lundi 10 septembre 2018

William Guy Carr: Globalistes, satanistes et pervers


William Guy Carr, 1895-1959, ancien combattant des sous-marins de la Guerre mondiale, a tiré la sonnette d'alarme sur le complot sataniste dans des livres tels que Pawns in its Game (1955) et Red Fog Over America (1956) (Pions dans leur jeu (1955) et brouillard rouge sur l'Amérique (1956)).

Dans l'extrait qui suit, de son dernier ouvrage inachevé, Satan, Prince of this World, 1959, publié à titre posthume en 1997, il décrit son contact personnel avec les conspirateurs illuminati.

guycarr.jpg
Le commandant  Guy Carr
a travaillé pour le service
de renseignement canadien
pendant la Seconde
Guerre mondiale
"Sachant qu’il existait une" puissance secrète "qui avait utilisé le nazisme et tentait utiliser le communisme pour servir ses propres projets secrets et poursuivre ses propres ambitions de réaliser une domination mondiale incontestée, j’étais déterminé à en savoir plus.
J’ai enfin réalisé que les Illuminati, dont j'avais dévoilé les intentions secrètes, étaient contrôlés AU SOMMET par la synagogue de Satan. "

Par le commandant Guy Carr
(de Satan, Prince of this World Satan, Prince de ce monde, 1959, chapitre 8, abrégé)
J'admets qu'en 1945 encore, j'étais convaincu que le gouvernement mondial était la SEULE solution aux nombreux problèmes du monde, notamment politiques, économiques, sociaux et religieux.
Ce n'est que lorsque je suis entré en contact avec des hommes qui ont préconisé et aidé à organiser l'Organisation des Nations Unies que j'ai commencé à soupçonner que, quelque part, quelque chose n'allait pas.
Lorsque j'ai été nommé au personnel du quartier général du Service naval en 1944, en tant qu'auteur de sept livres déjà publiés, j'ai été bien accueilli dans le milieu internationaliste. Ainsi, je suis entré en contact avec des hommes au plus haut niveau du gouvernement au Canada, qui étaient des protégés de William Lyon Mackenzie King, alors premier ministre. Sa maison était "réellement" très près de l'ambassade soviétique. Ses hommes de main (ou plutôt portes-flingues) étaient impitoyables et sans scrupules. Mackenzie King lui-même était aussi impénétrable que le proverbial sphinx.
 Comme disait un homme qui le connaissait à l’université et l’a servi plus tard jusqu’à sa mort : "Si Mackenzie King avait un ami assez proche pour se confier, ce ne pouvait être que le diable." Un autre a déclaré: "Il trempait tellement dans des intrigues internationales qu'il n'osait pas se marier, de peur de parler pendant son sommeil."
OCCASION DE REJOINDRE
king3.jpg
(MacKenzie King, 1874-1950,
un ancien employé de Rockefeller
a dirigé le Canada de 1921 à 1948
Pendant que j'étais membre du personnel à Ottawa, j'ai été soigneusement sondé pour déterminer si ma loyauté envers la Couronne britannique était si prononcée que je ne serais pas susceptible d'accepter "l'idée" d'un gouvernement mondial unique, même si ceux qui présentaient cette « idée » ont souligné le fait que les gouvernements nationaux seraient autorisés à gérer leurs propres affaires. Cette présentation est manifestement un mensonge que j’ai été extrêmement prudent par la suite.
Sachant qu’il existait une «puissance secrète» qui avait utilisé le nazisme et avait l’intention d’utiliser le communisme pour servir ses propres projets secrets et poursuivre ses propres ambitions de domination mondiale incontestée, j’étais déterminé à en savoir plus. J'ai donc fait semblant de devenir un internationaliste (aujourd’hui, on dit « mondialiste). J'ai ensuite été en contact personnel avec des hommes au niveau des sous-ministres et avec certains des «spécialistes», des «experts» et des «conseillers» qui ont servi le gouvernement en cachette, derrière les coulisses. Ensuite, j'ai commencé à soupçonner la vérité.prince1.jpg
D'une manière générale, la majorité de ces One-Worlders (Mondialistes) étaient des satanistes. Ils ont évité les services religieux. Ils ont ridiculisé la religion. Ils ont accepté le code de la morale freudienne, ce qui signifie qu'ils se moquaient de ce qu'ils faisaient ou avec qui ils l'avaient fait, pourvu qu'ils satisfassent leurs propres plaisirs et désirs charnels. S'ils utilisaient le nom de Dieu, c’était par dérision. S'ils utilisaient les mots "Jésus-Christ", c'était une injection dans des conversations ordinaires ou couplée avec des mots sales de quatre lettres. Sans professer ouvertement le fait, ils étaient évidemment des adeptes du rite palladien de Pike ou de la maçonnerie du Grand Orient. Une observation attentive pendant qu'ils buvaient dans les mess des officiers et ailleurs montrait qu'ils utilisaient des signes que les Maçons et les Chevaliers de Colomb ne comprenaient pas.
