mardi 14 août 2018

Le fondateur de Wikipedia est un dealer de porno et un agent de propagande sioniste


En pleine campagne gouvernementale israélienne contre Jeremy Corbyn (1), le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, est entré dans la bataille en lançant une attaque inexplicable contre le dirigeant syndical.
Son tweet publié le 9 août 2018 éreinte Jeremy Corbyn pour avoir apparemment échoué à condamner les roquettes du Hamas:
http://www.thetruthseeker.co.uk/wordpress/wp-content/uploads/2018/08/walesTweet.jpg
Tweet de Wales.
Aux yeux de ceux qui connaissent bien l’histoire de la Palestine, cette déclaration semble à juste titre absurde et un peu débile. Comment un peuple occupé, brutalisé et emprisonné peut-il être critiqué pour avoir simplement défendu ses droits? Alors qu'Israël occupe des terres qui ne lui appartiennent pas - y compris Gaza, qui n'a aucun semblant de liberté avec ses frontières et son espace aérien bloqués par le régime d'occupation qui commet régulièrement des massacres sanglants avec d'énormes victimes civiles - il faut absolument déformer les faits afin de façonner l'opinion publique en sa faveur. «Israël» a commis et commet chaque jour les actes de violence causant le nettoyage ethnique de la Palestine et le maintien en détention, l’occupation et le désintéressement des autochtones. «Israël agit en autodéfense» est donc en réalité la seule forme de recours rhétorique à laquelle les sionistes peuvent recourir pour justifier les crimes historiques et permanents contre l’humanité commis chaque jour en Palestine.
Jimmy Wales: dealer de Porno et agent de propagande
Dans une révélation qui va sans aucun doute faire sourciller les utilisateurs de Wikipedia, Jimmy Wales a co-fondé en 1996 un portail Internet en ligne appelé Bomis, qui vendait du matériel pornographique et explicite aux utilisateurs. Ce qui suit, tiré de l'article de Wikipedia pour Bomis (2), ajoute un contexte:
Bomis a eu du succès après avoir mis l'accent sur les supports X-rated. "Les pépés de Bomis" était consacré aux images érotiques; le "Bomis Babe Report" présentait des photos d'adultes. Bomis Premium, disponible moyennant des frais supplémentaires, fournissait du matériel explicite. "The Babe Engine" a aidé les utilisateurs à trouver du contenu érotique via un moteur de recherche Web. Le directeur de la publicité de Bomis a noté que 99% des requêtes sur le site concernaient des femmes nues.
Même le New York Times rapporte que la création de Wikipédia a été financée par la première entreprise pornographique de Wales (3), dans laquelle il déversait littéralement les chèques des revenus pornographiques de Bomis pour assurer le fonctionnement des serveurs de Wikipedia. Sur une note peut-être liée mais certainement pas surprenante, le même article du New York Times révèle également que, via sa femme, Jimmy Wales est très proche de Tony Blair (3) qui a même assisté à leur mariage.
Dans notre article intitulé : Qui gouverne le "Web Sombre" de la pornographie et pourquoi ? , nous avions écrit :
Les agences de Renseignement américaines sont très liées à la pornographie et se tournent vers l'industrie de la pornographie pour recruter des opérateurs clés. Jimmy 'Jimbo' Wales, qui assistait à des fêtes d'anniversaire intimes du défunt président israélien Shimon Peres, était un vendeur de pornographie avant d'être cueilli à la main pour devenir le chef de file de Wikipedia, site géré par la CIA.
À l’instar de l'industrie de la pornographie américaine, Tor, le moteur de recherches du Dark Web, semble plutôt juif. Un ancien haut personnage de Tor, Jacob Appelbaum, a quitté Tor au milieu de grands scandales d'abus sexuels. Voici un lien vers une photo des membres juifs du conseil d'administration de Tor avec un grand rouleau cérémonial de la Torah de la synagogue juive 
 tor.jpg
Bien que le trafic de pornographie ne soit pas illégal, il éclaire à tout le moins le véritable caractère de cet homme. Quel agent héroïque de l'échange gratuit d'informations, celui qui gagne son argent en vendant de la pornographie?
Wales a des liens étroits avec «Israël» et a reçu un prix «israélien» d’un million de dollars pour ses services.
Wikipedia founder Jimmy Wales poses in a sleazy Bomis advertisement
Jimmy Wales, pose dans une publicité suggestive de Bomis
En 2015, Jimmy Wales a déclaré au Times of Israel (4) qu'il avait visité «plus de dix fois», suggérant des liens continus et étroits avec l'enclave sioniste. Il a même déclaré à la Jewish Telegraphic Agency (4): "Je suis un fervent partisan d'Israël, alors je n'écoute pas ces critiques". Ridiculement, Wales cite "les droits des femmes" comme l’une des raisons (4) pour son soutien. de l'entité sioniste illégitime. Ceci est une déclaration qui sonne aussi creux qu’un tambour, considérant que cet homme a fait son argent dans une industrie qui dégrade les femmes et asservit les filles vulnérables.
Les nombreuses visites de Wales à «Israël» pendant cette période doivent être comprises dans le contexte plus large de la guerre de l'information sioniste. En 2010, le UK Guardian a rapporté que des groupes sionistes établissaient des cours d'édition sur Wikipedia (5) pour favoriser les entrées dans Wikipédia favorables au régime sioniste. De plus, en 2012, le Syndicat national des étudiants israéliens (NUIS) a lancé un programme (6) visant à verser aux étudiants israéliens 2.000 dollars pour diffuser en ligne la propagande pro-israélienne pendant cinq heures par semaine.
En outre, la même année (2015), M. Wales a reçu 1 million de dollars de la fondation «Israélienne» Dan David (7) après avoir été sélectionnée par le comité des prix pour avoir mené ce qu'ils appelaient la «révolution de l'information».
L'Intifada électronique rapporte que le gouvernement israélien lui-même a été impliqué dans la guerre de l'information contre Jeremy Corbyn.
Dans le cadre de cette campagne, le gouvernement «israélien» a utilisé son logiciel Act.IL pour lancer une mission auprès des utilisateurs de médias sociaux afin de publier des commentaires négatifs contre Jeremy Corbyn (1), suggérant qu'il est un «antisémite».
Ramenons les choses en boucle. Jimmy Wales est non seulement un homme de caractère moral très discutable. Il a aussi des liens étroits avec le régime sioniste, l’ayant visité de nombreuses fois pendant la même période où les groupes sionistes dirigeaient des cours d’édition sur Wikipedia et le gouvernement israélien payait littéralement des gens pour diffuser la propagande sioniste en ligne. Les efforts de Wales ont abouti à l'obtention d'un million de dollars d’une organisation caritative «israélienne» pour ses efforts dans la «révolution de l'information». Et maintenant, il est intéressant de noter que M. Wales participe à la même campagne de guerre de l'information contre Jeremy Corbyn que le gouvernement israélien a lui-même lancée.
Ce qui est le plus alarmant ici, ce n'est pas simplement le caractère douteux de Wales - dealer de porno dégueulasse pour gagner de l'argent - mais les indications alarmantes montrent qu'il pourrait  être un agent payé par régime sioniste.
Titre original : 
Meet Wikipedia Founder Jimmy Wales: Ex Porn Peddler Paid by ‘Israel’ to Spread Zionist Propaganda
Traduction / annotations : Hannibal GENSERIC
Notes
(1) ‘Israel running campaign against Jeremy Corbyn’ – The Electronic Intifada, 7 August 2018.
(2) ‘Bomis’ Wikipedia.com entry as of 10 August 2018.
(3) ‘Jimmy Wales Is Not An Internet Billionaire’ – The New York Times, 27 June 2013.
(4) ‘Wikipedia founder Jimmy Wales likes Israel but stays neutral’ – The Times of Israel, 19 May 2015.
(5) ‘Wikipedia editing courses launched by Zionist groups’ – The Guardian, 18 August 2010.
(6) ‘Israeli students to get $2,000 to spread state propaganda on Facebook’ – The Electronic Intifada, 4 January 2012.
(7) ‘Wiki founder wins $1m Israeli prize’ – The Times of Israel, 10 February 2015.

