samedi 16 février 2019

USA. L'opération " Cyber bouclier d’Israël " contre les Noirs américains


L'attaque contre l'Amérique noire, contre le Ministre Louis Farrakhan, et contre la nation de l'islam.
L'honorable Elijah Muhammad m'a dit un jour: "Frère, vous ne pouvez pas comprendre la profondeur de Satan."
L'histoire de l'espionnage juif contre des citoyens noirs américains est longue et profonde et elle a commencé bien avant la création de la "Nation of Islam" par Maître Fard Muhammad en 1930.
Des agents juifs cherchant à garder le contrôle du taux et de la direction des progrès des Noirs ont infiltré la direction du NAACP dès le début, le contraignant à se soumettre au pouvoir politique et à canaliser ses documents internes vers les représentants du gouvernement américain. Ces mêmes forces juives malignes ont œuvré en faveur de la disparition du mouvement Marcus Garvey, le plus grand mouvement indépendantiste noir de cette époque. En 1942, des agents employés par la ligue anti-diffamation (ADL) [1] de B’nai B’rith [2] infiltrèrent le temple de la Nation of Islam à Chicago et demandèrent l’arrestation de 82 musulmans respectueux de la loi. Quelques années auparavant, une note ADL secrète adressée au FBI fournissait les coordonnées de près de 1.600 membres de l'ADL destinés à servir comme informateurs et agents  d'infiltration. Lorsque le FBI a établi son fameux programme illégal de contre-espionnage (COINTELPRO) sous la direction de J. Edgar Hoover en 1956, c'était le sous-directeur juif Alex Rosen qui figurait dans les mémos secrets du FBI qui était chargé des plans et actions du FBI visant à saper le travail de nombreux leaders et organisations noires notamment la NAACP, les Black Panthers, Martin Luther King, Malcolm X et l'honorable Elijah Muhammad.
Il n’était donc pas surprenant que la Ligue anti-diffamation (ADL) dirigée par Abraham Foxman ait été prise en flagrant délit d’espionnage d’au moins 12.000 personnalités progressistes et 950 organisations, dont la NAACP, Greenpeace, le Comité arabo-américain de lutte contre la discrimination et bien sûr, la nation de l'islam. L’ADL était particulièrement axée sur les mouvements pro-palestiniens et anti-apartheid et fournissait leurs dossiers d’espionnage à la tristement célèbre police secrète sud-africaine. Tout cet espionnage ADL prouvait que le gouvernement américain avait simplement privatisé sa politique de haine raciale, confiant ses activités d'espionnage anti-noirs à des dirigeants juifs beaucoup plus expérimentés.
Ceux qui connaissent l'histoire des manipulations juives des affaires noires soupçonnèrent immédiatement que les affirmations récemment dénaturées d'un «antisémitisme noir» étaient fausses et pourraient facilement voir les empreintes digitales d'une opération d'espionnage juive. Cela a été comme une inondation il y a environ un an. Une vieille photo d’une dizaine d’années du président Barack Obama datant d'une dizaine d'années avec l'honorable ministre Louis Farrakhan est devenue une obsession des médias juifs. Cela a été suivi d'attaques perverses contre les représentants Keith Ellison, Omarosa Manigault Newman et le Black Caucus du Congrès.
Ensuite est venue rapidement les brutales attaques  juives contre Tamika Mallory, Linda Sarsour, Marc Lamont Hill, Alice Walker, Angela Davis, Michelle Alexander, les nouvelles représentantes américaines Rashida Tlaib et Ilhan Omar, ainsi que de nombreux autres noirs. Des accusations sauvages et insoutenables «d'antisémitisme» [3] ont été lancées simultanément et de manière hystérique par des sources juives telles que l'ADL, le Southern Poverty Law Center, le Simon Wiesenthal Center, le Tablet, le Forward et des personnalités médiatiques juives telles que Jake Tapper et le célèbre escroc Alan Dershowitz.
Nous constatons maintenant que tous les citoyens américains mentionnés ci-dessus ont été victimes d'une opération sophistiquée dirigée depuis le sommet d'un gouvernement étranger - Israël. Un documentaire audacieux et sans précédent intitulé The Lobby, produit par Al Jazeera, dévoile maintenant toute l'étendue de cette opération d'espionnage illégale juive. Des reporters sous couverture avec des caméras cachées se faisant passer pour des fanatiques pro-israéliens ont fait leur chemin dans la direction de cette opération israélienne complexe appelée «Israel Cyber Shield». Au cours de segments de quatre heures, ces reporters ont fait de stupéfiantes révélations vidéo. Ces informations étaient si accablantes pour les dirigeants israéliens que les responsables israéliens et Alan Dershowitz, agissant pour le compte d’Israël, firent des efforts herculéens pour empêcher la sortie de ce reportage. Mais Internet a gagné et l'entreprise criminelle juive, dont les cibles et les objectifs sont la jeunesse noire américaine et l'islam, est exposée.
