vendredi 22 février 2019

Une Russie brutalisée par le sionisme


Le mur de la frontière, les tarifs, Jussie Smollett, les élections sont des distractions du vrai problème, le pouvoir juif se présentant à la fois de droite et de gauche, nationalistes et mondialistes, sionistes et communistes.
En 1991, l’écrivain russe Vladimir Stepin écrivait: "Les Juifs disposeront d'un pouvoir absolu et indivis sur le monde entier. Les seuls points importants sont l'argent et le pouvoir -mais surtout le pouvoir- ils seront atteints sans bruit, sans attirer l'attention. et sans occuper les rôles principaux jusqu’à la fin ultime. "
C'est pourquoi la résistance - "l'antisémitisme" - est interdite.
"Nous avons déjà ... possédé les esprits des communautés de goy ... [elles] regardent à travers les lunettes que nous montons à cheval sur leur nez." (Protocoles de Sion, 12)
par Vladimir Stepin
(Extraits par henrymakow.com)

plain-site.jpg 
Les fondements du sionisme ont été formulés dans les temps anciens, il y a environ trois mille ans, et ils sont:
1. Les Juifs sont le peuple élu de Dieu.
2. Tous les autres peuples ne sont que des animaux à deux jambes (goys).
3. Les Juifs ont à la fois le droit et l'obligation de gouverner le monde.
solzz.jpg
Les deuxième et troisième points de cette formule trois-en-un découlent en réalité du premier. La formule, qui a été conçue par un homme politique sans aucun doute talentueux, était l'un des fondements de la religion du judaïsme (voir le Livre de Deutéronome dans l'Ancien Testament).
À ce moment-là, les gens comprenaient très bien que pour donner de la force à ses intentions, il fallait les exprimer sous forme d'idées religieuses. Et il faut également renforcer non seulement la religion mais aussi son influence sur les gens. ...
Un autre point est que le pouvoir de cette formule réside dans le fait qu’elle légitimise et sanctifie l’idée de voler d’autres nations. Pourquoi devons-nous nous préoccuper des animaux à deux jambes? Si nous sommes le peuple élu et qu'il est de notre droit inaliénable, et même de notre devoir, de gouverner les autres peuples, alors Dieu lui-même nous a ordonné de nous enrichir à leurs dépens, comme le dit le dicton.
De cette manière, le nationalisme est placé sur une base matérielle. Volez et Dominez! Dominez  et Volez! Argent et pouvoir! À partir du moment où la formule susmentionnée commence à fonctionner, cela devient à la fois un moyen et une fin, mais également un moyen plus important, un moyen d'atteindre l'objectif principal contenu dans le troisième élément de la formule: les Juifs doivent ont et auront, sans partage, un pouvoir absolu sur le monde entier. Le seul point est que l’argent et le pouvoir, mais surtout le pouvoir, seront atteints sans bruit, sans attirer l’attention et sans occuper les rôles principaux jusqu’à l’ultime fin.
Les sionistes mettent en place des camps de concentration pour les non-juifs accusés de l'antisémitisme qu'ils ont organisés
 Pendant la guerre civile en Russie, les sionistes ont également assumé une autre tâche. En utilisant certaines unités de l'Armée rouge – le juif Trotsky était le président du Conseil militaire révolutionnaire du pays - ils organisèrent le pogrom juif à Seversk. Il en est résulté la "loi sur les pogroms" du 27 juillet 1918.
