samedi 19 mai 2018

S’en prendre à la Russie, par Paul Fitzgerald et Elizabeth Gould (2/2)

Dans la deuxième partie de cette série en deux volets, Paul Fitzgerald et Elizabeth Gould explorent comment les néo-conservateurs, dans les coulisses, ont pris le contrôle de la politique étrangère américaine. La première partie se trouve ici.

Dans les mois et les années qui suivirent la guerre israélo-arabe d’octobre 1973, la question d’Israël et de sa sécurité devint si étroitement imbriquée dans la politique américaine qu’elle devint une seule et même chose. La leçon d’octobre 1973, à savoir que la détente avait réussi à garantir les intérêts américains et soviétiques, était un anathème pour tout le programme néoconservateur et révélait sa véritable mainmise.
À l’époque, la majorité des Juifs américains n’étaient pas nécessairement contre de meilleures relations entre les États-Unis et l’Union soviétique. Mais avec le coup de boutoir des experts néoconservateurs de droite influents comme Ben Wattenberg et Irving Kristol et la manifestation explosive du mouvement évangélique chrétien sioniste évangélique, de nombreux partisans américains libéraux d’Israël ont été persuadés de se retourner contre la détente pour la première fois.
Selon le livre Détente and Confrontation de Raymond Garthoff, éminent spécialiste de l’U.R.S.S. du Département d’État, « la coopération américano-soviétique pour désamorcer à la fois le conflit israélo-arabe et leur propre implication dans une confrontation de crise peut être considérée comme une application réussie de la gestion de crise sous la période de la détente ». Mais comme le reconnaît Garthoff, ce succès a menacé « la liberté d’action jalousement gardée d’Israël pour déterminer unilatéralement ses propres exigences de sécurité », et a déclenché des sonnettes d’alarme à Tel Aviv et à Washington.
Avec Richard Nixon dans les cordes avec le Watergate et le Vietnam, la politique étrangère américaine était ouverte aux pressions extérieures et, dans l’année qui suivit, tomberait définitivement entre les mains d’une coalition de groupes de lobbying pro-Israël, néoconservateurs et de l’industrie de la défense de droite.
Une croisade pour contrôler le Moyen-Orient
Ces groupes tels que l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), le Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA), l’American Security Council et le Committee on the Present Danger s’emploieraient à rendre substituables les intérêts américains et leur propre croisade personnelle pour contrôler le grand Moyen-Orient.
Theodor Herzl sur le balcon de l’hôtel Les Trois Rois à Bâle en 1897.
La question du soutien des États-Unis à Israël, de ses partisans néoconservateurs et de son parti pris antirusse a une histoire longue et compliquée qui remonte bien avant le projet sioniste du 19e siècle de Theodor Herzl. Le sionisme n’a pas été inculqué dans la pensée américaine par les Juifs, mais par les puritains britanniques des 16e et 17e siècles dont la mission sacrée était de rétablir un ancien royaume d’Israël et d’accomplir ce qu’ils croyaient être une prophétie biblique basée sur la version King James de la Bible.
Le mouvement anglo-israélien britannique a trouvé une cause commune avec les objectifs politiques de l’Empire britannique du 19e et du début du 20e siècle de contrôler le Moyen-Orient par la réinstallation juive de la Palestine, qui a culminé dans la déclaration Balfour de 1917. Ce plan à long terme de l’Empire britannique se poursuit aujourd’hui à travers la politique américaine et ce qui a été surnommé le Projet sioniste ou le plan Yinon.
Ajoutez à cela les 700 millions de membres du mouvement évangélique mondial et ses 70 millions de chrétiens sionistes aux États-Unis, et la politique étrangère américaine envers le Moyen-Orient devient une confluence apocalyptique d’agendas cachés, de rancunes ethniques et de querelles religieuses enfermés dans une crise permanente.
On a fait valoir que l’adhésion servile des néoconservateurs à Israël fait du néoconservatisme une création exclusivement juive. De nombreux écrivains néoconservateurs, comme David Brooks du New York Times, accusent les critiques d’Israël d’être antisémites en les accusant de substituer le terme « néoconservateur » au terme « juif ». D’autres soutiennent que « le néoconservatisme est en effet un mouvement intellectuel et politique juif » avec « des liens étroits avec les éléments nationalistes, agressifs, racistes et fanatiques les plus extrêmes au sein d’Israël ».
Bien qu’agissant clairement comme un front politique pour les intérêts d’Israël et un moteur pour une guerre permanente, le néoconservatisme n’aurait jamais réussi en tant que mouvement politique sans le soutien et la coopération de puissantes élites non-juives.