Je peux me tromper mais l'observation des hommes qui avaient visiblement quitté Dieu et sont devenus des satanistes m'a convaincu qu'ils pouvaient se reconnaître et s'identifier par le pli de leur mouchoir qu'ils portaient dans la poche supérieure de leur manteau.
Ils ont évidemment accepté le dogme de Pike en ce qui concerne les femmes: Pike exigeait que les membres de tous les Conseils de son nouveau Rite Palladien réformé sélectionnent  des femmes choisies dans des «Conseils d'adoption». Ces femmes devaient être utilisées comme propriété commune des membres masculins car, selon le dogme de Pike, avant qu'un membre devienne «parfait», il devait obtenir un contrôle absolu sur les sentiments du cœur et sur les désirs de la chair.
----
Il a affirmé que beaucoup d'hommes avaient été détournés du chemin du devoir parce qu'ils étaient assez faibles pour ressentir de l'amour et de l'affection pour les femmes. Il a fait valoir que pour qu'un membre devienne "parfait", il doit obtenir un contrôle absolu sur ses sens et ses sentiments, et a suggéré que le meilleur moyen de maîtriser les pulsions sexuelles est d'utiliser les femmes « "Souvent et sans passion et d’enchaîner les femmes à la volonté des hommes."
 Toute personne qui a dû vivre à Londres, Ottawa et / ou Washington sait qu'en ce qui concerne l'homosexualité, toutes les trois sont des villes aussi « modernes » que Sodome et Gomorrhe. Le "Burgess and MacLean Case" [1] est typique de ce que je veux dire.
LES POISSONS POURRISSENT PAR LA TÊTE
Le professeur Pitrim Sorokin, dans The American Sex Revolution (1956), affirme que le comportement sexuel pervers joue un rôle majeur dans la vie politique américaine moderne et que la corruption sexuelle et le chantage [2] sont désormais aussi répandus que la corruption monétaire.
Il déclare que «des personnes sexuellement infâmes, ou leurs protégés, sont nommés à des postes d'ambassadeurs et à d'autres hautes fonctions; les profanes deviennent parfois des maires populaires de métropoles, de membres de cabinets ou de chefs de partis politiques. hétérosexuels et homosexuels. Notre moralité a tellement changé que la continence, la chasteté et la fidélité sont de plus en plus considérées comme des bizarreries. " [3]
Le livre du professeur Sorokin n'a pas reçu le même genre, ni le même volume de publicité que les livres du Dr Kinsey traitant des pratiques morales présumées des hommes et des femmes.
Selon le satanisme, il est parfaitement juste d'encourager la turpitude morale dans toutes les classes de la société et à tous les niveaux du gouvernement, en convainquant le public qu'un comportement sexuel anormal est normal; et que le code moral accepté par les nations civilisées, basé sur les commandements de Dieu et les enseignements des Saintes Écritures, est démodé et introduit par l'Église et l'État à des fins égoïstes. Mais derrière la conception erronée du sexe et de ses objectifs, tels que voulus par Dieu notre Créateur, se trouve le principe satanique selon lequel "les meilleurs révolutionnaires ce sont les jeunes dépourvue de toute morale". Lorsque Lénine a déclaré cela comme enregistré dans Pawns in The Game, il n'a fait que confirmer ce que les autres satanistes avaient déjà déclaré cent fois.
C'est le satanisme, tel qu’il est dirigé par le sommet ( THE TOP), qui est responsable de l'augmentation de la délinquance juvénile, mais ceux choisis par les gouvernements du monde pour enquêter sur ce problème donnent invariablement des causes (de cette délinquance) autres que la bonne ...
J'ai discuté de ces questions avec un haut fonctionnaire du ministère de la Santé et du Bien-être social du Canada. Il a littéralement reniflé:
 "Eh bien! Que proposez-vous que nous fassions ... nettoyer tous les homosexuels de la fonction publique et les jeter en prison où ils peuvent se livrer à gogo à leurs plaisirs bizarres? Beaucoup d'entre eux ont un esprit brillant. Quand ils sont au travail, ils sont efficaces et travaillent de longues heures. Vous semblez oublier qu'Oscar Wilde était un homosexuel. Arrêtez d'essayer de sauver la race humaine. La grande majorité ne vaut ni le temps ni les ennuis, cela vaut  mieux pour eux s'ils sont forcés de vivre sous une dictature totalitaire, ils obtiendront alors ce que le gouvernement juge bon pour eux. "
