dimanche 2 septembre 2018

La Russie joue le long terme, ne laissant aucune place aux stratégies de gratification instantanée des super patriotes


Le "collectif Poutine" sait que ce dont la Russie a besoin, ce sont 20 ans de paix, qui ont déjà fait beaucoup pour transformer, renforcer et sécuriser le pays.
Se battre contre l’Occident, qui continue d’attaquer la Russie de diverses manières, serait maintenant satisfaisant sur le plan émotionnel mais ne ferait que reporter la victoire finale contre lui.

Nous vivons dans le monde des mannequins de toutes sortes. Certains modèles sont simples, d'autres très complexes. La tâche principale de ces modèles est de prédire comment les choses, que ces modèles décrivent, se comporteront en fonction des circonstances. Certains de ces modèles fonctionnent brillamment, d'autres échouent lamentablement. Les plus mauvais modèles en termes de fiabilité sont ceux qui traitent de la géopolitique. Un bilan des échecs lamentables des modèles géopolitiques occidentaux en général, et américains en particulier, pour prédire quoi que ce soit est largement accessible à tous. À maintes reprises, ces modèles et ces prédictions se sont avérés erronés. En termes de «prédiction» de tout ce qui concerne la Russie, ces prédictions étaient non seulement fausses, elles étaient carrément dangereuses.
Il n’existe pas de meilleure démonstration d’une rupture complète dans le processus de prévision que de l’évolution du pouvoir militaire et économique de la Russie. Selon les déclarations de John McCain, la Russie est une station-service se faisant passer pour un pays qui continuait à affluer en 2016 par de nombreux «experts», malgré un grand nombre de faits contraires ont continué à croire que ce ne sont que des forces nucléaires russes qui maintiennent la Russie comme facteur secondaire dans les relations internationales. Certains experts russes ont même partagé ce point de vue. Leurs modèles et prédictions se sont avérés faux. Ils manquaient du prédicteur le plus important de tous.
Revenons au 1er mars de cette année, et au discours de Poutine devant l’Assemblée fédérale - l’écho retentissant de ce discours est toujours entendu aujourd’hui, six mois plus tard. C'est toujours bruyant. En fait, le volume augmente. La majorité des modèles de relations internationales et d’équilibre des pouvoirs, toutes ces matrices, ces équations différentielles et ces réseaux d’informations devenaient totalement inutiles, car le pouvoir militaire et la pleine capacité à mener à la fois la guerre nucléaire et, le plus important, la guerre conventionnelle, et ce qui définit le statut géopolitique de la nation, ce ne sont pas des données financières ou des données militaires classées. Tout analyste militaire sérieux savait déjà en 2014 que ni les États-Unis, ni l’OTAN dans son ensemble, ne pourraient vaincre la Russie dans une guerre conventionnelle près des frontières de la Russie.
Le 1er mars, il est apparu clairement que la Russie pouvait atteindre toutes les cibles, y compris aux États-Unis, de manière conventionnelle, les États-Unis ne pouvant rien y faire. Aujourd'hui, la Russie peut aussi couler n'importe quelle marine de l'OTAN, ou une combinaison de celles-ci, sans armes nucléaires et la liste des possibilités est longue. Dans ce qui a semblé être un laïc comme un jour (en réalité, cela faisait 10 ans), la Russie a non seulement obtenu le droit de s'exprimer lors de la formation du nouvel ordre mondial, la Russie est devenue le principal moteur de ce nouvel ordre mondial. .
La puissance militaire de pointe se traduit extrêmement bien par des avantages géopolitiques. La véritable puissance militaire, évaluée dans un cadre stratégique, opérationnel et technologique adéquat, était et demeure ce prédicteur. En d'autres termes, seules les superpuissances de classe mondiale sont capables de produire des armes de pointe ou, en général, des forces militaires. La Russie correspond parfaitement à cette définition aujourd'hui. Je vais me citer moi-même:
La puissance militaire dans l’histoire de l’humanité déchirée par le conflit importait, compte et continuerait d’être l’un des principaux piliers, sinon le principal, sur lequel repose la puissance nationale. Il reste que, dans le monde moderne, le pouvoir militaire de premier ordre est fonction d'un État-nation de premier ordre qui possède les moyens de disposer d'un tel pouvoir militaire. La grande puissance militaire est par définition la continuation d'un État-nation économiquement fort développé.
