mercredi 23 janvier 2019

USA. Une "menace stratégique" pour Israël - Les progressistes perdent la peur de s'exprimer sur la Palestine


L’assaut du lobby juif contre les intellectuels noirs s’intensifie. Il y a deux semaines, le lobby sioniste a ciblé la militante des droits civiques Angela Davis pour son soutien au mouvement Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS). Suite aux pressions du lobby, le Birmingham Civil Rights Institute en Alabama a annulé son gala annuel au cours duquel Davis devait recevoir un prestigieux prix des droits de l'homme. Cela a créé une énorme réaction en retour. Le conseil municipal de Birmingham a adopté à l'unanimité une résolution "reconnaissant l'œuvre de la vie d'Angela Davis". Le président, le vice-président et le secrétaire de l'Institut ont dû démissionner du conseil.

Une "menace stratégique" pour Israël - Les progressistes perdent la peur de s'exprimer sur la Palestine (Moon of Alabama)
Après ce scandale, les portes de l'enfer se sont ouvertes et, dimanche, même le sioniste  New York Times a publié une chronique critiquant la politique d'apartheid de l'entité sioniste au Moyen-Orient :
Martin Luther King Jr. a courageusement parlé de la guerre du Vietnam. Nous devons faire de même en ce qui concerne cette grave injustice de notre temps.
Écrit par Michelle Alexander, avocate spécialisée dans les droits civiques, auteure du New Jim Crow et maintenant chroniqueuse régulière du NYT, l'article renvoie à Martin Luther King. Il compare l'opposition courageuse de MLK à la guerre du Vietnam à la réticence actuelle des gens qui sont "progressistes sauf pour la Palestine" à s'opposer aux politiques de l'État dit juif :
    C'était une position solitaire et morale. Et ça lui a coûté cher. Mais c'est un exemple de ce qu'on attend de nous si nous voulons honorer nos valeurs les plus profondes en temps de crise, même si le silence sert mieux nos intérêts personnels ou ceux des communautés et des causes qui nous sont les plus chères. C'est ce à quoi je pense quand je passe en revue les excuses et les rationalisations qui m'ont en grande partie empêché de parler d'un des grands défis moraux de notre temps : la crise en Israël-Palestine.
Une "menace stratégique" pour Israël - Les progressistes perdent la peur de s'exprimer sur la Palestine (Moon of Alabama)
Alexander lance un appel à ceux qui soutiennent les droits civils pour qu'ils dénoncent les politiques sionistes d'apartheid :
    Nous ne devons pas tolérer le refus d'Israël de discuter du droit des réfugiés palestiniens de rentrer chez eux, comme le prescrivent les résolutions des Nations Unies, et nous devons remettre en question les fonds du gouvernement étatsunien qui ont soutenu de multiples hostilités et des milliers de victimes civiles à Gaza, ainsi que les 38 milliards de dollars que le gouvernement étatsunien a promis en appui militaire à Israël.
    Enfin, nous devons, avec autant de courage et de conviction que possible, dénoncer le système de discrimination juridique qui existe en Israël, un système qui comprend, selon Adalah, le Centre juridique pour les droits des minorités arabes en Israël, plus de 50 lois discriminatoires envers les Palestiniens - comme la nouvelle loi de l'État-nation qui déclare explicitement que seuls les Juifs israéliens ont le droit à l'autodétermination en Israël, sans compter les droits des minorités arabes qui constituent 21 % de la population.
La tribune poursuit en décrivant comment le mouvement pour les droits des Palestiniens prend de l'ampleur et comment ceux qui le soutiennent subissent des pressions. L'article bien écrit se termine par une promesse de donner suite à la question :
    Je ne peux pas dire avec certitude que King applaudirait Birmingham pour sa défense zélée de la solidarité d'Angela Davis avec le peuple palestinien. Mais moi, si. En cette nouvelle année, j'ai l'intention de parler avec plus de courage et de conviction des injustices au-delà de nos frontières, en particulier celles qui sont financées par notre gouvernement, et d'être solidaire des luttes pour la démocratie et la liberté. Ma conscience ne me laisse pas le choix.
Le lobby sioniste va sûrement essayer de faire pression sur le New York Times, qui avance habituellement des positions pro-sionistes absurdes, pour licencier Michelle Alexander ou du moins censurer ce qu'elle écrit. Si ni l'un ni l'autre ne se produit, le lobby aura un gros problème.
La chronique, et le fait qu'elle ait été publiée par le New York Times, change la fenêtre d'Overton sur la Palestine. Les positions qui étaient auparavant condamnées ou qualifiées d'antisémites deviendront désormais discutables.
Mais le vrai problème pour le lobby sioniste est encore plus grand. Si le mouvement des droits civiques suit Davis et Alexander et soutient activement les positions pro-palestiniennes, il influencera la position politique du parti démocrate et la position générale des États-Unis envers Israël. Les candidats démocrates qui sont "progressistes sauf pour la Palestine " ou comme Kamala Harris plus AIPAC que J Street, deviendront inéligibles. Bien sûr, il faudra quelques années pour que ça fasse effet. Mais c'est un changement radical.
Les réactions du Lobby révèlent sa peur. L'ambassadeur d'Israël a tenté de se montrer très critique :
    David M. Friedman @USAmbIsrael - 17:42 utc - 20 jan 2019
    Michelle Alexander a tout faux dans le @NYT d'aujourd'hui. Si le MLK était vivant aujourd'hui, je pense qu'il serait très fier de l'appui solide qu'il apporte à l'État d'Israël. Un Arabe au Moyen-Orient qui est gay, une femme, un chrétien, ou qui recherche l'éducation et à avancer ne peut pas faire mieux que de vivre en Israël.

Le prédécesseur de Friedman en tant qu'ambassadeur, aujourd'hui vice-ministre israélien en charge de la diplomatie publique, a répondu avec une position plus brutale :
    Michael Oren @DrMichaelOren - 18:16 utc - 20 jan 2019
    Répondre à @USAmbIsrael @NYT
    L'ambassadeur Friedman a raison, mais Israël doit prendre des mesures sérieuses pour se défendre. En assimilant le soutien à Israël au soutien à la guerre du Vietnam et à l'opposition à MLK, Alexander nous délègitime dangereusement. C'est une menace stratégique et Israël doit la traiter comme telle.
Oren est en charge des organisations de lobbying israéliennes révélées dans le film en quatre parties The Lobby USA :
    Afin d'obtenir un accès sans précédent aux rouages internes du lobby israélien, le journaliste sous couverture "Tony" s'est fait passer pour un volontaire pro-israélien à Washington.
    Le film qui en résulte expose les efforts d'Israël et de ses lobbyistes pour espionner, salir et intimider les citoyens étatsuniens qui soutiennent les droits de l'homme palestiniens, en particulier le BDS - le mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions.
    Il montre que l'agence gouvernementale d'opérations secrètes semi-couvertes d'Israël, le ministère des Affaires stratégiques, mène cet effort en collusion avec un vaste réseau d'organisations basées aux États-Unis.

Qu’Oren appelle Alexander une "menace stratégique" signifie qu'elle doit être détruite. Oren utilisera toutes ses forces et ses organisations secrètes pour vaincre la "menace". Les sionistes sortiront sûrement les gros canons contre elle. Ils saliront, intimideront et harcèleront Alexander. Leur souhait menace le NYT avec des "conséquences".
Vont-ils gagner ?
Moon of Alabama
Traduction SLT avec DeepL.com
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.