dimanche 26 août 2018

Les USA appellent Al-Qaïda à lancer une attaque chimique en Syrie



Le conseiller à la sécurité nationale américaine, John Bolton, a encouragé Al-Qaïda à lancer une attaque chimique en Syrie afin que les forces américaines puissent mener des frappes aériennes contre ce pays. 
Avec «un faisceau de fausses preuves» avancé par les soutiens des terroristes et sans attendre le résultat d’une quelconque enquête officielle, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France décident de bombarder un pays qui ne leur a rien fait. On sait que les frais de l’attaque occidentale en avril dernier  avaient été fournis par la Sinistre Arabie, meilleur ami et bailleur de fonds de l'Occident et de ses terroristes islamistes. En tout état de cause, la survenue d’une prochaine attaque chimique sous faux drapeau reste très probable puisque Idlib est le dernier grand bastion des terroristes islamistes. Naturellement, le gouvernement d'Assad en sera déclaré responsable.
Du déjà vu.
Les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne menacent de frapper à nouveau la Syrie
"Si le régime syrien utilise des armes chimiques, nous réagirons très fermement et ils devraient vraiment y réfléchir longtemps", a déclaré Bolton lors d'une conférence de presse lors d'une visite à Jérusalem mercredi.
Bolton urges Al-Qaeda to commit more chemical attacks in SyriaRt.com rapporte: Au-delà du voile en lambeaux de supériorité morale que constitue la propagande de guerre américaine, les paroles de Bolton étaient clairement un ordre public, clair et net  adressé aux terroristes islamistes, dont Al-Qaïda,  de lancer une nouvelle attaque chimique factice.
La déclaration de Bolton a été précédée par une déclaration conjointe par la triade  voyoute (France-Royaume-Uni-USA, alias FUKUS) du 21 août, menaçant également de nouveaux bombardements illégaux de la Syrie si une attaque chimique en Syrie se produisait (même sans preuves, car, comme toujours, la triade FUKUS n’en a aucunement besoin
Rappelons que la dernière fois qu’ils ont agi de la sorte, en avril 2018, les États-Unis et leurs toutous vassaux interventionnistes n’ont même pas attendu que le mensonge de Douma soit révélé, et encore moins que des preuves mythiques se matérialisent avant de bombarder illégalement la Syrie avec 103 missiles [1]. Les attentats ont eu lieu avant que l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) n’ait pu visiter les sites de Douma en question.
Il semble que l’appétit de FUKUS pour la destruction de la Syrie n’ait pas été satisfait en avril 2018, ni lors des bombardements d’avril 2017 contre la Syrie suite à des allégations non fondées autour de Khan Sheikhoun, Idlib.
Les affirmations de Bolton sont soutenues par les suspects habituels des grands médias menteurs, de faux groupes de défense des droits de l’homme, et de personnes liées au groupe de réflexion de propagande de guerre du Conseil atlantique de l’OTAN.
Cependant, beaucoup de gens sont à juste titre sceptiques et incrédules face aux cris d'alarme, après avoir vu ce genre de chant et de danse auparavant. La propagande de guerre s'est considérablement intensifiée juste avant et pendant la libération de l'est d'Alep et de l'est de Ghouta, pour ne citer que deux exemples.
En effet, le fil Twitter de l'AFP sur la menace de Bolton est rempli de commentaires presque exclusivement moqueurs sur le fait de rejouer le scénario d'attaque chimique sous un faux drapeau et d'autres propagandes de guerre incroyables et sur exploitées. De même sur la vidéo de NBCNews de Bolton faisant les menaces.
Faisant le travail des Grands médias menteurs (GMM), d’autres continuent de poser des questions valables sur cette dernière épidémie de propagande contre les armes chimiques.
Les propagandistes de l'OTAN sont  peu originaux
Les accusations d’armes chimiques figurent parmi les tactiques de propagande de guerre les plus surexploitées pendant la guerre en Syrie. De la fin de 2012 à avril 2018, les bouches puantes de l'OTAN ont parlé de chlore ou de sarin. Mais à chaque fois, il a été démontré qu’ils sont des fieffés menteurs, intellectuellement vils et sans originalité, pour le dire poliment. Mais des voix moins stridentes ont souligné les nombreuses occasions où les mercenaires de l’OTAN et de l’Arabie, les soi-disant "rebelles", avaient accès au sarin, et au contrôle d'une usine de chlore, et ils avaient des motifs et des ordres de leurs patrons pour une attaque sous faux drapeau.
Parmi les affirmations les plus frappantes, citons: Mars 2013, à Khan al-Assal, à Alep; Août 2013, dans les zones de Ghouta Est; Avril 2017, à Khan Sheikhoun, Idlib; et avril 2018, à Douma, Ghouta orientale.
Parmi les allégations de Khan al-Assal, Carla Del Ponte, membre principal de la commission d'enquête du Conseil des droits de l'homme, a déclaré "J'ai été un peu stupéfaite par les premières indications que nous avons eues ... elles concernaient l'utilisation de gaz neurotoxique par l'opposition."".
Un journaliste de Mint Press News qui s’est rendu dans les régions en question a écrit avoir parlé à des «rebelles» et aux membres de leurs familles qui accusaient le prince Bandar d’Arabie saoudite de leur avoir envoyé des armes chimiques et qu’ils ne savaient pas comment les utiliser.
Le journaliste d'investigation Seymour Hersh a écrit et parlé des allégations concernant le sarin, en notant (entre autres choses) que "le sarin que possède l'armée syrienne a une composition chimique différente de celle du sarin fabriqué et utilisé par al-Nosra".
Parmi les nombreuses questions que les journalistes auraient dû poser autour des allégations d'avril 2017 de Khan Sheikhoun, il y a la question de savoir comment on peut faire confiance à l'OIAC lorsqu'il n'y a pas de chaîne de contrôle: la région est contrôlée par Al-Qaïda ou des groupes affiliés , qui ont tous un intérêt direct dans les résultats truqués.
Comme indiqué dans un article de Moon of Alabama, il y a aussi un manque de certitude évident autour des accusations de Khan Sheikhoun. L'article note en outre que dans le rapport de l'OIAC sur Khan Sheikhoun, il y a ce qu'ils qualifient légèrement d'irrégularités: les 57 cas de patients admis dans les hôpitaux avant l'incident présumé et les résultats contradictoires des échantillons de sang versus ceux d'urine chez les « victimes du sarin ».