Avance rapide jusqu'à aujourd'hui. Prochain état de l’existence de la Russie, encore une fois perdu dans toutes ces méthodologies de modélisation et de pronostic. Selon l'agence russe GosKomStat (principale agence statistique), l'industrie, en particulier la fabrication et la transformation, a connu une croissance impressionnante de 4,1% en sept mois en 2018, la consommation énergétique, l'un des principaux indicateurs de la croissance économique réelle, ayant progressé de 1,9%. Ce sont des chiffres étonnants pour le pays qui vit sous sanctions sans interruption depuis 2014, en réalité beaucoup plus longtemps que cela. On est obligé de se poser la question: comment cette croissance est-elle même possible, malgré certains problèmes économiques structurels indéniables de la Russie?
La réponse se trouve dans la grande stratégie de la Russie, formulée il y a plus de cent ans par un homme qui a joué un rôle crucial dans le déclenchement des processus révolutionnaires en Russie, à savoir l’ancien premier ministre russe Pyotr Stolypin du tsar Nicolas II,. Son dicton stratégique était simple à comprendre: 
«Donnez à la Russie 20 ans de paix intérieure et extérieure.
Cela la changera tellement qu’il vous serait difficile de la reconnaître
». 
Vladimir Poutine et son équipe suivent ce dicton à la lettre.
De toute évidence, beaucoup dans le monde occidental ont immédiatement tenté d’attribuer à Poutine, qui a cité Stolypin plus d’une fois, tous les traits d’un «libéral» sans se préoccuper, comme toujours, d’une gigantesque différence entre la Russie de Stolypine et celle de Poutine. Stolypin a voulu changer la paysannerie de la Russie et de ses siècles d’ancienne commune à travers ses réformes homologues, et à travers elle, la Russie elle-même. Il a essayé de le faire de la manière la plus brutale. Il a été assassiné. Poutine doit mettre un terme à l'expérimentation économique «libérale» en Russie et, contrairement à Stolypin 100 ans avant lui, il a un soutien écrasant de sa nation à le faire. Il a toujours un héritage industriel, technologique et scientifique considérable en provenance de l'Union soviétique. Il le fait également de manière évolutive.
Ce Poutine combiné (par cela je le veux dire et les gens qui le soutiennent dans les plus hautes sphères du pouvoir politique) essaie précisément d'atteindre l'objectif de Stolypine de 20 ans ou plus de paix intérieure et extérieure, mais il sait que la seule façon de pourvu que ces conditions passent par la force et dans les conditions géopolitiques, culturelles et historiques russes, cela signifie une qualité de force complètement nouvelle. C'est la qualité qui nécessite le rejet du dogme économique libéral. Et ça se fait.
Comme l’affirme l’économiste et journaliste russe Alexander Rogers dans son dernier article (en russe) intitulé «L’Etat va tout remettre en ordre», la deuxième vague de renationalisation des atouts stratégiques de la Russie a eu lieu en 2014 et Rogers en est à son analyse. Outre le retour de l’Etat russe où la grande majorité des Russes le souhaitent, en charge du véritable trésor et de la richesse de la Russie - ressources nationales et industries stratégiques - cette transformation nécessite également de nouvelles élites professionnelles. Ceux-ci sont en préparation au fur et à mesure que je tape ceci. Mais pourquoi une si longue introduction?
La réponse à cette introduction est vraiment très simple: pour expliquer à de nombreux partisans réels et faux occidentaux (je vais omettre ici les partisans russes) de la Russie POURQUOI la Russie ne réagit pas de manière impulsive chaque fois que l’Ouest combine contre elle quelque chose de stupide en fin de compte et autodestructeur contre elle. La Russie joue un très long match dont l’objectif principal est de fournir à la Russie ces 20 années (ou plus) de Stolypin, et maintenant de Poutine, pour  son développement pacifique. Dans ces conditions, la Russie (comme l’a très bien dit notre Anon du Tennessee, qui a été succinctement observée dans l’un des sujets de discussion) «négociera avec le diable lui-même si besoin est».
C'est ce que fait la Russie tout en continuant à démontrer son poids militaire et économique croissant. La Russie joue pour le temps, pour un temps relativement calme, car aujourd'hui, en Russie, le temps est synonyme de croissance.