Lorsque je suis allé à l'hôpital en 1945, j'ai approfondi, avec la collaboration d'un des plus grands bibliothécaires du Canada, jusqu'à ce que j'aie pu connaître la double vie que des hommes comme Weishaupt et Pike avaient menée. Mais bien que j'aie continué à étudier et à lire, ce n'est qu'en 1956 qu'APRÈS que Pawns and The Red Fog (les pions et le brouillard rouge) a été publiés, j'ai finalement réalisé que les Illuminati, dont j'avais dévoilé les intentions secrètes et les intentions secrètes, étaient contrôlés AU SOMMET par la synagogue de Satan. .
 Ce n'est que lorsque l'on m'a donné des informations sur la double personnalité de Pike, que j'ai pu trouver la preuve que la Synagogue de Satan est contrôlée par les Grands Prêtres du Credo Luciférien. Une fois que j'ai pénétré ce secret, il est devenu évident que les guerres et les révolutions qui affligent le monde aujourd'hui font partie intégrante de la conspiration luciférienne et que TOUS les aspects du Mouvement révolutionnaire mondial font partie de cette conspiration.
(MAJ du 27 février 2013)
Commentaire de Makow – Carr peut encore confus à propos de qui est derrière un gouvernement mondial, quand il dit:
"Pendant que j'étais membre du personnel à Ottawa, j'ai été soigneusement sondé pour déterminer si ma loyauté envers la Couronne britannique était si prononcée que je ne serais pas susceptible d’accepter " « l’idée » d’un gouvernement mondial unique." La couronne britannique, c'est-à-dire les actionnaires juifs maçonniques de la Banque d’Angleterre sont derrière le Gouvernement Mondial, car il s’agit simplement d’un relooking de l’impérialisme britannique. Les États-Unis sont l’instrument actuel de ce programme.
Premier commentaire de Glen:
Je suis entièrement d'accord avec l'évaluation de James Perloff sur le Commander. Je viens de finir de lire "Pawns In The Game" et le niveau de recherche de Guy est incroyable. Dans "Pawns", nous apprenons la formation du WRM (World Revolutionary Movement) et les méthodes impitoyables approuvées et mises en œuvre aux moments appropriés de l'histoire par ces impitoyables banquiers. Carr raconte le modus operandi des banquiers, qui est assez simple: "Les Forces du Mal réalisent que, pour obtenir le contrôle incontesté des biens matériels du monde et établir une dictature totalitaire athée matérialiste, il faut: détruire toutes les formes de gouvernement constitutionnel et de religion organisée. Pour ce faire, les Forces du Mal ont décidé qu’elles devaient diviser les peuples du monde les uns contre les autres sur diverses questions.
Quiconque vit aujourd'hui avec la moitié d'une cellule cérébrale fonctionnelle est bien conscient du succès que ces banquiers satanistes ont eu avec leur plan. Alors que nous regardons le monde descendre dans une fosse d’immoralité et de haine pour notre prochain, peu d’entre nous réalisent que tout cela est conçu. L'histoire est la même partout en Europe, aux États-Unis et dans le reste du monde. Ont été conduits comme des moutons à nous massacrer mutuellement par une main invisible, ce sont les hommes derrière le rideau qui possèdent et dirigent nos personnalités politiques et les médias d'information.
Carr a essayé de nous en avertir quand il a déclaré: «En étudiant l'histoire, il est possible de prédire les tendances futures avec un certain degré d'assurance. L'histoire se répète parce que ceux qui dirigent le W.R.M. ne modifient pas leurs plans à long terme ; Ils adaptent simplement leurs politiques aux conditions modernes et adapter leurs projets pour tirer pleinement parti des progrès de la science moderne: pour comprendre la situation internationale actuelle, il faut rappeler ce qui s'est passé depuis que Lénine a établi la dictature totalitaire en Russie en 1918 [4]. Il a été prouvé que la dictature avait été créée pour donner aux internationalistes occidentaux la possibilité de mettre en œuvre leurs idées et théories totalitaires pour une dictature universelle. Ils ont voulu aplanir toutes les difficultés par le processus d'essai et d'erreur ".

