dimanche 6 janvier 2019

Pourquoi l’arme "miracle" de la Chine devrait-elle effrayer la marine américaine?



Il semblerait que la Chine teste un canon électrique [1], ou canon à rail,  de combat expérimental monté sur un navire de guerre, capable de percer un trou dans un porte-avions ennemi à une distance de 150 km, selon une analyse d'experts d'images réalisée sur les médias sociaux.
C’est à peu près la distance qui sépare Toronto de Buffalo, New York, ou la moitié de celle de Calgary à Edmonton.
Les États-Unis, la Chine et la Russie se sont lancés dans la course au développement de cette technologie convoitée depuis plus de dix ans, dans l’espoir d’utiliser l’arme inspirée de la science-fiction pour gagner un avantage dans les combats navals.
Les canons à rail utilisent la force électromagnétique pour lancer des projectiles métalliques à des vitesses supersoniques allant de Mach 4 à Mach 7, ce qui signifie qu'ils peuvent tirer plus loin et faire plus de dégâts que n'importe quelle balle à propulsion à poudre. L'arme tire son nom de deux rails électrifiés utilisés pour lancer le projectile. [1]
Tout navire de guerre équipé de ce canon à rail aurait le pouvoir de détruire "presque tout navire dans un délai très bref", selon Justin Bronk, chargé de recherche au Royal United Services Institute, basé au Royaume-Uni.
"En gros, ils vous permettent de contourner tous les systèmes de défense connus", a déclaré Bronk à Global News.
Bronk est l’un des experts de la défense qui a conclu en janvier dernier que la marine de l’Armée de Libération du Peuple avait construit un navire de débarquement de chars avec un canon à rail à l’avant du navire, à partir de photos prises au chantier naval de Wuchang en Chine.
Ce même navire a été repéré en mer la semaine dernière, laissant craindre que la Chine soit sur le point de tester son canon.
«C’est la confirmation de quelque chose que nous soupçonnions déjà», a déclaré Bronk à Global News jeudi.
Les dernières photos ont été partagées pour la première fois par le blogueur de la défense RedShark sur le site de média chinois, Weibo. Le gouvernement chinois a la capacité de filtrer le contenu sur Weibo, mais il n'a pas supprimé les photos.
Si l’arme s’avérait opérationnelle, la Chine deviendrait la première nation au monde capable de lancer des projectiles hypersoniques imparables qui pourraient éliminer une flotte navale ennemie avant le début d’un combat à grande échelle. Cela lui donnerait un avantage dans plusieurs régions controversées du monde, y compris en mer de Chine méridionale dans laquelle il y a plusieurs litiges.« Cela changerait fondamentalement la nature des engagements », a déclaré mercredi à ABC News Malcolm Davis, analyste senior à l'Australian Strategic Policy Institute.
"Cela donnerait aux belligérants la capacité de se frapper entre eux à des centaines de kilomètres."
Les projectiles des canons à rail sont moins chers à fabriquer et plus faciles à stocker que les torpilles ou les missiles, explique Bronk. Il serait également beaucoup plus facile de viser les missiles entrants, ce qui les rend supérieurs à tout ce qui est installé sur les croiseurs ou les destroyers actuels. Cependant, les canons à rail nécessitent également beaucoup d’électricité pour fonctionner, de sorte qu’un navire de guerre devrait être spécialement construit pour en accueillir un.
« La Chine en est aux premiers stades de la construction de sa marine pour rivaliser avec celle des États-Unis, et elle pourrait facilement équiper certains de ses nouveaux navires avec la technologie du canon à rail à bord, » a déclaré M. Bronk. Les États-Unis, en revanche, devraient vider complètement l’un de leurs navires de guerre pour pouvoir y installer la même arme.
"La Chine part essentiellement de zéro, et donc ... elle peut donc intégrer les nouvelles technologies à la base, avec beaucoup moins de problèmes que la marine américaine", a déclaré Bronk.
Il a décrit le canon à rail comme une «arme révolutionnaire» et une «technologie miracle», mais il ne l’a pas qualifiée de super-arme potentielle.
"Le niveau de destruction sur la cible est comparable à un missile antinavire", a-t-il déclaré.La marine américaine a confié à General Atomics et BAE Systems le développement de sa propre version du canon à rail. Un prototype d'arme a tiré plusieurs coups l'année dernière, mais cela s'est produit sur un champ de test, pas à bord d'un navire de guerre.
Bronk indique que les États-Unis sont actuellement concentrés sur le développement de meilleurs projectiles à longue portée pour leurs canons existants, plutôt que d’essayer d’accélérer leur programme de canons à rail.
Les États-Unis ne s'attendaient pas à ce que la Chine dispose d'un canon à rail avant 2025, a rapporté CNBC  en juin dernier. Cependant, les autorités américaines savaient déjà que la Chine testait ses armes à feu en mer, selon un rapport de renseignement cité dans l'article. 
In this image, provided by the U.S. navy, a high-speed video camera captures a record-setting firing of an electromagnetic railgun, or EMRG, at the Naval Surface Warfare Center, Dahlgren, Va., on Thursday, Jan. 31, 2008.
Sur cette image, fournie par la marine américaine, une caméra vidéo à haute vitesse capture un tir record d’un canon sur rail électromagnétique, au Naval Surface Warfare Center, Dahlgren, Virginie, le jeudi 31 janvier 2008.
.Le vaisseau chinois, apparemment équipé d’un canon à rail, surnommé le Haiyangshan, est un navire d’atterrissage de réservoirs de type 072II Yuting. Ce navire de 120 mètres de long porte généralement des chars et des hélicoptères pour les opérations de guerre amphibie.
Haiyangshan semble avoir été spécifiquement modifié pour intégrer un système d'alimentation en énergie et de refroidissement afin de supporter le canon à rail, a écrit Bronk dans un article de blog l'année dernière.
Le Global Times, pro gouvernement, a annoncé en mars dernier que la Chine réalisait «des avancées notables dans le domaine des armes de pointe, y compris des essais en mer de canons à rail électromagnétiques».
Global News a sollicité l’avis de l’ambassade de Chine aux États-Unis.