La justesse de cette approche est démontrée aujourd'hui par les réalisations empiriques irrésistibles dans de nombreux domaines, parmi lesquelles la plus importante est l'économie réelle, et non pas certains marchés financiers virtuels, Aujourd'hui, quand on passe en revue les projets industriels que la Russie met en œuvre au niveau national et international, On ne peut manquer d'être frappé par une telle échelle, que ce soit dans l'Arctique, l'aérospatiale, la radioélectronique, la construction navale ou les infrastructures de transport. La Russie est en train de construire son propre internet indépendant à travers le gigantesque Sfera (Sphere) Project, qui est en soi un vaste projet d’exploration spatiale. Parallèlement, une dé-dollarisation de plus en plus rapide est en cours.
Il faut donc se poser la question justifiée, en fait irrésistible: la Russie d’août 2018 serait-elle possible si la Russie de mars 2014 avait suivi tous les conseils judicieux de la part de tous les «partisans», «patriotes» et «experts» (dont beaucoup ne sont pas des experts, ni de vrais patriotes), qui, chaque jour depuis le retour de la Crimée au sein de la mère patrie, n’ont jamais cédé, à leur avis pour une bonne raison, accusant la Russie d’être faible, lâche, pas assez dure, timide, de ne pas frapper en retour… vous pouvez facilement rallonger cette liste. Pourtant, nous sommes en août 2018, la Russie non seulement ne s’effondre pas, mais chaque jour, elle défie les prévisions sinistres. Il y en a encore beaucoup à venir.
Il est évident aujourd'hui que la Russie aurait du s'impliquer en Ukraine en 2014 par le biais d'une invasion totale. Tout ce qui est positif aujourd'hui, se manifeste de plus en plus, ne se serait pas concrétisé parce que la Russie, même si elle avait rendu certains de ses soi-disant «patriotes» (et les «experts» ignorants) pensent un instant avoir perdu du temps - l’atout stratégique le plus important, que la Russie a utilisé ces cinq dernières années pour préparer le pays à une percée dont nous observons tous aujourd’hui , certains avec joie, d'autres avec le désespoir haineux. La liste des réalisations de la Russie au cours des cinq dernières années est, en effet, étourdissante.
La plus importante de ces réalisations est l’indépendance croissante de la Russie par rapport à l’Occident dans certains des domaines scientifiques et technologiques les plus cruciaux et, bien sûr, sa transformation militaro-technologique qui a modifié l’équilibre des forces au niveau mondial. Et voici le point principal pour ceux qui pensent encore que la Russie devrait lancer une guerre totale contre l’Ouest combiné, qui continue d’insulter, d’attaquer et d’accuser la Russie des choses les plus méprisables - ils veulent désespérément que la Russie réponde émotionnellement et, espérons-le pour eux, irrationnellement. Des nations véritablement puissantes et confiantes ne se comportent pas de manière réflexive et d’immédiate gratification.
La Russie ne le fera pas précisément pour les raisons de la sécurité militaire et économique de la Russie. Alors, qui est vraiment la partie faible dans cette configuration? Certainement pas la Russie, mais l'Ouest hystérique et autodestructeur qui voit ses conceptions géopolitiques s'effondrer devant ses propres yeux. Le fait que l’ouest, ou du moins certaines personnes qui y sont très influentes, commencent à comprendre cette dynamique. Ainsi, cela a fait la une des médias américains lorsque le 3 juillet, le sénateur républicain d’Alabama, président d’une commission nouvelle réalité géopolitique de 2018 dans son interview impromptue aux médias sur les marches du bâtiment du ministère russe des Affaires étrangères:
Les États-Unis doivent considérer la Russie comme une superpuissance
C'est à cet endroit que les «experts» proverbiaux devraient commencer à réagir, car le diable réagirait à une pulvérisation d'eau bénite. Mais pour ceux qui veulent vraiment apprendre - vous voulez savoir quelle est la véritable puissance économique et le poids géopolitique de la nation, ne cherchez pas plus loin que ce que ses militaires peuvent faire de manière réaliste, pas dans l’animation CGI. C'est le prédicteur le plus fiable de toutes ces 100 dernières années. Cela a toujours était, et le sera toujours et c'est pourquoi les chiens aboient toujours, mais la caravane passe.

Source: Russia Is Playing the Long Game, With No Room for Instant Gratification Strategies of Super Patriots

Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Si, au lieu de critiquer V.POUTINE, ce qui signifie qu'ils balancent leurs inconscient en pleine figure de ceux qui les écoutent, ils prenaient exemple sur ses actions, sa communication, son alignement dans les Lois Spirituelles, chaque pays en serait bénéficiaire!!!

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.