Suite à l'accusation de la Maison Blanche d’avril 2018 selon laquelle le gouvernement syrien aurait utilisé le sarin à Douma et malgré l'insistance de Damas pour une enquête de l'OIAC, la triade voyoute FUKUS a bombardé la Syrie, y compris Damas et le district Barzeh densément peuplé, détruisant un important centre de traitement du cancer, mais non pas de production d’armes chimiques.
À Douma, le personnel médical a déclaré que les patients n'avaient présenté aucun symptôme d'attaque chimique. Des citoyens de Douma ont également affirmé qu'il n'y avait pas eu d'attaque chimique. Dix-sept civils et membres du personnel médical de Douma ont témoigné à la Haye. Les médias menteurs ont évidemment ignoré ces témoignages.
Dans son rapport intérimaire de juillet 2018 sur Douma, l'OIAC a noté que, dans les échantillons prélevés sur des sites présumés, aucun produit chimique interdit par la Convention sur les armes chimiques n'a été détecté. L’OIAC a trouvé des traces de «produits chimiques organiques chlorés», mais pas de Sarin, comme l’ont prétendu le spécialiste présumé Eliot Higgins et la Maison Blanche, entre autres.
À qui profite le crime ?
Qui profite de ces allégations répétées? Le gouvernement syrien aurait-il vraiment bénéficié s'il avait perpétré l'une de ces attaques présumées? Non.
était-il logique que le président syrien ait ordonné une telle attaque chimique, sachant que cela provoquerait la colère d'Obama, de Trump et de leurs alliés? Ces allégations profitent-elles à la coalition pour un changement de régime? Oui.
Dans leur récent rapport d’information sur les allégations de Douma, le groupe de travail sur « la Syrie, la propagande et les médias » a analysé les faits autour des allégations de Douma (et les précédentes), les divergences autour des récits officiels et les détails obscurs des experts nous apportant des "preuves", y compris un expert ayant des liens potentiels avec le service britannique de renseignement secret, MI6.
En ce qui concerne les dernières préoccupations de FUKUS à propos d'une attaque chimique, je suis d'accord sur un point: nous devrions être préoccupés par le fait qu'il y aura une nouvelle attaque ou une nouvelle mise en scène, mais pas par le gouvernement syrien. Comme cela s'est produit tant de fois auparavant, une attaque par étapes serait effectuée par les mercenaires de l'OTAN en Syrie.
En fait, les médias syriens ont récemment noté la probabilité que des membres des Casques blancs et Al-Qaïda en Syrie aient récemment transporté des cargaisons de fûts de recyclage de chlore près de la frontière turque vers des zones d’Idlib occupées par des terroristes.
Si cela est vrai, en effet, des activités étranges pour un groupe "de sauvetage neutre", et une configuration inquiétante de la scène pour une nouvelle série d’accusations sont en place.
Obscurcir la lutte légitime contre Al-Qaïda à Idlib
Ce que Bolton, CNN ou tout autre porte-parole des tentatives d’intervention illégale en Syrie évitent de mentionner, c’est la présence de l’éléphant d’Al-Qaïda dans la pièce: le groupe terroriste qui passe maintenant par le pseudo « Hay'at Tahrir al-Sham (HTS) », domine Idlib. HTS aurait "coupé" les liens avec Al-Qaïda mais maintient toujours la même idéologie. Celle des Frères Musulmans qui a détruit tant de pays et assassiné tant de musulmans : Algérie (300.000), Tunisie (plusieurs centaines), Libye (des milliers), Égypte, Syrie, Irak, Yémen, Somalie, Nigéria, Sahel, etc.
Envoyé pour la coalition dirigée par les États-Unis (faisant semblant de vouloir vaincre l'Etat islamique), Brett McGurk a même considéré que Idlib "était le plus grand refuge d'Al-Qaïda depuis le 11 septembre, directement lié à Ayman al-Zawahiri –actuel chef d’Al-Qaïda- Ce qui est un énorme problème. "
Pourtant, CNN était de retour à Idlib (à nouveau entrée illégalement), a dissimulé le facteur Al-Qaïda, comme prévu, et a commencé son flux incessant de propagande de guerre centrée sur cette ville.
En fait, beaucoup sur les médias sociaux prédisent les mèmes de propagande (Un mème Internet est un élément ou un phénomène repris et décliné en masse sur Internet) de guerre recyclés que nous verrons bientôt de la triade FUKUS pour les changements de régime, y compris les "derniers hôpitaux", les comptes twitter Bana al-Abed 3.0 (les comptes Bana 2.0 ont été créés pendant la libération de Ghouta orientale), et le dernier hashtag émotif #EyesOnIdlib.
Il y a quelques jours, Abu Mohammed al Golani, de HTS, s'est prononcé contre la reddition de groupes armés à Idlib. Un autre "rebelle syrien" dans Idlib, un commandant égyptien d'Al-Qaïda, a menacé les Syriens de crucifixion s’ils osent envisager une réconciliation.
Ce ne sont pas seulement les terroristes qui s'opposent à la réconciliation. Les gouvernements occidentaux trouvent ce concept dangereux pour leurs projets d'intervention militaire. La réconciliation a apporté la paix et la stabilité dans toutes les régions de la Syrie, et plus récemment dans le gouvernorat de Daraa. Lorsque je suis allé à Daraa en mai 2018, des obus terroristes y pleuvaient. Maintenant, après une combinaison d'opérations militaires et de réconciliations à travers Daraa, le calme règne, comme à l'Est de Ghouta et à Alep auparavant.
Pourtant, chaque fois que le processus commence dans un nouveau domaine, les terroristes bombardent les couloirs humanitaires et les responsables occidentaux crient à propos d'atrocités non vérifiées, détournant volontairement les yeux d'Al-Qaïda et de ses affiliés en Syrie, tout en diabolisant les gouvernements syrien et russe parce qu’ils luttent contre le terrorisme  Syrie.
La déclaration de la triade voyoute FUKUS du 21 août indiquait également: «Nous implorons ces pays de reconnaître que l’utilisation non contrôlée d’armes chimiques par un État quelconque constitue une menace inacceptable pour la sécurité de tous les États».
Je suis à peu près certain que je ne suis pas le seul à exiger que les États-Unis et leurs toutous vassaux  soient tenus pour responsables de leur utilisation prouvée, documentée, et criminelle des armes chimiques sur les civils du monde entier.


