samedi 18 août 2018

USA. Israël, le parasite de la haute technologie américaine


Israël est devenu une centrale de vente des technologies volées aux Américains. Israël vend cette haute technologie d'origine américaine à la Russie et à la Chine. La Russie et la Chine la vendent ensuite à l’Iran. Par conséquent, Israël est en train d’armer indirectement l’Iran. Ce qui suit est extrait de « Histoire de la domination technologique israélienne » par Shayan Zarrin
Israël tire tout son sang en suçant celui des États-Unis, grâce à l'aide massive américaine et au vol.
L’aide massive américaine à Israël
Dans un rapport du 10 avril 2018, intitulé « Aide étrangère américaine à Israël » par Jeremy M. Sharp, spécialiste des affaires du Moyen-Orient, l’auteur donne un aperçu de l’aide américaine à Israël. Il comprend un examen des programmes d’aide passés, des données sur l’aide annuelle et une analyse des problèmes actuels. Voici ce qu’il écrit en introduction.
Israël est le plus grand récipiendaire cumulatif de l'aide américaine depuis la Seconde Guerre mondiale.
À ce jour, les États-Unis ont fourni à Israël 134,7 milliards de dollars (en dollars courants ou non ajustés en fonction de l’inflation) en aide bilatérale et en financement de défense antimissile.
La quasi-totalité de l'aide bilatérale des États-Unis à Israël se présente sous la forme d'une assistance militaire, même si Israël a également bénéficié d'une aide économique importante.
Lors d’une cérémonie de signature au Département d’État le 14 septembre 2016, des représentants des gouvernements américain et israélien ont signé Mémorandum d’entente (MOU) sur l’aide militaire couvrant les exercices 2019 à 2028. Aux termes du protocole d’accord, les États-Unis s’engagent à fournir 38 milliards de dollars en aide militaire (33 milliards de dollars en financement militaire étranger plus 5 milliards de dollars en crédits pour la défense antimissile). Ce protocole d'entente remplace une entente précédente de 30 milliards de dollars sur 10 ans, en vigueur jusqu'en 2018. Israël est le premier exploitant international de l'avion de combat interarmées F-35, l'avion furtif de cinquième génération du ministère de la Défense, considéré comme l'avion le plus perfectionné jamais construit.
À ce jour, Israël a acheté 50 F-35 dans trois contrats distincts.
La loi de finances pour l'exercice 2018, prévoit ce qui suit pour Israël:
• 3,1 milliards de dollars de financement militaire à l’étranger, dont 815,3 millions de dollars pour des achats off-shore;
• 705,8 millions de dollars pour des projets conjoints de défense antimissile américano-israéliens, dont 92 millions de dollars pour Iron Dome, 221,5 millions de dollars pour David's Sling, 310 millions de dollars pour Arrow 3 et 82,3 millions de dollars pour Arrow 2;
• 47,5 millions de dollars pour le programme de coopération anti-tunnel américano-israélien;
• 7,5 millions de dollars en aide aux migrations juives et aux réfugiés juifs;
• 4 millions de dollars pour la création d’un centre d’excellence américano-israélien dans le domaine des technologies de l’énergie et de l’eau;
• 2 millions de dollars pour Israël-États-Unis. Programme binational de recherche sur la recherche et le développement énergétique (Binational Research & Development BIRD); et
• La ré-autorisation du programme d’Alliés sur les réserves de guerre d’Israël (War Reserves Stock Allies-Israel (WRSA-I) jusqu’à l’exercice 2019.