Source : William Guy Carr: Globalists, Satanists & Perverts

Par H. MAKOW 

Traduction / Annotations : Hannibal GENSERIC
NOTES
[1] Les Cinq de Cambridge (Cambridge Five ou Magnificent Five en anglais) étaient un groupe d’espionnage composé essentiellement de cinq anciens étudiants de l’université de Cambridge. Ils avaient été recrutés par le NKVD — futur KGB — durant les années 1930, puis travaillèrent pour le compte de l'Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale et la Guerre froide qui la suivit. Il s’agissait nommément de : Kim Philby (nom de code : Stanley), Guy Burgess (nom de code : Hicks), Donald Duart Maclean (nom de code : Homer), Anthony Blunt (nom de code : Johnson) et John Cairncross (nom de code : Liszt) ; selon certaines sources1 cependant, ce seraient jusqu'à 17 agents qui auraient été recrutés à cette époque, plusieurs d'entre eux développant des relations avec le réseau Homintern2.
Leur ancien compagnon de route, l'Américain Michael Straight, dévoila dès 1963 au MI5 le rôle joué par Anthony Blunt. Cependant, ces révélations demeurèrent un secret d'État jusqu'en 1979, c’est-à-dire jusqu’à la date du scandale qui entraîna la disgrâce officielle de Blunt. En 1983, Straight publia son autobiographie, intitulée After Long Silence



