mardi 19 février 2019

USA. La représentante Ilhan Omar dénonce l'achat des politiciens américains par l'AIPAC


Ilhan Omar, l’une des rares législatrices progressistes du Congrès américain, a été attaquée dimanche pour avoir critiqué l’influence manifeste d’Israël sur la politique américaine.
Omar a suggéré que les membres du Congrès américain soutiennent Israël à cause de l'argent qu'ils recevaient des groupes de pression pro-israéliens, provoquant une tempête sur Twitter.
Elle a tweeté que le soutien à Israël est globalement dû aux «Benjamins» reçus, c’est-à-dire aux billets de 100 dollars sur lesquels figure l’image de Benjamin Franklin. Les voix pro-israéliennes aux États-Unis dans les sphères politique et médiatique l'ont rapidement critiquée, tandis que de nombreuses voix progressistes l'ont défendue.
Résultat de recherche d'images pour "ilhan omar"En réponse à Ilhan, le journaliste du quotidien Forward, Batya Ungar-Sargon a écrit: «J'aimerais savoir qui, selon @IlhanMN, paie les politiciens américains pour qu’ils deviennent pro-israéliens», et Ilhan a répondu : «AIPAC».
Ce qui a ensuite suivi était une campagne de diffamation contre Omar, qui a osé s'exprimer sur un sujet que de nombreux politiciens vétérans, qu'ils appartiennent au parti démocrate ou républicain, n'ont jamais osé soulever car ils en avaient honte de l’avouer..
La campagne de diffamation a mis au jour la narrative  Israélienne qui assimile toute critique légitime d'Israël à de l’antisémitisme, ce qui a entraîné une pression croissante sur Omar pour qu'elle s'excuse non seulement, mais que le président des États-Unis, Donald Trump, l'ait appelée à démissionner de son poste. le Congrès. Beaucoup ont trouvé cela ironique étant donné que beaucoup ont demandé à Trump de démissionner depuis des années à cause de ses commentaires racistes et xénophobes infiniment plus sérieux. [1]
Israël ne représente pas tous les juifs. C’est pathétique qu’un rédacteur d’opinion d’un grand journal juif soit A) ne comprenne pas que c’est un trope antisémite, ou B) avance sur le trope pour dénigrer un critique de l’influence démesurée d’Israël dans la politique américaine.
Cependant, d’autres voix progressistes dénoncent la honte des attaques contre Omar et la félicitent d’avoir soulevé une question aussi épineuse dans la politique américaine, dont beaucoup préfèrent se tenir à l’écart.
teleSUR examine les cinq raisons pour lesquelles la réaction contre le commentaire d’Ilhan Omar associe des positions anti-israéliennes à des attaques contre tout le peuple juif.
1) L’AIPAC a effectivement une influence sur la politique américaine:
L’AIPAC finance la politique américaine en faisant des dons indirects aux campagnes de politiciens pro-israéliens.
«L'AIPAC n'est pas un comité d'action politique et ne fournit pas de dons directement aux candidats. Cependant, il agit comme un "multiplicateur de force", pour citer Andrew Silow-Carroll de l'agence télégraphique juive, et "son soutien rhétorique à un candidat est un signe que les PAC juifs et les donateurs individuels à travers le pays soutiennent sa campagne, » a écrit Mehdi Hassan dans un article récent pour The Intercept.
Selon Open Secrets.org, un groupe qui suit les dépenses électorales de différentes organisations, l’AIPAC a dépensé 3,5 millions USD pour les élections de mi-mandat de 2018 aux États-Unis.
«Aussi sérieux que puissent être ces groupes au sujet de leur soutien à Israël, ils se consacrent explicitement au commerce d'influence contre de l'argent», a écrit le journaliste Noah Kulwin, ajoutant que cette influence ne se limitait pas à l'AIPAC.
Kulwin a cité en exemple le gangster magnat des casinos et partisan de la droite israélienne Sheldon Adelson et son épouse Miriam, qui ont dépensé 55 millions USD en 2018 à mi-parcours pour maintenir le contrôle républicain pro-israélien du Congrès.
2) Il est normal de critiquer la NRA mais pas l'AIPAC. Beaucoup d’hypocrisie?
Il est ironique de voir que la contribution de la National Rifle Association à la campagne du président actuel suscite de vives critiques, mais que l’implication de l’AIPAC comme le principal faiseur de ce du roi (Trump) est un sujet intouchable. Cela indique clairement l'influence gigantesque du lobby pro-israélien.
Selon Mehdi Hassan, de nombreux démocrates réputés dénoncent et décrient l’impact des groupes de pression et des dons d’intérêts spéciaux concernant des questions telles que Big Pharma, Wall Street, l’Arabie saoudite et d’autres domaines.