2 commentaires:

  1. Et un con gérant une bande de cons qui ne se prennent pas pour des merdes, qui s'immiscent dans le fondement même des informations sans en avoir la compétence, pour aboutir à des définitions fausses ou incomplètes, car leur technique est de dire que ce qui n'a pas été approuvé par une majorité ne peut être pris au sérieux et être diffusé. Ils ont un comportement contradictoire, par exemple pour la Maison de ventes d'Antiquités Drouot, il y a un article DROUOT qui fait de la publicité sur cette Maison et vente toutes ses manifestations, et quand on veut la citer dans des achats pour donner la provenance d'un objet avec justificatifs, ce n'est pas possible, car cela ferait de la publicité à cette Maison. Malgré tout on trouve beaucoup plus d'informations sur ce site pour une définition donnée que sur les autres moteurs de recherche. WIKIPEDIA se retrouve très mal placé sur le WEB et demande sans arrêt l'aumône à ses utilisateurs, mais quand on connait ceux qui ont la charge de veiller sur le mort, pour ne pas apporter de définitions qui ne seraient pas approuvées par des années d'habitudes, et des analyses contradictoires, et qui donnent leurs avis sur tout ce qui se fait comme des professeurs agrégés, qui n'ont qu'une envie, c'est que la vérité soit cachée, alors on évite de donner.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.