lundi 24 décembre 2018

Attentat de Strasbourg. Mensonges et manipulations

La photographie du suspect a été divulguée et diffusée massivement par des réseaux israéliens. La preuve en sources.  "Comme par hasard" : telle est la formule du bon sens populaire dont l'emploi à propos de l'attentat de Strasbourg est interdit expressément par les nouveaux chiens de garde (de tous bords) de l'État, visiblement en rage contre le prétendu "complotisme" et le plus souvent affiliés à la cause judéosioniste .

Nous ne sommes pas surpris par la récurrence d'une anomalie systématiquement passée sous silence par les grands médias menteurs traditionnels : encore une fois, des éléments confidentiels relatifs à l'auteur présumé de cet attentat terroriste ont été divulgués -en premier- par des Israéliens et des comptes anonymes engagés pour Israël.
Ainsi, mardi soir, à 22h51 (soit trois heures seulement après les faits et bien avant la presse internationale), Ronen Solomon, prétendu "analyste indépendant" israélien dans le domaine du renseignement et de l'imagerie satellite (et ancien journaliste salarié par un ami de Netanyahou), fut le premier influenceur de Twitter (basé à Tel-Aviv) à diffuser conjointement la photo et l'âge de Cherif Chekatt. Détail troublant : il a depuis supprimé son tweet pourtant massivement repris (et sauvegardé, heure à l'appui, en capture d'écran -visible plus haut- par Panamza).
 Premiers informés sur l’attentat de Strasbourg : des Israéliens
Neuf minutes plus tard (à 23h), BNL News, pseudo-site d'info américain (mais engagé pour Israël et contre le Hamas) a également repris la photo, partagée en masse sur Twitter.
À 23h03, c'est au tour de l'Israélienne "Rosanna" (oui, oui : celle qui avait annoncé à deux reprises un attentat de Daech contre les Gilets jaunes) de dévoiler la photo.
Dernier exemple : le cas de Jean-Patrick Grumberg, militant judéosioniste et journaliste franco-américano-israélien du site anti-français/anti-arabe Dreuz. Proche de l'agent d'influence franco-israélien Gilles-William Goldnadel, Grumberg a rédigé un article particulièrement détaillé en éléments d'information confidentiels sur Cherif Chekatt dans la nuit de mardi à mercredi.
À souligner, en attendant les suites de la contre-enquête de Panamza : vers 1h du matin, l'homme assis à la droite d'Emmanuel Macron dans la cellule de crise n'était autre que Laurent Nunez, secrétaire d'État à l'Intérieur et ami intime du judéofasciste (basé en Israël) Sam Ghozlan. On retrouve toujours les mêmes, dès qu’il y a un attentat en France.
Selon un syndicaliste FO, le procureur de Paris Rémy Heitz et Laurent Nuñez auraient menti sur la radicalisation carcérale de Chérif Chekatt

Selon un syndicaliste FO, le procureur de Paris Rémy Heitz et Laurent Nuñez auraient menti sur la radicalisation carcérale de Chérif Chekatt
Dans l’émission Balance ton poste animée par Cyril Hanouna et diffusée vendredi 14 décembre 2018, un syndicaliste de Force ouvrière Grand Est, Monsieur Christophe Schmitt, qui travaillait dans le secteur dans lequel le terroriste de Strasbourg avait été incarcéré, affirme que le procureur de Paris Monsieur Rémy Heitz – de même que le Secrétaire d’état Laurent Nuñez – a menti lorsqu’il a déclaré que le terroriste de Strasbourg s’est radicalisé en prison. En effet, Monsieur Christophe Schmitt déclare qu’après avoir vérifié pendant 3 jours le dossier de l’ex-détenu, aucune note d’aucune sorte ne faisait état d’une quelconque radicalisation en prison. Chérif Chekkat qui a quitté la prison en septembre 2015, aurait été fiché S début 2016 puis fiché au FSRPT en avril de la même année.
Cette accusation est très grave et ne fera qu’alimenter encore plus les thèses du complot d’État et du management de la terreur de type Gladio ; il est donc essentiel que la lumière totale soit faite sur ces faits. (Le Libre Penseur)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.