samedi 8 septembre 2018

L’audition de SCOTUS au Sénat américain attire l’attention sur les procès militaires contre des fonctionnaires de l’État profond

Lors d’une audience de confirmation au Sénat américain tenue le 5 septembre, le candidat de la Cour suprême Brett Kavanaugh s’est vu poser une série de questions sur des affaires futures concernant la légalité de la justice militaire utilisée contre des citoyens américains. Le groupe de renseignement militaire QAnon a lié l’interrogatoire à un décret du président Donald Trump qui crée une base juridique pour l’utilisation de la justice militaire contre les fonctionnaires de Deep State.

Dans le post 2093, QAnon a écrit ce qui suit :

La vidéo Youtube liée, qui est mystérieusement devenue indisponible (bloquée ?), montrait le sénateur Lindsay Graham interrogeant le juge Kavanaugh sur la légalité du système de justice militaire utilisé contre des citoyens américains qui ont été complices des forces ennemies. Kavanaugh a expliqué comment la Cour suprême a, dans le passé, créé des précédents juridiques pour que la justice militaire soit appliquée de cette façon.
QAnon a fait référence au décret exécutif de Trump publié le 21 décembre 2017 créant une “urgence nationale” aux États-Unis en raison de “graves violations des droits de l’homme et de la corruption dans le monde”. Le décret établit clairement que toutes les personnes impliquées dans de tels abus constituent une “menace inhabituelle et extraordinaire” pour la sécurité nationale des États-Unis :
MOI, DONALD J. TRUMP, Président des États-Unis d’Amérique, estime que la prévalence et la gravité des violations des droits de l’homme et de la corruption qui ont leur source, en tout ou en partie, en dehors des États-Unis, telles que celles commises ou dirigées par des personnes énumérées dans l’annexe du présent décret, ont atteint une telle ampleur et une telle gravité qu’elles menacent la stabilité des systèmes politique et économique internationaux… Les États-Unis cherchent à imposer des conséquences concrètes et significatives à ceux qui commettent de graves violations de ces droits ou s’y livrent, ainsi que pour protéger leur système financier des abus par les mêmes personnes.
J’estime donc que les violations graves des droits de l’homme et la corruption dans le monde constituent une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale, la politique étrangère et l’économie des États-Unis, et je déclare par la présente une urgence nationale pour faire face à cette menace.
En plus de bloquer les avoirs financiers de tous ceux qui sont liés à de tels abus, le décret justifie l’utilisation du système de justice militaire contre tous les individus, y compris les fonctionnaires américains, qui participent à des actes subversifs lors d’une “urgence nationale”.
Dans le post 1926, QAnon a explicitement lié l’ordre exécutif de Trump à des actes de subversion. QAnon commence le poste comme suit :
Q !!mG7VJJxZNCI No.168
août 19 2018 14:05:47 (HNE)
[Cause]
Définissez’Subversion’.
L’acte de subversion : l’état d’être subverti ; en particulier : une tentative systématique de renverser ou de saper un gouvernement ou un système politique par des personnes travaillant secrètement de l’intérieur ?
[Effet]
https://www.whitehouse.gov/presidential-actions/executive-order-blocking-property-persons-involved-serious-human-rights-abuse-corruption/
QAnon souligne que les fonctionnaires américains, anciens et actuels, qui sont liés à des actes subversifs peuvent voir leurs avoirs financiers gelés, comme le stipule le décret du 21 décembre 2017.
Un exemple de subversion est un texte incriminant du 15 août 2016 de Peter Strzok, agent de contre-espionnage du FBI, qui déclare explicitement à un autre fonctionnaire du FBI, Lisa Page, qu’un ” plan d’assurance ” avait été élaboré par Deep State pour empêcher Donald Trump d’assumer ou de remplir la fonction de président :
Je veux croire la voie que vous avez tracée dans le bureau d’Andy, à savoir qu’il n’y a aucune chance qu’il soit élu, mais je crains que nous ne puissions prendre ce risque. C’est comme une police d’assurance dans le cas peu probable où vous mourriez avant d’avoir 40 ans…..
Le rôle de Strzok et d’autres fonctionnaires dans l’élaboration d’un plan d’assurance par le biais du “dossier Steele” concocté et utilisé pour obtenir des mandats de la FISA fait actuellement l’objet d’une enquête par House Intelligence and Judiciary committees.
C’est ce que QAnon a poursuivi en disant dans le post 1926, ce qui soulève la possibilité que le système de justice militaire soit utilisé contre des fonctionnaires accusés de subversion contre le nouveau gouvernement Trump.
QAnon lié et cité dans l’ouvrage de Trump du 1er mars “2018 Amendments to the Manual for Courts-Martial” :
Art. 12. Conformément à l’article 33 de l’UCMJ, tel que modifié par l’article 5204 de la LJM, le Secrétaire à la défense, en consultation avec le Secrétaire à la sécurité intérieure, publiera des directives non contraignantes concernant les facteurs que les commandants, les autorités de convocation, les avocats des juges du personnel et les avocats des juges devraient prendre en considération dans l’exercice de leurs fonctions concernant les décisions et spécifications en vertu des articles 30 et 34 de l’UCMJ en matière de justice et discipline. Ces directives tiendront compte, en tenant dûment compte des exigences militaires, des principes énoncés dans les directives officielles du procureur général aux procureurs du gouvernement fédéral en ce qui concerne le règlement des affaires pénales fédérales, conformément au principe de l’administration juste et équitable du droit pénal fédéral.