[4] « Les Juifs de Staline »
Léon Bronstein dit « Trotsky »
Un événement historique est particulièrement passé sous silence,  et pourtant nous ne devons  pas oublier qu’il y a environ 90 ans, entre le 19 et le 20 décembre 1917, au cœur de la révolution bolchevique et de la guerre civile, Lénine signa un décret créant la Commission Panrusse pour la Répression de la Contre-révolution et du Sabotage, plus connue sous le nom de Tchéka.
En peu de temps, la Tchéka devint l’organisation de sécurité d’Etat la plus importante et la plus répressive. Son organisation et sa structure évoluèrent régulièrement, tout comme son nom : de Tchéka à GPU, puis à NKVD, et plus tard à KGB. Il est impossible de connaître avec certitude le nombre de morts dont la Tchéka fut responsable d’une manière ou d’une autre, mais il s’évalue probablement autour de 20 millions, incluant les victimes de la collectivisation forcée, des famines, des purges, des expulsions, des déportations, des exécutions et des tueries de masses dans les goulags.
Des pans entiers de la population furent éliminés: fermiers indépendants, minorités ethniques, membres de la bourgeoisie, officiers supérieurs, intellectuels, artistes, militants syndicalistes, « membres de l’opposition » à la définition très aléatoire, et un nombre incalculable de membres du parti communiste lui-même. Dans son dernier livre, qui recueille beaucoup de suffrages, The War of the World, l’historien Niall Ferguson écrit qu’aucune autre révolution dans l’histoire de l’humanité n’a dévoré ses enfants avec le même appétit insatiable que la révolution soviétique. De même, le Dr. Igal Halfin, de l’université de Tel Aviv, indique dans son livre sur les purges staliniennes que la violence y fut unique en ce qu’elle fut dirigée vers l’intérieur.
Mais Lénine, Staline, et leurs successeurs n’auraient pas pu mener à bien leurs objectifs sans une large coopération de la part d’”officiers de la terreur” disciplinés : enquêteurs cruels, mouchards, bourreaux, gardiens, juges, pervers, et de beaucoup d’idéalistes membres de l’aile gauche progressiste, abusés par le régime soviétique de terreur au point de lui décerner un certificat casher.
 Genrikh Yagoda le fondateur du NKVD
 Genrikh Yagoda, fut le plus grand meurtrier juif du XXe siècle, chef adjoint de la GPU et fondateur-dirigeant du NKVD. Yagoda a consciencieusement exécuté les ordres de Staline pendant la collectivisation, et est responsable de la mort d’environ 10 millions de personnes. Ses employés juifs ont mis en place et géré le système des goulags. Après être tombé en disgrâce auprès de Staline, Yagoda fut dégradé et exécuté, puis remplacé en tant que chef des bourreaux, en 1936, par Yezhov, le « nain sanguinaire ».
Lazar Kaganovitch,
l’exterminateur de
l’Ukraine
Beaucoup de juifs ont vendu leur âme au diable de la révolution communiste et ont du sang sur les mains pour l’éternité. Nous n’en mentionnerons qu’un de plus : Leonid Reichman, dirigeant du département spécial du NKVD et interrogateur en chef de l’organisation, qui était un sadique particulièrement cruel.  En 1934, selon des statistiques publiées, 38,5% des officiels détenant les postes les plus élevés dans l’appareil de sécurité soviétique étaient d’origine juive. Eux aussi, naturellement, furent graduellement éliminés dans les purges successives. Lors d’un cours fascinant à une convention de l’université de Tel-Aviv cette semaine, le Dr Halfin décrivait les étapes de la terreur soviétique comme un carnaval de meurtres de masse, un feu d’artifice de purges et l’adoration du mal. Il apparaît que les juifs aussi, quand ils sont fascinés par une idéologie messianique, peuvent devenir de grands meurtriers, parmi les plus grands de notre histoire moderne. 
Les juifs actifs dans l’appareil officiel de la terreur communiste (en Union soviétique et ailleurs), et qui l’ont parfois dirigé, ne l’ont évidemment pas fait en tant que juifs, mais plutôt en tant que staliniens, communistes, et « camarades soviétiques ». En conséquence, il nous est facile d’ignorer leur origine et de jouer les innocents: qu’avons-nous à voir avec eux ? Si ce n’est de les oublier. Mon opinion est différente.
« Je pense qu’il est inacceptable qu’une personne puisse être considérée comme un membre de la communauté juive quand elle réalise de grandes choses, mais en être exclue quand elle commet des actes particulièrement méprisables. » (Sever Plocker, Stalin’s Jews, 21, 12, 2006). 
"Même si nous le nions, nous ne pouvons pas échapper au judaïsme de « nos bourreaux » qui ont servi la Terreur rouge avec application et loyauté envers ses dirigeants. De toutes façons, d’autres nous rappelleront toujours leur origine."
Sever Plocker, Stalin’s Jews, (Les Juifs de Staline), 21, 12, 2006.
Naturellement, et s'agissant d'un journal israélien, S. Poker  ne pouvait pas parler des génocides récurrents commis par les juifs sionistes contre les populations palestiniennes depuis 1948. Il ne parle pas non plus des confiseries empoisonnées larguées sur les populations civiles de Gaza et de Cisjordanie afin de tuer les enfants palestiniens, ni sur la pratique assez courante de faire asseoir les prisonnier palestiniens sur des plaques radioactives afin de les rendre stériles....H.G.
------------------------------------------------------------------------------
Les Juifs fomenteurs de la Shoah russe
80% des révolutionnaires en Russie étaient Juifs. Les Juifs ont été les artisans de la révolution russe de 1917. (Réf. Dr. Angelo Solomon Rappoport, 1918)
 
