mercredi 19 septembre 2018

Pour Israël, la destruction de l’avion russe Il-20 est une opération doublement gagnante


La Russie n'a pas de bonnes options ici. Des représailles militaires russes mettraient en jeu l’opinion publique américaine absurdement pro-israélienne et l’establishment ultra sioniste de Washington. Ne rien faire signale la faiblesse et invite à plus de provocations.

Il est techniquement possible que l'avion de surveillance russe Il-20 n'ait été abattu que par stupidité et incompétence côté israélien et syrien, et sans un plan israélien sournois pour le mettre en place. Les militaires sont presque toujours parmi les plus stupides et les plus incompétents de toutes les bureaucraties gouvernementales.
Néanmoins, le fait qu’Israël n’ait pas averti la Russie cette fois-ci de son attaque (contrairement à son habitude) est un indicateur fort que l’armée israélienne a au moins voulu utiliser l’avion russe pour couvrir ses combattants, ce qui le mettrait à un certain niveau de risque.
Si oui, je pense qu’Israël l’a peut-être fait en sachant que si un avion russe est abattu  par les Syriens - même si Tsahal est en fin de compte responsable - c’est une situation gagnant-gagnant pour Israël.
Penses-y.  
Quelques heures à peine après avoir annoncé l’annulation de l'offensive d'Idlib dans une concession massive à Erdogan et indirectement à l'Ouest, Poutine est remboursé par un avion militaire russe abattu à la suite d'une attaque israélienne en Syrie.  
Poutine est ridiculisé.
Lorsque la Turquie a tendu une embuscade et abattu un Su-24 russe à la frontière syro-turque en novembre 2015, Moscou a limité sa réponse aux sanctions économiques. Cela a finalement contribué à modérer l'étendue de l'ambition turque en Syrie. La fin des importations de tomates juives ne fera pas grand chose pour impressionner Israël.
Si Poutine s'en tient aux seuls moyens économiques et diplomatiques de représailles, la Russie sera considérée comme relativement faible. Cela encouragera les faucons à Washington (et à Tel-Aviv), qui auront plus de facilité à vendre l'idée que matraquer la Russie en Syrie et frapper Assad ne  risque pas de mener à la Troisième Guerre mondiale. Ce qui augmente ainsi les chances de ce que veut vraiment Israël en Syrie; plus de chaos et que la guerre ne finisse jamais.
Dans le même temps, si la Russie opte plutôt pour des représailles militaires, cela - grâce à la maîtrise par Israël de tous les leviers de commande aux États-Unis - renforce également la probabilité de ce que veut Israël. Imaginons, par exemple, que la Russie déclare que ses forces en Syrie participeront désormais, sous certaines conditions, à la défense du pays hôte (la Syrie) contre les frappes aériennes israéliennes et qu’elles tireraient sur les agresseurs la prochaine fois. Quel effet cela aurait-il?
Le résultat probable serait une fièvre  guerrière aux États-Unis. Il y aurait une union sacrée entre les protestants évangéliques farfelus, les libéraux haïssant la Russie et les lobbies  juifs tenant Trump et la quasi totalité des élus par les joyeuses (corruption, chantage), afin de se mettre  sous la bannière de la « protection d’un Israël minuscule, libre et démocratique » contre l’ours russe menaçant.
Pour la Russie, ses relations avec les États-Unis se détérioreraient encore plus, il y aurait plus de sanctions financières (c'est déjà le cas, mais le rythme serait accéléré), et les risques de conflit entre les États-Unis et la Russie dans la région monterait encore. Pendant ce temps, pour Israël, le résultat serait une vague de soutien populaire et diplomatique de la part des Américains avec une possible aide militaire et de l’argent à gogo. Pas mal du tout,  hein?
Inévitablement, quoi qu’il arrive, certains finiront par critiquer Poutine pour ne pas faire assez pour restaurer l’honneur militaire de la Russie. D'autres remettront en question sa sagesse de s'installer en Syrie en 2015, alors que les Israéliens et les Américains étaient déjà profondément impliqués dans le conflit sur le plan militaire.
Il est juste aussi de dire que l'intervention de la Russie a sauvé de la mort des milliers de civils innocents  en Syrie et que la Russie a apporté beaucoup de bien, mais que ni la Russie ni la Syrie ne sont assez puissantes et qu'il est parfois plus sage de ravaler votre fierté et de garder les yeux sur la ligne d'arrivée.
Bien sûr, d'autres diront qu'avec l'offensive d'Idlib remise à plus tard et potentiellement annulée, Poutine pourrait déjà montrer des signes de fatigue, et qu'il pourrait être heureux, ou penser plus sage, de ne laisser que des choses à moitié terminées.
Source: Setting up the Russian Il-20 to Be Shot Down Is a Win-Win for Israel,
Marko Marjanović

