dimanche 2 décembre 2018

USA. Tulsi Gabbard attrape la mafia khazare par les burnes


Bravo à Tulsi Gabbard. Un combat contre la machine de guerre, l'idéologie néoconservatrice et le mouvement sioniste est essentiellement un combat pour la survie des États-Unis et des Américains honnêtes.

Nous avons dit dans le passé que Tulsi Gabbard, membre hawaïenne du Congrès, est une personne exceptionnelle dans le milieu politique washingtonien. Elle ne joue pas. Elle avait, par le passé,  interpellé la machine de guerre israélienne et les nettoyants ethniques israéliens, et elle l'a récemment refait.
Gabbard dit la vérité, mais elle ne crie pas, ne hurle pas, et ne lève même pas la voix. Cela la rend spéciale car elle ne peut pas être renvoyée facilement. Elle est également spéciale parce qu’elle est une ancienne combattante de la guerre en Irak, ce qui signifie qu’elle sait ce que signifie être dans les tranchées militaires.
Gabbard a évidemment vu les effets désastreux de la guerre en Irak, qui a provoqué, entre autres, viols et sodomies (par les GI) contre les prisonniers irakiens à Abou Ghraib. Elle a affirmé qu'en résistant aux «guerres d'intervention américaines», elle et d'autres représentants «donnent la parole à des millions d'Américains… y compris à mes anciens combattants, qui veulent désespérément mettre fin aux guerres illégales et contre-productives de notre pays…» [1] Gabbard a de nouveau déclaré:
«Trop souvent, nous avons constaté que, tout au long de l'histoire de notre pays, des personnes occupant des postes de pouvoir ont fait des remarques désobligeantes concernant l'envoi de quelques milliers de soldats ici, cinquante mille, cent mille, intervenant militairement ici ou y commençant une guerre ... sans avoir l'air de comprendre ou d'apprécier le coût de la guerre. Si nos troupes sont envoyées dans une guerre, ce doit être la dernière option. Pas la première. [2]
Gabbard a par le passé demandé à Donald Trump, d'ignorer spécifiquement "les battements de tambour de la guerre provoqués par les néo-conservateurs".
En appelant spécifiquement les Néocons, Gabbard attaquait inexorablement la mafia khazarienne [a], qui est essentiellement un mouvement idéologique juif. [3].
Gabbard a également attaqué indirectement le régime israélien, qui est, pour les Neocons,  à la fois le Pentagone et la machine de guerre [4].  Pas étonnant que les néocons eux-mêmes aient conspiré contre elle [5].  Néocon enflammé, Bill Kristol a répondu à la position anti-guerre de Gabbard en affirmant que des gens comme elle "font de la friche, et ils appellent cela de la paix".
Gabbard a récemment saisi par les couilles  les boules les faucons de guerre et les nettoyants ethniques du Moyen-Orient et d'ailleurs et les a réduits en morceaux en disant:
«Depuis des décennies, le Congrès a renoncé à sa responsabilité constitutionnelle consistant à décider de déclarer ou non la guerre, et l’a laissée au président. En conséquence, nous nous sommes retrouvés dans un état de guerre perpétuelle, sans déclaration de guerre par le Congrès et sans la participation du peuple américain.
«Depuis le 11 septembre seulement, notre pays a dépensé des milliards de dollars dans des guerres de changement de régime interventionnistes, coûtant la vie de nombreux Américains, faisant des victimes parmi nos anciens combattants et laissant notre peuple dans des souffrances en raison du manque de ressources. [b]
«Notre résolution bipartite a pour objectif de mettre fin aux guerres présidentielles et de demander des comptes au Congrès, ce qui lui permet de prendre la décision sérieuse et coûteuse d’envoyer les fils et les filles de notre pays à la guerre…
«L’article 1 Section 8 de la Constitution confère au Congrès le pouvoir exclusif de déclarer la guerre. Mais la dernière fois que le Congrès a officiellement déclaré la guerre, c'était le 8 décembre 1941 - le jour où les États-Unis sont entrés dans la Seconde Guerre mondiale.
«Depuis lors, le Congrès n'a pas réussi à assumer sa responsabilité constitutionnelle et a cédé le pouvoir au président. Nous restons donc dans un état de guerre perpétuelle, dirigés par les présidents des deux parties, aux dépens du peuple américain, sans déclaration de guerre du Congrès ni participation du peuple américain.
«Les coûts directs et indirects de ces guerres présidentielles sont renversants. Ils pèsent lourdement sur nos troupes, nos anciens combattants et le peuple américain.
«Depuis le 11 septembre seulement, nous avons dépensé 2000 milliards de dollars dans des guerres de changement de régime et d'édification de la nation, tandis que les membres de nos communautés souffrent et se débattent à cause du manque de ressources chez nous, sans mentionner les coûts supportés par nos troupes, ceux qui paient le prix ultime, ainsi que ceux qui rentrent à la maison avec des blessures visibles et invisibles. Le peuple américain mérite de le savoir. "
La déclaration de Gabbard a été appuyée par le représentant américain du 3ème district du Congrès de Caroline du Nord, Walter Jones, qui a déclaré: "Si le Congrès ne débat pas d’envoyer votre fils ou votre fille se battre pour ce pays, nous n’avons pas besoin d’un Congrès. Rien n'est plus sacré ni plus important que d'envoyer un homme ou une femme mourir pour ce pays. »
Michael Marceau, Vétérans pour la paix, président du chapitre de DC Area Chapter, a ajouté:
«En vertu de la Constitution américaine, le Congrès a le devoir de déclarer la guerre s’il la juge nécessaire. Depuis plus d’un demi-siècle, nos représentants ont renoncé à ce travail très important.
«Cela a entraîné de nombreuses interventions militaires inutiles dans le monde entier, provoquant d'innombrables millions de morts et de blessés, des dizaines de millions de réfugiés, ainsi que la destruction et la contamination de l'environnement de dizaines de pays.
«Il est temps d'inverser la tendance en demandant à nos membres du Congrès d'accomplir les tâches pour lesquelles ils ont été élus. Veterans For Peace soutient H.Res. 922 et demande instamment au Congrès de reprendre ses responsabilités en vertu de la Constitution.
«Nous apprécions les efforts des représentants Jones et Gabbard pour présenter H.Res. 922 et exhortons tous nos membres à contacter leurs représentants pour leur demander de co-parrainer cette initiative. ”
Bravo à Gabbard et à ces représentants honnêtes. Un combat contre la machine de guerre, l'idéologie néoconservatrice et le mouvement sioniste est essentiellement un combat pour la survie des États-Unis et des Américains honnêtes.
 