Pour l'exercice 2019, l'Administration Trump demande 3,3 milliards $ en financement militaire étranger pour Israël et 500 millions de dollars en aide antimissile pour marquer la première année du nouveau protocole d'entente vu plus haut. L’Administration cherche également à obtenir 5,5 millions de dollars de fonds pour l’aide aux migrants et aux réfugiés (MRA) destinés aux migrants juifs en Israël.
Vols et espionnages israéliens
L’affaire Apollo en est un excellent exemple. Israël a volé de l'uranium enrichi aux États-Unis pour construire son fameux programme d'armes nucléaires.
Voilà comment fonctionne Israël. Leurs bailleurs de fonds Rothschild placent leurs agents dans des positions clés de notre gouvernement et de nos industries, où ils procèdent à l'infiltration et au détournement de la technologie américaine vers Israël.
Cependant, l'alt-media ne va pas plus loin que l'affaire Apollo. Ils ne font pas état du vol beaucoup plus profond et consécutif de la technologie de pointe américaine: le programme Talpiot et l’unité 8200.
Des milliards de dollars sont extirpés de l’économie américaine par le biais de contrats passés par le gouvernement avec des sociétés israéliennes de technologie et de cybersécurité.
Par exemple, Amdocs a accès à tous les enregistrements téléphoniques américains via la NSA et Comverse Infosys.
Essentiellement, Israël gère l’État de la sécurité nationale des États-Unis. Les entreprises israéliennes peuvent  espionner chaque Américain. Où ont-ils eu la capacité de devenir des leaders mondiaux dans le secteur de la technologie? aux États Unis.
Subventions gouvernementales
Une des raisons pour lesquelles les entreprises de technologie israéliennes sont si compétitives est due aux subventions du gouvernement israélien, environ 50% des coûts de R & D des entreprises de technologie israéliennes.
Dans un discours prononcé pour le Conseil d’intérêt national, Phil Giraldi a souligné que "Israël, pays socialiste où le gouvernement et les entreprises travaillent main dans la main, a obtenu des avantages importants en volant systématiquement la technologie américaine à des fins civiles et militaires".
Israël inonde le marché américain de sa technologie, détruisant les emplois de haute technologie américains. L'Accord de libre-échange entre les États-Unis et Israël (1985) est le seul accord de libre-échange qui ne protège pas les droits de propriété intellectuelle. Israël a accès à la propriété intellectuelle américaine en vertu de la loi américaine.
Comment Israël a-t-il eu accès à la haute technologie et à la propriété intellectuelle des États-Unis? Tout a commencé dans les années 1970 lorsque les gouvernements américain et israélien ont créé la Fondation BIRD (Israël-États-Unis pour la recherche et le développement industriels binationaux). BIRD finance des partenariats entre des sociétés israéliennes et américaines, 50% de son financement provenant du gouvernement américain. C’est vrai, l’argent des contribuables américains finance l’industrie israélienne, alors que l'infrastructure américaine est en ruine.
BIRD fournit un financement maximal de 1,2 million de dollars par projet. Les projets soutenus par BIRD permettent aux grandes sociétés de technologie israéliennes d’accéder à des entreprises américaines de premier plan et de nouer des relations commerciales."
C'est là que l'industrie de la haute technologie israélienne tire son épingle du jeu. Grâce à cet accès à l’industrie américaine, Israël a mis en place une opération d’espionnage massive aux États-Unis au début des années 1980 pour voler des secrets de défense américains, des technologies militaires et de la propriété intellectuelle. 
Un opérateur, Jonathan Pollard, a été pris dans cette opération. Pollard était un agent de renseignement américain et un espion israélien qui a volé des milliers de documents révélant les méthodes utilisées par les États-Unis pour la collecte de renseignements sur les signaux.
Depuis lors, Israël dispose des mêmes capacités de collecte de renseignements que les États-Unis. Sans Pollard, Israël n’aurait jamais été en mesure de s’engager dans la collecte de renseignements, ce qui signifie que les sociétés israéliennes infâmes liées au 11 septembre (Amdocs et Verint) n’auraient jamais été formées. Mais Pollard n'était que la pointe de l'iceberg. Il y avait tout un réseau d'espionnage israélien entourant et travaillant avec Pollard, y compris des gars comme Richard Perle, Frank Gaffney, JR, Douglas J Feith, John F. Lehman Jr et Paul Wolfowitz.
Toute cette technologie qu'Israël a volée a été développée par l'argent des  contribuables américains grâce à la DARPA (Defence Advanced Research Projects Agency). 
Presque toute la technologie d'Apple a été développée par DARPA. 
Google a émergé grâce à la technologie DARPA et au projet MDDS (Massive Digital Data Systems) de la CIA. 
Facebook a augmenté son capital initial grâce à un investissement de Peter Thiel, dont la société d'exploration de données, Palantir, a été financée pour la première fois par la société de capital-risque CIA, In Q Tel.
De plus, il y a des empreintes sionistes sur tous les géants de la technologie comme Google et Facebook. Google a été initialement financé en partie par le juif américain Andy Bechtolsheim, cofondateur de la société technologique Sun Microsystems, qui possède un important centre de R&D en Israël. De nombreuses autres entreprises technologiques, dont Google, Facebook, IBM, Motorola, Microsoft, Qualcomm et Apple, ont également des centres de recherche et développement en Israël.
Pourquoi ces entreprises choisiraient-elles d'avoir des centres de R & D près de Tel-Aviv? Tel-Aviv est la neuvième ville la plus chère du monde. Par exemple, il serait plus judicieux sur le plan économique d’avoir des centres de RD dans un pays comme le Bangladesh,  ou la Tunisie, où les salaires sont nettement inférieurs avec une offre similaire de travailleurs de haute technologie.
Ces entreprises opèrent en Israël parce qu'elles cherchent à faire d'Israël la capitale mondiale de la haute technologie, où Israël gouvernera le monde dans un gouvernement mondial unique à partir de Jérusalem, comme l'avait prédit Ben Gourion.
Hannibal GENSERIC

3 commentaires:

  1. Plus rien ne m'étonne de part de l'"état hébreux" : la première guerre mondiale, la deuxième et peut-être en gestation la troisième....

    RépondreSupprimer
  2. tant que cette maudite entité sioniste existe , il n'y aura plus de paix et de prospérité au monde, car elle ne vit que de guerre et du sang de ses victimes comme un vampire

    RépondreSupprimer
  3. Au nom du père et du fils les autres on s'en balance quel qu'un peut il ajouter une étoile au drapeau Américain ? Et la messe sera dite

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.