Conformément à cette loi, une terreur sioniste monstrueuse a sévi en Russie pendant dix ans: toute personne accusée d'antisémitisme est déclarée, sans aucune preuve , impliquée dans des pogroms et placée contre le mur et fusillée. Non seulement les antisionistes, mais les meilleurs représentants de l'intelligentsia de Russie pourraient également être accusés d'antisémitisme, de même que quiconque dont les juifs voulaient se débarrasser. Les gens ont vu qui exerçait le pouvoir en Russie et ont exprimé leur mécontentement à son égard. 90% des membres de la Tchéka - l'organe de sécurité soviétique de 1918 à 1922 - étaient des sionistes. [1]
En dehors de la loi sur les pogroms, les sionistes ont perpétré un génocide contre les groupes ethniques de la Russie, accusant ainsi des personnes d'activités contre-révolutionnaires, de sabotage, etc., que les personnes en question aient réellement ou non mené de telles activités. C'était une pratique habituelle de simplement les placer contre le mur pour être fusillés.
Les principales opérations menées par les sionistes ont notamment consisté à mettre en place un système de camps de prisonniers. Utilisant habilement comme prétexte les intérêts de la discipline et de l'ordre, Trotsky et Dzershinzky ont organisé les camps de concentration en 1918. C'étaient des machines monstrueuses pour exterminer le peuple russe, des machines d'oppression et d'intimidation, des machines à puissance non divisée.
[MAKOW - Si j'étais un homme de paris, je dirais que les sionistes ont mis Hitler au pouvoir.]
L'argent est le pouvoir
L'argent des sionistes est leur outil le plus important. L'argent, c'est le pouvoir - c'est une vérité bien connue. Mais est-ce que chacun sait qu'aux États-Unis, par exemple, plus de 70% du capital appartient à des sionistes et que leur capital prévaut dans le monde entier? Ils l'accumulent depuis des siècles. L'or de tous les temps et de toutes les nations est amassé dans les coffres de leurs banques. Tant par le passé que par le présent, les finances des sionistes ont non seulement rempli la fonction de base de la finance, à savoir le principe selon lequel l’argent rapporte plus d’argent, mais ont également été utilisées ... pour financer une mesure ou une autre, pour fournir des prêts, organiser des conquêtes, des guerres et des coups d'État, soudoyer des personnes au pouvoir, financer et corrompre des dirigeants, des groupes, des partis, embaucher des armées et des bandes, développer le commerce et l'industrie, soulever des questions ou les détruire - tout dépend tâches poursuivies par les sionistes.
À cet égard, le pouvoir de corruption de l’argent est colossal. Une personne qui s’intéresse de près à l’idée d’accumuler de l’argent afin d’obtenir certains avantages ou autres se trouve déjà, dans une certaine mesure, dans les griffes de Sion. En fonctionnant avec des avantages et de l'argent, les sionistes peuvent facilement obliger une telle personne à faire ce dont elle a besoin: libérer des emplois, prendre les mesures nécessaires pour les sionistes, exercer des pressions sur des personnes indésirables, prendre part à des manœuvres financières, faire du chantage, etc. Quand une telle personne entre en contact financier avec Sion, elle comprend rapidement sa force et se base sur elle. Il n’est pas difficile de continuer à travailler sur une telle personne dans l’esprit requis par Sion et de la transformer en un outil fiable et obéissant du sionisme. [les islamistes en général, l’État Islamique en particulier, en sont des exemples vivants]
