jeudi 27 septembre 2018

USA. L’étrange conférence de presse de Trump : "Monsieur Kurde" et le "roi Salomon" d’Arabie


En marge de l'Assemblée générale des Nations Unies, le président Donald Trump a répondu aux questions des journalistes pendant environ quatre-vingt-dix minutes, de façon décousue et même étrange. Cette  conférence de presse  a provoqué une tornade sur Twitter parce que les utilisateurs étaient aux prises avec certaines déclarations les plus bizarres du président Trump à ce jour. Cette conférence de presse était une rareté - juste le cinquième qu’il avait faite tout seul depuis son élection il y a 20 mois.
Lorsque Trump sort du scénario écrit d’avance pour lui, il n'est pas rare que les observateurs signalent ses phrases incohérentes et ses mauvais choix de mots et à son langage limité, mais la conférence de Trump mercredi après l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) sera certainement un modèle de référence pour les livres, pour certaines phraséologies et erreurs de prononciation.
empiredecline
Empire en déclin. Aidez-moi S.V.P.

Il a dit, faussement, que les femmes qui l'avaient accusé d'agressions sexuelles avaient été payées «beaucoup d'argent». [1].  Et lorsqu'une journaliste de Sky News a tenté de lui demander s'il ne s'inquiétait pas du message envoyé aux femmes lorsqu'il refusait de prendre au sérieux les accusations faites à l'encontre du juge Brett Kavanaugh, il n'a cessé de l'interrompre en disant que c'était une «grosse arnaque», puis en faisant une longue digression sur l'affaire russe (une autre «grosse arnaque»).
Il a aussi demandé à un journaliste du New York Times de dire «merci à M. Trump», jugeant que c'était grâce à lui si le quotidien se vendait si bien. Lorsqu'un journaliste de Kurdistan TV a levé la main pour poser une question, le président américain a dit: «Oui allez-y M. Kurde».
À la question de savoir quelles seraient les relations des États-Unis avec les Kurdes après la chute de l'organisation État islamique, le président a dit, entre autres: «Nous essayons de bien nous entendre –nous nous entendons très bien avec les Kurdes. Nous essayons de les aider. N'oubliez pas, c'est leur territoire. Nous devons les aider. Je veux les aider.»
Il est prévisible que les médias sociaux vont immédiatement graver sur la pierre ce «M. Kurde » inventé par Trump. Au moment de mettre sous presse cet article, près de 20.000 tweets ont été envoyés à propos de "M. Kurde.". En ce moment (13h23) j’ai tapé « Trump M.Kurde » sur Google, j'ai obtenu 3 millions de réponses !
Le journaliste du New York Times, Michael Grynbaum, a rencontré «M. Kurde », qui s'appelle en réalité Rahim Rashidi. "J'aime ça!", a déclaré Rashidi à Grynbaum à propos de la référence de Trump à lui. "Il m'a rendu heureux par cette phrase."
Quelques minutes plus tard, Trump a déclaré qu'il avait parlé du problème israélo-palestinien avec le roi d'Arabie Saoudite, un «grand gars» à qui il donné le nom de «roi Salomon».
En réalité, le véritable roi d'Arabie Saoudite est Salman bin Abdulaziz Al Saud ou le roi Salmanque Trump a déjà rencontré mais en a oublié le nom exact. Le roi Salomon est une figure de la Torah, de l'Ancien Testament et du Coran. Il était le troisième souverain hébreu d'Israël. Salomon est également considéré comme l'un des 48 prophètes du Talmud.
Trump a fait cette erreur lors d’une question posée par un journaliste de TruNews, une organisation de presse peu connue qui avait récemment fait la une des journaux.
Trump a déclaré au journaliste de TruNews qu'en ce qui concerne le règlement du conflit israélo-palestinien, «je pense que la solution à deux États est probablement plus séduisante, mais vous savez quoi? Qu’ils décident pour deux États ou pour  un seul, je suis d'accord. »
À un autre moment, le président américain s'est lancé dans une tirade sur la Chine, qu'il a récemment accusée (sans preuve) d'ingérence dans les élections de mi-mandat. Il a tenté de citer un expert pour montrer que les leaders chinois étaient impressionnés par Trump:
"J'aime la Chine et j'aime beaucoup le président Xi. Je pense que c'est un ami. Ce n'est peut être plus un ami mais je crois qu'il a probablement du respect –d'après ce que j'entends, si vous regardez M. Pillsbury, une autorité sur la Chine. Il était récemment dans une émission télé, je ne dirai pas laquelle, et il a dit que la Chine avait un respect total pour Donald Trump et pour le très très gros cerveau de Donald Trump."
D'autres déclarations - peut-être moins absurdes mais non moins fausses - faites par Trump incluaient l'affirmation selon laquelle l'Iran «a des émeutes dans toutes les villes».
Plus tôt dans la journée, Trump a déclaré sans équivoque qu'il y avait «35.000 terroristes ciblés» dans la province syrienne d'Idlib. Mais quelques heures plus tard, il semblait moins sûr en disant: «Je pense que nous pouvons les appeler terroristes» et «je suppose que ce sont des terroristes».
Trump a également affirmé que 52% des femmes ont voté pour lui alors que ce n'était en fait que 52% des femmes blanches.
Vidéo de la conférence
[1] Stormy Daniels décrit la "partie intime" de Donald Trump
Hannibal GENSERIC


3 commentaires:

  1. TRUMP EST UNE MARIONETTE, PEUT-ETRE LA PLUS IMPORTANTE, DES ILLUMINATI. TOUT CE QU'IL DIT OU IL FAIT N'A AUCUNE IMPORTANCE, SI NON LE FAIT DE AMENER LE MONDE VERS LA TROISIEME GUERRE MONDIALE. REVEIELLZ-VOUS!PRIEZ ET FAITES PENITENCE!
    http://prophecyinthemaking.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  2. tout compte fait le plus fort a toujours raison

    RépondreSupprimer
  3. Quelqu'un de pas crédible! Il ne sait pas ce qu'il fait. Capricieux, il change d'avis en fonction de ce que lui dicte ses principaux lobbies: les sionistes, les trafiquants d'armes , les trafiquants de drogue, les négriers esclavagistes du Ku Klux clan et les magnats de la traite des blanches... Bref toute la maffia politico financière de Wall Street, entre autres

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.