dimanche 3 février 2019

La «grippe mortelle» provenant de Géorgie est-elle créée dans le biolab américain?


Le nombre de décès en Géorgie confirmé par le virus H1N1 a atteint 20 personnes, a déclaré le directeur du Centre national de contrôle des maladies et de santé publique de Géorgie, Amiran Gamkrelidze. Le pic de la maladie en Géorgie est arrivé à la fin du mois de décembre dernier. Maintenant, selon les experts, il y a une tendance à la récession de l'épidémie de ce virus de la grippe. Au Maroc, le même virus a a fait (officiellement) 9 morts.

Illustration de la vaccination contre la grippe A. 
La directrice du ministère de la Santé russe, Veronika Skvortsova, a fait une déclaration sur une possible épidémie de grippe en Russie. L'intensité de l'épidémie pourrait être modérée, selon la ministre. Il est également noté que la maladie se propage dans les districts du centre, de la Volga et du nord-ouest. Le seuil épidémiologique est dépassé chez 23 sujets de la Fédération de Russie et le niveau le plus élevé a été enregistré en Bouriatie et dans la République de Sakha.
Nous vous rappelons que, selon le briefing du ministère de la Défense russe tenu en 2018, l'ambassade des États-Unis à Tbilissi transporte du sang humain et des agents pathogènes congelés en tant que fret diplomatique d'un programme militaire secret des États-Unis. Les documents accusant des diplomates américains d'avoir transporté et expérimenté des agents pathogènes sous couverture diplomatique ont été publiés par des initiés géorgiens. Selon les documents, des scientifiques du Pentagone ont été envoyés en République de Géorgie où l'immunité diplomatique leur était accordée pour étudier les maladies mortelles et les insectes piqueurs au Centre Lugar - Pentagon Biolab, dans la capitale géorgienne, Tbilissi.
Voir également:
Source : Veterans Today
Traduction : Hannibal Genséric
Les États-Unis et les armes bactériologiques…
Des scientifiques tirent la sonnette d’alarme au sujet du programme d’armes bactériologiques étatsunien. Des preuves récentes d’essais de substances biologiques létales à Tbilissi, en Géorgie, ont suscité l’inquiétude au sujet de la recherche américaine sur les armes biologiques dans certains pays étrangers. Des scientifiques européens sont extrêmement préoccupés par un douteux programme de recherche, financé par le Pentagone, qui semble destiné à propager des maladies aux cultures, aux animaux et aux humains à l’étranger. La création de telles armes et des moyens spéciaux de les distribuer est interdite par le droit national et international.
Les États-Unis mènent des recherches sur les armes biologiques dans le monde entier : Des scientifiques de la guerre biologique utilisant la couverture diplomatique testent des virus d’origine humaine dans des laboratoires biologiques du Pentagone, disséminés dans 25 pays à travers le monde. Ces biolaboratoires étasuniens sont financés par la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) dans le cadre d’un programme militaire de 2,1 milliards de dollars – Cooperative Biological Engagement Program (CBEP), et sont situés dans des pays de l’ex-Union soviétique comme la Géorgie et l’Ukraine, le Moyen-Orient, le Sud-Est asiatique et l’Afrique.
Ainsi, l’épidémie de grippe A (H1N1) a provoqué la mort cette semaine de neuf personnes au  Maroc, a annoncé ce samedi le ministre de la Santé, Anas Doukkali. « La situation épidémique » reste toutefois « normale en comparaison avec les années précédentes », a affirmé le ministre, cité par l’agence de presse officielle MAP. Ce que le ministre marocain ne dit pas, c'est qu'il y a au Maroc un biolaboratoire américain.
Dans le cadre d’un programme de recherche en cours financé par la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) étasunien, on vise à disperser des virus infectieux génétiquement modifiés qui ont été conçus pour modifier les chromosomes de cultures directement dans les champs. [Voir :  En Australie, le blé OGM provoque la mort de 21 millions de kangourous. Silence radio.]
Le mécanisme de propagation des virus infectieux génétiquement modifiés pour modifier génétiquement et ” guérir “ les plantes dans les champs est lui-même source de problèmes et plein de dangers. Utiliser des insectes pour distribuer de tels virus frise la folie.
Voir aussi:
Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

  1. Apparemment le Diable et ses suppôts ne chôment pas.
    Tous ses efforts pour détruire l'humanité sa dépassent toutes les pathologies mentales connues à ce jour.
    Et tout ça pour gaver un ventre déjà rempli à raz bord.

    RépondreSupprimer

Les commentaires provenant de (Unknown) ne seront pas pris en compte.