mercredi 6 février 2019

Venezuela. La couverture médiatique chauvine de la presse occidentale


Si vous avez suivi la couverture médiatique occidentale de la crise au Venezuela, vous saurez qu’un dictateur brutal, dont la politique socialiste a ravagé le pays, s’accroche au pouvoir avec une main de fer alors que son peuple le supplie de le quitter.
Voilà le récit qui a été collé aux titres et aux éditoriaux depuis que le président américain Donald Trump est intervenu dans la crise politique au Venezuela le mois dernier pour appeler le président "illégitime" vénézuélien Nicolas Maduro à se retirer, tout en déclarant son soutien au chef de l'opposition Juan Guaidó, qui s'est cérémonieusement déclaré le président légitime du pays.

Dissecting the jingoistic media coverage of the Venezuela crisis
Soutien au président Maduro
Quelques minutes après que Guaidó se soit annoncé comme président par intérim, l’administration Trump, dans un moment très clairement coordonné, lui apporta tout son soutien et, bien sûr, quelques minutes plus tard, les médias occidentaux lui emboîtèrent le pas.
Le revers de la médaille
Les sceptiques quant aux interventions américaines dans le monde entier ont remarqué que cela ressemblait beaucoup au début d'une autre opération de changement de régime soutenue par la CIA - ou, plus simplement, à un coup d'État. Le conseiller et super faucon  de Trump, John Bolton, a ouvertement admis que Washington souhaitait mettre la main sur les immenses réserves de pétrole du Venezuela - et Trump lui-même a toujours préconisé des changements de régime, mais seulement si les États-Unis peuvent "prendre le pétrole". Des documents publiés par WikiLeaks ont également a montré que, selon les câbles du département d'État américain, le «pétrole» est la priorité numéro un de Washington au Venezuela.
What is the #1 U.S. interest in Venezuela? If the classified history of the U.S. State Department is a guide, oil. https://wikileaks.org/plusd/cables/1978CARACA11634_d.html#efmAvFAv6AwCAwFAwNAwWAz7A0mA0nA3IA9AA__ 
5,934 people are talking about this
Pourtant, malgré le fait que ces opérateurs sereins ont admis leurs arrière-pensées, non seulement par des câbles secrets, mais également à la télévision, les médias s’accrochaient toujours à l’idée que Washington participait à la crise du Venezuela par pure compassion.
Divers commentateurs politiques et personnalités des médias ont tenté de souligner le caractère biaisé de la couverture, mais leurs observations ont pour la plupart été reléguées aux médias sociaux, le lieu où les vues peu pratiques et opposées sont toujours autorisées (pour le moment, en tous cas).
C’est ce que veulent les Vénézuéliens
Cette semaine, des photos et des vidéos ont été publiées sur les médias sociaux, illustrant un grand rassemblement pro-Maduro à Caracas. L’un de ceux qui ont attiré l’attention sur ces images est un tweeter passionné et ancien candidat du parti vert des États-Unis à la présidence, Jill Stein, qui a déclaré que les images ne semblaient pas correspondre à la prétention des médias populaires qui affirmaient que tous les Vénézuéliens «réclamaient l’intervention étrangère».
Regardons comment les grands médias menteurs ont rendu compte de la manifestation du 2 février contre le changement de régime soutenu par les États-Unis dans #Venezuela. Regardez la seule photo du rassemblement présentée par CNN dans leur montage de 37 photos intitulé "Venezuela in Crisis". Ensuite, regardez une photo montrant la taille réelle de la foule. Remarquez-vous une différence? pic.twitter.com/fDzcbvHKOS
Bien sûr, aimez-la ou détestez-la, Stein a raison. Alors que les médias parlent généralement de «Vénézuéliens» comme s’ils partageaient exactement les mêmes opinions et perspectives politiques (ne serait-ce pas que cela s'appelle «raciste» dans d’autres circonstances?) ... en réalité, il y a plus d’un côté dans cette histoire. Malheureusement, toutefois, étant donné que les images de la foule pro-Maduro produiraient sûrement toutes sortes de dissonances cognitives inconfortables parmi les journalistes et les commentateurs, ils ont naturellement fait ce qu’ils savaient faire le mieux : les ignorer. Mais prétendre qu’ils n’existent pas ne fait pas disparaître les Vénézuéliens profondément opposés à l’ingérence de Trump. Même ceux qui ne soutiennent pas nécessairement Maduro ne sautent pas tous de joie à la perspective d’une intervention américaine. Selon les sondages recueillis avant que Trump ne soutienne Guaidó, 86% des Vénézuéliens se sont déclarés opposés à toute intervention militaire éventuelle des États-Unis et 81% se sont opposés aux sanctions économiques américaines - mais il est peu probable que ces chiffres soient diffusés par FR2, TF1, Euronews, FranceInfo, BFM-WC, CNN, MSNBC ou Fox News.,
Tout cela à cause du «socialisme»
Un autre sujet de conversation médiatique courant a été que le Venezuela était en crise à cause du «socialisme». Pour replacer cela dans son contexte, il est important de comprendre que les médias américains nourrissent une peur panique du socialisme et que les commentateurs aiment à le citer comme étant le principe fondamental et unique  de la crise économique du pays. S'il est indéniable que le gouvernement de Maduro a commis une mauvaise gestion économique, le fait de considérer le socialisme comme "fourre-tout" pour tout ce qui ne va pas au Venezuela dénote d’une paresse intellectuelle flagrante.
Nous entendons beaucoup moins parler des sanctions économiques des États-Unis contre le Venezuela. Les médias décrivent les sanctions, que les États-Unis ont progressivement renforcées, comme un outil bénin utilisé pour faire pression sur un gouvernement - alors qu'en réalité, ceux qui sont le plus durement touchés sont les citoyens ordinaires. Mais c’est tout l’objectif tacite des sanctions; étrangler l’économie d’un pays jusqu’à ce que les citoyens se révoltent. La deuxième étape consiste pour les États-Unis à faciliter ensuite la formation d'un gouvernement néolibéral, qui se lancerait dans un blitz de privatisation et donnerait aux entreprises américaines l'accès aux vastes ressources naturelles du Venezuela.
The US regularly uses certain types of economic sanctions as a cudgel targeting civilians in an effort to deprive, starve and kill people into submission. These can be more lethal than military action, yet are constantly painted as some benign alternative to force.
1,006 people are talking about this

