mercredi 12 décembre 2018

USA. Hausse des protestations contre les crimes israéliens


Un nombre croissant de groupes chrétiens et quelques courageux membres du Congrès américain ne sont plus disposés à financer le génocide israélien contre les non juifs en Palestine. Les aspects remarquables du programme du gouvernement israélien visent à transformer les États-Unis en un État vassal destiné à fournir de l'argent, un soutien politique et des interventions militaires visant à détruire des adversaires tels que l'Iran.

Les interventions israéliennes à tous les niveaux sont multiples et variées, qu’il serait fastidieux d’énumérer ici, mais dont on peut citer la main mise sur les principaux médias [1] et sur les universités qui forment les élites [2], la corruption « légale » et généralisée consistant, pour le lobby juif, à financer les campagnes électorales des deux camps, le rôle écrasant du lobby juif, dont la sinistre ADL [3], etc.
Résultat de recherche d'images pour "ilhan omar et rashida tlaib"
Ilhan (à gauche) et Rachida (à droite)
Tout cela a conduit à une absence totale de débat sur la question juive dans la société américaine, dans les  médias ou au Congrès. Mais il y a des signes qu'au moins une partie de cela pourrait changer.
Résultat de recherche d'images pour "Alexandria Ocasio-Cortez"
Alexandria
L'élection d'au moins trois femmes démocrates du Congrès - Ilhan Omar, Rashida Tlaib et Alexandria Ocasio-Cortez - qui pourraient être disposées à discuter d'Israël d'une manière autre que celle d’une béate adoration, constitue un changement minime dans l'alignement du parti démocrate, où l'argent juif domine, mais ces femmes reflètent les vues de la base du parti. Un sondage récent montre que les démocrates interrogés favorisent Israël par rapport à la Palestine par une marge de seulement 2% - 27% contre 25% - le reste des répondants ne favorisant aucune des deux parties.
Comportement héroïque
Le sénateur Rand Paul (R-Ky.) a annoncé la semaine dernière son intention de suspendre l'actuel paquet d'aide militaire de 38 milliards de dollars à Israël [4], ce qui lui permettrait de faire de l'obstruction au Sénat pour retarder son passage. Paul, qui, comme son père, est sceptique à propos de l'aide étrangère en général, n'a pas mentionné de problèmes spécifiques liés au programme d'aide, mais les critiques ont depuis longtemps noté qu'Israël n'était en fait admissible à aucune aide étrangère des États-Unis, car dispose d’un arsenal nucléaire non déclaré composé d’au moins 200 armes et systèmes de chargement lui permettant de détruire des cibles dans la plupart des pays d’Europe et d’Asie occidentale.
Pour cette raison, fournir de l'aide à Israël est illégal aux termes de l'amendement Symington de 1961 et du fait que Tel-Aviv a refusé de signer le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), pour des raisons évidentes.
Résultat de recherche d'images pour "Rand Paul"
Rand PAUL
Il existe d’autres problèmes liés à Israël, dont son économie en plein essor, ce qui indiquerait qu’il n’a pas besoin de plus d’argent de la part du contribuable américain qui ne bénéficie pas de la gratuité des soins de santé et de la formation universitaire offerts à tous les Israéliens.[5] Il y a aussi le problème de l'utilisation d'armes fournies par les États-Unis pour commettre des crimes de guerre à Gaza et au Liban, illégales aux termes du droit américain et du droit international.
Néanmoins, l’action de Paul est extrêmement courageuse, car il est le premier sénateur depuis William Fulbright à oser dire quelque chose de négatif à propos de l’État juif. Fulbright a bien sûr été puni par le lobby juif, qui a engagé d'importantes ressources pour le vaincre lors de son réélection suivante. Un autre sénateur, Charles Percy, qui a eu l'audace de prétendre que les Arabes palestiniens pourraient avoir des «droits», s'est également retrouvé confronté à un opposant extrêmement bien financé par les riches juifs, et qui l'a battu pour ne pas être réélu. L’action de Paul est loin d’être sans risque pour sa personne. En fait, le lobby israélien réagit déjà de manière hystérique à cette «retenue», tout comme le gouvernement israélien, et on peut être sûr que toutes leurs ressources massives seront utilisées pour punir le sénateur Paul.
Un autre domaine dans lequel on aurait pu s'attendre à plus de résistance de la part des Américains est l'absence de toute résistance sérieuse des groupes chrétiens au processus par lequel le gouvernement d’extrême droite de Netanyahu, dominé par le Likoud, cherche à transformer Israël en un État purement juif. Israël se vante de fournir aux chrétiens un refuge sûr pour la pratique de leur religion, mais des reportages qui font parfois surface dans certains médias alternatifs suggèrent quelque chose de très différent. Les zélotes juifs crachent sur le clergé chrétien et le maudissent dans les rues sans craindre de répercussions. [6]