Michael Lind, cofondateur de la New America Foundation, écrit dans The Nation en 2004 : « Avec d’autres traditions issues de la gauche anti-stalinienne, le néoconservatisme a séduit de nombreux intellectuels et activistes juifs, mais ce n’est pas, pour cette raison, un mouvement juif. Comme d’autres écoles de gauche, le néoconservatisme a recruté dans des “pépinières” diverses, y compris des catholiques libéraux… des populistes, des socialistes et des libéraux du New Deal dans le Sud et le Sud-Ouest… À l’exception de la stratégie au Moyen-Orient… il n’y a rien de particulièrement “juif” dans les vues néoconservatrices sur la politique étrangère. Alors que l’exemple d’Israël a inspiré les néoconservateurs américains… la stratégie globale des néoconservateurs d’aujourd’hui est façonnée principalement par l’héritage de l’anticommunisme de la guerre froide ».
Ajoutez à cela l’influence constante des décideurs politiques de la Grande-Bretagne impériale après la Seconde Guerre mondiale – la création du Pakistan en 1947 et d’Israël en 1948 – et la main cachée d’une stratégie impériale mondiale est dévoilée. Le Pakistan existe pour tenir les Russes à l’écart de l’Asie centrale et Israël existe pour tenir les Russes à l’écart du Moyen-Orient.
La question de savoir si la démocratie américaine aurait pu survivre aux pressions exercées sur elle par la Grande Dépression, la Seconde Guerre mondiale, la Guerre froide et les tromperies continues du néoconservatisme pose aujourd’hui une question à laquelle il est possible de répondre. Ce n’était pas possible. Michael Glennon, professeur de droit international à la Fletcher School, soutient que la création de l’État de sécurité nationale en 1947 en tant que deuxième gouvernement jumelé rend la question muette. Il écrit : « Le public croit que les institutions établies par la Constitution contrôlent la politique de sécurité nationale, mais ce point de vue est erroné. Le contrôle judiciaire est négligeable, le contrôle du Congrès est dysfonctionnel et le contrôle présidentiel est symbolique. En l’absence d’un électorat mieux informé et plus engagé, il existe peu de possibilités de rétablir la responsabilité dans la formulation et l’exécution de la politique de sécurité nationale ».
La portée de la motion de Jackson-Vanik
Le mouvement pour abattre la détente et entraver l’équilibre du pouvoir ou la politique étrangère « réaliste » d’Henry Kissinger a rapidement suivi la guerre de 1973 sous la forme de l’amendement antisoviétique au Trade Act connu sous le nom de Jackson-Vanik. Parrainé par le sénateur Henry « Scoop » Jackson de l’État de Washington et le représentant Charles A. Vanik de l’Ohio, mais conçu par l’acolyte Albert Wohlstetter Richard Perle, les concessions commerciales et pratiquement tout ce qui concernait Moscou seraient à jamais liés au projet sioniste par l’émigration juive de l’Union soviétique vers Israël.

Henry Jackson et Charles Vanik.
Soutenu par les syndicats, les conservateurs traditionnels, les libéraux et les néoconservateurs, Jackson-Vanik a entravé les efforts de l’administration Nixon/Ford pour ralentir la course aux armements et s’orienter vers un apaisement permanent des tensions avec l’Union soviétique. Il a retiré le contrôle de la politique étrangère américaine au président et au secrétaire d’État, tout en la remettant définitivement entre les mains des anciens néoconservateurs anti-staliniens et trotskistes.
Jackson-Vanik a triomphé du soutien libéral à la détente en raison d’une malhonnêteté intellectuelle au sein de la gauche non communiste qui avait ébranlé l’intelligentsia américaine depuis les années 1930. Cette malhonnêteté avait fait des trotskistes de gauche, pour la CIA, ses propres combattants culturels anti-soviétiques de la Guerre froide et les avait alignés sur les objectifs de l’aile droite de l’Occident. Dans les années 1950, leur cause ne concernait pas la gauche ou la droite, ni même l’anticommunisme libéral contre le stalinisme. Il s’agissait d’échanger un système de valeurs, de lois et de freins et contrepoids contre un système étranger à l’Amérique.
Comme le décrit Frances Stoner Saunder dans son livre The Cultural Cold War, il s’agissait simplement de s’emparer du pouvoir et de le conserver. « “C’est tellement pourri que ça ne le sait même pas”, a dit [le légendaire éditeur de Random House] Jason Epstein, avec intransigeance. “Quand ces gens parlent de contre-espionnage, ce qu’ils font, c’est de mettre en place un système de valeurs fausses et corrompues pour soutenir l’idéologie dans laquelle ils se sont engagés à l’époque. La seule chose à laquelle ils sont vraiment engagés, c’est le pouvoir, et l’introduction de stratégies tzaristo-staliniennes dans la politique américaine. Ils sont si corrompus qu’ils ne le savent probablement même pas. Ce sont de petits apparatchiks menteurs. Les gens qui ne croient en rien, qui sont seulement contre quelque chose, ne devraient pas partir en croisade ou commencer des révolutions. »
Une nouvelle Nomenklatura
Mais les néoconservateurs ont fait des croisades et ont commencé des révolutions et ont continué à corrompre le processus politique américain jusqu’à ce qu’il soit méconnaissable. En 1973, les néoconservateurs ne voulaient pas que les États-Unis aient de meilleures relations avec Moscou et ont créé Jackson-Vanik pour y faire obstruction. Mais leur but ultime, comme l’explique Janine Wedel dans son étude Shadow Elite de 2009, était le transfert complet du pouvoir d’un gouvernement élu représentant le peuple américain à ce qu’elle a appelé une « nouvelle nomenklatura », ou « gardiens de l’intérêt national », libre des contraintes imposées par les lois de la nation.
