lundi 24 septembre 2018

En Syrie, la Russie se bat continuellement pour ne pas donner aux Américains et aux Israéliens de prétexte à la guerre


Même au prix de paraître faible dans le monde.
L’Iran, la Russie et la Syrie n’ont pas arrêté la bataille d’Idlib - pour éviter une guerre - afin d’être pris au piège d’une nouvelle guerre déclenchée par Israël ou les États-Unis. C’est ce qui empêche la Russie, l’Iran et la Syrie de donner aux États-Unis, à Israël et à l’Europe un prétexte pour déclencher une guerre, au prix de paraître en position de  faiblesse pour le reste du monde.

Le système de défense syrien a abattu par erreur un avion de surveillance russe Ilyouchine IL-20M 90924 en Syrie avec 15 militaires à bord lundi soir, le lendemain de la destruction par un F-16 d'un avion militaire iranien sur la piste de l'aéroport de Damas et la mort de son pilote. En même temps que l'avion russe a été abattu, quatre F-16 israéliens ont attaqué des cibles militaires syriennes et iraniennes autour de la ville de Latakia, dans le nord du pays. Cette attaque a été accompagnée de tirs de missiles lancés par un navire de guerre français. Le système de défense aérienne syrien a riposté contre les missiles et les avions entrants et a heurté l’avion russe en position d’atterrissage au-dessus de l’aéroport militaire de Hmymeen. Cela s'est produit quelques heures seulement après la signature d'un accord entre les présidents Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan pour stopper la bataille d'Idlib et désamorcer la possibilité de voir les casernes et les aéroports militaires syriens attaqués, voire détruits. Qui milite pour une guerre plus large et pourquoi la Russie et l'Iran s'abstiennent-ils de répondre aux nombreuses provocations en Syrie?
Les tambours de guerre ont retenti très fort sur le Levant quelques mois après que la Syrie et ses alliés, principalement la Russie, aient libéré le sud du pays et dirigé toutes les ressources militaires vers la ville d'Idlib, dans le nord du pays. Cette ville est sous contrôle turc mais accueille moins de 2 millions d'habitants, dont des dizaines de milliers de terroristes et de mercenaire terroriste pro turc lourdement armés. Les États-Unis et l'Europe ont exprimé leur volonté de bombarder la Syrie «si des bombes chimiques étaient utilisées contre la ville». C’était une invitation claire pour que des groupes spécialisés à Idlib (comme les Casques Blancs [Syrie. Le guide du bluffeur sur le prochain bombardement] et Al-Qaïda [Les USA appellent Al-Qaïda à lancer une attaque chimique en Syrie]  organisent une attaque et donnent une excuse aux forces américaines et européennes pour déclencher leur puissance de feu et détruire la puissance aérienne et les aéroports de l’armée syrienne. C’est en effet la clé du manque de réaction de la Russie, de la Syrie et de l’Iran face aux nombreuses provocations d’Israël et à l’accord russo-turc de suspendre la guerre à Idlib.

Selon des sources décisionnelles, «la Russie était sérieusement préoccupée par l’intention des États-Unis et de l’Europe de détruire l’armée syrienne en cas d’attaque chimique. Les États-Unis avaient réussi à rassembler une coalition comprenant la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne pour bombarder la Syrie, rendant très difficile la réaction militaire de la Russie. Poutine est conscient des intentions américaines et la Russie n'est pas en Syrie pour commencer la troisième guerre mondiale mais pour arrêter la guerre. Mais il va à l'encontre des intérêts américains de voir la Syrie se relever et la Russie étendre son contrôle au Moyen-Orient ».

