lundi 25 février 2019

Syrie. Pourquoi les S-300 ne sont-ils pas utilisés contre Israël?


Nous ne savons pas si les équipages syriens sont déjà capables de faire fonctionner les batteries de missiles eux-mêmes.  De plus, le fait que les missiles ne soient pas lancés ne signifie pas nécessairement qu’ils n’ont aucun effet.

Ces derniers mois, on a beaucoup spéculé sur les raisons pour lesquelles les systèmes de défense antiaérienne S-300 fournis à la Syrie par la Fédération de Russie n’avaient pas encore tiré contre des avions israéliens empiétant sur son espace aérien et lançant des engins de guerre contre diverses cibles sur le territoire de la Syrie.

Or, les batteries S-300 en Syrie fonctionnent avec un handicap de restrictions opérationnelles et politiques [1]. Cependant, ce serait une erreur de croire que, du fait que les missiles ne sont pas lancés, les armes en question sont inefficaces.
Résultat de recherche d'images pour "caricature Poutine S-300 Syrie"

Les boucliers humains israéliens
Un aspect crucial des opérations aériennes israéliennes est leur utilisation du trafic aérien civil ainsi que les opérations de la coalition dirigée par les États-Unis pour protéger leurs avions des défenses anti-aériennes syriennes. Il convient de noter que les frappes de missiles de croisière russes, par exemple, sont invariablement précédées de notifications internationales et de la fermeture de l'espace aérien afin de prévenir les tragédies.
Étant un état voyou, Israël n'a pas suivi et n’a pas l’intention de suivre les mêmes procédures et a fréquemment envoyé ses avions de combat dans l'espace aérien utilisé par des avions de ligne civils au-dessus de la Méditerranée et du Liban.
Compte tenu de la «réaction internationale» qui aurait inévitablement suivi si un avion de ligne civil était abattu par la défense aérienne syrienne ou russe, il est plutôt probable que les règles d'engagement utilisées par les forces de la coalition dirigée par la Russie en Syrie prévoient des interdictions strictes avant  d’engager des tirs de S-300 contre des aéronefs hostiles quand il y a un danger même lointain pour les aéronefs civils.
La perte du russe Il-20 avec tout son équipage par un missile de défense aérienne syrien montre clairement les dangers d'engager des cibles lointaines dans un espace aérien saturé.
Le paillasson libanais
Peu d’exemples illustrent mieux l’hypocrisie de la croyance supposée des puissances occidentales dans le caractère sacré de la souveraineté nationale que son approbation des violations quasi constantes de l’espace aérien libanais par Israël. Alors que la souveraineté territoriale de ce pays est rarement remise en cause par Israël, principalement en raison de la capacité du Hezbollah à infliger de lourdes pertes à Tsahal, ni le Hezbollah ni l’armée libanaise ne disposent d’une force aérienne ou d’un système de défense aérienne capable de faire de même pour l’espace aérien du pays.
Cela permet aux avions israéliens d'utiliser les caractéristiques du terrain du Liban, en particulier les chaînes de montagnes qui bordent la vallée de la Bekaa, comme bouclier contre les systèmes de défense antiaérienne à longue portée. Les avions israéliens utilisant des munitions à distance, telles que la SDB ou Delilah, sont capables de se positionner près de leurs cibles en survolant l'horizon radar syrien, puis en surgissant pour lancer leurs armes guidées par GPS avant de descendre en dessous de l'horizon pour revenir à la base. .
Pour priver Israël de cette capacité, la Syrie et la Russie devraient étendre leur réseau de défense aérienne dans la vallée de la Bekaa et / ou la patrouiller à l'aide de leur propres avions de chasse, une mesure susceptible de provoquer une «condamnation internationale» et de conduire à une escalade massive du conflit.
De même, la «communauté internationale» a imposé un embargo de facto à la fourniture de systèmes d’armes modernes à l’État libanais, le rendant incapable de se défendre contre les incursions israéliennes.
«Équidistance» russe
Le fait que la politique étrangère de la Russie s'efforce de maintenir des relations relativement bonnes avec Israël et l'Iran afin de réaliser ses objectifs de politique étrangère et de mener à bien la guerre en Syrie complique encore les choses.
C’est vraiment un témoignage de la compétence et de la persévérance des diplomates russes qui ont réussi à rester en bonnes relations avec ces deux États. Aucune autre puissance majeure ne peut prétendre à un succès similaire.
