lundi 27 août 2018

Les liens familiaux de John McCain avec les syndicats juifs du crime


Vladimir Poutine a spéculé une fois sur le fait qu’il pensait que McCain souffrait d’une instabilité mentale causée par sa longue détention dans les prisons vietnamiennes, alors qu’il essayait d’expliquer pourquoi McCain était si fanatiquement pro-israélien et hostile à la Russie. Peut-être que les ressources de renseignement vantées de Poutine ne l'avaient pas mis au courant des liens familiaux de McCain avec la mafia judéo-russe.

Si vous doutez encore que les grands médias soient déterminés à garder top secrets les origines du crime organisé de la fortune de 200 millions de dollars de John McCain et de son épouse Cindy, notez comment le prestigieux Washington Post a abordé cette question dans son édition du 22 juillet. Au lieu de cela, notez plutôt comment le WP a couvert l'affaire.
The Post a rapporté: Cindy Lou Hensley a grandi comme une enfant unique et une privilégiée dans un grand ranch de la classe supérieure de Phoenix. Son père, Jim Hensley, a fondé ce qui est devenu un important distributeur Anheuser-Busch, et sa mère, Marguerite, était une vraie belle femme qui mettait l'accent sur les manières impeccables.
Ses positions sur la politique étrangère étaient indissociables de celles d'Hillary.
The Post a également ajouté, presque discrètement, que la richesse de Mme McCain "peut" dépasser 100 millions de dollars (bien que la plupart des sources estiment qu'il vaut 200 millions de dollars ou plus) et que "elle était la prunelle de son père".
The Post n’a pas mentionné que le père de Mme McCain était un membre éminent de la branche Arizona du syndicat du crime organisé national: il était le principal homme de main de Kemper Marley, responsable du fameux chef de gang juif, Meyer Lansky [1] et de son puissant partenaires dans la criminalité, la famille super riche Bronfman [2] de Montréal.
À ce titre, pendant 40 ans jusqu'à sa mort en 1990, Marley était le chef politique incontesté de l'Arizona, agissant comme un pouvoir en coulisse à la fois sur les partis républicain et démocrate.
En tant que tel, sa richesse et ses relations ont joué un rôle primordial dans l'avancement de la carrière politique de John McCain depuis le début.
Bien que certains démocrates aient murmuré que les intérêts commerciaux de Mme McCain puissent avoir un impact sur la prise de décision de son mari en tant que président, aucun n’a osé franchir la ligne et faire référence au fait que cette immense richesse est née de "La mafia juive."
Les correspondants d’American Free Press ont à plusieurs reprises fait référence aux liens de la fortune McCain avec le syndicat juif du crime Lansky-Bronfman remontant à 2000, année où McCain s’est présenté pour la première fois à la présidence. Plus récemment, dans son numéro du 14/21 juillet, l'AFP a rapporté à nouveau l'histoire. À l’époque, l’AFP a souligné que, dans son édition du 30 juin, Newsweek (appartenant à la société mère du Washington Post) avait également supprimé le lien de mafia de McCain.
Newsweek a déclaré que la famille de Mme McCain "était profondément enracinée en Arizona" et que son père "était l'un des hommes les plus en vue de l'État", "un bombardier de la Seconde Guerre mondiale". . abattu sur la Manche anglaise », en d’autres termes, un héros de guerre comme McCain.
