jeudi 27 septembre 2018

Tunistan. L’Institut National de la Météo se réjouit des morts et des dégâts causés par son incompétence !


Les Tunisiens s’intéressent particulièrement à la situation météorologique dans le pays ces derniers jours. La catastrophe naturelle survenue à Nabeul durant le week-end a ébranlé tout un chacun, d’autant que personne n’a été prévenu de l’imminence d’un tel cataclysme. Ce qui a attiré particulièrement l’attention des citoyens, c’est l’étrange communication de l’Institut National de la Météorologie (INM). Une communication qui se fait l’écho, non pas de constats purement scientifiques, mais d’un jargon (typique d’une secte islamiste) marqué par la superstition et une religiosité sclérosée.
L’image contient peut-être : plein air L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, plein air, nature et eauL’image contient peut-être : ciel et plein air
Déchainé, frisant l’hystérie, un ingénieur principal de l’institut de la météorologie félicitait les familles des victimes des inondations de Nabeul pour ce « beau trépas » comme il dit. Abderrazek Rahal, en plein délire mystique semble-t-il, s’extasiait de la mort des victimes noyées ou frappées par la foudre : « Je félicite le père des deux jeunes filles décédées à Bouargoub et je lui dis qu’elle seront, inchallah, des houris du paradis ! J’aurais voulu être à la place du père ! Ce sont des martyrs. C’est Dieu, le tout puissant, qui en a voulu ainsi. J’ai vu les photos des victimes, ce sont de précieuses fleurs, nous ne sommes dignes de les voir vivre parmi nous, mais elles sont mieux dans l’au-delà. Au lieu de présenter mes condoléances à toutes les familles des victimes, je les félicite et je  leur dis vous êtes bénis ! ». Le « je les félicite » est répété à l’infini dans une sorte de stéréotypie délirante, une fixation émanant d’une pensée obscurantiste et moyenâgeuse. (Apparemment, A. Rahal est déjà surexcité et se voit au paradis des houris impubères)
Nous avons-là un ingénieur illuminé aimanté par cette culture de la mort chère aux extrémistes religieux. Nous avons-là un fonctionnaire de l’Etat aux idées qui se rapprochent plus de celles des Daéchiens et non pas des valeurs républicaines ou de celles du scientifique qu’il est supposé être.
Une sortie très remarquée par les internautes tunisiens, choqués par ce responsable se réjouissant si allégrement de la mort tragique et atroce de ses concitoyens. Après le tollé sur les réseaux sociaux, le ministère de tutelle a été contraint de le suspendre en attendant les mesures disciplinaires qui seront prises à son encontre (ou que l’on oublie l’incident, et que cet islamiste typique soit sournoisement réintégré, comme il a été sournoisement nommé à  ce poste, puisque, selon ses collègues, il ne dispose pas des compétences d’un ingénieur, ni même d’un assistant météo)..
Pour le ministère du Transport, les déclarations d’Abderrazek Rahel n’engagent en rien l’Institut de la météorologie. Sauf que l’ingénieur n’en est pas à ses premières frasques médiatiques et l’INM, qu’il représente, n’est pas en reste avec ses communiqués émaillés de termes n’ayant rien à voir avec un quelconque jargon scientifique. (En effet, les présentateurs de la météo aux TV tunisiennes, provenant de l’INM, accompagnent toujours leur laïus de considérations pseudo religieuses qui n’ont rein à voir dans un tel contexte. Du genre : Inchallah, Si Allah le veut, …Autrement dit, tout ce que vous venez d’entendre comme prévisions météo ne vaut pas un pet de lapin, car seul Allah décidera de la pluie et du beau temps…).
Image associéeLes dégâts faramineux, qui ont fait de Nabeul une zone sinistrée, auraient pu être évités, du moins minimisés, si l’INM avait su communiquer et prévenir à temps les citoyens. L’information faisant état de l’imminence d’un cyclone subtropical méditerranéen avait été confirmée, au début de la semaine dernière, par l’Institut italien de météorologie. Un phénomène, certes rare, mais qui devait être pris au sérieux par notre INM, suite à l’alerte des Italiens. 