Ceux qui ouvrirent la voie :
- Gesya Gelfman (juive) : criminelle responsable de l'assassinat du Tsar Alexandre II.
- Jacob Schiff (juif) : le banquier américain qui finança la révolution russe de 1917.
- Olaf Aschberg (juif) : banquier.
- Evno Azev (juif) : agent double.
- Grigori Guerchouni : assassin professionnel.
- Alexandre Parvus (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Jacob Ganetski (Jacob Furstenberg) (juif) : larbin de Lénine.

- Les moteurs de la révolution de 1917 :
- Léon Trotski (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Lev Kamenev (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Grigory Zinoviev (juif) : L'apôtre de la terreur socialiste.
- Iakov Sverdlov (juif) : Assassin du Tsar et de sa famille.
- Grigori Sokolnikov (juif) : ministre des finances de Juifs bolcheviques.
- Karl Radek (juif) : dirigeant socialiste.
- Maxim Litvinov (juif) : issu d'une famille de banquiers juifs, ministre des Affaires étrangères bolchevique.
- Adolf Joffé (juif) : commissaire du peuple aux Affaires étrangères.
- Moïsseï Ouritski (juif) : chef de la Tcheka de Petrograd et grand criminel.
- Moïse Volodarski (juif) : assassin en gros.
- Lazare Kaganovitch (juif) : assassin en gros.

- Les exécuteurs zélés :
- Guenrikh Iagoda (juif) : le plus grand meurtrier juif du 20è siècle.
- Martyn Latsis : l'exterminateur de la bourgeoisie.
- Jacob Agranov (juif) : "S'il n'y a pas d'ennemi, il faut en créer".
- Iakov Iakovlev (juif) : exterminateur de la paysannerie.
- Semyon Dimanstein (juif) : rabbin promoteur de la région juive "autonome", donc sioniste.
- Alexandre Lozovski (juif) : chef syndicaliste et fondateur du Comité antifasciste juif.
- Jacob Yourovski (juif) : criminel ordonnant le massacre de la famille impériale.
- Yakov Davydov (juif) : chef du Département des affaires étrangères de la Tchéka 1921-1922, le premier chef du renseignement extérieur soviétique.
- Solomon Mogilevsky (juif) : chef du service de renseignement extérieur.
- Mikhail Trilisser (juif) : espionnage et contre-espionnage en tous genres.
- Abram Slutsky (juif) : celui qui traquait les opposants à l'étranger.
- Sergey Spigelglas (juif) : chef par intérim du service de renseignement extérieur soviétique.
- Grigori Maïranovski : chimiste assassin.
- Isaï Berg (juif) : inventeur des chambres à gaz ambulantes.

- Au Goulag :
- Naftali Frenkel (juif) : organisateur de l'esclavage dans l'institution du Goulag.

Bien-sûr tous les Juifs ne furent pas bolcheviques et tous les bolcheviques n'étaient pas des Juifs. Cependant incontestablement tout une génération de Juifs fut cancérisée par le pouvoir et donc participa à la Shoah anti russe qui fut commise à très grande échelle et jusqu'aux "grandes purges staliniennes" soviétiques de la fin des années 1930.
Des Juifs massacreurs sont parmi les plus grands criminels de tous les temps, et ils se moquaient totalement de leur religion.
Cette génération de Juifs joua un rôle essentiel, pourtant ils n'étaient qu'environ 4% de la population russe. De plus, cette génération de criminels bénéficia, surtout aux États-Unis, d'un fort soutien et d'une réelle sympathie de la diaspora juive.
Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

  1. excellent article ; il faut lire et relire pawns in the game pour comprendre comment la Matrice fonctionne .

    RépondreSupprimer

Les commentaires provenant d'"inconnus" (Unknown) ne seront pas pris en compte.