  • [1] Tulsi Gabbard, “Giving Voice to Millions of Americans: End US Wars of Intervention,” The Nation, November 30, 2016.
  • [2] Quoted in Kelefa Sanneh, “What does Tulsi Gabbard believe?,” New Yorker, November 6, 2017.
  • [3] Murray Friedman, The Neoconservative Revolution: Jewish Intellectuals and the Shaping of Public Policy (Cambridge: Cambridge University Press, 2005); Stefan Halper and Jonathan Clarke, America Alone: The Neo-Conservatives and the Global Order (Cambridge: Cambridge University Press, 2004).
  • [4] For scholarly studies, see John J. Mearsheimer and Stephen M. Walt, The Israel Lobby and US Foreign Policy (New York: Farrar & Straus, 2006).
  • [5] Noah Rothman, “Tulsi Gabbard’s Disaster in Damascus,” Commentary, January 27, 2017.

Source : Tulsi Gabbard grabs the Khazarian Mafia by the balls Veterans Today

-------------------------------------------------

Nous avions écrit :
Les néocons croient en deux choses seulement.  
Premièrement que les États-Unis sont la seule superpuissance mondiale à avoir reçu licence d’une entité divine pour exercer un leadership mondial, par la force si nécessaire. Cela s’est traduit pour le public par l’expression « exceptionnalisme américain ». En effet, l’interventionnisme américain s’est manifesté, en pratique, de préférence par la force, car cela laisse peu de place au débat ou à la discussion.  
Et le deuxième principe directeur des néocons est que tout doit être fait pour protéger et promouvoir Israël. En l’absence de ces deux croyances, vous n’avez pas de néocons.
Les pères fondateurs de l’idéologie des néocons étaient des intellectuels juifs new-yorkais qui ont évolué – ou déchu – pour passer de l’attitude de trotskystes poseurs de bombes à conservateurs, un processus qu’ils définissent comme « l’idéalisme rattrapé par la réalité ». La seule réalité est qu’ils ont toujours été de faux conservateurs, adoptant un certain nombre de positions agressives en matière de politique étrangère et de sécurité nationale, tout en soutenant en privé la ligne libérale juive standard sur les questions sociales. Le fanatisme des néocons sur les questions qu’ils promeuvent suggère aussi qu’une bonne dose  de trotskisme demeure dans leur caractère, d’où leur ténacité et leur capacité à se faufiler entre les partis démocrate et républicain tout en apparaissant sans complexes dans des médias disparates, considérés comme libéraux ou conservateurs, c’est-à-dire à la fois sur Fox News et sur les programmes MSNBC mettant en vedette Rachel Maddow.
Je crois depuis longtemps que la principale raison de la haine de la Russie chez les néocons est, dans une large mesure, tribale ou, si vous préférez, ethno-religieuse, c'est-à-dire judéo-khazare.

[b] États-Unis : des guerres à 2000 milliards de dollars depuis 2001

Pour le seul Afghanistan, de 2001 à 2017, le département américain de la défense a dépensé plus d’argent que pour le plan Marshall.
La somme est tellement astronomique qu’elle en perd presque son sens : les États-Unis ont dépensé au bas mot 2 000 milliards de dollars (1800 milliards d’euros) dans les guerres qu’ils ont menées depuis les attentats du 11 septembre 2001, selon les derniers chiffres disponibles.
VOIR AUSSI :
-  La devise de l’État d'Israël est : "Pour vivre, il faut tuer TOUS les non-juifs" 



Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.