Cependant, nos ingénieurs islamistes  de cette école talibane qu’est devenue l’INM, avaient démenti les données divulguées par leurs confrères italiens. Les Tunisiens sont rassurés. Il y aura de fortes pluies, mais rien d’alarmant. On connait la suite de l’histoire après la catastrophe qui s’est abattue sur Nabeul et sur tout le Cap-Bon.
La responsabilité de l’INM, en charge des alertes météorologiques, a été pointée du doigt en premier. Le personnel occupé qu’il est à répandre des insanités dans les médias et les réseaux sociaux a démontré son échec et celui d’une institution étatique à la traine. Un échec au niveau des actions autant préventives que d’intervention. En matière de gestion des risques géophysiques, l’INM a failli, d’où la crise de confiance. L’institution a été plus qu’inefficace et a démontré son incapacité à lancer une alerte qui pouvait sauver les vies et les biens.  
Alors que les Tunisiens étaient encore sous le choc et demandaient des explications, Abderrazek Rahal, désormais suspendu, n’a pas trouvé mieux que d’attaquer tous ceux qui critiquent l’INM. L’ingénieur a fait montre d’un innommable dédain envers les citoyens.
« Si un ignorant m’insulte, c’est la preuve que je suis irréprochable ». L’ingénieur joue à l’érudit en citant un vers du poète Al Mutanabi, avant de s’exclamer : « Qui peut nous demander des comptes ? Celui qui évalue les choses doit maîtriser la question ! ». Pas d’explications scientifiques, aucune exposition de la méthodologie suivie par l’institut, du système d’observation pluviométrique ou de l’existence d’un système d’annonce de crues.
L’Institut national de la météorologie est devenu la risée des réseaux sociaux. Les administrateurs de la page, suivie par plus de 76 mille personnes, emploient un étrange vocabulaire en présentant les prévisions météo. Les « Al hamdulellah » les « inchallah » ou les « amen », le disputent à des flashs vantant les mérites des « pluies bienfaisantes », terme non-scientifique, utilisé le matin-même où Nabeul était au bord de la catastrophe. Les administrateurs n’hésitent pas, à l’instar de l’ingénieur Rahal, à insulter les citoyens.
Dans la même veine, ils répondent aux questions des internautes en s’appuyant sur des références religieuses déplacées et indignes d’un organisme étatique. Une institution qui semble pulluler d’individus plus obnubilés par le dogme religieux que par une communication efficiente à même de prévenir et alerter les citoyens. Des individus qui entremêlent des croyances et des superstitions, relevant strictement de convictions personnelles sectaires, à un travail censé se baser sur une connaissance méthodique, rationnelle et objective.
Depuis la catastrophe de Nabeul, l’INM, sous pression, tente de faire parvenir les prévisions pluviométriques plus fréquemment que d’habitude. Sauf que les manquements dont l’institut a été accusé, à juste titre, ont ébranlé la confiance des citoyens. Un vent de panique a soufflé sur la toile tunisienne, craignant un nouveau désastre naturel qui échapperait une nouvelle fois aux valeureux ingénieurs daéchiens de l’INM.
Et quand de hauts cadres de l’institut présentent des phénomènes naturels dans une optique de fatalité divine ; quand ils se félicitent du décès de Tunisiens emportés par des vagues de boues, en les qualifiant de martyrs et leur promettant un accès garanti au paradis, il ne faudra pas s’étonner alors que de jeunes déboussolés soient happés par des nébuleuses religio-terroristes. Il s’agit avant tout d’une mentalité érigeant la culture de la mort et du fatalisme en apothéose. Une mentalité insidieuse qui est en train de se disséminer dans notre société et dont l’unique antidote n’est autre que le Savoir et l’éducation…
Source : business News
Ikhlas Latif
Les annotations dans cette couleur sont d’Hannibal GENSÉRIC
VOIR AUSSI:

Mise à jour le 28/9.
Le syndicat des ingénieurs  au secours du Taliban de l'INM
Le syndicat national des ingénieurs tunisiens a appelé le ministère du Transport à annuler  immédiatement la décision de suspendre l’ingénieur à l’Institut national de météorologie (INM) Abderrazak  Rahal, affirmant que cette décision était “irresponsable” et la qualifiant d’ “abusive”.
Dans un communiqué publié mercredi 26 septembre 2018, le syndicat a estimé que les déclarations de Rahal aux médias au sujet des inondations à Nabeul et des pertes humaines qui en ont résultées pourraient être considérées comme “inappropriées” mais ne constituent pas une faute grave.
Le communiqué indique que Rahal était de bonne foi dans ses déclaration et ne peut pas avoir  voulu du mal aux familles des victimes des récentes inondations à Nabeul. Le pauvre gars en chaleur avait juste le fantasme des houris impubères qui l'attendent au Paradis islamiste..
Le ministère du Transport a qualifié mercredi d’ “erreur grave”, les propos de l’ingénieur principal de l’Institut national de météorologie et a immédiatement décidé de le suspendre de son travail en attendant les mesures disciplinaires nécessaires après la fin de l’enquête en cours.
Pauvre Tunisie.  
Qui aurait imaginé, avant la "révolution de la brouette" et le sinistre "Printemps arabe", qu'elle tomberait si bas ?
Apparemment, les milliers de victimes des inondations, dont des dizaines de morts et de blessés, des centaines de gens qui TOUT perdu, ne touchent pas ce Syndicat des ingénieurs. Toute calamité est imputable à Allah, les ingénieurs islamistes incompétents n'y sont pour rien. Ils sont juste payés et employés pour faire 5 fois leurs génuflexions quotidiennes adressées à Allah pour qu'il les fournisse en houris à forniquer aussi bien sur terre qu'au ciel !
 C'est pour éviter cette descente aux enfers islamistes que des pays comme la Syrie ou l'Algérie se battent les armes à la main.
 Hannibal GENSERIC

3 commentaires:

  1. Etant navigant et ayant navigué en Tunisie et +_ 3/4 de la méditerranée, j'ai vite remarque que le meotéo TN ne valait pas grands chose et je me suis fiée au meteo Italien LAMMA Rete qui est relativement précis, cépendant quand ont navigue dans ces régions cad dans une zone relativement large autour de la Sicile il faut tenir compte que au cas d'un meteo mauvaise que il peut être jusque 50 % plus fort, un 6 beaufort peut devenir une grosse tempête cad un 9 Beaufort, un navigant averti en vaut 2 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, cela montre une fois de plus l'incapacité de toute bande d'abrutis!!!! sincèrement je pleins ces pauvres gens qui en sont les victimes

      Supprimer
  2. Il y a peut être la météo pour le peuple de base météo pour les gens de la classe supérieure ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.