Retour sur l'attaque israélo-française
Quatre F16 ont, depuis les eaux internationales, lancé des missiles sur une installation de l'armée syrienne près de Lattakié, d'où des systèmes entrant dans la fabrication d'armes de précision étaient en passe d'être livrés pour le compte de l'Iran au Hezbollah. Ils se trouvaient près de la frégate française Auvergne, ce qui a sans doute créé une certaine confusion sur le fait qu'elle a participé ou non à l'opération - les Russes ont d'abord affirmé que le navire avait tiré des missiles, Paris a démenti.
Surtout, les jets israéliens se sont abrités derrière l'IL-20 russe en patrouille, le faisant prendre pour cible par la défense anti-aérienne syrienne et provoquant la mort de 15 soldats russes.





Ce n'est pas un acte de guerre à proprement parler mais une malveillance évidente des Israéliens, dont l'état-major n'avait d'ailleurs prévenu son homologue russe qu'une minute auparavant via le canal de communication.
C'est comme ça que l'a pris Moscou et Choigu s'est lâché :
« Les avions israéliens ont délibérément créé une situation dangereuse pour les navires de surface et les aéronefs dans la région. En utilisant l’avion russe comme bouclier, les pilotes israéliens l’ont exposé au feu des systèmes de défense aérienne syriens. Nous considérons cette action provocatrice de la part d'Israël comme hostile. Quinze membres de l'armée russe sont morts à cause des actes irresponsables d'Israël. Cela contrevient absolument au partenariat russo-israélien. Nous nous réservons le droit à une réplique adéquate. »
Interrogé à son tour, Poutine s'est d'abord lamenté de la "chaîne de circonstances tragiques" - son ton précautionneux est parfois irritant - avant de renvoyer à ce qu'avait dit son ministre de la Défense, donc de le reprendre à son compte.
Une partie de la presse et les réseaux sociaux russes sont très critiques vis-à-vis de la "mollesse" de Vladimirovitch et réclament des représailles conséquentes contre Israël. Tous les yeux sont maintenant fixés sur la réaction du Kremlin.
Comme de coutume en ces cas, l'ambassadeur d'Israël à Moscou a été convoqué. Et après ? Il semble hors de question que Moscou engage des représailles directes contre Israël, mais un certain nombre d'options sont sur la table.
Mettre en activité réelle les S-400 et interdire dorénavant le ciel syrien aux avions/missiles israéliens, autrement dit mettre en place la bulle de déni que craignent tant les atlantistes.
Une autre option consiste à livrer enfin les S-300 à la Syrie, ce qui est "presque inévitable" maintenant d'après Serguey Balmasov, analyste à l'Institut du Moyen-Orient à Moscou. nt de franchir.
A cet égard, on ne peut s'empêcher de revenir sur l'incongruité consistant à vendre des S-400 au vrai-faux ami turc et avoir reporté sine die la livraison de S-300 à l'allié syrien.
La Russie lance une procédure pénale contre Israël
Il est à noter que des enquêteurs et des criminologues travaillent sur place avec des représentants du ministère russe de la Défense.
Macron et Netanyahu, sujet de l'enquête criminelle russe
MOSCOU, le 18 septembre. / TASS /. Le principal service d’enquête militaire de la Fédération de Russie a ouvert une enquête pénale sur le crash de l’appareil russe Il-20 au-dessus de la mer Méditerranée. Svetlana Petrenko, représentante officielle du SC de la Fédération de Russie, l’a annoncé mardi.
«Le principal Service militaire d’enquête criminelle de Russie a ouvert une enquête pénale sur le crash de l’appareil Il-20 au-dessus de la mer Méditerranée et les enquêteurs et criminologues du SC de Russie collaborent avec des représentants du ministère russe de la Défense. », A déclaré Petrenko.
Toutes les circonstances et causes de l'événement sont établies.
Auparavant, le ministère de la Défense de la Fédération de Russie a rapporté que le 17 septembre vers 11h00 heure de Moscou, en revenant à la base aérienne de Khmeimim sur la mer Méditerranée, à 35 kilomètres des côtes syriennes, toute communication avec l'équipage russe du Il-20 ont disparu.
Selon le département militaire, l'IL-20 a disparu du radar de contrôle de l'aviation lors de l'attaque de quatre F-16 israéliens sur des cibles syriennes dans la province de Lattaquié.
Plus tard, le ministère de la Défense de la Fédération de Russie a signalé que l’avion avait été abattu par le système de défense aérienne syrien. Selon le ministère, sous le couvert de l'IL-20, les pilotes israéliens l'ont placé sous le feu du complexe S-200.
Il a été noté que les moyens israéliens de contrôle de l’aviation et les pilotes des F-16 «ne pouvaient s’empêcher de voir l’avion russe, car il devait atterrir d’une altitude de 5 km».
Dans le même temps, ils se sont intentionnellement rendus à cette provocation, a déclaré le représentant officiel du ministère russe de la Défense, le général Igor Konashenkov, notant que la Russie considérait les actions d’Israël comme hostiles.