Newsweek n'a pas mentionné (ni même évoqué) le racket, la corruption et le meurtre associés à Hensley et à ses protecteurs.
Newsweek a déclaré que M. Hensley avait «emprunté 10.000 dollars pour lancer une entreprise d’alcool», devenant ainsi l’un des plus importants distributeurs d’Anheuser-Busch du pays. Il a souligné que la vaste influence et la fortune de Hensley "ont permis à [McCain] d’avoir accès à de l’argent et à des relations" après avoir divorcé de sa première femme malade et avoir épousé sa maîtresse Cindy Hensley. Il s'est alors installé en Arizona où il s'est présenté pour la première fois en 1982. Mais il y avait beaucoup plus de choses non racontées dans l'histoire.
Newsweek n'a pas mentionné ce que l'AFP avait rapporté et qui est republié ici afin de garder cette histoire importante devant le public américain:
Pour répéter, le beau-père de McCain était le premier lieutenant de Kemper Marley, le principal agent du maffieux juif Lansky en Arizona, qui était à son tour le porte-parole des hommes clés de la famille Bronfman du syndicat du crime juif Lansky.
Au cours de la prohibition, les Bronfman, basés au Canada, fournissaient et contrôlaient ainsi le «robinet» d’alcool canalisé vers les syndicats Lansky aux États-Unis, y compris Al Capone à Chicago.
Après la prohibition, les associés de Le cadavre de « Bugsy » Siegel tel que découvert par les policiers., ont pris le contrôle d'une grande partie de la distribution des alcools (et de la bière) à travers le pays. Al Lizanitz, responsable des relations publiques de longue date de Marley, a révélé que ce sont les Bronfman qui ont placé Marley dans le secteur des alcools.
En 1948, 52 des employés de Marley (y compris Jim Hensley, le directeur de la compagnie de Marley) ont été poursuivis pour des infractions à la loi fédérale sur les alcools. Hensley a été condamné à six mois de prison avec sursis et son frère Eugene a été emprisonné pendant un an.
En 1953, Hensley et (cette fois-ci) Marley furent poursuivis par des procureurs fédéraux pour avoir falsifié des registres d’alcool, mais le jeune avocat William Rehnquist agissait comme leur "porte-parole". Rehnquist devint plus tard le juge en chef de la Cour suprême et présida le "correctif" qui avait fait du président George W. Bush dans une élection à juste titre contestée.
.......
En 1948, Greenbaum a été assassiné lors d'une série de «guerres» à Phoenix, mais Marley a survécu et a prospéré, tout comme Jim Hensley, qui a parrainé la montée en puissance de McCain.
Le beau-père de McCain a également joué dans les courses de chiens et a élargi sa fortune en vendant sa piste à un individu lié à la famille Jacobs, basée à Buffalo, les principaux rouages ​​du réseau Lansky en tant que distributeurs de liqueur Bronfman.
Au fil des années, les entreprises du maffieux juif Jacobs ont été décrites comme étant «probablement la plus grande couverture quasi légitime du blanchiment d’argent du crime organisé aux États-Unis».
En 1976, le mentor de Hensley, Marley (au sommet de sa puissance), était le principal suspect du meurtre contractuel du journaliste Don Bolles qui enquêtait sur la pègre en Arizona, mais Marley n’a jamais été poursuivi.
Depuis que la carrière de McCain a été parrainée par le syndicat juif Lansky-Bronfman, ce n’est pas un hasard si McCain s’est récemment rendu à Londres où Lord Jacob Rothschild, de l’empire bancaire international, a collecté des fonds pour le compte de McCain.