Wedel écrit, « Daniel Patrick Moynihan, feu le sénateur de New York et anciennement néoconservateur, a suggéré que ce genre de suspension des règles et des processus l’a motivé à se séparer du mouvement dans les années 1980 : “Ils ont souhaité une posture militaire s’approchant de la mobilisation ; ils créeraient ou inventeraient toutes les crises nécessaires pour y parvenir” ».
La synthèse de l’éthique de la guerre froide de James Burnham (établie officiellement par Paul Nitze dans sa NSC-68 de 1950 [Rapport no 68 du Conseil de sécurité nationale, est l’un des documents les plus importants de la politique américaine pendant la guerre froide. Il a largement façonné la politique étrangère des États-Unis pour les vingt prochaines années, NdT]) et du trotskisme (adopté par les principaux néoconservateurs), combinée à ce nouveau soutien agressif pour Israël, a donné aux néoconservateurs américains une influence politique de type sectaire sur la prise de décision américaine qui ne ferait que se renforcer avec le temps.
Comme l’envisageait Burnham, la guerre froide était une lutte pour le monde et serait menée avec le genre de subversion politique qu’il avait appris à maîtriser en tant que membre dirigeant de la Quatrième Internationale de Trotsky. Mais relié à Israël par les Trotskistes de Burnham et l’influence sous-jacente de l’israélisme britannique, elle entrerait dans une mythologie apocalyptique et résisterait à tous les efforts pour y mettre fin.
Trotsky
John B. Judis, ancien rédacteur en chef de New Republic, raconte dans une critique de 1995 pour la revue Foreign Affairs sur le livre de John Ehrman Rise of Neoconservatism [la montée du néoconservatisme, NdT] : « Dans le cadre du communisme international, les trotskistes étaient des internationalistes enragés plutôt que des réalistes ou des nationalistes… Les néoconservateurs qui sont passés par des mouvements trotskistes et socialistes ont fini par considérer la politique étrangère comme une croisade, dont le but était le socialisme mondial, puis la démocratie sociale, et enfin le capitalisme démocratique. Ils n’ont jamais vu la politique étrangère sous l’angle de l’intérêt national ou de l’équilibre des pouvoirs. Le néoconservatisme était une sorte de trotskisme inversé, qui cherchait à “exporter la démocratie” selon les mots de [Joshua] Muravchik, de la même manière que Trotsky envisageait à l’origine d’exporter le socialisme. »
A travers les yeux de Raymond Garthoff, du département d’État, les mesures prises contre la détente en 1973 sont envisagées selon le point de vue étroit d’un diplomate professionnel américain. Mais selon Judis dans son article intitulé Trotskyism to Anachronism : The Neoconservative Revolution [Du trotskisme à l’anachronisme : La Révolution néoconservatrice, NdT], l’héritage du rapport CNS-68 et du trotskisme a contribué à une forme de pensée apocalyptique qui ferait lentement sortir le processus d’élaboration des politiques professionnelles du domaine de l’observation empirique et le remplacerait par un mécanisme politisé pour créer un conflit sans fin. « La réitération constante et l’exagération de la menace soviétique avaient pour but de dramatiser et de gagner des convertis, mais elle reflétait aussi la mentalité révolutionnaire apocalyptique qui caractérisait la vieille gauche », a écrit Judis.
En fin de compte, il soutient que le succès néoconservateur à utiliser des prophéties auto-réalisatrices pour faire disparaître la détente a rendu la guerre froide beaucoup plus dangereuse en encourageant l’Union soviétique à entreprendre un renforcement militaire et à étendre son influence, ce que les néoconservateurs ont ensuite utilisé comme preuve que leurs théories étaient correctes. En effet, « le néoconservatisme était une prophétie auto-réalisatrice. Il a contribué à précipiter la crise dans les relations entre les États-Unis et l’Union soviétique qu’il a ensuite prétendu découvrir et à laquelle il a répondu. »
Au cours de l’été 1995, lorsque la Guerre froide a pris fin et que la tempête est passée, Judis a considéré le néoconservatisme comme un objet du ridicule, décrivant les principaux néoconservateurs comme de simples anachronismes politiques et non comme le moteur politique florissant décrit par John Ehrman dans son livre. Mais en fin de compte, Ehrman avait raison, la croisade néoconservatrice ne s’était pas terminée avec la fin de la guerre froide, mais était seulement entrée dans une nouvelle phase plus dangereuse.
2018 Fitzgerald & Gould
Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire