lundi 4 février 2019

Venezuela. La prochaine guerre par procuration américano-chinoise


Washington est sur le point d'apprendre que les Chinois sont très sérieux au sujet de leur argent. La Chine n'abandonnera pas de sitôt le président vénézuélien en difficulté, Nicolas Maduro, alors même que le nœud international de "délégitimation" dirigé par les États-Unis pèse sur l'homme fort socialiste, selon les déclarations du gouvernement publiées vendredi. Pékin a réaffirmé qu'il maintenait des "relations normales entre États " et que la coopération entre les deux parties  "ne devrait pas être compromise, peu importe l'évolution de la situation", selon un point de presse du ministère chinois des Affaires étrangères. Ou plutôt, nous pourrions plus simplement traduire: avec des milliards de dollars de crédit en ligne, la "non-ingérence" n'est tout simplement pas une option pour la Chine.

"La Chine a maintenu une communication étroite avec toutes les parties par des moyens différents", a déclaré un porte-parole du ministère, qui souhaitait savoir si la Chine avait eu des contacts avec le président de l'Assemblée nationale, Juan Guaido. "Nous sommes prêts à travailler avec toutes les parties pour promouvoir les pourparlers de paix et créer les conditions favorables au règlement correct de la question vénézuélienne", a ajouté le ministère.
Mais il y a aussi le problème qui est loin d’être mineur pour la Chine, qui, au cours des dix dernières années, a prêté plus de 50 milliards de dollars à Caracas dans le cadre d'un programme d'accords «pétrole contre prêt». Cela souligne à quel point une nouvelle pression de la Maison Blanche pour un changement de régime pourrait rapidement amener Washington à entrer en conflit indirect avec la Chine et la Russie. Et, selon un rapport de FOX, le Venezuela doit "plus de 120 milliards de dollars uniquement à la Chine et à la Russie".
Un nouveau rapport du Wall Street Journal décrit les enjeux et les coûts croissants pour Pékin:
Lorsque la Chine a signé le premier d'une série d'accords de partenariat «pétrole contre prêt» avec le Venezuela en 2007, cela semblait être une concordance parfaite. Le Venezuela possède les plus grandes réserves de pétrole du monde; et la Chine était sur le point de devenir le plus gros consommateur d'énergie.
Douze ans et plus de 50 milliards de dollars d’emprunts plus tard, une crise politique au Venezuela menace le paiement de la Chine et met Pékin dans une impasse par procuration alors qu’elle soutient un dirigeant vénézuélien que les États-Unis sont résolus à renverser. C'est un conflit avec Washington dont Pékin pourrait se passer, malgré les efforts déployés pour résoudre un différend commercial qui pèse sur l'économie chinoise.
Et que reste-t-il de ce prêt qui pourrait potentiellement disparaître avec le coup d’état anti-Maduro?
Selon les estimations du ministère chinois du Commerce, le Venezuela doit encore environ 20 milliards de dollars, rapporte le WSJ.
La Chine et la Russie restent les principaux fournisseurs d'armes du Venezuela et Pékin a enregistré des investissements directs supplémentaires de 3,2 milliards $ au Venezuela en 2017, sans oublier au moins trois entreprises communes entre China National Petroleum Corp et la société pétrolière d'État vénézuélienne sanctionnée par les États-Unis, Petróleos de Venezuela SA ou PdVSA.
Bien que les remboursements vénézuéliens à la Chine aient commencé à ralentir depuis 2015, les troubles politiques actuels et les efforts de changement de régime de Washington pourraient s'avérer dévastateurs pour les investissements chinois:
Les investissements de la Chine sont maintenant menacés avec M. Maduro - et Pékin reconnaît également qu’une administration Guaidó soutenue par les États-Unis pourrait refuser d’honorer ses dettes.
Le ministère chinois du Commerce a exprimé cette préoccupation mardi. "Si le parti de l'opposition détient le pouvoir à l'avenir, un nouveau gouvernement vénézuélien pourrait utiliser " la protection des intérêts nationaux " pour renégocier les termes du contrat avec la Chine et même simplement refuser de rembourser les dettes restantes", a déclaré le ministère dans son dernier rapport d'orientation sur les investissements. sur le Venezuela.
Étant donné que Pékin est tout à fait au courant de l'issue de toute transition du pouvoir au Venezuela et qu'il reste le principal fournisseur d'armes du régime de Maduro, il est impossible de dire quel type de coopération clandestine entre militaires ou de plans d'urgence sont déjà en vigueur.
Semblable au soutien militaire silencieux de la Chine à Assad en Syrie au cours des dernières années de la guerre internationale par procuration au Levant, qui est de plus en plus public, la Chine pourrait se préparer à soutenir Maduro de manière plus directe.
Résultat de recherche d'images pour "pays soutenant Nicolas maduro"
Carte de style guerre froide présentée lors de la conférence de presse de la Maison Blanche lundi: la carte visait à montrer les pays qui soutiennent le président socialiste vénézuélien Nicolas Maduro (en rouge) et les pays qui ne le font pas (en bleu)
«La Russie et la Chine utilisent le Venezuela comme conflit indirect pour défier les États-Unis. C’est plus qu’un simple soutien économique. La Russie et la Chine tirent parti de leur soutien économique pour établir une présence militaro-industrielle au Venezuela », a déclaré cette semaine à FOX News Joseph Humire, directeur exécutif du Centre pour une société libre et sécurisée.
Pour commencer, la Chine dispose d'une installation de repérage par satellite sur la base aérienne Capitán Manuel Rios à Guárico, tandis que la Russie dispose d'une cyberprésence sur la base navale Antonio Diaz "Bandi" à La Orchilla, une île au nord de Caracas.
"Cela ajoute des capacités d'espace et de cyberespace que le régime de Maduro n'a pas", a souligné Humire. "Pour la Russie et la Chine, faire pression sur les États-Unis via le Venezuela ajoute un effet de levier à leurs ambitions régionales en Ukraine et en Europe centrale / orientale (pour la Russie) ainsi qu'à Taiwan et en mer de Chine méridionale (pour la Chine)." - FOX News
Tout cela laisse à penser que certains analystes ont qualifié le scénario de "nouvelle guerre froide" la possibilité d’une autre crise des missiles cubains dans l’arrière-pays des États-Unis.
Cela est d'autant plus probable que la Maison Blanche de Trump n'évalue peut-être pas avec précision la détermination de la Chine et de la Russie à s'en tenir à Maduro et à ses militaires toujours fidèles. Pourtant, contrairement à la Syrie où l’intervention russe à l’invitation de Damas en 2015 a contrecarré les efforts des États-Unis, du Golfe et de l’OTAN en faveur d’un changement de régime, Washington est clairement privilégiée par la géographie dans le cas du Venezuela.
Source: Zero Hedge
Traduction : Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Ceci nous convainc de + en + qu'en politique, il n' y a pas d'amis, il n'y a que des intérêts..

    RépondreSupprimer

Les commentaires provenant de (Unknown) ne seront pas pris en compte.