vendredi 21 septembre 2018

Poutine face à ses juifs. Osera-t-il fermer l’espace syrien aux attaques israéliennes


Je suis presque certain que les militaires russes aimeraient prendre une telle mesure mais, malheureusement, ils sont limités dans leurs actions par la 5ème colonne sioniste au sein du gouvernement russe. Quelle est l'influence des juifs sionistes en Russie ? Poutine a-t-il les moyens et la volonté de les contrer ?

C'est assez clair ce qui s'est passé hier soir. Le tableau suivant publié par le ministère russe de la Défense est assez explicite :
Dans les faits, 4 avions israéliens ont été envoyés en mission de bombardement contre des cibles proches des installations russes de Khmeimim et de Tartous (ce qui est à la fois stupide et irresponsable). Les Israéliens "délibérément" n’ont averti les Russes que moins d'une minute avant l'attaque, les Russes n'ont donc pas eu le temps de dire à l'équipage de l'avion de guerre électronique Il-20, qui était en approche pour un atterrissage de prendre des mesures d'évitement. Lorsque les S-200 syriens ont tiré leurs missiles pour intercepter les missiles tirés par les agresseurs, les F-16 Israéliens se sont abrités derrière l'Il-20, qui a une section radar beaucoup plus grande, pour se cacher, ce qui a causé la perte de l’Il-20 et de ses 15 occupants.
Le ministère de la Défense russe a blâmé les Israéliens et a déclaré que cette attaque était «ignoble», que les actions israéliennes étaient «hostiles» et a déclaré que la Russie «se réserve le droit» de répondre par des «contre-mesures adéquates».
C’est l’une de ces rares occasions où il existe, à mon avis, une option viable et logique de répondre: dire aux Israéliens qu’à partir de maintenant, tout appareil approchant des forces russes sera abattu.
Les Russes peuvent-ils faire ça?
C’est peu probable, en raison de la très puissante 5ème colonne pro-sioniste en Russie.
Je suis presque certain que les militaires russes aimeraient prendre une telle mesure mais, malheureusement, ils sont limités dans leurs actions par la puissante 5ème colonne au sein du gouvernement russe.
Nous y voilà: Poutine «dégrade» déjà la gravité (de ce qui précède) et de ce qui s’est passé. Il vient de déclarer que «les avions israéliens n'ont pas abattu notre avion» et a parlé de «circonstances tragiques». Certes, il a ajouté que les Russes prendront des mesures pour que «tout le monde verra», mais je suis personnellement dubitatif à propos de ces «mesures». J'espère que j'ai tort. Va-t-il demander pardon à Netanyahou pour les déclarations (ci-dessus) du Ministère russe de la Défense ? Nous le saurons bientôt.
Si la Russie ne fait rien, il sera intéressant de voir comment ceux qui nient l'existence d'une 5ème colonne pro-sioniste en Russie vont l'expliquer.

Le nouvel ennemi (source : Strategika51)


On le pressentait un peu, les militaires russes sont furieux et ne souhaitent plus qu’une chose :  remettre les israéliens à leur place.
Des militaires russes patrouillent au Golan de plus en plus près des lignes israéliennes et ne s’encombrent plus d’établir un canal de communication avec ce qu’ils considèrent désormais comme l’ennemi. Raison officielle invoquée pour ces patrouilles au Golan :  la destruction de l’Ilyouchine Il-20 au large des côtes de Lattaquié, au nord de la Syrie.
A Hmeimim, c’est la furie. Tous les officiers généraux russes réclament de Moscou plus de marges de manoeuvres face aux israéliens qui méritent une bonne raclée.
De l’extrême-orient russe jusqu’aux contreforts du Caucase, l’ennemi est désigné par son nom :  Israël ou l’entité sioniste.
Tel-Aviv qui ne compte pratiquement aucun ami dans le monde, vient de gagner un redoutable adversaire :  la Russie.
------------------------------------------------------------------------------------------------

ANNEXE. Poutine et Israël : une relation complexe et à couches multiples 
Putin and Israel – a complex and multi-layered relationship

Ceci est un sujet extrêmement complexe et ceux qui aiment les « explications » simples devraient arrêter de lire ceci. La vérité est que la relation entre la Russie et Israël et - avant même la venue de ce dernier - entre Juifs et Russes mériterait un livre entier.
En fait, Alexandre Soljenitsyne [1] a écrit un tel livre, intitulé « 200 ans ensemble », mais, en raison de la poigne de fer des sionistes sur les médias anglophones, il n'a toujours pas été traduit en anglais. Cela devrait déjà vous dire quelque chose - un auteur de renommée dans le monde entier qui a obtenu le prix Nobel de littérature ne peut pas faire traduire son livre en anglais parce que son contenu pourrait saper le récit officiel sur les relations russo-juives en général et sur le rôle des Juifs dans la politique russe au XXème siècle et actuellement en particulier !
Avant d'aborder quelques-unes des particularités de la relation russo-israélienne, je tiens à souligner une chose très importante : il ne faut pas croire que la relation entre Juifs et non-Juifs en Russie est similaire à ce qu'elle est en Occident. Ce n'est pas le cas. Sans entrer dans une discussion détaillée de l'émancipation des Juifs dans l'Occident et leur longue progression depuis leurs shtetls dirigés par des rabbins jusqu'aux conseils d'administration des plus grandes sociétés occidentales, je dirai simplement que pour les Juifs russes, ce processus d'émancipation est arrivé d'une manière beaucoup plus violente et catastrophique. La deuxième grande différence entre Juifs occidentaux juifs et russes est que, entre 1917 et 1939, un sous-ensemble spécifique de juifs, les juifs bolcheviques, possédaient le contrôle quasi total de la Russie. Pendant cette période, les Juifs bolcheviques persécutaient les Russes et, en particulier, les chrétiens orthodoxes avec une haine véritablement génocidaire. [2]. Ceci est un fait de l'histoire dont la plupart des Russes sont très conscients, même si cela est encore considéré comme une pensée erronée dans la plupart des cercles occidentaux. Il est également important de souligner ici que les Juifs bolcheviques persécutaient non seulement les chrétiens orthodoxes, mais aussi tous les groupes religieux, y compris les Juifs (non globalistes/communistes) et les musulmans. Poutine est très conscient de tous ces faits qu'il a mentionné en parlant à un groupe de Juifs à Moscou.
L'autre fait absolument crucial sur la relation entre la Russie et Israël est l'immigration des Juifs russes en Israël. Voici une liste de raisons pour lesquelles ceci est un facteur crucial :
1 Peu importe qu'ils aient fini en Israël, en Autriche, en Allemagne, ou aux États-Unis, l'immigration des Juifs russes en Israël a permis à ces Juifs qui ne voulaient pas rester en Russie de quitter le pays. Inversement, ceux qui n'étaient pas partis sont restés par choix. Cela signifie que la grande majorité, sinon la totalité, des Juifs russophobes et antichrétiens ont quitté la Russie. Ceux qui sont restés en Russie l'ont fait parce qu'ils ont décidé que c'était leur patrie.
2 Un grand nombre (certaines estimations vont jusqu'à 20%) des soi-disant «juifs» qui ont quitté la Russie ne sont pas juifs du tout, y compris certains de ceux qui se sont installés en Israël. La vérité est que les difficultés économiques et sociales dans la société soviétique sous Brejnev et compagnie et la Russie sous Eltsine avaient poussé beaucoup de non-juifs de Russie à s'inventer des origines juives (non-existantes) juste pour émigrer. Ainsi il y a beaucoup de vrais Russes, par opposition aux Juifs russes, en Israël. Poutine le sait.
3 En raison de cette grande immigration, il y a d'innombrables liens personnels entre les individus et les familles qui vivent en Israël et en Russie. Cela signifie que lorsque, par exemple, l'Irak ou le Hezbollah lancent des roquettes en Israël, des gens en Russie sont inquiets pour leurs amis et leurs familles en Israël, même si ils n'approuvent pas nécessairement la politique israélienne.
4 La « mafia russe » est, en réalité, la plupart du temps, une mafia de Juifs russes [3]. Cela est particulièrement vrai en Occident. En Russie, il y a des gangsters juifs, mais pas vraiment de gang juif en tant que tel. Des gangsters russes et juifs s'entendent à merveille et cela crée aussi, dirons-nous, de forts liens «d'affaires » entre des oligarques « russes » et Israël.
5 Sous Eltsine, le pays était de facto dirigé par ce qu'on a appelé la semibankirshchina, le « pouvoir des sept banquiers ». Il s'agissait des sept grands banquiers de la Russie qui possédaient environ 50% de l'ensemble de l'économie russe. Tous, sauf un (Potanine) étaient des Juifs.
6 Pendant les années Eltsine, la grande majorité des membres du gouvernement et, surtout, leurs conseillers étaient des Juifs. Des Juifs contrôlaient également la quasi-totalité des grands médias. Pour vous donner une idée de la façon dont cette tendance était répandue dans les années 1990, voici une liste d'oligarques Juifs dans la Russie d'Eltsine disponible sur Internet : (source en russe: https://goo.gl/jZlazH)
Boris Eltsine (Eltsine - Juif marié à Nina,  Juive).
Conseiller du Président sur les questions économiques - Livshits - Juif.
Pendant tout le temps du règne d'Eltsine (1991-1999) la majorité de ses conseillers étaient juifs.
Chef de l'administration présidentielle Filatov, Tchoubaïs, Volochine, la fille du président (une nouvelle position des autorités juives), Tatyana Dyachenko (par la loi juive - Halakha, comme la fille d'un juif - Juive - tous Juifs.
GOUVERNEMENT
Tous les ministres clés - juifs: Ministre de l'Economie - Yasin – Juif ; Ministre adjoint de l'Économie - Ourinson - Juif
Le ministre des Finances - Panskov – Juif ; Ministre adjoint des Finances - Vavilov – Juif ; Président de la Banque centrale - Paramonov - Juif
Ministre des Affaires étrangères - Kozyrev - Juif
Ministre de l'Énergie - Shafranik - Juif
Ministre des Communications - Bulhak - Juif
Ministre des Ressources naturelles - Danilov - Juifs -
Ministre des Transports - Efimov - Juif
Ministre de la Santé - Netchaïev - Juif
Ministre de la Science - Saltykov - Juif
Ministre de la Culture - Sidorov - Juif
MÉDIAS
Président des médias - Gryzounov - Juif
PRESSE
«News» - Golembiovskiy - Juif
"Komsomolskaïa Pravda" - Fronin - Juif
"Moskovski Komsomolets" - Gusev (Drabkin) - Juif
"Arguments and Facts" - Starks - Juif
"Work"- Potapov - Juif
"Moscow News" - Karpinski - Juif
"Kommersant" - Yakovlev (Ginsburg) - Juif
«New Look» - Dodolev - Juif
"Nezavissimaïa Gazeta" - Tretyakov - Juif
"Evening Moscow" - Lisin - Juif
"Literary Newspaper" - Udaltsov - Juif
"Publicity" - Izyumov - Juif
"Interlocutor" - Kozlov - Juif
"Rural Life" - Kharlamov - Juif
"Top Secret" - Borovik - Juif
TV & RADIO:
Télévision et radio, "Ostankino" - A. Yakovlev - Juif
Russian TV et Radio Company - Poptsov - Juif
1996-1999 - "Sept banquiers".
Toutes les finances de la Russie concentrées dans les mains de Juifs.
Un pays gouverné par sept banquiers («sept banquiers"):
1. Aven – Juif ; 2. Berezovsky - Juif, 3. Goussinski - Juif, 4. Potanine. 5. Smolensk – Juif ; 6. Friedman -  Juif ; 7. Khodorkovski -  Juif : 8 Roman Abramovich- Juif
Les listes de juifs dans le gouvernement soviétique de 1917 à 1939 sont presque similaires. Vous pouvez les trouver sur Internet.

Tout comme entre 1917 et 1939, entre 1991 et 1999, les rênes du pouvoir en Russie étaient fermement dans les mains de Juifs, et dans les deux cas, avec des conséquences catastrophiques.
La grande différence est que si, au début du XXème siècle, les Juifs au pouvoir étaient des adversaires idéologiques de l'Empire anglais, à la fin du XXème siècle et aujourd’hui, les Juifs en Russie étaient pratiquement une extension de l'Empire anglo-sioniste.
Pour succéder à Poutine à Eltsine, Poutine était un compromis entre les services de sécurité russes et les hommes d'affaires judéo-russes qui avaient poussé  Medvedev comme un contrepoids à Poutine. Je me réfère généralement aux forces soutenant Poutine comme étant les souverainistes eurasiatiques et aux forces soutenant Medvedev comme étant les atlantistes intégrationnistes. Le but du premier camp est de célébrer le patriotisme russe et de faire de la Russie un élément clé dans un continent eurasien multipolaire unifié, alors que l'objectif de l'autre camp est d'être accepté par l'Empire anglo-sioniste comme un partenaire égal et d'intégrer la Russie dans les structures du pouvoir occidental. Ce qui suit est quelque chose de si important que je vais l'illustrer par  un paragraphe distinct.
Les intégrationnistes atlantistes sont toujours en plein contrôle du secteur financier et bancaire russe, de tous les ministères de l'économie et des postes clés du gouvernement. Ils contrôlent la Banque centrale de Russie et ils sont, de loin, la plus grande menace pour Poutine et pour ceux qui le soutiennent. Considérant que près de 90% des Russes soutiennent maintenant Poutine, cela signifie que ces intégrationnistes sont la plus grande menace pour le peuple russe et pour la Russie dans son ensemble.
Comment est-ce que tout ceci est lié à Israël ?
Eh bien, Poutine a hérité d'un système créé par et pour l'Empire anglo-sioniste. Il était un candidat de compromis entre deux partis radicalement opposés et il lui a fallu des années pour, premièrement, se débarrasser de la plupart des oligarques (juifs) russes puis, très progressivement, commencer un processus de nettoyage dans lequel, lentement, étape par étape, les sionistes ont été expulsés de leurs positions de pouvoir. Selon Mikhail Khazin, l'équilibre entre ces deux groupes n'a que récemment atteint un point d'équilibre (instable) de l'ordre de 50/50. Cela signifie aussi que les « gens de Poutine » doivent être vigilants tous les jours que le Bon Dieu fait, parce qu'ils savent que leurs soi-disant « collègues » seront prêts à les poignarder en un clin d'œil dès qu'ils en auront l'occasion.
Je crois pour ma part que les rumeurs d'un coup d'Etat en Russie sont grandement exagérées. Non seulement parce que Poutine bénéficie de l'appui des « ministères de puissance » (Défense, Sécurité de l'Etat, affaires intérieures, etc.), mais, plus important encore, de l'appui de 90% du peuple russe. Renverser un homme avec un tel soutien, un homme vraiment aimé par la grande majorité des gens, serait trop dangereux. Mais cela ne signifie pas que la cinquième colonne n'est pas disposée à saboter tous les efforts de Poutine et de ses partisans.
Maintenant, évoquons la Syrie
Tout d'abord, considérons que la décision d'intervenir militairement dans la guerre syrienne était déjà une question controversée. Poutine a défendu cela avec deux raisons : en expliquant au peuple russe qu'il était préférable de traiter avec les terroristes « là-bas » (en Syrie) plutôt que « ici » (en Russie), et en promettant qu'il n'enverrait pas de forces au sol. Lorsque l'EI et les Turcs ont rempli la promesse faite par Obama et Biden et fait exploser un avion de ligne russe et, plus tard, un bombardier SU-24 du ciel, le public russe a continué à soutenir Poutine, mais la plupart des Russes, moi y compris, ont été très conscients des dangers de la situation. Celle-ci assure la crédibilité personnelle de Poutine qui lui a permis de maintenir le cap en dépit des craintes réelles.
Deuxièmement, il est clair que Poutine et Netanyahu ont conclu un accord lorsque celui-ci s'est rendu à Moscou : les Israéliens n'interfèrent pas dans les opérations russes à l'appui des Syriens tant que les Russes ne gênent pas Israël dans ses bombardements en Syrie contre le Hezbollah et l’Iran.
Quant à Poutine, il a tout simplement d'autres priorités que de protéger le Hezbollah ou combattre Israël :
Survivre à l'intérieur de la Russie et ne pas être renversé par la Configuration du Pouvoir sioniste encore très puissant (pour reprendre l'expression de James Petras) en Russie étant l’une de ces priorités.
Une autre priorité serait de ne pas donner à ses ennemis (internes et externes) l'argument politique que « la Russie attaque Israël ». Ne pas enclencher d'hostilités avec Israël et ne pas obliger la Russie à se battre sur deux fronts serait tout aussi crucial. Idem pour ne pas être accusé de transformer la Russie en « Force aérienne du Hezbollah », comme les États-Unis sont la « Force aérienne de Daech/ISIS/EI ». Ce sont toutes des priorités évidentes pour Poutine.
Et puis ceci : Quant à la Russie, elle ne peut certainement pas chercher la bagarre avec Israël, pas à cause de la puissance de cette petite entité sioniste, mais en raison du fait que l'empire étatsunien est maintenant sous contrôle sioniste. Donc, ces Américains qui se plaignent maintenant que Poutine « n'a pas le courage » de s'en prendre à Israël devraient d'abord se demander comment Israël semble avoir transformé les États-Unis et l'Europe en un protectorat sioniste et se demander ce qu'ils font pour se libérer de ce joug !
La Russie est prête à entrer en guerre si nécessaire, mais elle fera tout son possible pour l'éviter. Ceci est le prix que la Russie paie pour être du côté le plus faible. La bonne nouvelle est que la Russie se renforce de jour en jour, alors que l'Empire devient de plus en plus faible. De plus, la puissance des anglo-sionistes et leur cinquième colonne en Russie faiblissent également chaque jour qui passe. Mais ce processus prendra du temps.
Ne nous trompons pas. Il n'y a pas un grand amour entre la Russie et Israël. Mais il n'y a pas non plus beaucoup d'hostilité, du moins pas du côté russe. La plupart des Russes sont conscients du rôle laid joué par des Juifs déjà deux fois dans l'histoire russe, mais cela ne se traduit pas par le genre d’hostilité envers les Juifs que vous verrez, par exemple, en Ukraine.

Source : Putin and Israel – a complex and multi-layered relationship

Les médias ont appliqué la bonne vieille règle maçonnique du silence médiatique autour de ce livre d'Alexandre Soljenitsyne, Deux siècles ensemble, tome 2, Juifs et Russes pendant la période soviétique, Fayard Paris 2002. Une œuvre documentaire fondée sur les archives accessibles après la perestroïka.
Aucune critique dans la presse quotidienne n'a transpiré, pas plus dans les grands hebdos, encore moins sur les grandes radios.... et bien sûr RIEN dans les émissions TV (Vol de Nuit , Guillaume Durand , Yves Calvi, Serge Moati etc..).
Pourquoi ?? Pourquoi l'ensemble des media a-t-il occulté la sortie d’un ouvrage de 1200 pages (Tome I et II) d’un prix Nobel, grande conscience actuelle vivante ?
Voici ce que j'ai trouvé sur internet au sujet de ce livre interdit.
Le crime de Soljenitsyne est d'aborder la place et le rôle des Juifs russes dans les institutions et le mouvement bolchévique. Sujet hérétique frappé d'interdit !
On y apprend (tome 2 couvrant la période allant de 1917 à 1972) que plus de 50% des organes essentiels au fonctionnement du Bolchevisme naissant étaient composés de Juifs (Comité Central-Commissaires Politiques - NKVD etc..) Or si l’on rapproche ces informations au fait avéré que les Bolcheviques ont assassiné 20 Millions de Russes, cela équivaut presque à 4 Shoahs, ce qui démontre à la fois la cruauté humaine et le fait que les Juifs n’ont pas le monopole de la victimisation et que le devoir de mémoire devrait aussi s’appliquer aux Russes. Que le livre de Soljenitsyne puisse être boycotté est une forme élaborée et hypocrite de négationnisme et ceux qui liront le livre ont le devoir de le faire connaitre au maximum afin qu’une page de l’histoire ne soit pas passée par pertes et profits.
Déjà en 1921, un Journaliste Anglais du nom de WILTON (correspondant du Time à Moscou) avait publié un livre (lui aussi boycotté...déjà) intitulé " La Fin de Romanovs". Wilton avait moins d’érudition et de talent qu’A.S., mais il dit exactement la même chose. Le chercheur au CNRS Pierre André Taguieff a cité l’ouvrage de Soljenitsyne en référence et a écrit que Deux siècles ensemble était un monument d’érudition et que Fayard avait eu grand mérite de le publier.
Autre crime impardonnable : Soljenitsyne tente de montrer que les pogroms sont fomentés par les révolutionnaires (en très grande majorité juifs) (p. 228) et non par des partisans du tsar.
Hannibal GENSÉRIC

3 commentaires:

  1. Pour se débarrasser du lobby sioniste belliciste au sein de tout gouvernement, il faut une entente des chefs de gouvernement qu'ils soient Américain, Européen ou Russe. Les miasmes qui mettent la paix mondiale en grand danger viennent des Ashkénazes qui gouvernent Israël depuis sa création par les Britanniques. Leur but est de diriger le NOM et de faire des êtres humains des esclaves-zombies quelle que soit leur origine. Nous devons mettre un terme à ces motivations diaboliques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'avez pas la puissance négative suffisante, il faut attendre qu'ils se noient dans leur propre fosse !

      Supprimer
    2. Poutine,n'et 'il pas lui même "juif " ?

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.