Franc-maçonnerie
Sion a de nombreux bras, dont l’un est la franc-maçonnerie. La franc-maçonnerie est pratiquement née avec le sionisme et en est le compagnon de route.
Les francs-maçons remplissent à peu près le même rôle pour le sionisme que les jésuites pour le catholicisme romain. Les premiers francs-maçons ont construit le temple de Salomon. De nombreuses loges secrètes franc-maçonnes ont toujours servi à tromper les gens en leur promettant de construire un monde meilleur, un monde de bonté, de charité, d’égalité et de justice, mais en réalité un moyen de séduire les gens pour les attirer dans les filets de Sion, de les placer sous le commandement de Sion et, par leur intermédiaire, de diriger des pays et des événements. Il existe une distinction entre les loges et organisations juives et païennes franc-maçonnes.
Les Gentils/Goys sont bien sûr de rang inférieur, mais c’est précisément à travers eux que Sion exerce un contrôle direct. Des hommes politiques influents, des personnalités publiques, des érudits, des écrivains et des artisans, des militaires, des membres de l'appareil administratif, etc., sont entraînés dans les loges et organisations des Gentils, et c'est à travers eux que les décisions de Sion sont appliquées. .
La franc-maçonnerie est forte. Mais ce n’est toujours qu’un des bras. La tête est Sion. La franc-maçonnerie doit être combattue. Mais le principal coup doit être porté contre le sionisme, qui contrôle la franc-maçonnerie. Dans le même temps, il convient de garder à l’esprit que, même sans la franc-maçonnerie, Sion, en utilisant sa propre force, est en train d’atteindre et réalisera ses propres objectifs s’il n’est pas arrêtée.
ANNEXE1
Leyba Davidovich Trotsky, de son vrai nom David Bronstein, a déclaré: "Nous devons faire de la Russie un désert peuplé de nègres blancs, à qui nous imposerons une tyrannie telle que les plus terribles despotes orientaux n’ont jamais rêvé. La seule différence est que ce sera une tyrannie de gauche, pas une tyrannie de droite. Ce sera une tyrannie rouge et non blanche. "
"Nous voulons dire littéralement le mot " rouge ", car nous allons verser des flaques de sang qui feront que toutes les pertes humaines subies lors des guerres capitalistes seront des broutilles en comparaison. Les plus grands banquiers de l'autre côté de l'océan travailleront au plus près de nous. Si nous gagnons la révolution, nous établirons le pouvoir du sionisme sur les funérailles de la révolution, et nous deviendrons un pouvoir devant lequel le monde entier s'effondrera. Nous montrerons ce qu'est le véritable pouvoir. de terreur et de bain de sang, nous réduirons l'intelligentsia russe à un état de stupéfaction et d'idiotie complètes et à une existence animale ... À l'heure actuelle, nos jeunes hommes en veste de cuir, fils d'horlogers d'Odessa, Orsha, Gomel et Vinnitsa savent comment et combien détester tout ce qui est russe! Quel plaisir de détruire physiquement l'intelligentsia russe - officiers, universitaires et écrivains! ... "
Tiré des "Mémoires" d'Aron Simanovich, joaillier à la cour de la majesté impériale du tsar.
Du journal "Russkoye slovo", n ° 1.
Par Henry Makow, Docteur en Philosophie de l’Université de Toronto, se définit ainsi 
« Je suis un juif assimilé, un Canadien qui a vécu en Israël en 1972-73 et qui était autrefois sioniste. Je ne crois plus que le peuple Juif a besoin d’une patrie.» 