Ces derniers mois, l'influence de l'Arabie saoudite sur la politique américaine a été dénoncée après l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, tandis que d'autres soulignent la "prise" que la NRA a sur le débat sur le contrôle des armes à feu, pour citer le sénateur démocrate Richard Blumenthal, à la suite d'une réunion de masse fusillades. Mais aucune mention d'AIPAC et de lobbying en faveur d'Israël? "Antisémitisme!"
3) Critiquer Israël ne signifie pas antisémitisme:
L'antisémitisme signifie l'hostilité et les préjugés contre les Juifs. Et ce qu’a écrit, Ilhan Omar n’a pas attaqué les Juifs.
En fait, «Le plus grand groupe de pression pro-israélien des États-Unis n’est pas le Comité des affaires publiques israéliennes (AIPAC) américain, mais en grande partie juif, mais l’organisation évangélique Christians United for Israel (CUFI)», a écrit Barnaby Raine pour The Guardian.
Les évangéliques sont souvent des partisans sionistes qui exigent l'établissement d'une patrie juive sur le territoire défini comme la terre historique d'Israël, c'est-à-dire la terre des Palestiniens, ce qui a notamment amené Trump à déplacer l’ambassade du pays de Tel-Aviv à Jérusalem.
Résultat de recherche d'images pour "trump aipac 2018" C’est antisémite d’associer la judéité à la politique de l’État d’Israël, c’est-à-dire qu’Israël représente la conscience juive. L'AIPAC s'est engagée à promouvoir ce récit. L’Etat d’Israël prétend représenter tout le peuple juif. L’antisionisme, qu’Ilhan Omar est, en raison de son soutien au mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions), n’est pas un antisémitisme.
4) Les États-Unis ne se soucient pas des Palestiniens:
L’ensemble du débat souligne le fait macabre que les États-Unis ne se soucient pas de la vie des Palestiniens ni de la brutale occupation israélienne de la Palestine.
Seules deux femmes membres du Congrès, à savoir Rashida Tlaib et Ilhan O (image à droite) élèvent la voix pour les droits des Palestiniens.
Le fait que le tweet original de Glen Greenwald parlait d’Omar et de Tlaib faisant l’objet de représailles pour leur soutien à la vie des Palestiniens a été ignoré car le contexte du tweet original d’Omar contre AIPAC est une preuve du sinistre fait mentionné ci-dessus.
 «Et le dernier point que j’aimerais ajouter, c’était de dire que c’était une priorité pour les politiciens américains de défendre Israël, c’est que le tout premier projet de loi adopté par le Sénat américain n’a pas été adopté. d'aider les Américains; il s'agissait de donner aux États le pouvoir de punir ceux qui soutiennent le boycott d'Israël, projet de loi parrainé par Marco Rubio, qui a reçu plus d'argent de Sheldon Adelson que tout autre homme politique en 2016, et qui a ensuite été soutenu par la moitié du caucus du Sénat démocrate », a déclaré le journaliste Glen Greenwald dans une interview récente.
 «C’est ce à quoi je faisais allusion. Et la membre du Congrès a déclaré que l’une des raisons majeures est que ce sont les intérêts financiers à Washington qui le demandent. Et bien sûr, tout le monde sait que c’est vrai, et appeler cela un antisémite est tout simplement obscène. "
5) Omar a secoué la fondation des États-Unis sionistes
En abordant une question soigneusement cachée sous le tapis par toutes les parties prenantes de la politique américaine, Omar a contribué à susciter un discours dans le cercle politique dominant. Le soutien à Ilhan de diverses couches de la vie est une urgence pour le parti démocrate de prendre des mesures pour se connecter à sa base au lieu d'agir sous les 'ordres de ses donateurs élites.
Même si les débats actuels portent tous sur les droits d’Israël, du moins dans les milieux politiques et médiatiques, le discours qu’il a commencé au sein de la société civile est d’une importance capitale.
NOTES
[1] À la suite de la polémique sur les “pays de merde”, voici une liste d’exemples de ses propos racistes – du moins ceux qui ont été rendus publics.
Promoteur immobilier à New York
La société immobilière de Trump veillait à éviter de louer des appartements aux Noirs américains dans les années 1970, et accordait un traitement préférentiel aux Blancs, à en croire le gouvernement fédéral.
Dans ses casinos, selon de multiples sources, les salariés noirs n’étaient pas traités comme les blancs. D’après l’ancien directeur de l’un de ses hôtels, Trump aurait critiqué un comptable noir : “Des Noirs qui comptent mon argent! Je déteste ça… Je pense que ce type est un flemmard. Et ce n’est sans doute pas sa faute, car la flemme est un trait de caractère chez les Noirs.”