Le facteur interne : la 5e colonne (le Saker)

Vladimir Poutine doit également affronter une 5e colonne pro-occidentale et pro-sioniste au sein du Kremlin et, plus généralement, au sein de l’appareil d’État. J’appelle cette 5e colonne les intégrationnistes atlantiques (par opposition au souverainistes eurasiatiques), mais nous pourrions aussi les appeler le Consensus de Washington/FMI/OMC/Banque mondiale/etc. Ou suivre l’exemple de Gary Littlejohn et les appeler les « agents des institutions financières internationales ». Mais quel que soit le terme que nous choisissons d’utiliser, il est essentiel de toujours garder à l’esprit que cette 5e colonne reste la plus grande menace à laquelle Poutine et la Russie sont confrontés et que Poutine doit le garder à l’esprit dans chaque décision qu’il prend. Jusqu’à présent, ces membres de la 5e colonne se sont focalisés principalement sur ce qui est cher à leurs cœurs – les questions d’argent et la politique intérieure – et ont laissé les services militaires et de sécurité s’occuper de ce qui leur est moins cher : la protection de la souveraineté russe et la politique étrangère. Mais vous pouvez être sûr que si Poutine fait une erreur (ou même s’il n’en fait pas mais paraît seulement en commettre une), ils fondront sur lui et feront tout ce qu’ils pourront pour le chasser ou, au moins, le forcer, lui et ses partisans, à approuver leur programme perfide : revenir au cauchemar des années 1990 et brader la Russie aux Anglosionistes.
Conclusion : des perceptions simples contre une réalité complexe
Donc la Russie agit-elle comme une brute (comme le disent les États-Unis/UE) ou répond-elle de manière adéquate lorsque c’est nécessaire, (comme le pensent la plupart des partisans de Poutine) ou tend-elle humblement l’autre joue (comme le conclut Paul Craig Roberts) ? Je dirais qu’aucune de ces caractérisations n’est correcte et que la réalité est beaucoup plus complexe.
D’une part, les exemples de l’Ossétie du Sud et de la Crimée montrent que Poutine est prêt, si besoin, à prendre des mesures militaires énergiques. Mais dans d’autres cas, il préfère retarder toute confrontation. Dans le cas de la Syrie, c’est logique. Dans le cas de l’Ukraine, ça l’est moins. En outre, la Russie n’est encore qu’un pays partiellement souverain et le pouvoir des membres de la 5e colonne influence toujours fortement les prises de décision russes, en particulier dans les cas non-urgents (l’Ossétie du Sud et la Crimée étant des exemples parfaits de situations urgentes). C’est pourquoi les actions russes semblent souvent être des zig-zags contradictoires (même si elles n’en sont pas). Les Russes ont également une capacité assez faible en matière de relations publiques. (pour des exemples, voir ici, ici et ici).
Ce problème de perception est aggravé par le fait regrettable qu’une grande partie de la blogosphère en anglais centrée sur la Russie a été divisée :
  • D’une part, des majorettes sans cervelle mêlées à des dénégations catégoriques qu’il y ait un quelconque problème.
  • D’autre part, le genre de commentaire défaitiste « tout est perdu » ou « Poutine est vendu » qui ne font qu’embrouiller encore le sujet.
Tous se trompent. Pire, les deux font du tort à la Russie en général et à Poutine en particulier (malheureusement, la plupart d’entre eux sont vendus à leurs soutiens financiers et sont plus intéressés à plaire à tel ou tel oligarque qu’à être honnêtes).
Les politiques russes devraient être considérées de manière dialectique : comme des processus évolutifs qui contiennent souvent les germes de leur propre contradiction, mais qui finissent toujours par être extrêmement fructueuses à la fin, du moins jusqu’à présent. Plutôt que d’espérer la perfection ou l’infaillibilité de Poutine, nous devrions lui offrir notre soutien conditionnel et critique. En fait, je dirais même que Poutine et les souverainistes eurasiatiques peuvent grandement bénéficier d’un soutien critique car cela leur donne une justification pour prendre des mesures correctrices (par exemple, Poutine a déjà amendé, quoique de façon minimale, le projet de réforme des retraites proposé, résultat direct de protestations publiques massives).
Suivons donc l’exemple de Paul Craig Roberts et continuons à poser les questions difficiles et à rester critiques à l’égard des politiques russes.
 
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.