lundi 17 septembre 2018

Syrie - Pourquoi la libération d'Idlib a été repoussée à plus tard


Southfront a une excellente idée du rôle joué par la Turquie dans la guerre contre la Syrie depuis ses débuts. La pièce comprend une liste des groupes que la Turquie soutient actuellement et donne un aperçu des projets de la Turquie: Turkish Strategy In Northern Syria: Military Operations, Turkish-backed Groups And Idlib Issue (Stratégie turque dans le nord de la Syrie: opérations militaires, groupes soutenus par les Turcs et question d'Idlib.)
Putin, Erdogan Agree To Establish Demilitarized Zone In Syria's Idlib 
La conclusion:
Dans la réalité militaire et diplomatique contemporaine entourant la crise syrienne, Ankara poursuit les objectifs tactiques suivants:
1) Éliminer ou au moins désarmer et limiter l'influence des groupes armés kurdes soutenus par les États-Unis dans le nord de la Syrie;
2) Renforcer une opposition pro-turque unie à Idlib et éliminer toute résistance, y compris dans certains scénarios, l'élimination de Hayat Tahrir al-Sham et de ses alliés;
3) Faciliter le retour des réfugiés de Turquie dans les zones syriennes sous leur contrôle turc;
Si ces objectifs sont atteints, Ankara augmentera considérablement son influence sur le règlement diplomatique de la crise et sur l’avenir de la Syrie de l’après-guerre. Les réfugiés rapatriés et les partisans des groupes militants dans la partie de la Syrie sous contrôle turc deviendront une base électorale de personnalités politiques et de partis pro-turcs en cas de mise en œuvre du scénario pacifique. Si aucun accord diplomatique à grande échelle sur le conflit n'est conclu, il faut envisager la possibilité d'un quasi-État pro-turc dans le nord de la Syrie, confirmant la thèse selon laquelle Erdogan cherche à construire un empire néo-ottoman.
 « Ce qui est clair jusqu'à présent, c'est la certitude que le président Assad n'est pas prêt à abandonner Idlib au président Erdogan. Assad serait prêt à lancer l’attaque dans quelques semaines, même si cela entraînait tout le monde sur le champ de bataille. »
L'opération doit attendre que les élections au Congrès américain soient terminées et que le danger d'une escalade aux États-Unis pour des raisons de politique intérieure diminue. La Russie craint également qu’une attaque contre Idelb en ce moment puisse unir les États-Unis et la Turquie et mener à une nouvelle attaque coordonnée contre la Syrie.
Thomas Seibert de The Arab Weekly signale un changement à venir qui réduira ce risque:
« Moscou attendra jusqu'en octobre ou novembre avant de lancer une attaque totale parce que le Kremlin s'attend à ce que la crise dans les relations turco-américaines s'approfondisse encore ...
"Une action globale commencera au moment où la Turquie aura désespérément besoin du soutien de la Russie" et il est peu probable qu'Ankara ajoute une crise à la Russie à ses difficultés avec les États-Unis » a déclaré Kerim Has, analyste des relations russo-turques à Moscou.
Les sanctions américaines contre l’industrie pétrolière iranienne débutant en novembre sont une des raisons pour lesquelles les tensions entre la Turquie et les États-Unis pourraient s’aggraver rapidement. La Turquie achète environ la moitié de ses importations de pétrole brut en provenance d’Iran et a déclaré qu’elle ne respecterait pas les nouvelles sanctions.

Mais la Turquie ne veut toujours pas retirer Al-Qaïda de Syrie. Elle veut déplacer le groupe tout en le gardant sous son propre contrôle. Ce sont d'excellentes troupes de choc qui, si elles étaient transférées à Jarabulus dans la région du « bouclier de l'Euphrate », pourraient potentiellement être utilisées contre les Kurdes soutenus par les États - Unis dans le nord - est de la Syrie.

Le gouvernement d'Erdogan propose de transférer des groupes extrémistes tels que Hayat Tahrir al-Sham (HTS, une alliance dirigée par l'ancienne filiale syrienne d'Al-Qaïda), du sud et de l'ouest d'Idlib vers le nord de la province ou vers Afrin et Jarabulus, zones sous contrôle turc dans le nord de la Syrie ...

Selon des reportages, la Turquie déploierait alors les forces rebelles du Front national de libération (NFL), soutenu par Ankara, pour prendre des positions abandonnées par le HTS.

La chance pour la Turquie de parvenir à réaliser ce qui précède est assez faible. Juste aujourd'hui, HTS a publié une fatwa interdisant l'affichage du drapeau turc à Idleb. D'autres groupes djihadistes à Idleb ont également publié des déclarations contre "l'armée apostate turque" et sa présence à Idleb.

