mercredi 9 janvier 2019

Pour un rabbin israélien, les non-juifs doivent servir les juifs

Le grand rabbin séfarade d’Israël Yitzhak Yosef a déclaré que les non-juifs ne devraient pas pouvoir vivre en Israël s’ils ne respectaient pas sept lois stipulées par le judaïsme, et ne se mettaient pas au service des juifs. 

Pour un rabbin israélien, les non-juifs doivent servir les juifs et obéir à leurs lois ou partir«Selon la loi juive, les gentils [non-juifs] ne devraient pas vivre sur la terre d’Israël», a déclaré le rabbin Yosef dans son sermon de samedi. «Si un gentil n’accepte pas d’adopter les sept lois noahides, nous devrions l’expulser vers Arabie Saoudite. Lorsque la véritable et totale rédemption s’accomplira, c’est ce que nous ferons», a-t-il ajouté.
Selon lui, la seule raison pour laquelle les non-juifs sont autorisés à vivre dans l’Etat juif est que le messie n’est pas encore arrivé. «Si nous étions intransigeants et si nous gouvernions, c’est ce que nous ferions. Mais le fait est que nous ne sommes pas fermes et que nous attendons le messie» a-t-il affirmé.
Le rabbin a aussi déclaré que les non-juifs qui obéiraient à ces lois – interdiction de l’idolâtrie, du blasphème, du meurtre, des relations sexuelles illicites, de voler, de manger de la chair issue d’un animal vivant, et l’obligation d’établir des tribunaux afin de faire respecter ces règles – pourraient être autorisés à rester à condition de servir les juifs.
Son père, le rabbin Ovadia Yossef, avait déjà tenu des propos similaires en octobre 2010. Pour lui, «les goyim [non juifs] n'ont de place dans le monde que pour servir le peuple d'Israël».
Il y a deux semaines, dans un autre prêche, Yitzhak Yosef avait affirmé que les Israéliens devaient tuer les Palestiniens qui mènent des attaques au couteau sans craindre de représailles judiciaires. «Si un terroriste vient au-devant de vous avec un couteau, il vous est commandé [par la loi juive] de le tuer» avait-il déclaré, ajoutant qu’il ne fallait pas «s’inquiéter d’être traduit devant une cour de justice ou des ordres contradictoires venant d’officiers de l’armée».
Néanmoins, celui-ci a mis en garde contre le meurtre d’assaillants ne représentant plus de danger, arguant que seul le messie pourrait décider de le mettre à mort.
Ces déclarations font écho au meurtre d'un Palestinien, abattu d’une balle dans la tête alors qu'il ne représentait aucune menace. En réponse aux manifestations de soutien au franco-israélien Elor-Azria, auteur du coup de feu fatal, le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon avait déclaré que ce soldat n’était pas un «héros». 
Commentaire :
1- La France, bien évidemment, n'a pas réagi au meurtre de ce Palestinien innocent par un Français (Israélien).  La vie d'un  Arabe ne vaut pas alors un pet de lapin, dans un pays où les juifs font la pluie et le mauvais temps. 
2- On comprend aussi pourquoi Israël attaque les Gilets Jaunes (Voir : Israël taxe d’antisémite le Mouvement des Gilets Jaunes) : les non-juifs français  sont là pour servir tous les Juifs, français ou non. Nous avons vu qu'en France, la voix d'un juif vaut 100 fois celle d'un non juif. CQFD.
H. Genséric
--------------------------------------------
ANNEXE. La vente d’esclaves noirs par les Juifs a été massive et irréfutable
Un livre de la Nation of Islam présente des preuves troublantes de la participation de juifs américains au commerce des esclaves noirs africains. JEWS SELLING BLACKS confirme que des marchands juifs du monde entier ont participé au commerce inhumain d'êtres humains noirs, dominant souvent certains des marchés les plus importants du commerce d'esclaves. Même avant la publication du livre révolutionnaire et controversé The Secret Relationship Between Blacks and Jews (La relation secrète entre les Noirs et les Juifs) en 1991, des érudits juifs admettaient en privé que le rôle des Juifs dans l’Holocauste en Afrique était bien plus important qu’on ne le croit généralement.
 