ANNEXE2: « Les Juifs de Staline »
Léon Bronstein dit « Trotsky »
Un événement historique est particulièrement passé sous silence,  et pourtant nous ne devons  pas oublier qu’il y a environ 90 ans, entre le 19 et le 20 décembre 1917, au cœur de la révolution bolchevique et de la guerre civile, Lénine signa un décret créant la Commission Panrusse pour la Répression de la Contre-révolution et du Sabotage, plus connue sous le nom de Tchéka.
En peu de temps, la Tchéka devint l’organisation de sécurité d’Etat la plus importante et la plus répressive. Son organisation et sa structure évoluèrent régulièrement, tout comme son nom : de Tchéka à GPU, puis à NKVD, et plus tard à KGB. Il est impossible de connaître avec certitude le nombre de morts dont la Tchéka fut responsable d’une manière ou d’une autre, mais il s’évalue probablement autour de 20 millions, incluant les victimes de la collectivisation forcée, des famines, des purges, des expulsions, des déportations, des exécutions et des tueries de masses dans les goulags.
Des pans entiers de la population furent éliminés: fermiers indépendants, minorités ethniques, membres de la bourgeoisie, officiers supérieurs, intellectuels, artistes, militants syndicalistes, « membres de l’opposition » à la définition très aléatoire, et un nombre incalculable de membres du parti communiste lui-même. Dans son dernier livre, qui recueille beaucoup de suffrages, The War of the World, l’historien Niall Ferguson écrit qu’aucune autre révolution dans l’histoire de l’humanité n’a dévoré ses enfants avec le même appétit insatiable que la révolution soviétique. De même, le Dr. Igal Halfin, de l’université de Tel Aviv, indique dans son livre sur les purges staliniennes que la violence y fut unique en ce qu’elle fut dirigée vers l’intérieur.
Mais Lénine, Staline, et leurs successeurs n’auraient pas pu mener à bien leurs objectifs sans une large coopération de la part d’”officiers de la terreur” disciplinés : enquêteurs cruels, mouchards, bourreaux, gardiens, juges, pervers, et de beaucoup d’idéalistes membres de l’aile gauche progressiste, abusés par le régime soviétique de terreur au point de lui décerner un certificat casher.
 Genrikh Yagoda le fondateur du NKVD
 Genrikh Yagoda, fut le plus grand meurtrier juif du XXe siècle, chef adjoint de la GPU et fondateur-dirigeant du NKVD. Yagoda a consciencieusement exécuté les ordres de Staline pendant la collectivisation, et est responsable de la mort d’environ 10 millions de personnes. Ses employés juifs ont mis en place et géré le système des goulags. Après être tombé en disgrâce auprès de Staline, Yagoda fut dégradé et exécuté, puis remplacé en tant que chef des bourreaux, en 1936, par Yezhov, le « nain sanguinaire ».
Lazar Kaganovitch,
l’exterminateur de
l’Ukraine
Beaucoup de juifs ont vendu leur âme au diable de la révolution communiste et ont du sang sur les mains pour l’éternité. Nous n’en mentionnerons qu’un de plus : Leonid Reichman, dirigeant du département spécial du NKVD et interrogateur en chef de l’organisation, qui était un sadique particulièrement cruel.  En 1934, selon des statistiques publiées, 38,5% des officiels détenant les postes les plus élevés dans l’appareil de sécurité soviétique étaient d’origine juive. Eux aussi, naturellement, furent graduellement éliminés dans les purges successives. Lors d’un cours fascinant à une convention de l’université de Tel-Aviv cette semaine, le Dr Halfin décrivait les étapes de la terreur soviétique comme un carnaval de meurtres de masse, un feu d’artifice de purges et l’adoration du mal. Il apparaît que les juifs aussi, quand ils sont fascinés par une idéologie messianique, peuvent devenir de grands meurtriers, parmi les plus grands de notre histoire moderne. 
Les juifs actifs dans l’appareil officiel de la terreur communiste (en Union soviétique et ailleurs), et qui l’ont parfois dirigé, ne l’ont évidemment pas fait en tant que juifs, mais plutôt en tant que staliniens, communistes, et « camarades soviétiques ». En conséquence, il nous est facile d’ignorer leur origine et de jouer les innocents: qu’avons-nous à voir avec eux ? Si ce n’est de les oublier. Mon opinion est différente.
« Je pense qu’il est inacceptable qu’une personne puisse être considérée comme un membre de la communauté juive quand elle réalise de grandes choses, mais en être exclue quand elle commet des actes particulièrement méprisables. » (Sever Plocker, Stalin’s Jews, 21, 12, 2006). 
"Même si nous le nions, nous ne pouvons pas échapper au judaïsme de « nos bourreaux » qui ont servi la Terreur rouge avec application et loyauté envers ses dirigeants. De toutes façons, d’autres nous rappelleront toujours leur origine."
Sever Plocker, Stalin’s Jews, (Les Juifs de Staline), 21, 12, 2006.
Naturellement, et s'agissant d'un journal israélien, S. Poker  ne pouvait pas parler des génocides récurrents commis par les juifs sionistes contre les populations palestiniennes depuis 1948. Il ne parle pas non plus des confiseries empoisonnées larguées sur les populations civiles de Gaza et de Cisjordanie afin de tuer les enfants palestiniens, ni sur la pratique assez courante de faire asseoir les prisonnier palestiniens sur des plaques radioactives afin de les rendre stériles....H.G.
------------------------------------------------------------------------------
Les Juifs fomenteurs de la Shoah russe
80% des révolutionnaires en Russie étaient Juifs. Les Juifs ont été les artisans de la révolution russe de 1917. (Réf. Dr. Angelo Solomon Rappoport, 1918)
 