Certains membres du clergé ont été harcelés et même agressés par des extrémistes juifs. Les églises et les biens des fondations religieuses sont fréquemment vandalisés, dégradés par des graffitis obscènes et le gouvernement israélien a également confisqué ou détruit des biens appartenant à une église.
Lors de la fondation de l'État d'Israël en 1948, il existait une communauté chrétienne considérable en Israël, en Cisjordanie et à Gaza. On estime que près de 10% des Arabes palestiniens sont chrétiens, pour la plupart orthodoxes grecs ou catholiques. Il y avait aussi des églises et des fondations dans la vieille ville de Jérusalem qui adhéraient à d'autres sectes, notamment des chrétiens syriens et arméniens. Actuellement, le pourcentage de chrétiens est plus proche de 2% de la population palestinienne avec plus d'un million de chrétiens vivant dans d'autres pays, chassés de leurs maisons par les Israéliens en 1948 et après 1967.
Les églises chrétiennes ont été réticentes à soutenir leurs coreligionnaires en Israël et dans les Territoires occupés, probablement par peur d'être accusées d'antisémitisme dans leurs critiques de l'État juif, comme le font couramment les groupes juifs, le gouvernement israélien et la plupart des gouvernements occidentaux, pour mettre fin à toutes les discussions. Mais, comme dans le cas du sénateur Paul, cela aussi est en train de changer.
L’Église presbytérienne a mené la charge en critiquant la brutalité israélienne. Lors de son assemblée générale de juin, elle a adopté une résolution condamnant l'apartheid israélien. Son bureau de témoin public a été à l'avant-garde en appelant Israël à cesser cet apartheid. Une action d’alerte a été lancée cet été intitulée «Dites au Congrès: 70 ans de souffrance suffisent! Arrêtez le massacre, tenez Israël pour responsable et soutenez les droits de l'homme pour tous », et a dénoncé le massacre de manifestants palestiniens non armés à Gaza par l'armée israélienne.
Les presbytériens ont également signé le 14 mai une lettre intitulée «70 ans plus tard: à la recherche d'un avenir porteur d'espoir en période de désirs ardents», dans laquelle ils appelaient à la fin des massacres et à la justice pour les Palestiniens. Il a également été signé par 13 autres groupes chrétiens, dont l'Église unie du Christ, les Églises réformées en Amérique, les Luthériens et Maryknoll. Une copie a été envoyée à chaque membre du Congrès.
Les amis d’Israël ont réagi contre les presbytériens, le Comité juif américain dénonçant «L’Église qui [reste] toujours critique à l’égard d’Israël dans ses déclarations nationales. Pendant de nombreuses années et de multiples façons, la PCUSA est allée au-delà de la critique légitime d'Israël et a adopté la diabolisation de l'État juif ».
Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a également critiqué les presbytériens lorsqu'ils ont retiré 21 millions de dollars d'investissements en Israël, en disant: «Vous venez en Israël et vous voyez la seule démocratie qui respecte les droits humains fondamentaux, qui protège les droits de toutes les minorités, qui protège les chrétiens, ces chrétiens qui sont persécutés dans tout le Moyen-Orient. La plupart des Américains comprennent donc qu'Israël est un phare de civilisation et de modération. Vous savez, je suggérerais à ces organisations presbytériennes de s'envoler vers le Moyen-Orient, de venir voir Israël pour la démocratie assiégée qu'il est. »
C'est maintenant au tour des quakers britanniques, qui ont interdit tout investissement de l'Eglise dans des sociétés exploitant "l'occupation militaire des territoires palestiniens par le gouvernement israélien", provoquant une réaction furieuse des dirigeants juifs. C'est la première église britannique à le faire, et les dirigeants du groupe quaker ont comparé leur action à celle de prendre des mesures contre l'apartheid et le commerce des esclaves. Le Conseil des députés des Juifs britanniques a immédiatement qualifié le mouvement d’'"épouvantable" et exigé que la politique soit inversée.
Il est certainement rafraîchissant de voir quiconque affronter Israël et son lobby trop souvent invincibles. Ce qui est important, c’est que les églises chrétiennes et même certains membres du Congrès ont commencé à s’exprimer malgré le fait qu’un pouvoir sioniste sans principes et sans limites aux États-Unis leur en ferait payer le prix. Puisse le gouvernement israélien se rendre compte à quel point le gouvernement israélien est pervers et les dégâts terribles qu’il a causés aux États-Unis se développent et atteignent enfin un stade où certaines personnes du Congrès, des médias et même de la Maison-Blanche commenceront à écouter.

Par Philip Giraldi
ancien spécialiste de la lutte antiterroriste de la CIA, officier du renseignement militaire, éditorialiste et commentateur de télévision.
Traduction / annotations : Hannibal GENSERIC
NOTES
[6] Selon la religion juive et le talmud, les non juifs ont été créés pour servir les juifs. Les goys sont à peine comparables aux animaux :
VOIR AUSSI :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.