mercredi 20 février 2019

USA/France. le Deep State (l'État Profond) n’est autre que Le lobby israélien


Cette semaine, the Intercept a rendu compte de la tempête de feu créée par la représentante Ilhan Omar lorsqu'elle a qualifié de manière audacieuse le lobby de l'AIPAC d'être à l'origine d'une campagne de diffamation politique à son encontre. 
En France, lorsqu'on voit le tollé soulevé dans les Médias Super Menteurs par la qualification de "juif sioniste" de Finkielcrotte , on se dit que ce sont les mêmes qui dirigent les USA et la France. Considérer le qualificatif "juif sioniste" comme une insulte raciste, revient à considérer comme insulte raciste le fait de qualifier un Saoudien  "musulman wahhabite", ou un Français de "chrétien gaulliste" ou de "catholique lepéniste".

The Interception a rapporté :
"…La Représentante Ilhan Omar, D-Minnesota, a vivement réagi aux informations selon lesquelles le dirigeant républicain Kevin McCarthy visait à la fois Omar et son compatriote musulmane Rashida Tlaib, démocrate du Michigan.
Omar a cité les paroles du rap - "Il s’agit du bébé de Benjamin" - suggérant que la décision de McCarthy était motivée par les dépenses prolifiques du lobby (l’image de Benjamin est sur les billets de 100$). Lorsqu'on lui a demandé à qui elle faisait allusion, Omar a répondu: «AIPAC!» (The Intercept)
Dans ce rapport, ils ont également évoqué de nombreuses enquêtes clandestines qui ont produit des cassettes audio et vidéo d'opérateurs politiques de l'AIPAC, faisant transférer de l'argent vers des politiciens amis d’Israël et à des initiés du gouvernement, dans le but d'influencer l'opinion nationale. Le rapport cite une conversation sur les bandes comme suit,
David Ochs, fondateur de HaLev, qui aide à envoyer des jeunes à la conférence annuelle du Comité Américain des Affaires Publiques Israéliennes, a expliqué à la journaliste la façon dont l'AIPAC et ses donateurs organisaient des collectes de fonds en dehors du cadre officiel de l'organisation, afin que l'argent ne soit pas versé. sur les informations émanant spécifiquement d'AIPAC. Il décrit un groupe qui organise des collectes de fonds à Washington et à New York. «C’est le plus grand groupe politique ad hoc, certainement le plus riche du pays», a déclaré Ochs, ajoutant qu’il n’avait pas de nom officiel, mais qu’il était clairement lié à AIPAC. «C’est le groupe AIPAC. Cela fait une différence; vraiment, vraiment. C’est le meilleur rapport qualité-prix, et la mise en réseau est phénoménale. "(Ochs et AIPAC n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires de The Intercept.)
Selon Ochs, sans dépenser beaucoup d’argent, le lobby pro-israélien n’est pas en mesure de mettre en œuvre son programme. «Les membres du Congrès et les sénateurs ne font rien sauf si vous faites pression sur eux (en les payant grassement). Ils se contentent d'adopter un comportement attentiste, à moins de faire pression sur eux, et la seule façon de le faire, c’est avec de l'argent », explique-t-il." (The Intercept)
Soyons clairs: un lobbyiste israélien et organisateur de l’AIPAC a déclaré dans une vidéo que l’AIPAC, par le biais d’un financement plus ou moins secret, est devenu le plus grand et le plus riche groupe de réseautage de D.C.
L’influence évoquée de l’AIPAC dans ces déclarations devrait être alarmante dans une démocratie, dans laquelle les politiciens sont financièrement soudoyés pour devenir des chiens d'attaque politique pour Israël.
Trump est vert comme "la chose des marais"
Donc, je suis curieux de savoir quel est le taux en vigueur de l’AIPAC pour un membre du Congrès, par rapport…disons  à celui en vigueur pour le président Trump? [1] C'est Trump qui est allé plus loin que quiconque en disant que la représentante Omar devrait démissionner pour ses déclarations sur AIPAC.