Ceux qui ouvrirent la voie :
- Gesya Gelfman (juive) : criminelle responsable de l'assassinat du Tsar Alexandre II.
- Jacob Schiff (juif) : le banquier américain qui finança la révolution russe de 1917.
- Olaf Aschberg (juif) : banquier.
- Evno Azev (juif) : agent double.
- Grigori Guerchouni : assassin professionnel.
- Alexandre Parvus (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Jacob Ganetski (Jacob Furstenberg) (juif) : larbin de Lénine.

- Les moteurs de la révolution de 1917 :
- Léon Trotski (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Lev Kamenev (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Grigory Zinoviev (juif) : L'apôtre de la terreur socialiste.
- Iakov Sverdlov (juif) : Assassin du Tsar et de sa famille.
- Grigori Sokolnikov (juif) : ministre des finances de Juifs bolcheviques.
- Karl Radek (juif) : dirigeant socialiste.
- Maxim Litvinov (juif) : issu d'une famille de banquiers juifs, ministre des Affaires étrangères bolchevique.
- Adolf Joffé (juif) : commissaire du peuple aux Affaires étrangères.
- Moïsseï Ouritski (juif) : chef de la Tcheka de Petrograd et grand criminel.
- Moïse Volodarski (juif) : assassin en gros.
- Lazare Kaganovitch (juif) : assassin en gros.

- Les exécuteurs zélés :
- Guenrikh Iagoda (juif) : le plus grand meurtrier juif du 20è siècle.
- Martyn Latsis : l'exterminateur de la bourgeoisie.
- Jacob Agranov (juif) : "S'il n'y a pas d'ennemi, il faut en créer".
- Iakov Iakovlev (juif) : exterminateur de la paysannerie.
- Semyon Dimanstein (juif) : rabbin promoteur de la région juive "autonome", donc sioniste.
- Alexandre Lozovski (juif) : chef syndicaliste et fondateur du Comité antifasciste juif.
- Jacob Yourovski (juif) : criminel ordonnant le massacre de la famille impériale.
- Yakov Davydov (juif) : chef du Département des affaires étrangères de la Tchéka 1921-1922, le premier chef du renseignement extérieur soviétique.
- Solomon Mogilevsky (juif) : chef du service de renseignement extérieur.
- Mikhail Trilisser (juif) : espionnage et contre-espionnage en tous genres.
- Abram Slutsky (juif) : celui qui traquait les opposants à l'étranger.
- Sergey Spigelglas (juif) : chef par intérim du service de renseignement extérieur soviétique.
- Grigori Maïranovski : chimiste assassin.
- Isaï Berg (juif) : inventeur des chambres à gaz ambulantes.

- Au Goulag :
- Naftali Frenkel (juif) : organisateur de l'esclavage dans l'institution du Goulag.

Bien-sûr tous les Juifs ne furent pas bolcheviques et tous les bolcheviques n'étaient pas des Juifs. Cependant incontestablement tout une génération de Juifs fut cancérisée par le pouvoir et donc participa à la Shoah anti russe qui fut commise à très grande échelle et jusqu'aux "grandes purges staliniennes" soviétiques de la fin des années 1930.
Des Juifs massacreurs sont parmi les plus grands criminels de tous les temps, et ils se moquaient totalement de leur religion.
Cette génération de Juifs joua un rôle essentiel, pourtant ils n'étaient qu'environ 4% de la population russe. De plus, cette génération de criminels bénéficia, surtout aux États-Unis, d'un fort soutien et d'une réelle sympathie de la diaspora juive.


NOTES
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

  1. Kill the best Gentiles
    KILL THE BEST GENTILES! (“Tob Shebbe Goyim Harog!”)

    (THETALMUD:Sanhedrin59)

    A nation can survive its fools and even the ambitious. But it cannot survive treason from within. An enemy at the gates is less formidable for he is known and carries his banners openly.

    But the traitor moves among those within the gates freely, his sly whispers rustling through all the alleys, heard in the very halls of government itself… for the traitor appears no traitor: He speaks in accents familiar to his victims, and he wears their faces and their garments, he appeals to the baseness that lies deep in the souls of all men. He rots the soul of a nation; he works secretly and unknown in the night to undermine the pillars of the city; he infects the body politic so that it can no longer resist. A murderer is to be less feared. — Cicero

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.