Source: Why China’s ‘miracle’ railgun weapon should scare the U.S. navy

Le courant I et le champ
magnétique B traversant
le projectile produisent
une force F
[1] Le canon électrique, connu aussi sous le nom anglais de railgun — ou rail gun — d'où la traduction canon à rails – à ne pas confondre avec l'artillerie lourde sur voie ferrée (1914-1918 et 1939-1945) – est une arme à projectile accéléré par une force électromagnétique, semblable à celle qui fait tourner le moteur homopolaire. Le concept consiste à établir une différence de potentiel électrique entre deux rails parallèles conducteurs de l'électricité et à insérer entre eux un projectile conducteur pouvant glisser ou rouler dessus, en faisant contact. Dès que le contact a lieu, un courant électrique circule entre les deux rails, un champ magnétique naît et le projectile est accéléré par la force de Laplace (interaction entre le courant qui circule dans le projectile et le champ magnétique créé).
Le canon électrique, à propulsion électromagnétique, ne doit cependant pas être confondu avec une autre forme, le canon magnétique, où le champ magnétique est parallèle à l'axe, et où le projectile, au lieu d'être parcouru par un courant, est ferromagnétique

Le canon électromagnétique chinois réussit son 1er test à la mer en Mars 2018

Après son installation sur un navire d’embarquement transformé en navire banc d’essai en ce début d’année, le nouveau canon électromagnétique développé pour le compte de la marine chinoise aurait déjà réussi son premier test naval, si notre interprétation d’un article paru hier est correcte.
Canon électromagnétique
ZHANG Xiao, chercheuse de la marine chinoise et responsable du projet de canon électromagnétique naval (Photo : Marine chinoise)
Selon ce texte publié par la marine chinoise, qui parle d’une chercheuse de la PLA Naval University of Engineering (海军工程大学) spécialisée dans le domaine du lancement électromagnétique, un « nouveau système d’arme naval » a réussi (récemment) son essai dès sa première mise en route sur le navire.
La chercheuse en question s’appelle ZHANG Xiao (张晓) et elle est responsable à la fois de la simulation générale et aussi la maintenance des « sources électriques » du dit système. L’article mentionne également ses nombreuses réalisations techniques dans le domaine, dont une « alimentation électrique permettant les tirs multiples » qui est entrée en production de série, et « la plus grande au monde ».
Une recherche plus approfondie sur ZHANG montre qu’elle dirige depuis Janvier 2015 les travaux de développement des technologies de stockage d’énergie hybride pour « le lancement électromagnétique sur rail », un projet financé directement par National Natural Science Foundation of China (NSFC), une fondation attachée au Conseil des affaires de l’État qui finance une partie des recherches civilo-militaires du pays.
Ses dernières publications scientifiques depuis 2012, date à laquelle la chercheuse chinoise a intégré la PLA Naval University of Engineering et que le projet du canon électromagnétique pour la marine chinoise a été officiellement lancé, se focalisent aussi essentiellement autour d’un « système de lancement électromagnétique sur rail ».
Tout porte donc à croire que ZHANG travaille sur un projet de canon électromagnétique naval (de type railgun visiblement), plus précisément sur la partie d’alimentation électrique, et c’est le même canon que l’on voit à Wuhan depuis Octobre l’an dernier.
On ignore pour le moment si la réussite du premier test de ce canon électromagnétique que parle l’article de la marine chinoise concerne uniquement les sous-systèmes d’alimentation et de distribution électrique, ou le système d’arme a déjà procédé à son premier tir à la mer.
On sait uniquement que plus de 200 personnes venant d’une vingtaine d’institutions chinoises ont participé aux essais, et que le test aurait eu lieu quelque part entre la mer de Chine orientale et la baie de Bohai, puisqu’un expert qui se trouvait sur place au moment du test et cité par l’article a évoqué un endroit « où la flotte de Beiyang avait été humiliée mais maintenant c’est ici même que l’on voit l’espoir… » ¹.

VOIR AUSSI :

-  La Chine menace l’US Navy : tous les porte-avion américains consignés dans leurs ports
-  Panique en Amérique. Le nouveau missile hypersonique nucléaire russe Avangard secoue le Pentagone
Hannibal Genséric

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.