Il est probable que la situation en Syrie va maintenant se calmer pendant un moment avant de s’aggraver de nouveau dans deux mois lorsque l’opération de libération totale et finale d’Idelb commencera  pour de bon.

Source : Syria – The Rationale Behind the Delay of Idlib's Liberation
Traduction : Hannibal GENSERIC

Mise à jour

Poutine et Erdogan conviennent de créer une zone démilitarisée à Idleb
La Russie et la Turquie ont convenu d’établir une «zone démilitarisée» entre les terroristes et les troupes gouvernementales dans la province syrienne d’Idlib, a déclaré le président Vladimir Poutine à l’issue d’une rencontre avec le turc Recep Tayyip Erdogan le 17 septembre.
"Nous nous sommes concentrés sur la situation dans la province d'Idlib, en considérant la présence de grands groupes terroristes et de leurs infrastructures là-bas", a déclaré Poutine à l'issue des entretiens. «Nous avons convenu de créer une zone démilitarisée entre les troupes gouvernementales et les terroristes avant le 15 octobre. La zone aura 15 à 20 km de profondeur, avec le retrait complet des terroristes extrémistes, y compris le Jabhat Al-Nosra Tahrir al-Sham]. »
Poutine a déclaré que toutes les armes lourdes, y compris les chars de combat et l’artillerie, seraient retirées de la zone avant le 10 octobre. Il a ajouté que la zone serait patrouillée par des unités militaires turques et russes. Il a également révélé que l'accord avait un soutien «général» du gouvernement syrien.
Les routes entre Alep et Hama et Alep et Lattaquié devraient être rouvertes avant la fin de l’année.
Selon le ministre russe de la Défense, Sergey Shoigu, les détails seront définis avec la partie syrienne dans les prochaines heures.
Commentaire
La Syrie et la Russie ont le droit de mettre fin à cette guerre
À une époque d’hypocrisie, de duplicité et d’hystérie, restons concentrés sur la bonne chose à faire. Ce qui signifie que le gouvernement syrien et son allié russe mettront un terme à la guerre en battant finalement les gangs terroristes qui se tiennent dans leur dernier bastion de la province d'Idlib.
Le gouvernement syrien du président Assad a le droit légal et moral de vaincre les groupes terroristes qui ont harcelé et brutalisé la Syrie depuis huit ans. Ces militants ne sont pas une sorte de «soulèvement en faveur de la démocratie» que les gouvernements occidentaux et leurs médias continuent de célébrer.
Les « militants » à Idlib sont différents gangs de terroristes que les puissances occidentales, principalement les États-Unis, ont recruté, formé, armé et financé pour renverser le gouvernement syrien. Il n'y a pas de «rebelles modérés»; ces « militants » sont des mercenaires terroristes ignobles, des cannibales et des violeurs, qui vendent les femmes prisonnières sur les marchés, enfermées dans des cages, comme des rats. Ils ont presque réussi à transformer la Syrie en un autre État en faillite (à l’exemple de la Libye et de l’Irak) pour la satisfaction sordide des puissances occidentales et de leurs machinations impérialistes au Moyen-Orient.

La Syrie et son allié russe doivent maintenant terminer leur tâche de débarrasser le pays de la gangrène islamiste terroriste que Washington et ses partenaires criminels ont infiltrée. Tout le son et la fureur des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, amplifiés par les médias occidentaux, devraient être ignorés avec mépris. Leur protestation contre l’offensive imminente pour reprendre Idlib est de la pure hypocrisie,  des larmes de crocodile que nous avons connues lors de la libération d’Alep, de Mossoul et d’autres villes et régions.

Dans la même semaine où les États-Unis commémorent (17 ans après) les attaques "terroristes" du 911 à New York, attribuées par le gouvernement US à Al-Qaïda, la sénatrice Tulsi Gabbard [1], et l’ancien candidat à la présidence, Ron Paul, ont ouvertement condamné l’administration Trump pour avoir pris le parti d’Al-Qaïda.  

La Syrie et la Russie ne doivent pas être détournées, intimidées ou soumises au chantage par les gouvernements occidentaux, leurs médias et les malfaiteurs de l’ONU - qui ne sont pas meilleurs que les terroristes qu’ils aident en réalité. La tâche de vaincre les forces infâmes (et maintenant assiégées) qui attaquent la Syrie est une tâche juste et doit être courageusement menée à bien.



[1] Tulsi Gabbard: Trump protège les responsables du 11/9, les néo-cons et Al-Qaïda

Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.