«Les critiques, tant démocrates que républicains, ont déclaré que les tweets d'Omar évoquaient des tropes antisémites. La direction des Democrates lui a demandé de s'excuser et la nouvelle membre du Congrès a ensuite publié une déclaration dans laquelle elle s'excusait "sans équivoque".
    La déclaration d'Omar se lit comme suit: "L'antisémitisme est réel et je suis reconnaissant aux alliés et collègues juifs qui m'instruisent sur la douloureuse histoire des tropes antisémites. Mon intention est de ne jamais offenser mes électeurs ou les Américains juifs. Nous avons être toujours disposé à prendre du recul et à réfléchir à la critique, tout comme je m'attends à ce que les gens m'entendent quand d'autres m'attaquent pour mon identité. C'est pourquoi je m'excuse sans équivoque. "
    "En même temps", a poursuivi Omar, "je réaffirme le rôle problématique des lobbyistes dans notre politique, qu'il s'agisse de l'AIPAC, de la NRA ou du secteur des combustibles fossiles. Cela dure trop longtemps et nous devons être disposés à le résoudre."
Résultat de recherche d'images pour "caricature aipac TRUMP"
    Lors de la réunion du Cabinet, Trump a déclaré: "Ce que (Omar) a dit est si profondément ancré dans son cœur que ses excuses boiteuses - et c'est ce que c'était, c'était boiteux et elle n'en voulait pas dire un mot - n'était tout simplement pas Je pense qu'elle devrait démissionner du Congrès, franchement. "(CNN)
    "Les Juifs ont enduré une persécution terrible, et vous le savez, nous l'avons tous lu: nous l'avons étudié. Ils ont beaucoup souffert et ceux qui cherchent leur destruction ... nous chercherons à les détruire." (American Thinker)
Ainsi, Trump Le Destructeur, qui tient sa promesse à Netanyahou, se lance dans la mêlée qui appelle à la démission d'une politicienne pour ses plaintes d'influence étrangère dans la politique américaine.
Trump, qui a fait campagne pour assécher le marais et mettre fin aux guerres étrangères à l'étranger, a littéralement fait un pied de nez à ses promesses et s'est inextricablement lié à Netanyahou et à la machine de guerre sioniste qui contrôle la politique américaine.
Américains, Français, voici votre véritable patron
France. Le lobby sioniste parade Place de la République
Imaginez un rassemblement festif -par un beau jour d'été de 1988 et dans un lieu emblématique de la capitale française- EN FAVEUR du régime d'apartheid d'Afrique du sud.
Dimanche 24 juin 2018, trois ans après l'opération "Tel-Aviv-sur-Seine", deux ans après l'exposition "Israël-Paris" au Carrousel du Louvre et un mois après un massacre délibéré de Palestiniens commis par l'armée israélienne, le "festival franco-israélien" est organisé -pour la 2ème année consécutive et dans la foulée de la "saison culturelle France/Israël"- place de la République, en plein cœur de Paris. 
Résultat de recherche d'images pour "caricature aipac TRUMP"
À l'origine de ce rassemblement financé par le Fonds social juif unifié et autorisé par Anne Hidalgo, maire judéosioniste de Paris : Alexandra Glanz, militante ultrasioniste.
Présidente de l'association "Impact" (destinée à propager une image positive d'Israël auprès de la jeunesse de France), Glanz -qui avait manifesté contre la "désinformation anti-israélienne" de l'AFP et le vote de l'UNESCO relatif au patrimoine palestinien de Jérusalem- a notamment bénéficié du soutien de personnalités ou groupuscules radicaux de la cause sioniste tels Arié Bensemhoun du lobby israélo-américain Elnet, le site Europe-Israël, le KKL (groupe accusé de nettoyage ethnique antipalestinien), l'association BNVCA du judéofasciste Sam Ghozlan et la loge David Ben Gourion d'un influent lobby juif international dénommé B'naï B'rith.[2]
Parmi les artistes annoncés à l'affiche : l'humoriste Hamed Debbouze, oncle de Jamel Debbouze. Source

[2] Les dessous du B’nai B’rith, la loge maçonnique exclusivement juive
Hannibal GENSERIC


1 commentaire:

  1. "Dans un monde de tromperies et de mensonges, dire la vérité est un acte révolutionnaire!"

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.