vendredi 7 septembre 2018

SYRIE. L'oracle Nikki Haley prédit qui seront les auteurs de la prochaine attaque au gaz en Syrie


Nikki Haley, de son vrai nom Nimrata Randhawa, de parents sikhs indiens du Panjab, affirme avoir «présagé» les auteurs d’une attaque chimique imminente en Syrie, probablement dans un rêve prophétique. Originaire d’Inde, Nikki ne nous dit pas quelle est sa méthode divinatoire : le tarot indien ? L’astrologie indienne (Jyotish) ? l'astromancie sidérale du Sud de l'Inde ? ou bien autre chose encore,
à moins que, stupide comme elle est, elle vient de vendre la mèche, en dévoilant , sans le faire exprès, que ce sont bien les États-Unis qui ont fourni les produits chimiques aux terroristes islamistes, et qu'ils savent donc qui va les utiliser, quand et comment.


Image associée
Comme tout Sikh, Nikki doit  respecter le principe des 5 K :
Le Kesh les cheveux et les poils du sikh doivent être non coupés
Le kangha un peigne de bois placé dans leurs cheveux
Le kara Ils doivent porter le bracelet d’argent ou métal au poignet droit
Le kacca (défense de rire) Ils doivent porter un caleçon traditionnel spécialement conçu
Le kirpan Ils doivent garder leur poignard pour se défendre à la ceinture à tout moment.
Résultat de recherche d'images pour "caricature nikki haley sikh" 
Haley, qui est l'envoyée américaine aux Nations Unies, a fait cette prédiction au milieu des avertissements de la Russie selon lesquels des groupes terroristes soutenus par l'Occident préparaient une attaque sous faux pavillon en Syrie pour déclencher une invasion américaine.
Rt.com rapporte: Révélant ses capacités psychiques extraordinaires en plus de ses compétences diplomatiques notoires, l'envoyée américaine aux Nations Unies a intelligemment déclaré que le gouvernement souverain de Syrie pourrait «continuer à prendre possession de la Syrie» s'il le souhaite, mais «si il y a des armes chimiques qui sont utilisées [à Idlib], nous savons exactement qui va les utiliser. »
Image associée
Les États-Unis ont toujours manifesté un empressement particulier à se venger des attaques chimiques présumées, mais comme le note le journaliste d'investigation Rick Sterling, c'est peut-être la première fois qu'un haut diplomate américain blâme Damas avant même qu'une attaque ait lieu.
«Dans le passé, lorsqu'un incident se produisait, ils affirmaient automatiquement qu'ils savaient qui était responsable, avant même qu'il y ait une enquête ou des preuves. Et maintenant, ils sont même allés plus loin. Avant même l’incident, ils prétendent savoir qui est responsable », a déclaré Sterling à RT.
En dépit de rapports médiatiques à bout de souffle et de Donald Trump accusant le président Bashar Assad d’avoir commis des massacres passés et futurs, Sterling a noté que toutes les enquêtes sérieuses sur des incidents d’armes chimiques remontant à 2013 «ont finalement montré du doigt que ce sont les terroristes islamistes qui en bénéficient à chaque fois." On sait parfaitement depuis toujours, « à qui profite le crime ».
"Le gouvernement syrien n'a aucun intérêt, aucun avantage, aucun motif dans un incident lié à des armes chimiques", a-t-il souligné.
Les utilisateurs des médias sociaux se sont également montrés profondément sceptiques quant à la certitude de Haley relative à un crime de guerre qui n’a pas encore eu lieu. «L’oracle Haley sait que les armes chimiques seront utilisées dans une bataille qui n’a pas encore commencé.
Washington a répété à plusieurs reprises qu’elle prendrait des mesures décisives si le gouvernement syrien - qui est sur le point de vaincre le dernier bastion des militants islamistes dans son pays - choisit d’utiliser des armes chimiques. La Maison Blanche a déclaré mardi qu’elle «réagirait rapidement et de manière appropriée» en cas d’incident chimique à Idlib.
Les États-Unis ont attaqué des cibles à l’intérieur de la Syrie à deux reprises en représailles pour des attaques chimiques présumées à Khan Sheikhoun, Idlib, en avril 2017, et à Douma, Ghouta Est, un an plus tard. Dans les deux cas, Washington a lancé des missiles sur des installations militaires et de recherche syriennes avant même que des enquêtes officielles sur ces incidents n’aient commencé.
Les résultats préliminaires d’une enquête menée par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) n’ont trouvé aucune trace d’agent neurotoxique sur les lieux de l’attaque présumée de Douma, contredisant les théories du gouvernement américain et des médias. L'organisme d'enquête international a toutefois identifié plusieurs composés chlorés commerciaux largement disponibles sur le site, mais aucun n'était constitué de «produits chimiques inscrits au CAC», ce qui signifie que rien n'a été interdit par la Convention sur les armes chimiques.
Pourtant, les États-Unis continuent d’insister sur le fait qu’il ne dispose «d’aucun renseignement indiquant que l’opposition dispose de moyens chimiques» ou de lancer une attaque de faux drapeau, ce qui implique que tout incident futur doit être automatiquement imputé à Damas, dont arsenaux d'armes sont sous contrôle international strict depuis 2016.
Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.