QAnon est ici en train de dire que le système de justice militaire travaillera avec les procureurs américains, comme John Huber de l’Utah, pour enquêter et poursuivre les personnes accusées de subversion et/ou liées à la menace à la sécurité nationale posée par ” les violations graves des droits de la personne et la corruption dans le monde “.
Dans le post 1926, QAnon a ensuite fait référence à des fonctionnaires et à des responsables d’entreprises qui ont été démis de leurs fonctions, faisant allusion à des mises en accusation secrètes les concernant et à la construction de nouvelles installations à la prison militaire de Guantanamo pour les responsables les plus dangereux ou récalcitrants.
Déménagement du personnel du FBI
Déménagement du personnel du MJ
C_A déménagement du personnel
Déménagement du personnel de l’État
Déménagement du personnel de WH
Déménagement du personnel de maison
destitution du personnel du Sénat
Suppression de la présidence, du président/directeur général et des vice-présidents
Budget MIL (le plus important de notre histoire).
Présence de la MIL autour de POTUS
45 000 actes d’accusation scellés
https://www.military.com/daily-news/2018/03/28/when-it-comes-guantanamo-trump-truly-builder-chief.html
https://www.theguardian.com/us-news/2017/feb/23/trump-revives-private-prison-program-doj-obama-administration-end
http://www.breitbart.com/big-government/2018/03/31/turley-sessions-using-utah-federal-prosecutor-much-better-trump-2nd-special-counsel/
Il n’y a rien à voir ici.
Q
Ce qui rend le post de QAnon particulièrement significatif est l’existence des “+45.000 actes d’accusation scellés” qui impliquent des accusations pénales contre des fonctionnaires de Deep State accusés de subversion et/ou de “graves violations des droits de l’homme et corruption dans le monde”.
Comme je l’ai montré dans un article précédent, le nombre d’affaires pénales scellées est extraordinairement élevé par rapport aux années précédentes, et la majorité des plus de 50 000 affaires scellées sont des actes d’accusation contre des fonctionnaires de Deep State.
D’après les postes récents de QAnon, il est de plus en plus clair que certains des actes d’accusation impliquent des fonctionnaires de Deep State tels que Strzok qui sont accusés de subversion et jugés par des tribunaux militaires.
Enfin, après 2093, QAnon indique qu’Hillary Clinton (alias HRC) est paniquée, ce qui donne à penser qu’elle risque aussi d’être soumise à la justice militaire pour subversion et participation à de ” graves violations des droits humains et corruption dans le monde “.
Depuis le 28 octobre 2017, QAnon laisse tomber les miettes de pain sur les violations des droits de l’homme et la corruption des fonctionnaires de Deep State qui ont fait l’objet d’enquêtes secrètes par un grand jury et de mises en accusation. La dernière série de postes suggère qu’il y a un compte à rebours avant que les actes d’accusation secrets ne soient levés et que les procès qui suivront impliqueront que certains anciens fonctionnaires soient soumis à la justice militaire par l’intermédiaire des tribunaux martiaux plutôt que militaires contrairement à ce qu’on l’avait cru.
Le grand public apprendra pour la première fois l’étendue réelle des actes criminels des fonctionnaires de Deep State en ce qui concerne les violations des droits de l’homme, la corruption dans le monde et les efforts visant à renverser l’administration Trump. La chapelure de QAnon ne donne qu’un simple aperçu des faits qui choqueront profondément le grand public alors que des preuves documentaires sont rendues publiques pour des procès criminels et militaires imminents.
Quant à la date à laquelle les actes d’accusation scellés seront descellés, il convient de noter que la réforme des “amendements 2018 au Manuel des cours martiales” entrera en vigueur le 1er janvier 2019. Les questions posées par le sénateur Graham au juge Kavanaugh laissent entendre que le recours au système de justice militaire contre les civils américains sera probablement l’une des questions juridiques que la nouvelle Cour suprême devra bientôt trancher.
L’un des effets les plus significatifs des procès criminels imminents devant les tribunaux civils et militaires des responsables de Deep State est l’impact que tout cela aura sur une politique de plusieurs décennies de suppression de la diffusion publique des technologies avancées associées aux programmes spatiaux secrets, dont QAnon a récemment attribué le tir d’un missile impliqué dans une attaque au faux drapeau sur Hawaii.
QAnon expose l’attaque de missile sous faux drapeau d’Hawaï et pointe vers l’intervention du programme spatial secret
En outre, plus de 5 700 demandes de brevet qui pourraient révolutionner les secteurs du transport et de la médecine ont été retardées et classées en raison d’ordonnances de sécurité nationale rendues par les autorités de Deep State. Beaucoup d’autres choses seront probablement révélées sur les attaques au faux drapeau du 11 septembre, les assassinats de Kennedy, l’histoire cachée de l’Antarctique, et la vérité sur la vie extraterrestre.
Michael E. Salla, Ph.D.
Source :https://stopmensonges.com/laudition-de-scotus-au-senat-americain-attire-lattention-sur-les-proces-militaires-contre-des-fonctionnaires-de-letat-profond/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.