Le rabbin Marc Lee Raphael, rédacteur de longue date du plus prestigieux journal d’histoire juive, a écrit en deux paragraphes l’une des déclarations les plus définitives sur l’implication des Juifs dans l’Holocauste noir:
"… Les marchands juifs ont joué un rôle majeur dans le commerce des esclaves. En fait, dans toutes les colonies américaines, qu’elles soient françaises (Martinique), britanniques ou néerlandaises, les marchands juifs (d’esclaves) étaient souvent dominants. Cela n’est pas moins vrai en Amérique du Nord, où, au XVIIIe siècle, les Juifs ont participé au «commerce triangulaire» qui a amené des esclaves d’Afrique aux Antilles et les a échangés contre de la mélasse, qui a été emmenée en Nouvelle-Angleterre et convertie dans le rhum à vendre en Afrique… ”
Alors que toute déclaration similaire d'un non juif en général, et d’un homme ou d'une femme noire en particulier, serait fermement condamnée, les érudits juifs et les rabbins sont restés sans réplique. Comme l'a dit le Rabbin Dr. Raphael, les Juifs étaient particulièrement actifs au Brésil et dans les Caraïbes, et une grande partie de leurs activités de traite d'esclaves s'est déroulée en dehors des frontières éventuelles des États-Unis, bien avant que celle-ci ne devienne une nation en 1776.
Les Cohen offrent 2 plantations et 125 êtres humains noirs à la vente.
Tromperie du recensement
Certains érudits juifs ont utilisé les recensements américains, qui montrent une contribution «modeste» des juifs au commerce  d’esclaves noirs, afin de minimiser le rôle des Juifs qui étaient en réalité les «principaux» propriétaires d’êtres humains noirs. Statistiquement, les Juifs étaient deux fois plus susceptibles que les Blancs américains à «posséder» des Africains.
En outre, de nombreux marchands juifs vendaient simultanément des dizaines, voire des centaines d’Africains par l’intermédiaire de leurs entreprises. Le recensement de 1830 montre que tous les Juifs de Charleston, en Caroline du Sud, ont prétendu «posséder» un total de 104 êtres humains noirs. Mais un seul Juif, Jacob Cohen, un jour de 1857, proposa à la vente «125 nègres ». La même année, ce même M. Cohen, membre important de sa synagogue, fit équipe avec un païen et en annonça presque le double de ce nombre, 210, en un seul jour.
Les marchands d'esclaves juifs, par nécessité économique, ont essayé de «remettre» leur marchandise humaine noire le plus rapidement possible, et cette brève «propriété» des Africains par de nombreux marchands juifs ne figure pas dans les registres du recensement. Néanmoins, en commercialisant les produits du travail esclave et en fournissant aux plantations des articles de commerce - même achetant et vendant des plantations entières avec leurs esclaves - les marchands juifs contribuaient à rentabiliser l'esclavage en Amérique.
Le lecteur notera l'extraordinaire trafic d'esclaves pratiqué par des juifs de Caroline du Sud. En fait, bien avant que la population juive américaine ne se concentre à New York, le centre de la communauté juive à l'époque de l'esclavage était Charleston. La ville avait la plus grande population de Juifs du pays et était considérée comme le centre même de la richesse et de la culture juives de l’hémisphère occidental. L'origine du judaïsme réformé (la branche du judaïsme pratiquée aujourd'hui par la grande majorité des juifs américains) a commencé à Charleston en 1825.  
Et lorsque les réformateurs juifs de cette ville ont annoncé leur nouveau judaïsme au grand public, ils ont lancé un appel à «tous influencés par des sentiments tolérants et sans préjugés. ». Ils ont expliqué que leurs actions vanteraient « la force et la beauté de la loi morale » et éviteraient les pratiques « qui participent fortement au sectarisme »- tout « en l'honneur de Dieu tout-puissant ». L’appel a été signé par plusieurs propriétaires d’esclaves juifs et imprimé sur la même page de la City Gazette et du Commercial Daily Advertiser (11 septembre 1826), dans laquelle le marchand juif Abraham Tobias avait mis en vente et garantissait le caractère de «jeune jeune nègre» comme  compagnon."
Ces publicités - maintenant disponibles dans la plus grande collection de publicités de vente d'esclaves juifs jamais publiées - constituent une preuve irréfutable de l'implication substantielle des Juifs dans la plus grande entreprise criminelle de l'histoire du monde: l’Holocauste Noir.
Vidéo 
Source :  
Traduction / annotations : H. Genséric 

1 commentaire:

  1. si un musulman dit le 1/1000 000 000 ème de celui-ci, tous les gouvernants du monde médias inclus, avec eux les arabes aussi crient à l'intolérance et l'islamisme et ... et le traitent de tous les noms d'oiseaux ou de singes

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.