Alfred de Zayas, un rapporteur des Nations unies sur le Venezuela, a déclaré que les sanctions américaines contre le Venezuela pourraient constituer des "crimes contre l'humanité" et qu'il existe un "lien direct entre les sanctions et la peine de mort" - mais les médias (et l'ONU elle-même) ont ignoré ses proposdans son rapport de 2017 sur la crise et l’ont tout simplement mis en veilleuse.
«Ils ne sont intéressés que par un rapporteur qui, par démagogie, va condamner le gouvernement et demander un changement de régime. Et j'y suis allé pour écouter. Je suis allé là-bas pour savoir ce qui se passe réellement », a-t-il déclaré à The Independent.
Pour ceux qui ont observé la couverture occidentale des précédentes interventions américaines dans le monde (l'Irak, la Syrie et la Libye en sont trois exemples récents), le reportage actuel sur le Venezuela n’est pas étonnant: un régime détestable, un peuple qui souffre - et les États-Unis qui interviennent en tant que sauveur bien intentionné et porteur de liberté, comme d'habitude. Tout cela est un peu prévisible à ce stade.
L’affirmation selon laquelle le Venezuela connaît un soulèvement organique du peuple sans influence extérieure est aussi facilement réfutée que l’idée que Trump n’a aucun intérêt à prendre le pétrole de qui que ce soit - et qu’il n’a pas besoin d’un spécialiste des fusées pour le comprendre. Bien que les médias aient laissé entendre que le gouvernement des États-Unis s’efforçait tout simplement d’aider à résoudre une crise à laquelle il n’avait rien à voir, la réalité est assez différente. Les États-Unis tentent activement et secrètement de déstabiliser le Venezuela depuis de nombreuses années, au nom de "promouvoir le capitalisme".
I'm an expert on Venezuela and know Maduro very well. Venezuela needs change, the economic situation is devastating & unsustainable. No question. But a coup or regime change is not the answer. This sets a dangerous precedent for sovereignty. The US only wants Venezuela's oil.
1,098 people are talking about this
Non, ce n’est pas une théorie du complot, c’est écrit noir sur blanc dans un document gouvernemental interne souligné par WikiLeaks, qui explique comment les États-Unis utilisent des «armes financières» et une «guerre économique» pour obtenir ce qu’ils veulent des gouvernements peu coopératifs. En clair, le document indique que les États-Unis «ont une longue tradition de guerre économique précieuse pour toute campagne ARSOF UW». Pour les non-initiés, «ARSOF UW» fait référence au manuel «US Army Special Operations - Unconventional Warfare».
What's happening with Venezuela? @WikiLeaks' publication of US coup manual FM3-05.130, Unconventional Warfare [UW], provides insight

DOS=Department of State
IC=Intelligence Community
UWOA=UW operations area
ARSOF=US Army Special Operations Forceshttps://file.wikileaks.org/file/us-fm3-05-130.pdf  pic.twitter.com/ez0tGqheSw
1,775 people are talking about this

Mais encore une fois, les médias ne diffusent aucun de ces faits. Au lieu de cela, ils continuent à encourager la tentative de Washington de renverser un autre gouvernement. S'immiscer dans les affaires des pays étrangers, semble-t-il, n'est pas un si grave péché après tout.

Source : Dissecting the jingoistic media coverage of the Venezuela crisis

Hannibal Genséric

3 commentaires:

  1. Affamer les peuples pour un supplément de confort domestique , telle est la politique yankee des années à venir! Mais jusqu'à quand ? That is the question!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La question est à qui profite le crime ? Là, est la grande question .

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.