En 1989, Trump a diffusé dans la presse new-yorkaise une campagne réclamant la peine de mort pour cinq adolescents noirs et hispaniques accusés d’avoir violé une femme blanche à Central Park. En octobre 2016, il affirmait encore qu’ils étaient coupables, alors que l’ADN a permis de les innocenter il y a plus de dix ans.
Une obsession : l’immigration
En 2016, il a démarré sa campagne présidentielle par un discours où il dépeignait les immigrés mexicains comme des délinquants et des “violeurs”.
En décembre 2015, Trump a appelé à “une interdiction totale et complète de l’entrée des musulmans sur le territoire des États-Unis”, proposant même de ne pas laisser revenir dans le pays des citoyens américains de religion musulmane qui auraient effectué un voyage à l’étranger.
En juin 2017, Trump a affirmé que les 15000 migrants récemment arrivés d’Haïti avaient “tous le sida” et que 40000 Nigérians ne voudraient jamais “retourner dans leur hutte” en Afrique, une fois qu’ils auraient vu les États-Unis.
Et le 11 janvier 2018 à la Maison-Blanche, Trump a eu la grande élégance de réclamer moins d’immigrants en provenance d’Haïti et d’Afrique, mais plus de Norvégiens.
Obama, un glandeur incompétent
Trump a passé des années à affirmer que le premier Président noir du pays n’était pas né aux États-Unis mais au Kenya, sans jamais démentir.
L’Amérique des villes, un enfer invivable
Il présente souvent les villes avec une forte communauté noire comme des zones de non-droit dignes des pires romans d’anticipation. En 2016, lors d’un débat avec Hillary Clinton, Trump avait déclaré : “Dans nos centres-villes, les Africains-Américains, les Hispaniques vivent un enfer parce que c’est tellement dangereux. Il suffit de marcher dans la rue pour se prendre une balle.”
Trump avait également assuré aux électeurs noirs : “Vous vivez dans la pauvreté; vos écoles sont mauvaises; vous n’avez pas de boulot.”
Il a fréquemment recours à des chiffres bidon pour exagérer la criminalité en milieu urbain, notamment à Oakland, Philadelphie et Ferguson.
Il est prompt à mettre en avant des crimes commis par des gens à la peau foncée, avec une nette tendance à l’exagération ou même au mensonge (comme son affirmation sur la hausse de la criminalité liée au “terrorisme islamiste” au Royaume-Uni).
Trump a plus de mal à condamner les crimes haineux commis par des Blancs contre des gens à la peau foncée (comme le meurtre d’un Indien au Kansas l’année dernière).
Des minorités arrogantes et ingrates
Il reproche souvent aux personnalités noires leur manque de patriotisme, de reconnaissance et de respect [en particulier les joueurs de football américain de la NFL].
Sympathies racistes
Trump a retweeté des nationalistes blancs sans vergogne.
Il a qualifié de “gens très bien” les individus qui ont défilé au côté des suprémacistes blancs à Charlottesville (Virginie), en août dernier.
Après que David Duke, ancien dirigeant du Ku Klux Klan, lui a apporté son soutien, Trump a été réticent à le désavouer, alors même qu’on l’invitait à le faire sur un plateau de télévision.
Trump a recruté Steve Bannon comme directeur de campagne, puis l’a nommé stratège en chef de la Maison-Blanche [Bannon a quitté la Maison-Blanche le 18 août 2017]. Sous la direction de Bannon, le site Internet Breitbart a fait du nationalisme blanc l’un de ses thèmes favoris [Bannon a renoncé le 9 janvier 2018 à la direction du site Breitbart News]. On y trouvait notamment une rubrique sur la “criminalité noire”.
Trump a fait campagne pour Roy Moore, le candidat au Sénat en Alabama, qui a parlé en termes élogieux de l’esclavage et demandé qu’on interdise à un député noir musulman de siéger au Congrès du fait de sa religion. [Accusé notamment de viol sur mineures, Roy Moore a perdu l’élection au poste de sénateur de l’Alabama le 12 décembre dernier.]
Trump a gracié [le shérif de l’Arizona] Joe Arpaio, condamné pour le fichage racial des Latinos et pour avoir infligé des conditions de détention inhumaines aux immigrants. Il ne tarit pas d’éloges sur lui.
Dénigrer les Amérindiens
Dans les années 1990, Trump a diffusé une publicité affirmant que “les Indiens Mohawks sont connus pour leurs activités criminelles”. À l’époque, il luttait contre la concurrence sur le marché des casinos. Voir aussi : Trump gracie un criminel juif, raciste et fanatique
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Elle a ébranlé la fourmilière pourrie des Usa. Ils n'aiment pas que quelqu'un leur rappelle des vérités.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.