vendredi 24 août 2018

Comment la capitale russe envisage de survivre à une frappe nucléaire


Un seul mot: les bunkers
Selon le ministère russe des Situations d'urgence, en cas d'attaque nucléaire contre Moscou, il y a de la place dans les installations souterraines pour toute la population. Bien que ce soit une revendication très audacieuse, Moscou est célèbre pour la quantité énorme de bunkers dont elle dispose pour la défense civile (гражданской обороны) et pour l'armée. La Moscovite moyenne a généralement une histoire ou deux étranges sur la façon dont les bunkers ont surgi dans leur vie quotidienne. Mais quels types de bunkers y a-t-il? Comment sont-ils protégés?

À Moscou, les bunkers peuvent être classés en quatre catégories: sous-sol, métro, métro-2 et sphère. Les deux premiers types sont largement utilisés pour la défense civile. Les deux derniers sont principalement utilisés par des organismes militaires et gouvernementaux.
Le métro de Moscou est le système de défense civile le plus grand et le plus célèbre de Russie. Le métro est spécialement conçu pour se protéger contre les attaques nucléaires, offrant non seulement de la profondeur, mais aussi des renforts sur les tunnels et les portes anti-souffles qui permettent une étanchéité totale contre la pression et les retombées. Ces portes sont généralement limitées aux stations principales, les stations isolées peuvent avoir une protection contre les explosions moindre ou inexistante.
Résultat de recherche d'images pour "bunkers Moscou"Résultat de recherche d'images pour "bunkers Moscou" 
Résultat de recherche d'images pour "bunkers Moscou"
Les nouvelles stations sont généralement construites avec une protection contre les explosions en utilisant des méthodes militaires modernes. Notamment, la station "Park Pobedy" est construite en utilisant des embarcadères et utilise des excavations vers le haut pour des puits. Normalement, les puits sont creusés vers le bas depuis la surface, mais l'excavation vers le haut minimise la probabilité de reconnaissance par satellite, car il est impossible de voir l'emplacement des puits car le matériel de construction et les déversements ne sont pas visibles.
En plus du métro, divers autres abris anti-bombes civils sont dispersés autour de Moscou. Ces abris sont généralement peu profonds et offrent une protection limitée contre la surpression. Leur présence se manifeste généralement par la présence de diverses cheminées et de bouches d’air qui alimentent ces bunkers en air frais. Certains de ces abris ont été transformés en commerces et en parkings. Ce sont généralement du type "sous-sol".
Les détails de ces bunkers sont connus du public, car il existe des documents décrivant les spécifications minimales. Tous les bunkers doivent être en mesure de survivre à un jet d’air de cent kilopascals et d’avoir des réserves de nourriture et d’eau pendant deux jours. Les systèmes de filtration d'air sont également standards. La production d'énergie est également fournie pour faire fonctionner les systèmes de filtration d'air et d'éclairage.
Après une période de stagnation, le gouvernement semble à nouveau dépenser de l'argent dans cet aspect de l'infrastructure, avec un programme lancé en 2015 qui construit ou rénove d'anciens bunkers de défense civile. Des exercices à grande échelle ont été réalisés en 2016, impliquant plus de 40 millions de personnes.[1]
Beaucoup moins d'informations sont disponibles sur les bunkers militaires, mais ils ont tendance à être plus profonds que les bunkers civils. Alors que les bunkers militaires ont d'abord été construits dans les types "sous-sol" et "métro" (le complexe Tagansky Bunker 42 est un bon exemple d'un ancien bunker dans le style "métro"), les militaires sont passés à "sphère" et "métro-2" types de soute dans les années 1970 et 1980.
Le style de "sphère" du bunker a été développé pour améliorer la capacité de survie des bunkers peu profonds, car les bunkers peu profonds sont moins coûteux à construire que les bunkers plus profonds. Pour atteindre une plus grande capacité de survie, un bunker externe se présente sous la forme d'une sphère. Cette sphère est placée à l'intérieur d'une gaine circulaire peu profonde. Les amortisseurs  de choc sont placés autour de la sphère et se connectent à un bunker interne. Ces absorbeurs de choc  protègent les occupants des ondes de choc d’une explosion nucléaire.
D'autres bunkers utilisant une technologie similaire dans laquelle le bunker central est suspendu à des amortisseurs dans une structure centrale pourraient également être présents, avec diverses variations sur la forme du bunker central. Des types "cylindres" et "boulons à écrou" (hexagonaux) sont également supposés exister.
Le tristement célèbre style de métro «métro 2» est présenté de la même manière que l'ancien style «métro», mais il est plus profond sous terre pour une plus grande résistance aux explosions et pour le secret. Il aurait été construit en deux phases, la première dans les années 1970 et 1980, appelée D-6, et la seconde entre 1990 et 2000 par la firme TIS (OAO Трансинжстрой), qui construit également des stations de métro civiles.
Cependant, la plupart des sources de reportages sur Metro-2 sont spéculatives, les principales étant les rapports d’amateurs qui peuvent avoir découvert des entrées ou sorties de Metro-2 ou un rapport DIA des années 1990 sur le système.
En dépit du grand nombre de bunkers, les progrès récents de la technologie de fusée pour les armes nucléaires menacent de rendre obsolète la norme minimale de défense civile. Au fur et à mesure que la technologie des fusées s'améliore, comme celle utilisée sur le Super Fuze américain, il est plus probable que les niveaux de pression subis par les bunkers de défense civile dépasseront de loin leur qualification nominale.

