vendredi 31 août 2018

Le réveil anti-dollar pourrait être plus rude et plus rapide que ne le prédisent la plupart des économistes


Les États-Unis mènent actuellement une guerre économique contre un dixième des pays du monde avec une population cumulée de près de 2 milliards de personnes et un produit intérieur brut (PIB) combiné de plus de 15 billions  (15 mille milliards) de dollars.
Ces pays incluent la Russie, l'Iran, le Venezuela, Cuba, le Soudan, le Zimbabwe, le Myanmar, la République démocratique du Congo, la Corée du Nord et d'autres sur lesquels Washington a imposé des sanctions au fil des ans, mais aussi des pays comme la Chine, le Pakistan et la Turquie sur lesquels il n’y a pas de pleines sanctions mais plutôt des mesures économiques punitives.

En outre, des milliers de personnes issues de nombreux pays figurent sur la liste des ressortissants de pays spécialement désignés par le Département du Trésor, qui sont effectivement bloqués par le système financier mondial dominé par les États-Unis. Nombre des personnes désignées font partie ou sont étroitement liées au leadership de leur pays sanctionné.
Du point de vue des États-Unis, chacune des entités économiques est ciblée pour une bonne raison: violations des droits de l’homme, terrorisme, criminalité, commerce nucléaire, corruption ou, dans le cas de la Chine, pratiques commerciales déloyales et vols de propriété intellectuelle.
Mais au cours des derniers mois, il semble que l’engagement indéfectible des États-Unis dans la lutte contre tous les fléaux du monde, ait conduit à une masse critique de gouvernements et de personnes fortunées qui les soutiennent, à unir leurs forces pour créer un système financier parallèle, qui serait hors d’atteinte du bras long américain.
S’ils réussissaient, l’impact sur la posture mondiale de l’Amérique serait transformationnel.
La suprématie mondiale de l’Amérique a été rendue possible non seulement grâce à sa puissance militaire et à son système d’alliance, mais aussi grâce à son contrôle sur la plomberie de la finance mondiale et en particulier sur l’acceptation généralisée du dollar comme monnaie de réserve mondiale. Le statut unique de la devise américaine a ancré le système financier mondial depuis la seconde guerre mondiale.
Toute transaction effectuée en dollars américains ou en utilisant une banque américaine amène automatiquement les partenaires commerciaux sous la juridiction américaine. Lorsque les États-Unis décident d’imposer des sanctions unilatérales, comme dans le cas de l’Iran, ils disent essentiellement aux gouvernements, sociétés et individus du monde entier qu’ils doivent choisir entre cesser leurs activités avec le pays sanctionné ou s’écarter de l’économie mondiale numéro un. Ceci est un bâton puissant.
Il existe peu d’entreprises ou de banques qui peuvent se permettre de renoncer au marché américain ou de se voir refuser l’accès aux institutions financières américaines.
Les pays qui souhaitent défier le système dirigé par les États-Unis considèrent cela comme un affront à leur souveraineté économique. C'est pourquoi la Russie et la Chine ont développé leurs propres versions de SWIFT (la Société pour la télécommunication financière interbancaire mondiale), le réseau mondial qui permet des transactions financières transfrontalières entre des milliers de banques. Les deux pays exhortent également leurs partenaires commerciaux à abandonner le dollar dans leurs échanges bilatéraux en faveur des devises autochtones.
Ce mois-ci, la Russie n’a pas tardé à recruter la Turquie dans le bloc anti-dollar, annonçant qu’elle soutiendrait le commerce non dollar avec celle-ci, après l’éclatement d’une querelle financière entre Ankara et Washington. La Chine, pour sa part, utilise son initiative de Belt and Road Initiative (route de la soie), d’un billion de dollars, pour contraindre les pays à effectuer des transactions en yuan au lieu de dollars.
Le Pakistan, premier destinataire de l'argent de Belt et Road, et l'Iran ont déjà annoncé leur intention de le faire. Le sommet BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) du mois dernier à Johannesburg était un appel aux armes contre l'hégémonie du dollar avec des pays comme la Turquie, la Jamaïque, l'Indonésie, l'Argentine et l'Égypte invités à participer à ce qu’on appelle BRICS plus dans le but de créer une économie dé-dollarisée.
Le marché mondial des produits de base, en particulier le marché pétrolier de 1,7 billion de dollars, constitue le principal front sur lequel l'avenir du dollar sera décidé. Depuis 1973, lorsque le président Richard Nixon a coupé unilatéralement le dollar américain de l'étalon-or et convaincu les Saoudiens et les autres pays de l'OPEP de ne vendre leur pétrole qu'en dollars, le commerce mondial du pétrole a été lié à la devise américaine. Cela a ouvert la voie au commerce des autres produits en dollars également. L'arrangement a bien servi l'Amérique.
Cela a créé une demande toujours croissante pour le billet vert, ce qui a permis aux gouvernements américains consécutifs de financer librement leurs déficits croissants.
Plus maintenant. Parce que de nombreux membres de l'alliance anti-dollar sont des exportateurs de produits de base, ils n'ont plus le sentiment que leurs produits devraient être évalués par un indice de référence libellé en dollars comme le WTI et le Brent ou échangés contre une devise qu'ils ne désirent plus.