La Russie confirme
Le ministère de la Défense russe a déclaré que les terroristes d’Al-Nosra sont sur le point d’organiser une attaque chimique afin de faire accuser le gouvernement syrien et de fournir une excuse pour les frappes.
Le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konashenkov, a déclaré que l'attaque serait utilisée comme prétexte pour les frappes aériennes américaines, britanniques et françaises sur des cibles syriennes. Le destroyer USS The Sullivans, avec des missiles guidés Aegis est déjà déployé dans le golfe Persique depuis quelques jours, a-t-il ajouté.
Le destroyer dispose de 56 missiles de croisière à bord, selon les données du ministère russe de la Défense. Un bombardier américain Rockwell B-1 Lancer, supersonique équipé de 24 missiles de croisière, a également été déployé à la base aérienne Qatari , Al Oudeid.
Les provocations sont préparées par des militants du Front Al-Nosra (maintenant connu sous le nom de Tahrir al-Sham) dans la province d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie,
Afin de lancer l’attaque, huit bidons de chlore ont été livrés au village près de la ville de Jisr al-Shoughour pour être utilisés par les terroristes islamistes, a-t-il ajouté. Un groupe distinct de mercenaires, préparé par l'entreprise de sécurité privée britannique Olive, est également arrivé dans la région. Le groupe sera déguisé en volontaires du groupe Casques blancs et simulera une opération de sauvetage impliquant des habitants soi-disant blessés dans l'attaque, selon le responsable militaire.
Selon le porte-parole du ministère de la Défense, les récentes déclarations du conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton (ci-dessus) - dans lesquelles il a menacé de bombarder la Syrie - pourraient être interprétées comme une confirmation implicite de ces frappes aériennes. Le 22 août, Bolton a déclaré que "... si le régime syrien utilise des armes chimiques, nous réagirons très fermement et ils devraient vraiment y réfléchir longtemps".
Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a mis en garde Washington contre de nouvelles actions inconsidérées en Syrie, a rapporté RIA Novosti. "Nous entendons des ultimatums de Washington, y compris ceux faits en public", a déclaré le haut responsable, faisant apparemment allusion aux remarques récentes de Bolton.
Selon Ryabkov, les Etats-Unis visent à déstabiliser la Syrie et à créer de nouveaux prétextes pour un changement de régime à Damas. "Encore une fois, nous assistons à une grave escalade de la situation [en Syrie]", a-t-il ajouté.

