particulier pour les petites et moyennes entreprises.
L’annonce de l’exécutif européen est conforme à la décision prise par les chefs d’État et de gouvernement le jeudi 17 mai lors de leur sommet informel en Bulgarie.
Cette décision est une riposte au rétablissement de sanctions américaines liées au retrait des États-Unis de l’accord de juillet 2015 sur le programme nucléaire iranien annoncé par Donald Trump.
Le 8 mai, le Président américain a annoncé sa décision de retirer les États-Unis de l’accord de Vienne sur le programme nucléaire iranien. Le Plan d’action global commun (PAGC) est un accord signé à Vienne, le 14 juillet 2015, par les huit parties suivantes: les pays du P5+1: les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni) et l’Allemagne, ainsi que l’Union européenne et la République islamique d’Iran. Le locataire de la Maison-Blanche a également annoncé le rétablissement de toutes les sanctions levées suite à l’adoption de cet accord.
Source: Avec Sputnik
https://french.almanar.com.lb/898368
Des soldats syriens passent devant un portrait du président Bachar al-Assad lors d'une célébration marquant la reprise de la ville d'Alep, au nord de la Syrie, le 21 décembre 2017. ©AFP
Des soldats syriens passent devant un portrait du président Bachar al-Assad lors d'une célébration marquant la reprise de la ville d'Alep, au nord de la Syrie, le 21 décembre 2017. ©AFP
L’ambassadeur russe en poste à Beyrouth déclare que la Russie n’avait pas de problème avec la présence iranienne en Syrie.
L'ambassadeur de Russie à Beyrouth, Alexandre Zasypkine a déclaré à la chaîne de télévision Al-Mayadeen que la Russie ne voyait aucun problème dans la présence de l’Iran en Syrie.
« Notre coopération avec l’Iran en Syrie reste durable et des échanges économiques continuent comme par le passé entre les deux pays », précise Zasypkine.
L'ambassadeur de Russie à Beyrouth, Alexandre Zasypkine©FarsNews
Il a continué :
« Nous nous battons aux côtés de l’Iran et du Hezbollah, alliés de la Syrie, contre les terroristes en Syrie. Quoique les États-Unis prétendent lutter contre le terrorisme, ils commencent à atermoyer dès que la Syrie se rapproche de la victoire finale face aux terroristes. Il est pour autant normal que les forces étrangères quittent la Syrie, dès que le gouvernement syrien arrive à restaurer sa souveraineté sur tout le territoire syrien.
«  À l’adresse de tous ceux qui jugent destructif le rôle de l’Iran dans la région, nous rétorquons que l’Iran joue au contraire un rôle tout à fait positif au Moyen-Orient », a-t-il signalé.
«Les réformes politiques en Syrie vont en même temps dans l’intérêt du gouvernement et des opposants. Dans ce même droit fil, la Russie a élaboré une « feuille de route » pour la Syrie, a fait valoir ce haut diplomate russe.
Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire