mercredi 5 septembre 2018

John McCain était le «guide suprême» des Frères Musulmans


John McCain était le «dirigeant suprême» des Frères musulmans et a ouvert le Congrès au groupe extrémiste, selon les médias égyptiens.
Selon un rapport explosif du Middle East Monitor, McCain était un partisan du groupe terroriste et organisait secrètement des réunions et des rendez-vous avec les dirigeants des pays en développement et leur fournissait une protection:
Dans un discours diffusé sur Sada El-Balad TV, la personnalité des médias et animateur de télévision égyptien Ahmed Moussa a affirmé que McCain, reconnu aux États-Unis comme un héros de guerre national et un sénateur de longue date, était en fait le véritable guide suprême des Frères musulmans.

Egyptian media says John McCain was unofficial leader of Muslim Brotherhood 
Résultat de recherche d'images pour "john McCain muslim brotherhood" 
Résultat de recherche d'images pour "john McCain ghannouchi"
TUNISTAN. McCain soutient  Ghannouchi
Résultat de recherche d'images pour "john McCain muslim brotherhood"
"John McCain est le véritable guide suprême des Frères musulmans terroristes, ce n’était ni  Badee ni Akef", a déclaré Moussa.
«Les funérailles de John McCain, auxquelles les dirigeants des Frères Musulmans criminels américains ont participé», a-t-il poursuivi. ”
"[McCain] était le principal soutien des terroristes islamistes ", a-t-il ajouté. «Le sénateur McCain était celui qui a ouvert le Congrès à la Confrérie. C'est lui qui organisait les réunions et les rendez-vous et leur fournissait une protection. »…
Moussa a déclaré que McCain était «un allié plus fort» des Frères musulmans que le président turc Recep Tayyip Erdogan et l'émir du Qatar Tamim bin Hamad Al Thani.
«Tamim, c’est juste pour l'argent, ils n'ont aucun problème à se débarrasser de lui le matin s'ils trouvent un autre bailleur de fonds. Erdogan juste pour les renforcer, rien de plus, mais John McCain était celui qui les élevait plus haut. Il leur avait ouvert des portes. »
Les commentaires de Moussa interviennent quelques jours après que le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi eut approuvé la loi controversée de la Commission nationale des médias, un régulateur des médias choisi par lui pour contrôler tous les médias du pays.
Selon cette loi, votée par le parlement en juillet, toute personne ayant plus de 5.000 abonnés en ligne --sur un site personnel, un blog ou les réseaux sociaux-- pourra être surveillée par les autorités.
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.