Source : Russia: Terrorists Preparing Chemical Attack To Frame Syria & Justify US Strikes

 


PENDANT QUE VOUS ÊTES ICI ...


La censure contre les médias indépendants explose. Notre contenu est réduit au silence sur les médias sociaux et les moteurs de recherche, et démonétisé par les méga-entreprises qui veulent éliminer la concurrence. Quant aux pouvoirs locaux dans les  pays dit « arabes », je vous laisse deviner.

Mais vous pouvez nous aider dans ce combat. Votre liberté compte. Votre voix compte. Vous avez le pouvoir de combattre ceux qui cherchent à nous faire taire.

Vous êtes notre allié et le plus important. Nous ne sommes pas d’accord sur tout ce qui est publié ici, mais peu importe. L’essentiel, c’est de défendre la liberté d’expression.

Nous ne récoltons aucun argent pour cela. Nous luttons pour la bonne cause. Celle du peuple de la terre.


Alors que les «nouvelles réalités» de l'empire anglo-sioniste (du faux empoisonnement des Skripal à la fausse attaque chimique en Syrie) arrivent au bout du chemin, un nouveau rapport très intéressant du Conseil de sécurité russe déclare que les États-Unis viennent de s'engager dans un autre exercice de "masturbation militaire" d’adolescent,  en attaquant la Syrie en violation de toutes les lois internationales. Mais cette attaque a laissé l'Occident dans l'horreur car 70% de ses missiles lancés ont été descendus par les unités de défense aérienne syrienne, et que l'état-major général russe a rapporté qu'aucune mort n’est à déplorer.

Hannibal GENSÉRIC

2 commentaires:

  1. Il faut avouer qu'on n'y comprend plus rien !... Qui dirige réellement les USA. Que veulent les élites mondiales ?
    Attendons le prochain "reset"....

    RépondreSupprimer
  2. Les USA ne sont pas dirigées. Elles sont poussées par des forces contraires. Mais les zélites US veulent la destruction des pays d’Europe pour qu'ils ne se soudent pas à la Russie. D’où la destruction progressive de la France par la vermine aux ordres, d’où l'obligation pour eux de réduire au silence les oppositions.

    RépondreSupprimer

Les commentaires provenant de (Unknown) ne seront pas pris en compte.