Rothschild a longtemps été allié à la famille Bronfman en tant que mécènes majeurs d’Israël.

Source : John McCain's Family Ties to Jewish Organized Crime Syndicates American Free Press
NOTES

[1] “Meyer Lansky le cerveau de la mafia“ de Robert Lacey
Il est des gangsters d’envergure qui ont tracé leur route dans le business clandestin sans que les autorités réussissent à établir la preuve de leur culpabilité. Meyer Lansky fait partie de ceux-là. Il est mort en 1983 à l’âge de quatre vingt ans sans avoir fait le moindre séjour en prison. Et pourtant ce n’est pas faute d’avoir tout fait pour être en position d’y avoir droit. Meyer Lansky ne fait pas partie non plus des grands mafieux qui ont laissé une trace mythique dans l’imagerie collective de la mafia, au contraire d’Al Capone dont la personnalité a fait l’objet de nombreux ouvrages, documentaires et longs métrages. Cet homme de petite taille, né au début du XXème siècle, a pourtant marqué son époque et sa “profession“ pour son savoir-faire et son intelligence du business. S’il a été surnommé “Le cerveau de la mafia“ c’est qu’il s’est distingué par sa ruse plus que par sa violence. « Capone représente la violence traditionnelle du crime urbain – la mitraillette dans l’étui à violon, la menace comme partie intégrante de la personnalité de gangster. Meyer Lansky, lui, incarne l’intelligence, le raffinement, l’argent facile, l’habileté avant tout. », nous dit l’auteur de cet essai.
Le cadavre de "Bugsy" Siegel tel que découvert par les policiers.
Le cadavre de « Bugsy » Siegel
tel que découvert par les policiers
.
Meyer Lansky est né dans l’empire russe en 1902 (même s’il est difficile d’établir sa véritable année de naissance), à Grodno (situé actuellement en Biélorussie), sous le nom de Maier Suchowljansky. Sa famille, juive, a émigré à New York, pour fuir les pogroms, quand il avait une dizaine d’années. Adolescent, sa rencontre avec un certain Bugsy Siegel, le juif sioniste le plus connu du crime organisé. conditionnera la suite d’une carrière passée dans les activités clandestines. Avant la prohibition, les deux jeunes garçons devinrent amis et partenaires dans un gang composés de jeunes membres de la mafia juive newyorkaise, gang en opposition avec les gangs irlandais et italiens. Il est l’un des représentants typiques de ce qu’on appelle la mafia judéo-russe [Voir : La Mafia judéo-russe : du Goulag à Brooklyn à la domination mondiale].  La rencontre avec Lucky Luciano, membre éminent de la mafia italienne, se fera à cette période, et une collaboration naitra, qui se développera pendant la prohibition. Cette période, caractérisée par un trafic illégal particulièrement lucratif d’alcool, fera les beaux jours et la fortune de Meyer Lansky (toujours accompagné de son grand complice Bugsy Siegel) qui avait commencé à travailler dans l’équipe de bootleggers du fameux Arnold Rothstein, grand bookmaker et financier de la pègre juive.
Mais 1933 vu la fin de la prohibition. Pendant un temps, les taxes sur l’alcool étant particulièrement élevées, la contrebande se poursuivra. Lansky profita encore un peu de cette manne financière avant de revenir à ses amours de jeunesse, le craps, et le jeu clandestin. Il investit beaucoup d’argent et d’énergie dans le secteur du jeu, et fit construire de nombreux casinos. L’expérience malheureuse de Capone arrêté pour fraude fiscale, poussa Lansky à transférer ses avoirs sur des comptes étrangers, en Israël, où aucun mafieux juif ne risque la prison, et chez les banquiers receleurs juifs de la City de Londres. Il avait compris que s’il voulait vivre heureux et tranquille, il fallait cacher son argent.
[2] Depuis 2009, la Warner Music Group (propriété des Bronfman) a lancé une vaste opération de réclamation de droits d'auteurs et de suppression des contenus audio et vidéos violant les droits d'auteurs leur appartenant. Résultat: censure et destruction de millions de vidéos sur YouTube et ailleurs. Pas longtemps après, YouTube entrait en partenariat étroit avec la Ligue juive anti-diffamation du B'Nai B'rith ("ADL" aux USA) afin de coopérer en "combattant la haine" et surtout en enregistrant des données personnelles sur les personnes jugées subversives (celles qui ont un message politique ou tout simplement contestataire), dans le cadre de la "guerre au terrorisme", dont l'ADL (et le Centre Simon Wiesenthal "contre la haine") s'est faite une spécialité. Ainsi sommes-nous très peu surpris de savoir que le grand manitou derrière l'ADL et B'Nai B'rith Canada (ainsi que le Congrès juif mondial et le congrès juif canadien) est nul autre que... Bronfman! ET malheureusement pour nous, l'ADL et le B'Nai B'rith sont clairement des relais et des nids de collabos au service des services secrets israéliens, le Mossad. Donc en plus de contrôler nos médias, ils les censurent au travers d'une organisation (ADL, B'nai B'rith, Centre Simon Weisenthal, etc.) que l'on croit - à tort - être indépendante et extérieure à la machine médiatique.  Source

John McCain, mort d’un criminel de guerre

Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires anonymes ne seront pas pris publiés