Mais l’inconvénient de ce genre de diplomatie est qu’elle oblige la Russie et, par extension, la Syrie (dont le système de défense aérienne national exerce un contrôle considérable simplement pour pouvoir exploiter ses propres aéronefs en toute sécurité), ne souhaitent pas abattre un aéronef israélien, sauf en cas extrême, comme par exemple si Israël attaque des bases ou des actifs russes dans la région.
Israël, pour sa part, s’est abstenu de frapper des cibles russes et syriennes de grande valeur, ce qui donne à penser qu’il existe quelque chose qui ressemble à un accord entre la Russie et Israël conclu à la suite de la perte susmentionnée de l’Il-20. Cette perte a entraîné une détérioration grave, quoique apparemment temporaire, des relations russo-israéliennes.
Heureusement, les dirigeants israéliens attachent de la valeur à la bonne volonté de la Russie, comme en témoignent les neuf réunions de Netanyahou avec Vladimir Poutine en trois ans. Jusqu'à présent, ils ne voulaient même pas risquer leurs nouveaux F-35 contre les S-300.
La combinaison de ces facteurs politiques a limité les attaques d’Israël contre le territoire syrien, ce qui contribue également à la paresse apparente des batteries S-300.
Le facteur iranien
Comme si ces problèmes ne suffisaient pas, cela ne sert à rien que l’Iran poursuive ses propres objectifs, qui risquent de ne pas être compatibles avec les intérêts syriens et russes. L'annulation brutale de la permission donnée aux forces aérospatiales russes d'utiliser une base aérienne sur le territoire iranien pour renforcer l'efficacité des bombardiers opérant depuis la Russie contre des cibles en Syrie est un exemple visible du niveau relativement faible de la coopération trilatérale.
Si les efforts de l'Iran pour assurer sa sécurité vis-à-vis des États-Unis, de l'Arabie saoudite et d'Israël sont compréhensibles, étant donné la nature brutale de la lutte pour le pouvoir dans la région, cela signifie concrètement que les dirigeants russes ne se sentent pas obligés protéger les actifs iraniens en Syrie chaque fois qu'Israël les attaque.
Il n'y a certainement aucune preuve d'un quelconque accord de sécurité entre la Russie et l'Iran suggérant un engagement en faveur de la défense mutuelle. La dépendance vis-à-vis de la main-d’œuvre fournie par l’Iran ou appuyée par l’Iran sous la forme de troupes du CGR, du Hezbollah ou de milices chiites a également eu pour conséquence que la Russie disposait de relativement peu de leviers d’influence sur la politique iranienne dans la région, car la capacité et la volonté de l’Iran sur le terrain en Syrie en a fait un élément indispensable de cette alliance lâche.
Dans la mesure où il existe un accord entre la Russie et l’Iran sur des questions relatives à la Syrie, il semble que la Russie donne à l’Iran plus de latitude pour agir à sa guise, en échange de quoi l’Iran ne s’attend pas à une couverture aérienne russe pour ses activités. à son tour, cela permet à la Russie de rester en bons termes avec Israël, dont la bonne volonté est indispensable pour mettre fin à la guerre en Syrie.
Conclusion
Bien que la situation reste relativement stable avec peu de risques d'escalade, on ne peut pas dire que la situation soit satisfaisante car des ambiguïtés considérables subsistent et le resteront dans un avenir prévisible.
Les forces iraniennes en Syrie resteront indispensables à la sécurité de ce pays tant que les forces américaines resteront en Syrie et que le statut des provinces du nord de la Syrie contrôlées par des groupes terroristes islamistes soutenus par la Turquie n’aura pas été résolu. En attendant que ces problèmes soient résolus, les batteries S-300 en Syrie continueront de jouer leur rôle dans le maintien de cet équilibre précaire.
Résultat de recherche d'images pour "caricature Poutine S-300 Syrie"
Source: South Front

La véritable raison est (peut-être) que Poutine, tout comme Trump, est sous l'influence de la secte juive Chabad-Loubavitch [1], (leurs gendres sont des juifs de cette secte), c'est pour cela que Trump et Poutine sont soumis au diktat israélien.
Moralité de l’Histoire : si vous voulez contrôler un puissant de ce monde, il faut (1) être juif , (2) être milliardaire et (3) draguer sa fille.
Hannibal GENSERIC 

Les articles de notre blog subissent les fourches caudines de la censure scélérate de Fakebook car « La Cause du Peuple » est antisioniste et Fakebook est ultra siobiste. Pour partager les articles, faites du copier/coller ou faites passer par les moteurs de recherche

1 commentaire:

  1. La vrair raison !! ?? La véritable raison est (peut-être) que Poutine, tout comme Trump, est sous l'influence de la secte juive Chabad-Loubavitch [1], (leurs gendres sont des juifs de cette secte), c'est pour cela que Trump et Poutine sont soumis au diktat israélien.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.