L’accord turco-russe de reporter la bataille d’Idlib, béni par le gouvernement de Damas et conclu après plusieurs médiations iraniennes, vise à maintenir Ankara près de la ligne Moscou-Téhéran-Damas et à empêcher une guerre plus large en Syrie. À titre d’exemple, il a fallu trois ans à l’armée syrienne pour préparer et équiper l’aéroport militaire de Shuay’rat et trois minutes pour que les États-Unis le mettent hors service pour trois autres années. La Russie, la Syrie et l’Iran voudraient éviter toute charge supplémentaire sur l’économie et les capacités de la Syrie. De plus, une armée syrienne faible inciterait plus de 60.000 à 70.000 djihadistes/terroristes à Idlib et dans les environs à rompre le siège et à se diriger vers Alep, élargissant ainsi la guerre et créant davantage d'opportunités pour les ennemis de l'unité syrienne.
Damas est heureuse de calmer l'atmosphère de guerre et de donner plus de temps à Ankara pour désarmer les djihadistes, les attaquer ou fusionner plusieurs d'entre eux avec ses mandataires et harkis. Le gouvernement syrien bénéficie de l'accord, s'il est respecté, car  toutes les armes lourdes doivent être confisquées par la Turquie, comme le stipule l'accord, ce qui réduit considérablement les capacités militaires des terroristes djihadistes et consorts.
De plus, ce qui n’a pas été annoncé officiellement, c’est la garantie de la Turquie qu’aucune attaque chimique n’aura lieu à Idlib pour «donner prétexte» aux bombardements américano-européens annoncés de longue date de la Syrie.
Dimanche soir, Israël a tiré des missiles contre un avion cargo iranien sur la piste de l’aéroport de Damas. Les missiles israéliens ne visaient pas directement l’avion et l’ont touché à côté. Mais ils étaient assez proches pour brûler l’avion et tuer l’assistant pilote. C'était un événement sans précédent pour Israël, le premier du genre contre une telle cible pendant la guerre de sept ans en Syrie.
Selon les décideurs en Syrie, les Israéliens avaient demandé à la Russie «d'empêcher le flux d'armes de l'Iran vers le Hezbollah et la Syrie». Moscou a répondu à Tel-Aviv: cette lutte ne fait pas partie de ses affaires et il n'est pas prêt à contrôler le mouvement des armes d'Iran vers ses alliés.
Idem, lorsque l’Iran a demandé à la Russie de forcer Israël à cesser ses attaques en Syrie contre ses alliés et ses forces, Moscou a donné la même réponse: «Nous ne sommes pas prêts à prendre part à votre lutte avec Israël».
Mais après que le ministre iranien de la Défense eut promis d’approvisionner la Syrie (la Russie s’abstint de livrer le S-300) avec des missiles antiaériens capables de mettre en danger les avions israéliens au-dessus de la Syrie et du Liban, Israël a décidé de faire un pas en avant. C’est pourquoi Israël a décidé de bombarder toute cargaison susceptible d’améliorer les capacités syriennes et toutes les usines d’armement en Syrie développant des missiles de précision. Néanmoins, selon des sources en Syrie, l’Iran a importé suffisamment de technologie et de missiles à ses alliés pour que les avions israéliens ne puissent pas endommager les capacités de missiles syriens ni celles du Hezbollah au Liban.
«Même si l’Iran perd 15 avions-cargos en Syrie, cela ne l’empêchera pas de fournir l’aide nécessaire à ses alliés», a déclaré la source.
Quelques heures après l'accord Idlib russo-turc, des avions israéliens ont tiré sur une installation militaire chargée de développer les capacités militaires syriennes. Quatre missiles ont atteint la cible et d’autres ont été interceptés par le système de défense syrien. Néanmoins, un avion de surveillance russe a également été touché par un missile syrien alors qu'il manœuvrait pour atterrir à 27 km de Banias (où les débris ont été trouvés).
«La Russie a payé un lourd tribut pour sa réticence à exploiter sa position de superpuissance en Syrie et pour son incapacité à empêcher toute force extérieure (États-Unis, UE ou Israël) de bombarder ses alliés dans un théâtre sous son contrôle et sa domination. Afin de protéger un périmètre où ses forces ont été déployées, les États-Unis ont, sous Obama, attaqué et tué des centaines de Syriens dans les montagnes d'Al Tharda,  et des centaines d'autres à Deir-Ezzour et à Al-Badiya. En revanche, les missiles israéliens ont survolé l’aéroport russo-syrien de Hmaymeen et les Tomahawks américains qui ont frappé l’aéroport de Shuay ont traversé au-dessus des têtes des forces russes », a déclaré la source faisant partie du commandement russe en Syrie.
La destruction de l'avion russe devrait imposer à Israël une coordination et une approbation complètes pour ses vols au-dessus de la Syrie, quelques heures avant la frappe, afin que la Russie maintienne sa position neutre. Cela permettra également à la Syrie et à ses alliés d’attendre les missiles et les jets israéliens et d’enlever les armes sensibles pour limiter les dégâts.
Moscou a payé un certain prix, mais Israël a perdu des avantages, ce qui profite aux alliés de la Russie. La promenade israélienne au-dessus de la Syrie pourrait ne pas s'arrêter là, parce qu'Israël n'a jamais été limité à «défendre sa sécurité nationale», comme le dit toujours Tel-Aviv pour justifier tout acte de guerre ou agression contre un autre État ou groupe. Les violations israéliennes de l’espace aérien syrien peuvent ne pas cesser complètement, mais elles vont ralentir pendant quelques jours, suffisamment pour permettre à l’Iran et à ses alliés de reconstruire toute capacité détruite.
L’Iran, la Russie et la Syrie n’ont pas arrêté la bataille d’Idlib - pour éviter une guerre - afin d’être pris au piège d’une nouvelle guerre déclenchée par Israël ou les États-Unis. C’est ce qui empêche la Russie, l’Iran et la Syrie de donner aux États-Unis, à Israël et à l’Europe un prétexte pour déclencher une guerre, au prix de paraître en position de  faiblesse pour le reste du monde. Ces décisions très risquées sont prises pour permettre à la Syrie de se relever. Elles sont essentielles pour contrecarrer les bellicistes dans l’establishment américain. Et elles sont nécessaires si les économies des trois pays doivent prospérer plutôt que de gaspiller toutes leurs ressources dans une guerre inutile avec la Syrie comme plate-forme.
Source:


La traduction et les annotations dans cette  couleur sont d'Hannibal GENSERIC

2 commentaires:

  1. Une fois de plus l'intelligence de Poutine, merci à LUI!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Article non convaincant ! Alep, la Ghouta, le golan libérés et pourquoi pas Idlib ? Bizarre, bizzare cette soudaine tétanisation russe.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.