Bunker-42 à Moscou

Le bunker à Samara
Construit spécialement pour servir d'abri à Joseph Staline, cette fortification était la plus profonde installation de l'époque de la Deuxième Guerre mondiale. À 37 mètres de profondeur, il était sans doute plus sûr que le bunker d'Hitler qui se trouvait à 16 mètres sous terre sans parler du cabinet de Churchill à cinq mètres sous le bâtiment du trésor de Sa Majesté.
Bunker à Samara
La ville de Samara, qui portait le nom de Kouïbychev entre 1935 et 1991, était une sorte de «capitale de réserve» où le gouvernement soviétique a été transféré en octobre 1941 quand les troupes nazies se trouvaient à proximité de Moscou. Et bien que Staline ait décidé de rester à Moscou, l'abri souterrain à Kouïbychev a quand même été construit.
Après être descendu par le puit vertical à une profondeur de 14 mètres, vous vous retrouverez seulement au premier niveau, pour atteindre le cabinet de Staline il vous faudra encore passer par un autre puit vertical de 23 mètres. Le cabinet copiait dans ces principaux détails l'intérieur du cabinet du Staline au Kremlin et avait tout le nécessaire pour assure le travail et le repos de son locataire.
Bunker à Samara
Bunker à Samara
Le bunker-42 à Moscou
Un manoir discret de deux étages situé dans une petite ruelle du centre de Moscou dans l'arrondissement de Taganski a été créé spécialement pour cacher un objet secret de l'époque de la guerre froide. En fait, cette maison n'est qu'un leurre. Derrière ces murs se trouve un dôme en béton de six mètres d'épaisseur qui couvre un puit de 60 mètres de profondeur. En bas, au niveau de la ligne circulaire du métro moscovite, il y a quatre tunnels reliés par des jonctions qui abritaient à l'époque le poste de commandement de réserve de l'aviation à long rayon d'action.
Le bunker-42 à Moscou
Le bunker-42 à Moscou
Aujourd'hui, cet ancien abri est devenu le Musée de la guerre froide. Pour ressentir l'ambiance de l'époque, il vous faudra descendre l'escalier de 310 marches. Une longue promenade à travers des couloirs interminables séparés par des portes massives vous aidera à vous rendre compte de la vie du personnel de cet endroit secret. À la fin d'une visite fascinante, les lumières s'éteignent, la fumée apparaît, les feux rouges d'urgence s'allument et l'interphone annonce que la capitale a subi une attaque nucléaire.
Bunker-42 à Moscou
Bunker-42 à Moscou
La ville souterraine de Iamantaou
Le mont Iamantaou, situé dans l'Oural du Sud, reste toujours le sujet des rumeurs les plus folles. Ainsi, selon de nombreux articles parus dans la presse occidentale dans les années 1990, le mont a été transformé à la fin de l'époque soviétique en un immense complexe souterrain qui abrite soit une usine militaire secrète, soit une résidence de réserve du Président et du gouvernement, soit un dépôt de munitions. À en croire des cartes américaines de époque de la guerre froid, il existe même un chemin de fer qui y mène. En plus, des rumeurs affirment que le mont est interdit aux touristes et que son sommet est bien protégé. Bien que l'armée russe ne fasse aucun commentaire sur le sujet, l'éloignement du mont des frontières fait penser que quelque chose qui demande une sécurité supplémentaire pourrait se trouvait au-dessous.
Le dépôt d'ogive nucléaire Javor 51
Pour assurer sa suprématie en cas de guerre nucléaire en Europe, l'Union soviétique a créé, dans certains pays du pacte de Varsovie, de nombreux dépôts secrets d'ogives nucléaires. Un tel endroit, connu sous le nom de Javor 51, se trouve près de la commune de Misov, au sud-ouest de Prague.
L'installation a été construite selon des plans soviétiques, mais les travaux ont été réalisés par le corps des ingénieurs de l'armée tchèque qui pensaient qu'ils construisaient une station de communication téléphonique. Après la fin des travaux, la structure a été transférée à l'armée soviétique qui y stockait des charges atomiques de missiles à courte et moyenne portée. C'est seulement après la chute de l'Union soviétique que les autorités tchèques ont appris ce qui s'y trouvait en réalité.
En Russie, les informations sur Javor 51 et d'autres installations similaires sont toujours classées et il est impossible de connaître tous les détails. Pourtant, ce dépôt a été lui aussi transformé en Musée de la guerre froide qui aujourd'hui accueille des visiteurs gratuitement.
L'abri des sous-marins en Crimée
L'une des installations les plus grandioses de l'ère de la guerre froide est l'abri des sous-marins à Balaklava. Le mont Tavros, dans les profondeurs duquel il est situé, est fait d'un calcaire de marbre très résistant, et l'épaisseur de la roche qui couvre les tunnels et les canaux est de plus de 100 mètres. L'implantation connue sous le nom de K-825 a la première catégorie de stabilité antiatomique, elle peut résister à une frappe directe d'une bombe de 100 kilotonnes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires provenant de (Unknown) ne seront pas pris en compte.