Par exemple, lorsque la Chine achète du pétrole en Angola, du gaz de Russie, du charbon de Mongolie ou du soja du Brésil, elle préfère le faire dans sa propre monnaie et éviter ainsi des frais de change indésirables des deux côtés de la transaction. Cela commence déjà à arriver.
La Russie et la Chine ont convenu de payer une partie de leur énergie échangée en yuan. La Chine pousse ses principaux fournisseurs de pétrole, l'Arabie Saoudite, l'Angola et l'Iran, à recevoir des yuans pour leur pétrole. L'année dernière, la Chine a introduit des contrats à terme adossés sur l’or, baptisés «petro-yuan» dans le cadre du Shanghai International Energy Exchange - le premier indice de référence du brut hors dollar en Asie.
L’acceptation progressive des monnaies numériques, soutenue par la technologie de la chaîne de blocs (blockchain), offre aux pays un autre moyen d’abandonner le dollar dans leurs transactions.
La banque centrale russe a indiqué qu’elle envisageait de lancer une crypto-monnaie nationale appelée «cryptorouble» et, dans l’intervalle, elle a aidé le Venezuela à lancer sa propre crypto-monnaie, le «petro», soutenue par les vastes réserves pétrolières du pays. Les membres du groupe BRICS discutent maintenant d'une crypto-monnaie soutenue par le BRICS.
Toutes ces actions et d’autres pointent dans une direction: dans les années à venir, le dollar sera confronté à un flot d’attaques dans le but d’éroder son hégémonie et le marché des échanges énergétiques sera l’un des principaux champs de bataille où l’avenir économique de la domination sera décidée. Toute tentative réussie de dissocier le commerce des produits de base du dollar aura un impact en cascade non seulement sur le système économique mondial tel que nous le connaissons, mais aussi sur la position des États-Unis à l’étranger.
Avec l’état globalement positif de l’économie américaine et la force remarquable du dollar par rapport aux devises des pays les plus touchés, notamment le rouble russe, le yuan, la lire turque et le rial iranien, il peut être facile de conclure que les actions de ces pays ne sont que de simples piqûres.
Mais ignorer cette coalition anti-dollar croissante serait au détriment de l’Amérique. Les marchés haussiers finissent par se terminer et, avec une dette nationale de 21 billions de dollars qui croît à raison de 1.000 milliards de dollars par an, le réveil pourrait être plus brutal et plus rapide que prévu par la plupart des économistes.[1]
Au milieu de l’euphorie économique des États-Unis, il convient de rappeler qu’un habitant sur quatre de la planète vit aujourd’hui dans un pays dont le gouvernement s’est engagé à mettre fin à l’hégémonie du dollar. La priorité nationale de Washington est de contrecarrer leurs efforts.
Gal Luft  
co-directeur de l'Institut d'analyse de la sécurité mondiale et
conseiller principal du Conseil de la sécurité énergétique des États-Unis
.
-------------------------------------------------------
[1] Le Bureau du budget du Congrès (CBO) a récemment rapporté que le déficit budgétaire fédéral des dix premiers mois de cet exercice budgétaire était de 116 milliards de dollars supérieur à ce qu'il était à la même date l'année dernière. Le CBO prévoit à présent que le déficit annuel va atteindre mille milliards de dollars d'ici 2020. Ceci est inquiétant, mais ne reflète pas la dure vérité.
Pour comprendre pourquoi, il faut s'imaginer l'Amérique comme une maison avec une fuite dans sa toiture. Si vous voulez vendre cette maison à un acheteur qui finance l'achat par un emprunt immobilier, la loi immobilière fédérale exige que vous fassiez faire une évaluation, qui prouve que le toit a besoin de réparations. Dans ce scénario, vos retards dans les réparations ne peuvent pas être ignorés. La loi exige que vous révéliez et payiez les coûts cachés de réparation de la toiture. Si vos ne le faites pas, vous volez l'acheteur.
Le déficit fédéral 2017 américain était de 665 milliards de dollars, ce qui reflète l'augmentation de la dette effectivement comptabilisée. Si la dette d'infrastructure et climatique qui n'est pas comptabilisée devait être incluse, le déficit total de 2017 serait supérieur à mille milliards de dollars.
Mais tout comme nous volons l'acheteur de la maison si nous ne révélons pas les défauts cachés et si nous ne payons nos travaux de toiture en cas de fuite, de même nous volons les générations futures d'Américains si nous ignorons la pleine ampleur du passif du gouvernement. Jusqu'à ce que toute la dette soit prise en compte, nous ne pouvons pas même commencer à savoir si les politiques budgétaires ont des effets positifs ou négatifs sur la croissance future.
Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

  1. Il me semble évident que les économistes et les gens qui profitent des règles de la finance ,ne veulent surtout pas que les choses changent .Même q'il y en a qui font semblant de dénoncer les arnaques de ce monde d'escrocs ,ils le font sans risquer d'en dire trop .
    Il y a longtemps que j'observe ces gens et il m'arrive de voir leurs véritables visages .

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes ne seront pas pris publiés