Judith Varnai Shorer, consul général d’Israël à Atlanta (Géorgie), est filmée dans une salle «remplie de diplomates israéliens disant ce qui suit :
«Le problème majeur pour Israël c’est la jeune génération de la communauté noire – en commençant par les Black Lives Matter …»
Quand on considère les implications de cette déclaration, elle est sans précédent dans toute l’histoire des Noirs américains. Un gouvernement étranger a annoncé que toute une génération de jeunes Noirs d'une autre nation située à 5.700 kilomètres de distance - pas la nation elle-même, mais une sous-population opprimée au sein de cette nation amie - constituait son «problème majeur». Des hauts responsables israéliens assis sur une estrade aux États-Unis sont dans un film affirmant que la jeunesse noire américaine est l'ennemi d'Israël!
Le consul d'Israël à San Francisco, Andy David, a suivi la proclamation étonnante de Shorer en révélant qu'il avait personnellement recruté une ancienne connaissance de Martin Luther King Jr. pour écrire trois articles dans le Huffington Post «expliquant pourquoi leur agenda [Black Lives Matter] avait été détourné. . "
Le fait qu’aucun responsable américain, aucune agence privée, aucune «organisation des droits de la personne» ou aucun média, n’ait enquêté sur cette preuve concrète d’espionnage étranger contre des citoyens américains est une confirmation flagrante du rôle israélien dans le contrôle des affaires politiques américaines. Après plus d'un an de récriminations américaines sur des soupçons de «piratage électoral», d '«influence étrangère» et de «collusion» russes, les activistes israéliens admettent qu'Israël est le coupable - et, chose choquante, la seule réponse des hommes politiques et des médias américains est le silence. .
Cela souligne assez clairement les propos de l'honorable ministre Louis Farrakhan en 1989, lorsqu'il s'est penché sur le cœur de la jeunesse noire et a transmis ces mots d'avertissement:
«Je le répète, le gouvernement des États-Unis d'Amérique envisage de lancer un assaut contre la communauté noire, visant particulièrement nos jeunes. Et le complot est si profond et si diabolique que beaucoup d'entre vous ne croiront même pas qu'en ce moment même que je vous parle, votre vie est en jeu, que vous viviez à Chicago, Détroit, Boston, Washington, DC , Los Angeles ou n'importe quelle ville d'Amérique. La jeunesse noire, en particulier les jeunes hommes noirs, court des risques aujourd'hui…. «Est-ce possible? Farrakhan, inventez-vous cela? ’Même si, consciemment, vous ne souhaitez peut-être pas être d’accord avec moi, dans votre esprit subconscient, vous savez que quelque chose de profondément méchant et diabolique se passe. Maintenant, laisse-moi, par la grâce de Dieu, te le montrer. "
Le documentaire The Lobby soutient chaque mot prononcé par le ministre, ainsi que les noms, motivations, financiers et tactiques. Sur le film, Sima Vaknin-Gil,, directrice générale du ministère israélien des Affaires stratégiques, révèle lors d'une réunion de lobbyistes pro-israéliens:
«Nous [Israël] sommes un gouvernement différent qui travaille sur un sol étranger et nous devons être très très prudents. NOUS AVONS TROIS DIFFÉRENTES SOUS-CAMPAGNES, qui sont très, très sensibles à la collecte de données, à l’analyse d’informations et au travail sur la piste de l’argent des organisations militantes. C’est quelque chose qu’un seul pays peut faire, avec ses ressources, et faire de son mieux et comme il veut. ”[Nous soulignons]
Vaknin-Gil se vante de la façon dont le serpent israélien rampe dans le monde entier:
«Nous avons cartographié et analysé l’ensemble du phénomène au niveau mondial. Pas seulement aux États-Unis, pas seulement les campus, mais les campus et les intersections, les syndicats et les églises… » [4]
Les Israéliens visent les étudiants d'université pour une attention particulière. Deux membres de la Coalition d’Israël sur les Campus sont filmés en train de se vanter de leur succès «en nommant et en stigmatisant» des militants pro-palestiniens avec des calomnies honteuses et sales. Jacob Baime et Ian Hersh disent qu'ils ont mis au point des «algorithmes personnalisés» pour traquer leurs adversaires sur les médias sociaux dans le cadre de leur opération de «guerre psychologique». «Cela les rend fous», dit Hersh. "Ils ont soit fermé, soit passé du temps à réagir et à enquêter, ce qui est un temps qu’ils ne peuvent pas passer à attaquer Israël. Donc, c’est incroyablement efficace. "
Des questions aussi fausses - telles que la photo Obama avec Le Ministre, l'absurde focalisation sur sa déclaration «termite» et d'autres controverses inventées - sont simplement des bombes fumigènes de diversion qui créent de la confusion afin qu'Israël puisse continuer son apartheid et son bellicisme dans le noir.
Les Juifs Baime et Hersh disent que leur budget est «énorme» et qu'ils ont «de grands cabinets de consultants en politique qui sont toujours présents. Nous avons nos propres chercheurs de l'opposition. "
Exemple concret: UNC Asheville
Écoutez Baime et Hersh décrire la tactique de leur équipe d’attaque sur les campus:
«En général, en moins de 30 secondes, l’un de ces éléments apparaît sur le campus, qu’il s’agisse d’un événement Facebook, du type de mention approprié sur Twitter, le système le détecte, il se met en file d’attente et alerte nos chercheurs. et ils l’évaluent. Ils le signalent et s’il atteint un certain niveau, nous envoyons des alertes précoces à nos partenaires ... Avec le peuple anti-Israël, ce que nous avons trouvé a été le plus efficace, au cours de la dernière année, vous avez effectué des recherches d'opposition, vous mettez en place un site anonyme. Puis placez des publicités Facebook ciblées. »
Passons maintenant à la description suivante de la visite récente de Tamika Mallory à l’Université de Caroline du Nord / Asheville, rapportée par le directeur du Centre d’études juives de l’école, Richard Chess:
«Il n’a pas fallu attendre longtemps avant que l’internet et les médias à travers les États-Unis et en Israël ne se répandent sur la prochaine conférence de Mallory à UNC Asheville. Les lignes d'en-tête:
«L’UNC Asheville accueille la responsable de la marche des femmes attachée à Farrakhan pour le discours de la journée du MLK» (Breitbart);
"SCANDALEUX! La coprésidente de la Marche des femmes, Tamika Mallory, prononcera un discours liminaire le 24 janvier dans le cadre de la Semaine annuelle Martin Luther King Jr. de UNC Asheville »(CAMERA on Campus);
«Tamika Mallory irrite les juifs de la Caroline du Nord avec le discours de la journée du MLK à Asheville» (The Forward);
"Pour UNC, Silent Sam = HATE, tandis que Farrakhan va bien" (The Daily Haymaker);
«UNC-Asheville, de quoi avez-vous besoin de plus? - Tamika Mallory ne condamne toujours pas l’antisémitisme de Farrakhan - Annulez son invitation à prendre la parole devant le MLK Event »(Organisation sioniste d’Amérique).
Et les courriels et les appels téléphoniques - certains raisonnables, certains en colère et menaçants - faisant pression sur l'université pour qu'elle désinvoque Mme Mallory sont arrivés par centaines.
Il ne fait aucun doute que l'opération «Israël Cyber ​​Shield» est à l'origine de toutes ces attaques contre Tamika Mallory, les étudiants noirs de ce campus et l'honorable ministre Louis Farrakhan.
 Tactiques militaires israéliennes
Les sionistes américains Baime et Hersh lient ensuite leur espionnage américain directement à sa source militaire:
«Il s’inspire de la stratégie anti-insurrectionnelle du général Stanley McChrystal en Irak. Nous avons beaucoup copié cette stratégie qui a très bien fonctionné pour nous en fait. "
En 2011, le général américain McChrystal a publié un rapport sur sa stratégie d'opérations psychologiques visant à lutter contre ce qu'il appelle des "insurgés islamiques" au moyen d'une campagne de propagande de mensonges faux et vicieux et de tromperies massives sur la population afghane. Lisez attentivement les mots de McChrystal et vous pourrez facilement voir la corrélation entre la tactique du gouvernement américain contre le peuple afghan et celle actuellement déployée par Israël contre les Noirs américains:
Les opérations d’information offensives doivent être utilisées pour cibler les réseaux d’insurgés afin de perturber et de dégrader leur efficacité opérationnelle, tout en offrant également des possibilités de réinsertion des insurgés de niveau inférieur… .Une approche de communication stratégique plus énergique et offensive doit être élaborée, selon laquelle les insurgés sont exposés en permanence à leur culture. et les violations religieuses, l'utilisation anti-islamique et aveugle de la violence et de la terreur, et en se concentrant sur leurs vulnérabilités. Ceux-ci incluent la majorité des victimes civiles, des attaques contre l'éducation, des projets de développement et des institutions gouvernementales, et une violation flagrante des principes du Coran. Ces vulnérabilités doivent être exprimées de manière à exploiter la séparation culturelle et idéologique des insurgés de la grande majorité de la population afghane.
