mercredi 1 août 2018

Comment l'Occident pourrait-il répondre au drone sous-marin nucléaire de la Russie?


Les marines américaines et britanniques pourraient contrer la torpille autonome nucléaire russe, Poséidon, en utilisant des capteurs sous-marins et des avions anti-sous-marins, écrit le site internet de Covert Shores. Mais est-ce vraiment une tactique viable?

Selon un rapport de RT.com :
Le développement du véhicule sous-marin sans pilote Poséidon (UUV), connu à l'origine sous le nom de «Status-6», a été mentionné pour la première fois en novembre 2015. Les médias occidentaux ont plus tard qualifié le drone sous-marin d'arme du « jour du jugement dernier ».
Le 1er mars 2018, le président russe Vladimir Poutine a officiellement confirmé l'existence de l'arme dans son discours annuel devant l'Assemblée fédérale : "Nous avons développé des engins submersibles intercontinentaux, sans pilote qui peuvent se déplacer à de grandes profondeurs - je dirais des profondeurs extrêmes - à une vitesse plusieurs fois supérieure à celle des sous-marins, des torpilles de pointe et de toutes sortes de navires de surface".
L'objectif principal de la torpille est de délivrer une ogive thermonucléaire aux rivages ennemis afin de détruire des infrastructures côtières importantes et des objectifs industriels, ainsi que d'assurer des dégâts massifs sur le territoire ennemi en soumettant de vastes zones à des tsunamis radioactifs et autres dévastations causées par l’explosion nucléaire.
Une autre utilisation potentielle de la torpille Poséidon est de frapper les groupes de combat accompagnant les porte-avions américains.
Le 8 décembre 2016, les services de renseignement américains ont rapporté que, le 27 novembre, la Russie avait procédé à un essai d'un UUV à propulsion nucléaire, lancé à partir d'un sous-marin B-90 de la classe Sarov. En février, le Pentagone a officiellement ajouté le Statut-6 à la triade nucléaire de la Russie en le mentionnant dans le Nuclear Posture Review des États-Unis.
À l'heure actuelle, les spécifications techniques des torpilles Poséidon sont des informations classifiées. Jusqu'à présent, on sait que l'UUV mesure plus de 19 mètres de longueur et presque deux mètres de largeur. Auparavant, Poséidon était supposé être équipé d'une ogive thermonucléaire de 100 mégatonnes qui pourrait oblitérer des villes côtières entières et provoquer des destructions plus loin à l'intérieur des terres, déclenchant des tsunamis chargés de retombées radioactives.
Cependant, selon les dernières informations, la puissance de l'ogive du Poséidon n'est que de deux mégatonnes. Mais cela ne change pas grand chose. Cette quantité de matière nucléaire est encore suffisante pour détruire de grandes villes côtières, des bases navales et provoquer un tsunami.
En outre, une ogive de cette classe pourrait facilement éliminer tout groupe de frappe de l'US Navy.
Selon certains rapports, Poséidon peut développer des vitesses allant jusqu'à 70 nœuds, ce qui est plus rapide que n'importe quel sous-marin nucléaire ou n’importe quelle torpille anti-navire américains. La profondeur opérationnelle du Poséidon est de plus de mille mètres, ce qui dépasse également de manière significative les capacités des sous-marins américains.
Selon Covert Shores, la nouvelle UUV russe peut être localisée avec l'aide d'un vaisseau non piloté continu de guerre anti-sous-marin (ACTUV).
Ce drone ACTUV est un projet américain financé par la DARPA pour développer un navire sans pilote conçu pour détecter et suivre les sous-marins ennemis à l'aide de sonars. Il est supposé que ce navire ne sera pas équipé d'armes et sera utilisé uniquement à des fins de reconnaissance - cependant, cela pourrait changer à l'avenir.
Les réseaux de capteurs du plancher océanique, y compris les bouées sonar, pourraient également être déployés par des avions de patrouille maritime, comme le Poseidon P-8 de Boeing, pour localiser les UUV russes, selon Covert Shores.
"Curieusement, Covert Shores ne mentionne pas le système SOSUS", a déclaré à Gazeta.ru le vice-amiral Arkady Syroezhko, ex-chef du programme des véhicules autonomes de la Direction générale des opérations de l'état-major général des forces armées russes.


SOSUS est le système américain de surveillance sonore pour la détection et l'identification des sous-marins. Il convient toutefois de noter que ce système ne sera déployé qu'aux frontières - par exemple, dans l'espace GIUK (Groenland, Islande et Royaume-Uni), le long de la ligne North Cape - Medvezhy Island, dans le détroit du Danemark, et dans quelques autres endroits. Ce serait donc une erreur de croire que le système SOSUS est déployé dans toutes les parties de l'océan mondial. Dans le Pacifique, par exemple, il est à peine utilisé.
Voir aussi :

Syroezhko estime que, quand il s'agit de suivre les objets sous-marins, l'important est de choisir le bon emplacement pour le système de suivi. Mais il est très difficile de déterminer où le drone Poséidon pourrait apparaître, étant donné sa portée quasi illimitée et sa grande vitesse.
Aussi, selon Syroezhko, le suivi de Poséidon n'est que la moitié de la bataille. Pour détruire cet UUV, vous devez disposer d'un contre-système permanent et prêt au combat, ce qui signifie que les forces et l'équipement sont en alerte constante et prêts à être déployés. Mais les États-Unis n'ont pas encore un tel système. Déployer un tel système nécessiterait des ressources financières substantielles - même pour les États-Unis.
Quant aux capacités de nos ennemis hypothétiques à détruire le Poséidon, elles sont extrêmement limitées.
"Aujourd’hui, le MU90 Impact est la seule torpille de l'OTAN capable d'atteindre la profondeur de 1000 mètres", a déclaré à Gazeta.ru Konstantin Makienko, directeur adjoint du Centre d'analyse des stratégies et des technologies.
L'expert souligne qu'une seule torpille de cette catégorie coûte plus de 2 millions de dollars. Aussi, selon d'autres experts militaires, même en mode haute vitesse (92 km / h), ce qui diminue considérablement son rayon d'action, cette torpille est encore plus lente que le Poséidon.
Makienko dit que le Mark 54, qui est la torpille la plus rapide de l'US Navy, fonctionne à 74 km / h. Il croit qu'elle n'est pas capable de rattraper Poséidon ou d'atteindre sa profondeur opérationnelle.
"Jusqu'à ce que nous voyons une expérience en direct, toutes les affirmations sur la détection ou la destruction potentielle du Poséidon sont complètement sans fondement. Jusqu'à présent, tout ce que nous entendons ce ne sont que des mots », a déclaré l'ancien chef d'état-major de la marine russe Viktor Kravchenko.
Actuellement, aucun adversaire hypothétique n'a une arme capable de dépasser l’UUV Poséidon à sa profondeur opérationnelle ou d'atteindre ses vitesses, dit Syroezhko..

VOIR AUSSI :


Hannibal GENSERIC


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires provenant d'"inconnus" (Unknown) ne seront pas pris en compte.