Le général McChrystal ne dit pas qu'il enquêterait et rapporterait honnêtement de prétendues «violations culturelles et religieuses»; Il dit plutôt que des «violations» seront inventées et appliquées de manière diffamatoire au peuple afghan pour créer des animosités et des divisions que les États-Unis pourront ensuite exploiter pour contrôler la région. «Israel Cyber Shield» a scrupuleusement suivi la stratégie de McChrystal de diviser pour mieux régner. McChrystal aborde ensuite le risque de «radicalisation» des prisons en Afghanistan, avec des implications directes, bien entendu, pour les programmes pénitentiaires NOI - le programme de réforme le plus efficace jamais conçu:
À l'heure actuelle, les talibans et les détenus d'Al-Qaïda […] radicalisent actuellement les détenus non insurgés et aggravent un système carcéral déjà surpeuplé. Les islamistes endurcis et engagés sont mélangés sans discernement avec des délinquants mineurs et des délinquants sexuels, et ils en profitent pour les radicaliser et les endoctriner.
The Lobby d’Al Jazeera dévoile l’esprit raciste de la suprématie juive blanche et dévoile la tactique déployée par Israël contre l’Amérique noire à l’heure actuelle. C'est comme si nous, les cibles noires de cette trahison, avions dérangé les bureaux de J. Edgar Hoover et Alex Rosen lorsqu'ils complotaient en harcelant et an assassinant nos leaders noirs des droits civils par leur programme COINTELPRO. Le rôle massif des Juifs dans la traite transatlantique des esclaves [5], à Jim Crow, dans le commerce du coton et le métayage, dans la propagande haineuse à Hollywood, dans les opérations sous fausse bannière et dans la myriade d'autres oppressions, n'est aujourd'hui poursuivi que par d'autres veux dire. [6]
Où sont les «bons juifs»?
L’honorable ministre Louis Farrakhan fait une distinction très profonde en parlant du comportement répréhensible des Juifs. Il s’applique à ce que Jean le Révélateur a qualifié de «Juifs qui se disent juifs mais ne le sont pas». C’est la même distinction que le révérend Billy Graham a faite en conseillant le président Richard M. Nixon, quand Graham avertissait le président Nixon en lui expliquant : «La Bible parle de deux types de Juifs.» Le Saint Coran (3:77) fait la même distinction:
«Et il y a certainement un groupe de ceux qui mentent à propos du Livre que vous pouvez considérer comme faisant partie du Livre alors qu'il ne fait pas partie du Livre; et ils disent que cela vient d'Allah, alors que ce n'est pas d'Allah; et ils forgent un mensonge contre Allah alors qu'ils savent. "
L'honorable ministre Louis Farrakhan a été brutalement attaqué pour avoir évoqué ces mêmes distinctions faites à la fois par Jésus et par son disciple le plus en vue, Billy Graham. Le ministre Farrakhan explique:
«Je ne parle pas des bons Juifs qui observent le sabbat et qui essaient de vivre la vie enseignée par la Torah. Je parle à ces rebelles qui prennent la sagesse de Dieu et l’utilisent à des fins sataniques… Vous êtes celui dont les couvertures doivent être retirées; vous êtes celui à qui notre peuple doit se séparer rapidement de peur de l'emmener en enfer avec vous-même. "
De Jésus à une série de papes, en passant par Martin Luther, par Billy Graham, par Farrakhan, les dirigeants du monde qui ont eu le courage de parler ont clairement fait la distinction entre les deux peuples qui prétendent être les défenseurs de la foi du judaïsme. Mais quand une salle remplie d'officiels israéliens de haut rang - tous se prétendant Juifs - proclame qu'une génération entière de Noirs est leur terrible ennemi, où sont les voix juives de dégoût, de réprimande, de condamnation?
Comment l'Amérique noire - ses jeunes, ses étudiants, ses dirigeants d'église, ses organisations et ses dirigeants - confronte et repousse ces agents de répression juifs, est maintenant le NUMÉRO 1 de l'Agenda Noir.
Source :NOI Research Group 

Traduction : Hannibal GENSERIC

NOTES D’H. Genséric

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.